Cliché

Voilà, ça y est : on déménage dans quinze jours !

L’ambiance est faussement calme. Quitter Paris est bien sûr une joie immense !

N’empêche que dire au revoir n’est jamais facile. Ce projet de déménagement et de mutation, que j’ai porté à bout de bras depuis ce qui me semble une éternité, est à deux doigts de se concrétiser.

J’ai même prévu un pot de départ.

La gargouille

« Le Beau n’est pas ce à quoi on s’habitue. »

Citations

Ma mère a un véritable inspiration wall, sur lequel elle accroche, scotche, affiche citations, photos et autres petits objets.

J’aime cet enchevêtrement faussement aléatoire de couleurs, de caractères, de pensées philosophiques. Cela m’apaise et m’encourage. J’aime cette idée de mélange, cette volonté de réunir en un seul endroit tout ce que l’on aime.

De même que ce monticule de rocaille et de plantes, et que ce visage en céramique qui sourit, mutin. Un coup d’œil sur cet instant poétique suffit à recharger mes batteries.

Le jardin des fées

Ce mois de juillet a été tendu, beaucoup de stress a rythmé mes journées, beaucoup d’échéances, de coups de fil à passer, de paperasse… Autant de sacrifices sur l’autel du qu’est-ce-qu’on-sera-bien-après.

Faire mes cartons, je l’avoue, est une épreuve. C’est sans doute une métaphore nécessaire du changement qui nous attend. Ça nous prépare psychologiquement.

Le bonheur, c'est simple comme un carton.

Mais l’on retombe invariablement sur plein de choses qu’on avait oubliées, ou mises de côté, en se disant qu’on aurait le temps de s’en occuper, de trier, d’en profiter. Mais ce temps, on le prend rarement, en fin de compte.

Il y a toujours plus urgent – alors qu’en fait, il est toujours beaucoup plus tard qu’on ne le pense.

Joli ciel

D’une part

Remplir des cartons me fait prendre conscience de mon matérialisme : accumuler, remplir à ras bord, acheter encore et toujours… Une tendance que d’aucuns appellent la guillaumite, car c’est de famille.

Mais à quoi servent tous ces livres, tous ces papiers, tout ce bric-à-brac ? Je ne peux même pas dire que j’en profite. Mais je trouve leur présence rassurante.

Plus on a de la place, plus on entasse ; dois-je alors m’inquiéter de gagner 25 mètres carré dans mon nouvel appartement ? :roll:

J’essaie de jeter. J’essaie de revendre. Mais rares sont les choses dont j’accepte de me séparer. Je suis sans doute un peu trop sentimentale pour ça.

D’autre part

Ces dernières semaines, j’ai mieux pris conscience de la responsabilité qu’on endosse quand on publie quelque chose (en particulier sur Twitter, mais pas que).

Sur mon blog, j’ai réussi à mieux compartimenter et à filtrer, il y a de ça quelques années déjà. J’ai archivé mes pensées vénéneuses sur La Lune Mauve, où elles sont destinées à reposer.

Je lutte souvent contre cette instantanéité qui me brûle les doigts.

Je me censure beaucoup, par peur de froisser ou de causer quelque scandale diplomatique. Je m’efforce de ne plus parler de mon boulot en public, je limite le « bruit » au minimum, bref, j’essaie de publier « utile ».

Cela étant dit, ce qui nous distingue, chacun-e d’entre nous, c’est notre univers personnel, et notre personnalité. Si on gomme trop de soi, on se fond dans la masse, méconnaissable.

Si ça ne vient pas un peu des tripes, quel intérêt ? (Note pour plus tard : ceci pourrait fort bien me servir d’épitaphe.)

