Et hop, 31 nouvelles photos à ajouter à mon défi 365 ! ^.^\m/ C’est déjà le quatrième mois ! (Jetez un œil aux éditions précédentes : décembre, janvier et février.)

Soleil couchant

Mars était un mois assez sympa, je dois dire – en tout cas, davantage que le mois de février. Le retour du soleil et des températures plus douces me font beaucoup de bien (je suis extrêmement météo-sensible).

Shera

Mars, en vrac

  • Mon chat a eu 4 ans mais a semblé s’en soucier comme de sa première croquette.
  • J’ai beaucoup bossé, parfois à des heures tardives, sur un nouveau projet web perso. Et je me suis rendue compte que je ne récupère plus comme avant… Je vieillis !
  • J’ai eu un coup de foudre pour l’album Unsung Heroes de Ensiferum, qui tourne en boucle et que je ne suis pas prête de lâcher.
  • J’ai acheté ma première paire de Melvin & Hamilton, et je lorgne déjà sur ma prochaine paire…
  • Anaon est reparti randonner en Écosse, ce qui m’a donné très envie d’y aller un jour moi aussi !
  • Mon site a été plagié, mais le petit plaisantin a été mis hors d’état de nuire.
  • J’ai été frustrée de ne pas trouver le temps d’écrire davantage en mars. Il y a notamment un ou deux billets métier que j’ai envie d’écrire depuis longtemps sans trouver le bon timing…
  • Tori Amos a sorti une nouvelle chanson (comme d’hab’, les avis sont partagés).
  • J’ai rangé mon bureau ! Fait historique ^.^

Rien d’extraordinaire ni de mémorable, mais parfois la vie est simple, et ça fait du bien aussi !

I love you to the moon and back again

Le rythme risque de s’accélérer d’ici cet été avec mon déménagement ; pour le moment je plane un peu et je n’ai pas encore été contaminée par le stress, mais je sens que ça va bientôt venir. ^.^;

Mevin & Hamilton

Un moment de paix

Pour autant, je crois pouvoir dire, sinon que j’ai atteint « la maturité », au moins que pleins de choses, de sentiments, de relations larvées, qui m’ont torturée pendant des années, sont désormais loin derrière moi.

Est-ce que vous ressentez ça aussi, parfois – cette sensation claire et nette d’avoir franchi un cap ? De vous réveiller un matin et de prendre la pleine mesure de votre bonheur ? J’y suis de plus en plus sensible. Il en faut désormais beaucoup pour que j’aie des idées noires.

Dans mon laboratoire

C’est si agréable d’être bien. D’avoir à peu près trouvé sa place, de savoir à peu près où on va. De prendre conscience de sa liberté d’agir, et de changer sa vie, si le besoin s’en fait ressentir. De n’avoir de compte à rendre à personne, et de prendre soin de soi.

Tous les hommes ne sont pas des salauds – certains sont morts.

Ce mois-ci, je publierai un nouveau projet dans mon portfolio, et aussi un billet making-of si tout va bien. J’ai aussi deux-trois billets en cours, dont au moins un sur un livre que j’ai bien aimé !

Magnets rigolos

En mars, j’ai aussi publié le making-of de ma carte de vœux, partagé mon coup de cœur pour The Wild Unknown.

La Lune Mauve s’éteint

Et, sinon, j’ai décidé de mettre fin à l’aventure La Lune Mauve.

J’ai pris ma décision il y a quelques temps, et bien que je me sente encore un peu sous le choc, vu ce que La Lune Mauve a représenté dans ma vie, c’est avec le sourire que je clos ce chapitre.

C’était une magnifique expérience, qui m’a appris plus que je ne saurais dire, et qui m’a permis de rencontrer des personnes extraordinaires.

Les archives du site resteront en ligne bien entendu !

Désormais, je veux me concentrer davantage sur mon blog, que j’aimerais améliorer et enrichir. Vos commentaires, votre présence, m’encouragent dans cette voie, et j’espère que vous me suivrez dans cette nouvelle ère qui s’annonce.

En tout cas, merci, comme toujours, de me lire, cela compte beaucoup pour moi ! ♥

Ma broche lune vintage
Mon chat a 4 ans
Ombré naturel

Marie

15 commentaires

  1. Bonjour Marie,

    Il y a un proverbe qui dit « l’écho de quelqu’un qui se pose les mêmes questions que toi est un murmure de réponse » – non en fait ce n’est pas un proverbe, je viens de l’inventer. Mais tout ça pour dire que j’ai aimé lire ce billet parce qu’il reflète un état d’esprit qui traîne dans ma tête depuis quelques temps.

