Belle année à tous !

Qu’elle soit amoureuse, inspirée et spontanée. Ravie de vous retrouver pour une nouvelle année placée sous le signe du blog !

Voici les 10 premiers liens bien que j’ai dénichés pour vous !

  1. J’ai adoré lire les bilans annuels publiés sur mes blogs préférés, en particulier ceux de Nubby Twiglet, de Stella Polaris, de Jasmine Star et de A Beautiful Mess.
  2. Savoir bien dessiner, c’est inné ou ça s’apprend ?
  3. Le très estimé Steven Wilson sort un nouvel album en février. Lasse Hoile, son graphiste-vidéaste historique, en dévoile le teaser et les premiers visuels. Hâte.
  4. Gone Girl. Ou comment faire semblant de ne pas être misogyne. J’ai beau être cliente des films de Fincher d’habitude, celui-ci m’a laissée de marbre.
  5. J’adore les illustrations de Hsiao Ron Cheng, sorte de Mark Ryden chinois.
  6. Un puzzle CMJN qui me fait tourner la tête ! Hey, mais c’est bientôt mon anniversaire ! 8-)
  7. Les jolies photos d’Annecy prises par annso. Ça donne envie de s’y promener !
  8. Je suis toujours aussi fan des photos de Searching for Tomorrow. En plus, j’adore la taille du texte courant (1.4em, c’est à dire 22px), et la belle largeur accordée aux visuels…
  9. J’ai découvert le blog The Dainty Squid : tout y est personnel, original, y’a de belles photos, de bons sujets d’articles, l’auteure est atteinte de collectionnite aiguë… Tout ce que j’aime.
  10. Pourquoi Auxerre se prononce [Ausserre] et pas [Auxxerre]. Na !

De mon côté, dernier jour de vacances avant la reprise demain (…), suite et fin de mon défi photo, achat compulsif de masking tape sur Etsy, virées ikéesques et ultimes retouches à l’aménagement de mon bureau (photos bientôt !).

Bonne semaine !

12 commentaires

  1. Voilà qui me fait moins culpabiliser de ne pas avoir été voir Gone Girl finalement ;)

    Merci pour la découverte de The Dainty Squid qui a rejoint directement mes RSS, tout comme Searching for Tomorrow dont j’aime beaucoup l’univers photographique également !

    1. Voilà qui me fait moins culpabiliser de ne pas avoir été voir Gone Girl finalement ;)

      Bah tu vois, c’était un des films que j’attendais le plus en 2014, et finalement j’ai été pas mal déçue. Au début ça partait bien – jusqu’à la moitié du film, on est en droit de supposer un certain dénouement, qui aurait été cool –, et puis ensuite ça s’enlise dans le « male tears » décomplexé.

      Bien sûr, il peut y avoir plusieurs lectures de ce film ; d’ailleurs, ça m’intéresserait de lire le bouquin dont il est l’adaptation, pour pouvoir affiner mon jugement.

      Mais je ne pense pas qu’il s’agisse du meilleur Fincher.

      Merci pour la découverte de The Dainty Squid qui a rejoint directement mes RSS, tout comme Searching for Tomorrow dont j’aime beaucoup l’univers photographique également !

      \m/^.^\m/

      1. Le livre, je l’ai sur ma liseuse depuis quelques temps, et c’est notamment parce que je ne l’avais pas encore lu que je ne suis pas allée voir le film. Je te dirais ce que j’en pense une fois que je l’aurai lu ^^

        1. Ça marche :)

  2. Et hop, 6 onglets d’ouverts, dont 2 ou 3 qui vont surement finir dans mon Feedly, merci de partager tes découvertes !

    Et je te jure que quand j’ai vu « Photos d’Annecy », j’ai cliqué en mode « Oh, j’adore cette ville ». Et après j’ai réalisé que c’était mes photos et j’ai rougit !

    1. (et j’ai oublié : j’ai un peu peur de lire « Gone Girl. Ou comment faire semblant de ne pas être misogyne » parce que c’était mon livre préféré de 2013) (mais bon, il vaut quand même mieux se « gâcher » un plaisir que de faire la technique de l’autruche et ne pas voir ce qui est problématique dans les œuvres qu’on aime).

      1. Justement, comme je le disais à Marie, je lirais bien le livre justement, pour comprendre ce qui déconne dans le film. Le travail d’adaptation n’est jamais facile, ceci dit.

        1. Gone Girl est pour moi le meilleur film de 2014, mais étant un fan absolu de Fincher, je manque peut-être d’objectivité ^^

          Déjà, d’un point de vue technique, c’est tout simplement magistral, une photo sublime, des cadrages imparables et un montage effrayant de maitrise qui fait passer un film de 2h30 pour un court-métrage.

          Concernant l’histoire, peu de surprise pour ma part car j’avais lu le livre avant, et aussi curieux que cela puisse paraître, j’étais persuadé de l’exact contraire de ce que décrit l’article :D
          Je trouvais justement que l’histoire mettait en avant toute la force de la Femme face à des hommes faibles et complètement dépassés. Connaissant Fincher en plus, cela ne m’étonnait guère de sa part : voir Lisbeth dans « Millenium », ou comment Mark Zuckerberg, tout puissant à la fin de « Social Network », tente désespérément d’ajouter à ses amis la fille qui le rembarre au tout début ou encore Jodie Foster dans « Panic Room » qui tient tête à 3 intrus mâles complètement débiles.

