Street art qui claque, à Nantes

Voilà : l’heure de clore mon défi 365 de 2014 est arrivée !

Et, pour être honnête avec vous, ça me fait vraiment tout bizarre d’en avoir terminé avec cette aventure-là.

Tout a commencé en novembre 2013, avec ce billet intitulé Un mois en images.

Quelque chose couvait.

En décembre 2013, les choses ont commencé à s’accélérer.

Ensuite, j’ai relevé le défi 365 pour de vrai : ce défi consiste à prendre une photo par jour pendant un an.

Il y a ainsi eu janvier, février, mars, avril, mai, juin, juillet, août, septembre, octobre, novembre et aujourd’hui, décembre.

Quand je vois les 362 photos posées côte à côte, j’ai une petite émotion.

Je ne me croyais pas capable d’une telle capacité de production.

Et, surtout, je ne pensais pas que ces instantanés de mon quotidien ni que les réflexions qui les accompagnent intéresseraient grand monde. Or, ils ont souvent donné lieu à des échanges précieux.

Je suis reconnaissante pour tout ça ! :smile:

Le Pingouin et le Joker sur une fresque totalement hallucinante, à Rennes

Revoir toutes mes photos réunies les unes avec les autres me fait réaliser que les instants fugaces, les petites choses a priori insignifiantes, celles dont on ne garde habituellement pas de trace, ce à quoi on a l’habitude de ne pas faire attention – tout cela a, en fait, un impact, pour peu qu’on se donne la peine d’ouvrir les yeux (ou le cœur).

Il ne tient qu’à nous de nous arrêter deux minutes, de mettre le nez dehors (ou pas), de lever la tête (ou de la baisser), d’oser déclencher, simplement pour essayer de capturer un instant, fût-il amusant, sérieux, désopilant, esthétique, important, doux ou poétique.

Parfois, on est juste irrésistiblement attiré par une scène, qu’on prend en photo, sans trop savoir pourquoi. Ce n’est que plus tard qu’on y repense, qu’on publie le cliché, content de ne pas avoir hésité.

Il n’y a rien de plus frustrant que le regret de ne pas avoir pris telle ou telle photo !

Capturer les jolies choses.

Se souvenir des moments savoureux.

Muscler sa mémoire et la blinder de madeleines de Proust à déguster quand le besoin s’en fera sentir.

Et peu importe les moyens du bord. Pas besoin d’appareil photo hors de prix pour partager quelque chose ! Il y a tellement de gens qui possèdent des boîtiers de folie qu’ils n’utilisent jamais… Je trouve ça assez triste.

Quoi qu’il en soit, si vous hésitez à vous lancer dans un tel défi créatif (qu’il s’agisse de photo ou d’autre chose), je ne peux que vous encourager à vous jeter à l’eau !

De toute façon, si quelque chose vous fait peur, c’est sans doute pile parce que vous devez le faire.

Cerveau libre

Ce point d’orgue photographique est l’occasion pour moi de revenir sur cette folle année qui s’achève.

L’année du grand bond en avant, l’année où j’ai mis les voiles, quittant Paris la surpeuplée pour les rivages vivifiants et légendaires de Bretagne.

Alors que, dehors, le vent souffle, que je bois un thé vert à la fraise et que mon chat roupille dans l’autre pièce, je peux vous dire que je ne me suis jamais sentie autant à ma place qu’aujourd’hui.

Au crépuscule de cette année, je sens que ma mémoire a déjà fait son office : les propos décourageants qu’on m’a tenus, et le stress important suscité par ce déménagement – tout cela me semble déjà loin.

Ne reste que l’instant présent : chaleureux, serein, posé.

Cocooning

Moi qui suis assez sauvage, sortant peu et ne faisant aucun effort pour socialiser, je vénère Internet et tout ce qu’il rend possible : l’information, les rencontres, les projets, les achats compulsifs…

Internet a joué et joue encore un rôle crucial dans de nombreux aspects de ma vie, et, même si cela va sans doute sonner un peu cucul la praline, je ressens que je lui dois quelque chose.