    D’un côté j’envie les chats, ils ont sûrement une sérénité que nous ne sommes pas prêts d’atteindre. Après je suis sûr qu’il y a plein d’inconvénients à être un chat, il faudrait que je leur demande à l’occasion.

    Ce mois de mars a été… bien je trouve. Cependant il n’a pas été de tout repos non plus, mais il s’agissait de ces phases éprouvantes nécessaires à l’apaisement qu’il s’en suit :)

    Je suis toujours un peu triste quand je n’arrive plus à trouver une musique qui me passionne, et dernièrement j’ai (re)découvert BRMC et Beach House. Je ne m’en lasse pas.

    Bref, j’arrête de parler de ma vie ici et je vais réponse à ta question :

    Est-ce que vous ressentez ça aussi, parfois – cette sensation claire et nette d’avoir franchi un cap ?

    La réponse est oui, une ou deux fois mêmes. Évidemment il y a plusieurs domaine : personnel et professionnel, autant au travail cela va être quand je deviens responsable dans certains domaines ou que certaines choses compliquées par le passé sont aujourd’hui devenues la routine ; alors que personnellement cela va être comme monter dans un autre train, ou plutôt être arrivé au sommet d’une montagne parce qu’on s’y pose un instant le temps de profiter de la vue. Après on ouvre notre (lourd) sac à dos, on regarde tout ce qu’on trimbale depuis si longtemps et des choses auxquelles on donnait de l’importance deviennent subitement inutiles et on les laisse derrière soi… Puis une fois qu’on se sent plus léger on regarde autour de nous et au loin une autre montagne nous appelle… C’est peut-être cela la vie.

    J’ai longtemps cru que l’âge adulte était comme un plateau et que l’adolescence et l’âge pré-adulte était une longue ascension. Cette vision était appuyée par mes aînées, mes parents qui semblaient si sûrs d’eux. Mais il n’y a pas longtemps j’ai découvert qu’en fait, l’ascension ne s’arrêtait jamais, c’est juste qu’on gagne en assurance et qu’au pire, on réalise qu’on n’est plus le dernier de cordée et du coup il faut montrer qu’on a l’impression de savoir ce qu’on fait, pour donner confiance à ceux qui nous suivent…

    Enfin, je vais m’arrêter avant le pavé, mais je repasserai, la prochaine fois le discussion sera peut-être sur un sujet en lien avec le web, mais en attendant un peu de réflexion de fait jamais de mal.

    Merci pour ton blog, et ton site, parce que les passions sont faîtes pour être partagées.

    1. Salut Philippe, et merci pour ton pavé ! :)

      Après on ouvre notre (lourd) sac à dos, on regarde tout ce qu’on trimbale depuis si longtemps et des choses auxquelles on donnait de l’importance deviennent subitement inutiles et on les laisse derrière soi…

      J’aime beaucoup cette image. C’est tout à fait ce que je ressens. Parfois, tu portes des trucs depuis si longtemps, que tu crois que c’est juste une prolongation de ton corps – mais en fait non, ce ne sont que des détritus.

      Ceci dit, ce n’est pas tant de les trimballer qui est difficile, mais bien le cheminement personnel qui te permet de les laisser partir, sans regret.

      la prochaine fois le discussion sera peut-être sur un sujet en lien avec le web, mais en attendant un peu de réflexion de fait jamais de mal.

      Oui, tu te rendras vite compte que mon blog n’a pas de thématique précise, il suit le rythme de mes coups de cœur, de mes coups de gueule et de mes réflexions :)

  2. Nous serons comme le vent aux alentours de minuit.

    Je ne sais pas quoi dire d’autre.

    Merci.

    1. Merci à toi, qui es sans doute l’un des plus anciens Lunemauviens qui soient ;)

  3. Cette sensation claire d’avoir franchi un cap…
    Oui, sans aucun doute. Pas souvent – heureusement (si je passais mon temps à franchir des caps je ne m’arrêterai jamais devant rien). J’ai trouvé ça magique la première fois que j’ai ressenti ça, parce que pour la première fois, je comprenais que grandir c’était ça : s’épanouir, se transformer, se retrouver… Je connais beaucoup de gens qui regrettent leur « jeunesse », mais pas moi, car plus le temps passe plus ma vie devient géniale. Sans doute parce que j’ai appris à la regarder autrement… et à la transformer par moi-même ^^ Parce que grandir, c’est ça aussi, je crois : c’est apprendre à s’assumer entièrement, à ne jamais rejeter sur quiconque nos propres fautes, et aller de l’avant.

    Merci pour ce beau billet !