Vacances (ou presque)

Pensées

Ce mois-ci, j’ai eu une pensée particulière pour les grandes filles mal-aimées par leur père, pour celles qui tombent subitement amoureuses, et pour celles qui se cherchent encore ; pour les amis/es qui sont toujours aussi amoureux/ses, pour les chansons qui replongent dix ans en arrière, pour les artistes qui ne se prennent pas au sérieux, pour les petits chats inquiets, pour leurs maîtres qui le sont tout autant, pour les papas qui aiment leurs petites filles, et pour les cieux que je m’apprête à retrouver.

Voilà. Maintenant que je vous ai vidé mon sac, j’ai une confidence à vous faire : je ne pense pas être capable de bloguer avant plusieurs semaines. :sad:

Vous savez ce que c’est : plus d’Internet, la tête dans les cartons, les vacances, l’envie de se couper du monde pendant quelques jours, la Bretagne qui vous gagne, les crèpes à la frangipane, les détours en Normandie, tout ça.

Mon prochain billet sera sans doute la suite du défi photo que vous êtes en train de regarder.

D’ailleurs, en juillet, j’ai tenu bon, et j’ai réussi à prendre une photo chaque jour. Je suis plutôt fière de moi ! ^.^\m/

Niveau inspiration, Sandra Juto prend des photos sublimes. Je lis son blog depuis des années, totalement médusée par sa capacité à saisir autant d’instants aussi différents les uns que les autres. Visitez son blog !

Ferdinand (alias Le Chat à la patte bionique)
Ferdinand (alias Le Chat à la patte bionique)

À propos : si vous avez vous aussi envie de vous (re)mettre à créer, simplement pour le plaisir de créer et de vous plier à un petit exercice collectif, Laurence lance un nouveau défi créatif, ouvert à toutes et à tous, sans prise de tête.

C’était elle qui avait lancé le défi dessin que j’ai relevé en février dernier.

Là : vous ne manquerez de rien. Éblouissez-moi et inspirez-moi ! Je vous donne rendez-vous en septembre, où je bloguerai, enfin, depuis les terres bretonnes chères à mon cœur.

D’ici là, portez-vous bien !

Saccades
GIF réalisé avec l'appli Party Party.

13 commentaires

  1. Ton passage sur le fait d’entasser et d’avoir du mal a se séparer m’a interpelé ;) je crois que ça m’a fait ça a tout mes déménagements aussi, en même temps ça permet de faire le tri et de se rendre compte de ce qui est vraiment essentiel pour nous ou pas.
    J’imagine que ça va pas être simple de déménager tous tes livres ?

    Bon déménagement et ne culpabilise pas a déconnecter ;) on attendra ton retour bloguesque avec patience.

    1. Salut Lucie !

      Ouais, pour les livres, ce n’est déjà pas facile de les emballer… :-p Chaque jour qui passe, je me félicite de faire appel à des déménageurs pros pour déplacer tout ça…

      Merci pour tes encouragements ! :)

  2. Bon courage pour cette dernière ligne droite, Marie ! Je t’envoie plein de bonnes ondes et j’attendrai patiemment ton retour le temps qu’il faudra ;-)

    1. Merci tout plein <3

  3. Les cartons, je connais. Entasser aussi. C’est une des choses dont je suis le plus fière ces dernières années, j’ai appris à donner, trier, jeter. Quand on arrive à s’en détacher un peu, ça fait un bien fou. Dans la tête et dans l’appartement.

    Après, comme toi, je reste attachée à certaines choses et je suis contente d’être entourée de certains vinyles ou livres inspirants. Je fais même partie des gens qui achètent encore des DVD.

    Je ne sais pas si tu connais ce livre et projet : Zero Waste Home de Béa Johnson. C’est un peu extrême, mais ça donne des idées.

    Et profite bien de cette pause bien méritée. Hâte d’avoir des nouvelles depuis ton nouveau chez toi. D’ici là, bon courage ! :) Et merci de nous avoir suggéré ce défi créatif du mois d’Août ^^

    1. Coucou Ally !

      Merci pour le lien vers Zero Waste Home, je ne connaissais pas ; c’est sûr qu’en commençant à lire quelques articles et conseils sur ce blog, j’ai l’impression d’être un monstre de matérialisme et de gâchis, mais ça va me donner des idées pour lâcher prise et réutiliser/recycler/donner.