C’est une question d’équilibre : on ne peut pas se contenter de prendre. Il faut aussi donner.

La forme de ce qu’on prend et de ce qu’on donne dépend et change à chaque instant ; ça relève presque de l’intime.

Internet me donne beaucoup. J’y puise énormément. En échange, je trouve normal d’y contribuer, à ma façon.

Une aquarelle originale de Marie Meier ♥︎

Ces dernières semaines, j’ai pas mal réfléchi à ce que je pouvais donner en retour :

  1. Continuer à exercer mon métier le plus honnêtement et le plus créativement possible. Continuer à concevoir et à développer des interfaces web accessibles, belles et performantes. Continuer à essayer de faire mieux à chaque fois. Cent fois sur le métier, remettre mon ouvrage.
  2. Continuer à soutenir les projets indépendants qui ont besoin d’un coup de pouce. Qu’il s’agisse d’un coup de pouce en espèces sonnantes et trébuchantes (je pense aux projets de Duo Désordre, de Lady Marmelade, de STPo, de Rosa†Crvx, entre autres), ou bien d’un coup de pouce en matière de communication, je continuerai à promouvoir la culture alternative, les artistes géniaux et méconnus, les livres incroyables auto-édités, les fanzines obscurs et les échoppes artisanales qui résistent de toutes leurs forces.
  3. Continuer à encourager autrui à créer. Continuer à publier des billets de blog qui soient réellement utiles, qui aident autrui, qui soient sources d’inspiration, de motivation, d’idées. Continuer à aider autrui à donner forme à son univers sur le web, à mieux communiquer et à faire connaître la véritable portée de ses talents. Je veux valoriser les personnalités qui sortent de l’ordinaire.

S’il y a bien quelque chose qui me fait plaisir à lire, c’est quand vous me dites que mes billets vous encouragent à faire quelque chose : publier à votre tour, essayer quelque chose de nouveau, reprendre la plume, les pinceaux, la céramique, le tricot, dévorer un nouveau bouquin, plonger dans l’univers de telle ou tel artiste, tomber en pâmoison devant une œuvre d’art…

Ne sous-estimez jamais l’impact positif que vous pouvez avoir.

Dès que vous commentez vos blogs préférés, dès que vous sortez de votre coquille et osez aller à la rencontre de ceusses dont vous partagez les centres d’intérêt, dès que vous prenez la parole pour promouvoir vos découvertes, dès que vous partagez votre savoir et aidez les autres à devenir meilleurs dans leur discipline de prédilection, vous participez activement à faire de cette planète un endroit plus chaleureux et plus accueillant[1. « Vous allez finir par vous aimer les uns les autres, bordel de merde ? » (source)].

Cupcakes de folie (testés et approuvés !)

Je crois dur comme fer au pouvoir des sourires et des mercis.

L’enthousiasme, la gratitude et la bienveillance sont mes valeurs-clés.

Y a-t-il quelque chose de plus agréable que de sentir qu’on fait partie d’une petite sphère d’esprits complices et complémentaires ?

Du fond du cœur, merci d’avoir suivi mes aventures cette année.

En 2015, je continuerai à publier très régulièrement des photos sur mon profil Instagram, ainsi que dans ma galerie FlickR, libérée de l’obligation morale de publier forcément une photo par jour.

Je ne sais pas encore la forme que cette nouvelle année prendra. J’ai envie d’expérimenter.

J’ai envie de publier plus régulièrement sur mon blog.

J’espère que vous serez au rendez-vous.

D’ici là, passez un merveilleux réveillon.

Et n’oubliez pas de faire un vœu ! ^.^\m/

Un baiser sous le gui

Marie

18 commentaires

  1. Je relie dans ma tête ton billet à cette vidéo de Jason Silva qui expose sous une forme poétique et hyper-expressive l’impact de notre petit bout de web dans le monde. Sa vision est certes très imagée et onirique, mais je retrouve dans tes mots son enthousiasme et l’importance de l’expression et du partage. C’est en tout cas sur ce point que les posts de ton année 2014 m’ont le plus parlé :)

    Je retiens enfin ton très fort message qui s’avère si vrai et que j’ai vérifié à de nombreuses reprises :

    De toute façon, si quelque chose vous fait peur, c’est sans doute pile parce que vous devez le faire.