    1. Je connais beaucoup de gens qui regrettent leur « jeunesse », mais pas moi, car plus le temps passe plus ma vie devient géniale.

      Je n’aurais pas dit mieux ! Je ressens exactement la même chose.

      c’est apprendre à s’assumer entièrement, à ne jamais rejeter sur quiconque nos propres fautes, et aller de l’avant.

      Amen !

  4. Tinuviel.19

    4 avril 2014

    L’impression de franchir un cap… j’ai l’impression que ça vient avec l’âge. Pour moi c’est ne plus se préoccuper de ce que pense les autres et faire ce qui te fait du bien et qui te rends heureuse. De toute façon ceux qui t’aime te répondront « l’important pour moi c’est qu tu sois heureuse » alors tu prends enfin une bonne décision et tu réveilles le lendemain matin en te disant « mais pourquoi je l’ai pas fait plus tôt »… t’as franchi un cap.
    J’ai aussi remarqué qu’avec le temps tes billets sont moins mélancoliques et ça me fait plaisir de te voir heureuse… mais n’oublie pas de toujours pousser un ou deux coups de gueule de temps en temps ;) En tout cas continue comme ça j’adore lire tes billets depuis longtemps et j’espère que ça va durer encore!

    1. ne plus se préoccuper de ce que pense les autres

      En effet, je pense que c’est la condition sine qua non pour être libre.

      Au fil des ans, ma devise est passée de « La vengeance est un plat qui se mange froid » à « Bien faire et laisser braire » : je vois ça comme un progrès ! ^.^

      J’ai aussi remarqué qu’avec le temps tes billets sont moins mélancoliques et ça me fait plaisir de te voir heureuse… mais n’oublie pas de toujours pousser un ou deux coups de gueule de temps en temps ;)

      T’inquiète pas, il y a toujours une bonne proportion de ronchonnerie qui attend, tapie dans l’ombre :D

      Maintenant, c’est vrai que j’ai envie de passer davantage de temps à parler des choses qui m’inspirent et me rendent heureuse, plutôt que de tourner en rond avec ma colère…

      Ceci dit, il y a au moins un pamphlet que je publierai, non pas sur mon blog mais sur le blog des Intégristes, auquel je contribue une fois tous les dix ans (ou moins).

      Et, sur mon blog, je vais remettre un peu de noirceur simplement en parlant davantage des artistes et des musiciens qui m’inspirent.

      En tout cas continue comme ça j’adore lire tes billets depuis longtemps et j’espère que ça va durer encore!

      Merci ! ♥

  5. Hello,

    Comme les autres, je suis contente de te sentir heureuse !!
    Et sinon, rien à voir, mais Ensiferum c’est trop bien (un coup de foudre wackenien pour moi)
    Bonne continuation à toi, et au plaisir de te lire…

    1. Merci Marilou ! ^.^

      Et sinon, rien à voir, mais Ensiferum c’est trop bien (un coup de foudre wackenien pour moi)

      Ça doit envoyer du gros en live ! Vivement le prochain album ! :)

    2. D’ailleurs, si tu as d’autres groupes dans la veine de Ensiferum à me recommander… :)

  6. Je me reconnais un peu (voire beaucoup) dans ce témoignage. C’est bien d’aller de l’avant en toute sérénité :) et je suis toujours épatée par ton travail, continue comme ça! Fais-moi signe si tu (re)passes un jour du côté de l’Alsace… ;)

    1. Salut Carole ! Merci pour ton commentaire. Je note l’invitation alsacienne ! ;-)

  7. Salutations Grande Alchimiste!

    Depuis que ton annonce à propos l’arrêt de la lune mauve, j’avoue, j’attendais le contre-ordre. J’attendais qu’on reparte pour un tour entre scribes. Mais non, le retournement de situation ne vient pas, je vais bien devoir me faire une raison. :)
    Alors à l’avenir, je te suivrai ici… parce que je ne tiens pas à te perdre de vue. ;)

    Merci pour plein de choses!

    noranout

    1. Salut Nolwenn ! Merci à toi pour ce petit mot et tous les autres.

      Le contre-ordre viendra peut-être un jour de relancer les machines, qui sait. Mais pas maintenant. Je pleure encore la mort silencieuse de mon astre ; je n’ai d’ailleurs pas encore envoyé les faire-parts.

      Qu’à cela ne tienne, ici c’est le bon endroit pour assister à une espèce de métamorphose. Du moins, je crois. ;-)

Les commentaires sur ce billet sont désormais fermés, mais vous pouvez toujours m’envoyer un email si vous souhaitez me dire quelque chose !

Billets adjacents