          Bref, pour ma part, je ne pense pas que David Fincher se soit engagé dans un projet comme celui-ci si cela avait un fond de misogynie :)

          1. Salut Fred,

            Merci pour ton commentaire détaillé !

            Déjà, d’un point de vue technique, c’est tout simplement magistral, une photo sublime, des cadrages imparables et un montage effrayant de maitrise qui fait passer un film de 2h30 pour un court-métrage.

            Pour ma part, j’ai trouvé le film très long et très bavard. Rien ne m’a vraiment sidérée, je n’ai pas été impressionnée comme je l’ai pu être par d’autres de ses films.

            J’ai trouvé l’ensemble assez grossier, en fait. On ressent la volonté de critiquer la société des médias, notamment à travers les deux présentatrices télé totalement stéréotypées et infectes, ainsi qu’à travers l’avocat hyper médiatique, connu pour défendre des cas indéfendables. Mais tous ces personnages sont à la limite de la crédibilité.

            Ok, certains passages font grincer des dents, mais quand ça dure pendant 2 h 30, à la fin j’étais limite soulagée que ça se termine.

            Bref, pour ma part, je ne pense pas que David Fincher se soit engagé dans un projet comme celui-ci si cela avait un fond de misogynie :)

            L’intention n’était sans doute pas misogyne, mais le résultat a fait lever pas mal de sourcils !

            Comme je te le disais l’autre jour, jusqu’à la moitié du film j’avais l’espoir que le film virerait au film de vengeance. J’ai cru à mort à l’histoire d’Amy, que Nick la battait et la tourmentait, que leur vie de couple était réellement devenue un enfer, et qu’elle avait trouvé une issue de façon intelligente, en faisant croire à son meurtre.

            J’imaginais que Nick se lancerait à sa poursuite, en recherchant les indices qu’Amy aurait laissés derrière elle (puisque lui sait qu’il ne l’a pas tuée, et qu’il aurait eu tout intérêt à vouloir prouver qu’il était innocent). C’est la scène dans laquelle Amy jette ses stylos à travers la fenêtre qui m’a fait penser à ça.

            Ne connaissant pas le livre, j’imaginais bien le couple jouer au chat et à la souris, avec un épilogue funèbre où Amy aurait pu tuer Nick, accomplissant sa vengeance de femme battue.

            Au lieu de ça, que nenni. En tant que spectatrice, je me suis sentie trahie par le scénario et par la mise en scène : alors que j’avais cru dur comme fer au journal d’Amy, à sa narration des évènements, et que je m’étais prise d’empathie pour une femme qui a toujours subi la vision idéalisée de « Amazing Amy », qu’ont ses parents d’elle, et qu’elle a fini par établir comme un standard auquel elle ne peut échapper, au final je m’aperçois que j’ai eu de l’empathie pour une psychopathe manipulatrice et misandre, qui a affligé tant de pauvres hommes par ses fausses accusations diverses (viol, violence conjugale, harcèlement).

            Le personnage de Nick est l’apothéose de la posture qui consiste à faire passer les hommes pour les réelles victimes du sexisme dans une société patriarcale.

            Les personnages féminins, sans exception, sont caricaturaux et finissent toujours par avoir tort, d’une façon ou d’une autre (qu’il s’agisse d’Amy, qui est une fieffée menteuse, et qui finira par assassiner un ancien amant ; des présentatrices télé, qui ont blâmé Nick à tort ; ou de la flic, qui finit par se ranger bien docilement derrière Nick à la fin du film).

            Le film me paraît totalement déséquilibré. Le synopsis est intéressant, mais le traitement m’a déçue. Et comme je n’avais pas accroché à The Social Network non plus, je suis un peu anxieuse quant aux prochains films de Fincher ^.^

    2. Et hop, 6 onglets d’ouverts, dont 2 ou 3 qui vont surement finir dans mon Feedly, merci de partager tes découvertes !

      C’est cool, tant mieux si ça sert ! Je me demandais justement si ce genre de liste est vraiment intéressant ou si c’est juste un petit guilty pleasure personnel… Ce que tu dis me rassure ! ^^

      Et je te jure que quand j’ai vu « Photos d’Annecy », j’ai cliqué en mode « Oh, j’adore cette ville ». Et après j’ai réalisé que c’était mes photos et j’ai rougit !

      Awww <3

  3. Merci de partager ce chouette pêle-mêle, jolies saintes tatouées ! :-)
    Les illustrations de Hsiao Ron Cheng me font penser à Benjamin Lacombe et aussi aux poupées de Julien Martinez, tu connais ?

    1. Je suis fan de Benjamin Lacombe depuis des années ! En revanche, je ne connaissais pas les poupées de Julien Martinez ! Merci, encore un bel univers à découvrir :)

Les commentaires sur ce billet sont désormais fermés, mais vous pouvez toujours m’envoyer un email si vous souhaitez me dire quelque chose !