    Merci à toi de partager autant tes démarches, tes découvertes, tes prises de risques et ton authenticité. Personnellement, j’en apprends énormément.

    1. Coucou !

      J’ai regardé la vidéo de Jason Silva ; son discours contient cette grandiloquence typiquement anglo-saxonne qui peut faire fuire, mais si on met de côté la forme, oui je rejoins totalement cette idée que chaque chose que nous publions participe à un dessein plus grand.

      l’importance de l’expression et du partage

      C’est tout à fait ça !

      Un des doutes que je lis le plus souvent, que ce soit dans les messages que je reçois, ou dans des billets de blog à droite à gauche, c’est celui qui consiste à se demander en quoi ce que nous avons à partager, notre petit monde, nos interrogations, inspirations, découvertes, pourraient intéresser autrui, alors qu’il existe déjà des centaines de milliers de blog qui parlent déjà des mêmes sujets.

      Mais le résultat de ce qu’on publie sera forcément unique – même si on commence tous quelque part, et que copier ce que font les autres est souvent la façon la plus simple et la plus pédagogique pour apprendre par soi-même.

      Plus on publie, plus on affine son style, plus on cisèle la façon dont on donne à voir notre univers aux autres.

      Il existe forcément des personnes qui s’intéressent aux mêmes choses que nous, et qui se posent les mêmes questions. Et il existe forcément des personnes qui ont des univers radicalement différents, mais avec lesquels on aura plein de choses à partager, attirés comme des aimants.

      Merci à toi de partager autant tes démarches, tes découvertes, tes prises de risques et ton authenticité. Personnellement, j’en apprends énormément.

      Ça me fait super plaisir à lire ! ^.^*

      Merci à toi pour ta présence, pour tes commentaires, pour les choses trop bien que tu m’as fait découvrir cette année, ainsi que pour la confiance que tu m’accordes pour tu-sais-quoi (je t’envoie ça très bientôt !).

      ♥︎

      1. À propos de Jason Silva, je t’avoue que son enthousiasme débordant et un peu rose bonbon me fait parfois du bien. Ça a un côté « je me laisse émerveiller » par quelqu’un de si excité et époustouflé par des idées somme toute assez simple. La musique et les images utilisées dans ses vidéos ajoutent bien évidemment à la forme « je vous en mets plein la vue » !

        Certes, je les consomme à petite dose parce que ça tape vite sur le système tout de même, mais de temps en temps c’est un petit plaisir qui me refait voir le monde avec des yeux d’enfant :)

        Plus on publie, plus on affine son style, plus on cisèle la façon dont on donne à voir notre univers aux autres.

        Je réalise de plus en plus à quel point l’esthétique et le message véhiculé par d’autres blogs me poussent à voir le monde sous un nouveau jour, et apportent finalement de nouveaux joyaux dans mon propre monde à moi. C’est un donnant-donnant qui ne peut être que positif pour tous !

        Il existe forcément des personnes qui s’intéressent aux mêmes choses que nous, et qui se posent les mêmes questions. Et il existe forcément des personnes qui ont des univers radicalement différents, mais avec lesquels on aura plein de choses à partager, attirés comme des aimants.

        Alors là ce n’est pas moi qui vais te contredire, j’ai fait tellement de rencontres incroyables grâce à l’univers des blogs, et toutes ont intensément contribué à la personne que je suis aujourd’hui. J’associe cela à ta réflexion sur l’horreur d’une adolescence sans Internet : pour sûr, vu que tu sembles avoir un ressenti similaire au mien, nous serions des personnes radicalement différentes ! Je me demande d’ailleurs fort quelles personnes nous serions devenues avec une vie complètement hors ligne…

        On va arrêter là l’échange de mercis congratulesques sinon on ne va plus s’en sortir ;) Je me félicite juste de ne plus avoir peur d’écrire aux gens, par commentaires ou mails ou autres. Internet rend tous ces échanges tellement accessibles et ces derniers apportent tellement, autant ne pas s’en priver ! (et quant à ta dernière parenthèse, rien de pressé ;) )

  2. Merci pour ton blog, toujours agréable à lire, dans mon lecteur RSS depuis l’article sur la refonte du site de Sucre d’Orge.