      Sinon, ouais, le défi août est top ! Je regrette de ne pas pouvoir le relever, faute de temps. Mais je jetterai un œil au hashtag de temps en temps ;-)

  4. Tinuviel.19

    4 août 2014

    Hello Marie!

    Tout de bon pour le déménagement et plein de jolies pensées pour ton installation en Bretagne. Je me réjouis de te lire en septembre!

    1. Merci infiniment ! <3

  5. Bon courage pour ton déménagement ! Je compatis d’autant plus que je suis moi-même dans les cartons et que j’ai dû jeter plein de trucs…
    Tes photos sont toujours aussi belles !
    Bonne installation en Bretagne et au plaisir de te lire en septembre ;)

    1. Merci beaucoup Qimen ! ^.^*

  6. Bonjour Marie,

    Bons cartons, bon déménagement et bonne installation dans votre nouveau chez-vous!
    Et profite bien de ces quelques jours pour te ressourcer aussi, tu pourras nous raconter tout cela plus tard sur ton blog (si tu en as envie) et je te lirai avec joie !

    L’accumulation des choses…Tu connais la syllogomanie? J’espère que tu n’en es pas encore rendue là! ;-)
    J’accumulais aussi beaucoup avant puis ayant déménagé de nombreuses fois pour des durées temporaires, j’ai du de facto vivre sans certains de mes objets préférés (mes livres).
    Du coup j’ai commencé à faire du tri et depuis, je ne me suis plus arretée.
    Pour les vetements et les chaussures, la régle à la maison maintenant est qu’on les donne si on ne les a pas portés 2 années de suite.

    Après, on prend aussi le temps petit à petit quand on est bien chez soi pour faire ce que l’on remettait toujours àa plus tard: les albums photos, le tri dans ses papiers… Mais sans pression et sans objectif ni performance hein! Il faut aussi prendre le temps de se laisser vivre…

    A bientot !

    1. Merci Mathea ! :)

      Quand je vois certaines des photos qui illustrent l’article consacré à la syllogomanie sur Wikipédia, je respire : je n’en suis pas là ! Ouf ! ^^;

      Pour les vetements et les chaussures, la régle à la maison maintenant est qu’on les donne si on ne les a pas portés 2 années de suite.

      C’est en effet une bonne règle. Si je l’appliquais, il y aurait en effet un bon paquet de vêtements et de chaussures que j’aurais dû jeter… Rendez-vous est pris au moment de déballer mes cartons !

      Après, on prend aussi le temps petit à petit quand on est bien chez soi pour faire ce que l’on remettait toujours à plus tard: les albums photos, le tri dans ses papiers… Mais sans pression et sans objectif ni performance hein! Il faut aussi prendre le temps de se laisser vivre…

      C’est marrant : quand j’étais étudiante, j’étais très bordélique, et je procrastinais beaucoup. Depuis que je travaille, je me suis reprise en main, et j’ai horreur de laisser traîner – surtout les trucs administratifs, mais aussi les choses qui traînent dans mon appart’ ! Peut-être un côté maniaque qui ressort, après s’être fait discret pendant des années !

      J’ai tendance à un peu trop accumuler la paperasse : j’ai encore des factures qui datent de 2002 ou 2003… Il serait temps de jeter tout ça !

      En attendant, je souscris à la facture électronique dès que c’est possible.

      1. On t’attend au rendez-vous de déballage de tes cartons pour faire du tri alors ! ;-)

        Attention pour tes factures, je ne sais pas quelle est la législation française sur la prescription des factures et autres documents mais avant de détruire, renseigne-toi, sait-on jamais…

Les commentaires sur ce billet sont désormais fermés, mais vous pouvez toujours m’envoyer un email si vous souhaitez me dire quelque chose !

Billets adjacents