    Je suis développeur web débutant et j’ai rarement vu un article en français aussi détaillé à propos de la création d’un site.

    1. Merci Maxime ! Je suis vraiment enchantée si ce billet « making-of » t’a autant plu.

      Au plaisir de te lire ! :)

  3. Merci à toi d’être inspirée et inspirante :)

    1. ^.^–♥︎

  4. Marie <3
    Super heureuse que tu te sentes bien où tu es, que tout ce stress et ces péripéties en aient valu la peine ! Merci pour ton blog, et pour toi, tout simplement.
    (Et aussi… oh comme je me reconnais, dans ce que tu dis sur Internet ! Je n'arrive même pas à imaginer à quoi ressemblerait ma vie si j'avais grandi sans, ou s'il n'existait tout simplement pas… *frisson d'horreur*)

    1. Merci pour ce commentaire tout doux ! ^.^ (Oui, je suis en mode « cucul » aujourd’hui, et j’assume.)

      Super heureuse que tu te sentes bien où tu es, que tout ce stress et ces péripéties en aient valu la peine !

      Ouais, d’ailleurs chaque jour me rappelle à quel point ça vaut le coup de se bouger le popotin pour obtenir ce qu’on veut !

      Vive la pugnacité et la détermination !

      Je n’arrive même pas à imaginer à quoi ressemblerait ma vie si j’avais grandi sans, ou s’il n’existait tout simplement pas… *frisson d’horreur*

      Doux Jésus…

      Parfois, j’essaie d’imaginer la post-adolescence de mes parents, dans les années 70. Sans Internet, sans téléphone portable… Hum.

      Parallèlement à ça, je trouve toujours un peu grotesques les expériences du genre « J’ai vécu un an sans Internet » ; ça fausse complètement l’expérience de voyage dans le temps, vu qu’on est entouré d’écrans à chaque instant.

      Je ne compte plus les gens qui me foncent dedans parce qu’ils ont les yeux rivés sur leur smartphone, totalement absorbés au point d’en oublier ce qui les entoure…

      Parfois, j’ai tendance à être trop absorbée moi-même.

      Une seule solution : me forcer à laisser mon iPhone sur ma table de chevet, et ne pas y toucher de la journée. Ou éteindre mon ordinateur pour de bon, et aller regarder un film à la place.

      En arriver jusque-là, c’est déjà le signe d’être totalement addict, non ? :-S

  5. Je ne commente jamais tes écrits qui, pourtant, me boostent pour reprendre mes activités créatives trop souvent laissées de côté, juste par peur de ne pas trouver d’échos à ce que je peux produire. C’est souvent grâce à toi que j’ose créer de nouvelles choses, quelles que soit les domaines ou l’inspiration du moment.

    Alors c’est toi qu’il faut remercier pour tout ça, pour le partage de tes découvertes et pour tes encouragements sans cesse renouvelés.

    Belle année créative Marie, continue à me faire rêver ;)

    1. Salut Laure !

      Je ne commente jamais tes écrits qui, pourtant, me boostent pour reprendre mes activités créatives trop souvent laissées de côté, juste par peur de ne pas trouver d’échos à ce que je peux produire.

      Merci d’avoir franchi le pas cette fois-ci, cela me touche beaucoup ! ^.^*

      Sache que je réponds à 99 % des commentaires que l’on me laisse, si cela peut apaiser tes craintes pour la suite… :)

      C’est souvent grâce à toi que j’ose créer de nouvelles choses, quelles que soit les domaines ou l’inspiration du moment.

      C’est le plus beau compliment que tu puisses me faire ! Quelle belle récompense. Merci ! ♥︎

  6. Guillaume Deschamps

    3 janvier 2015

    Voilà qui est bien courageux et généreux de se fixer un protocole créatif pendant un an ! UN AN !!!

    Marie, depuis que j’ai découvert ton blog et ton taff, je n’ai pas cessé d’être inspiré par la générosité et la qualité des contenus que j’ai pu y trouvé.

    Ton univers visuel et musical, ta rigueur professionnelle et technique, et puis encore une fois, ta générosité et ta créativité… Merci mille fois donc ! Comme je regrette de ne pas t’avoir rencontré plus tôt, quand tu étais encore sur Paris. Je suis sur que Rennes va continuer de t’apporter beaucoup de choses. Tu pourras saluer les roses du jardin du Thabor de ma part… Il y avait de très bons chocolats viennois dans un bar nommé « le haricot rouge » entre la mairie et les quais centraux de Rennes, il y a 5 ans. Peut-être aurais-je l’occasion de t’y inviter, si le bar existe toujours ?

    Bonne année à vous tou-te-s et vive l’inspiration, la bienveillance et le chocolat !

    1. Salut Guillaume !

      Merci pour ton super commentaire ! ♥︎ (Oui, tu as droit à un cœur aussi, y’a pas de raison !)

      Voilà qui est bien courageux et généreux de se fixer un protocole créatif pendant un an ! UN AN !!!

      C’était inconscient, tu peux le dire :-P Le délire a battu son plein en février, quand je devais non seulement produire une photo par jour, mais aussi un dessin par jour… Je t’assure que, sur le moment, j’ai moyennement rigolé !

      Et pourtant : rétrospectivement, cela m’a boostée comme jamais !

      Je doute beaucoup de mes capacités en dessin, et je sais que mes photos ne valent pas tripette ; mais ces deux défis m’ont tout deux donné un bon coup de boost pour aller de l’avant et sortir de ma petite chrysalide, faite de doute et d’auto-dépréciation.

      Et c’est fou les réactions hyper positives que tu reçois quand tu partages sincèrement des projets comme ça qui te tiennent à cœur. Mes proches et mes copains d’Internet – dont toi ! – se sont pris au jeu et m’ont encouragée comme jamais je ne l’aurais imaginé.

      Au final, la chaleur humaine et l’amitié ont sans doute davantage pesé dans l’expérience que le défi technique en lui-même… :)

      Marie, depuis que j’ai découvert ton blog et ton taff, je n’ai pas cessé d’être inspiré par la générosité et la qualité des contenus que j’ai pu y trouvé.

      *blush* Merci ! Ça me motive énormément à persévérer dans cette voie !

      Il y avait de très bons chocolats viennois dans un bar nommé « le haricot rouge » entre la mairie et les quais centraux de Rennes, il y a 5 ans. Peut-être aurais-je l’occasion de t’y inviter, si le bar existe toujours ?

      Avec plaisir ! ^.^

      Bonne année à vous tou-te-s et vive l’inspiration, la bienveillance et le chocolat !

      \m/^.^\m/

  7. Merci de nous avoir fait voyager, découvrir, lever la tête…. Pendant un an!
    Impression d’avoir partager ta vie pendant cette période et envie de continuer :-D

    Moment des traditionnelles résolutions du nouvel an, résolutions que tout le monde aura oubliées au bout de 15 jours !

    Restes toi même, toujours à l’affût de ce qui se passe autour de toi et à enfin profiter de ton paradis breton.

    1. Merci Agathe ! ^.^

      Rassure-toi, je vais continuer à poster des photos, sauf que je ne me flagellerai plus à l’ortie fraîche lorsque je zapperai un ou deux jours de suite. ;-)

      1. Je ne suis pas pour la flagellation donc ça me va que tu zappé un, deux, trois ou quatre jours.
        Cela ne gâchera pas la qualité de ton travail ;-)

  8. Merci pour cette année de partage et meilleurs voeux pour 2015!

    1. Merci <3

  9. […] vraiment envisagé de m’essayer à l’exercice. Et puis finalement, ce billet écrit par Marie en décembre dernier m’a donné envie d’essayer […]

Les commentaires sur ce billet sont désormais fermés, mais vous pouvez toujours m’envoyer un email si vous souhaitez me dire quelque chose !

Billets adjacents