Brace yourselves, le terrible mois de mai est de retour !

Il va me falloir beaucoup, beaucoup de musique, de sorties et de peinture pour tenir le coup.

Ça tombe bien, les pépites musicales affluent ces temps-ci, et je suis contente d’en garder une trace au sein de cette rubrique musicale toute neuve !

Ioanna Gika – Thalassa

Style : dream pop

Dans une autre vie, Ioanna Gika a dû être une sirène, tant son premier album coule de source.

En surface doux, éthéré et même elfique par moment, Thalassa (« la mer » en grec – mais aussi une déesse maritime primordiale) dévoile des remous émotionnels et une nervosité électro imprévisibles. L’océan sert ici de métaphore au mouvement qu’on ne peut arrêter, et au lot de deuils, d’amours brisées et de changements qui rythment l’existence.

Mention spéciale pour la harpe, qui amplifie encore la mélancolie liquide distillée tout au long de l’album.

Weyes Blood – Titanic Rising

Style : pop baroque

J’ai découvert Natalie Mering et son projet Weyes Blood en 2016, et cela avait été une révélation.

Rebelotte avec Titanic Rising, un album aux sonorités vintage (claviers ++), où la poésie aquatique flirte avec l’allégresse céleste. Catastrophe écologique, piétinement des droits sociaux, crise économique… Le Titanic est en train de couler, et l’espoir de s’en sortir ne tient qu’à un fil.

Bercé par la voix chaude et enveloppante de Mering, cet album pourrait être la musique du film de notre vie.

Mary McLaughlin – Celtic Requiem

Style : élégie celtique

Nord-Irlandaise, Mary McLaughlin est une chanteuse, autrice-compositrice et enseignante dont la musique est profondément enracinée dans la tradition gaélique.

À la mort de sa mère, dans les années 90, la musicienne a redécouvert la coutume de la veillée, qui consiste à veiller le corps de la personne décédée pour lui rendre hommage et à commencer à faire son deuil.

Les rideaux sont tirés, les bougies allumées, et tous les miroirs du foyer sont recouverts de tissu, pour éviter que l’âme du défunt ou de la défunte ne voie son propre reflet et tente de revenir dans le corps. Les fenêtres et les portes restent grandes ouvertes pour aider l’esprit à s’en aller pour l’Autre Monde. Les horloges et les montres sont arrêtées, pour laisser le temps aux proches de se recueillir autant que nécessaire.

C’est aussi à cette occasion qu’a longtemps été pratiqué le « Keen », une forme de musique sophistiquée, partiellement improvisée, et en général chantée par les femmes. Ces chants funéraires ont une visée spirituelle et cathartique, le chant étant en prise directe avec les émotions.

Pour en savoir plus sur le keening, je partage à nouveau cet article écrit par Mary McLaughlin elle-même : Keening – A Mourning Ritual For Our Time?.

L’album Celtique Requiem s’inscrit dans cette tradition irlandaise vis-à-vis de la mort, et c’est un bijou d’intimité.

Brutus – Nest

Style : post-metal punk et pêchu

FIRE! L’album commence par une urgence, et cette ambiance explosive dure 42 minutes, avec quelques rares accalmies.

Outre le fait que je suis toujours toute chose quand il y a une batteuse – d’ailleurs, Stefanie Mannaerts est batteuse et chanteuse, respect –, Nest est un coup dans le cœur qui s’intensifie à chaque écoute.

Quant à War, c’est le premier morceau de metal à m’avoir fait pleurer.

Je mets la vidéo ci-dessous pour que vous jugiez de l’énergie abrasive et de la précision dingue du trio belge.

Aephanemer – Prokopton

Style : death mélodique

Le groupe toulousain Aephanemer vient de sortir un album énorme qui n’a pas le dixième de promo qu’il mériterait. Pourtant, Prokopton est d’ores et déjà un des albums mémorables de 2019 : un monument mélodique qui tabasse, aussi énergique qu’entêtant.

Les sonorités prog sont utilisées ici avec intelligence, bien loin de la débauche de clichés dans laquelle les plus grands noms de la scène ont fini par se vautrer.

Aux growls et à la guitare, la musicienne Marion Bascoul m’a fait revoir mon jugement sur le chant death, que j’aime d’habitude beaucoup moins que le chant black.

Bref, ça patate et c’est cool !

Et vous, vous écoutez quoi en ce moment ? C’est bien ?

Marie

Déjà 16 commentaires

  1. J’adore la pochette de Prokopton :) et si je bloque un peu sur le chant l’instru derrière me plait.

    Je retiens surtout les 2 premières artistes que tu as présentées qui on ce truc en plus qui capte mon attention

    Répondre

    1. Chouette ! Je suis contente que quelques trucs te plaisent. (Je suis secrètement toujours un peu stressée que personne n’aime rien… ahah)

      Répondre

      1. J’ai dans l’idée que vu ta large audience et le fait que tu as déjà parlé à de multiples reprises (avec des réactions positives) de tes goûts musicaux, tu n’as plus trop de raisons rationnelles (ça ne fait pas tout je sais) de craindre un bide totale ! :)

        Répondre

        1. Hé bien je trouve que partager ses goûts musicaux est quelque chose d’assez intime, tant j’ai un rapport à la musique ancien et quasi-permanent (j’en écoute au bas mot 6 à 8 heures par jour). Quand je partage un album et que j’ai un mauvais retour (ce qui arrive, certes rarement), je ne peux m’empêcher d’être un tantinet chiffonnée – rien de rationnel dans cette réaction, mais comme toujours un investissement émotionnel un peu trop grand de ma part.

          Par ailleurs, LLM n’a pas une si large audience que ça (et c’est un soulagement). Mais même s’il y avait des milliers de personnes qui liraient mes revues musicales, cela ne serait pas moins vecteur d’appréhension de ma part, au contraire.

          Mais c’est vraiment adorable de vouloir me rassurer ! ^.^

          Répondre

          1. Je pense comprendre ce que tu veux dire sur le rapport intime et je sous-estime sûrement l’investissement émotionnel. Le zombi un peu trop détaché/rationnel a encore frappé ^^

          2. T’inquiète, c’est pas une histoire de zombie, c’est juste pas toujours évident à distance :)

  2. Ohhhh mais oui !!!! Aephanemer c’est tellement bien !!!!! <3

    Répondre

    1. Ouiii ! Une de mes meilleures découvertes 2019 jusqu’à présent !

      Répondre

  3. Movies de Weyes Blood … amour fou <3 !

    Répondre

    1. Ah, je suis contente ! Gros crush sur cette chanson ici aussi…

      Répondre

  4. J’aime beaucoup cette découverte des chants funéraires celtiques (ici et déjà une fois avant il me semble). C’est beau et poignant.
    Je suis surprise par cette baisse de moral et d’énergie de Mai, pour moi c’est tout le contraire! Je déborde d’idées et de motivation pour les réaliser (c’est souvent ce qui me manque en fait). Je t’envoie plein de bonnes ondes pour passer ce coup de mou!

    Répondre

    1. Oui en effet, j’avais évoqué l’album dans ma dernière revue de web. Tu as l’œil !

      Je t’envoie plein de bonnes ondes pour passer ce coup de mou!

      Merci tout plein ! Créativement, je me sens un peu « éteinte », la plume a cessé de me démanger (même si au fond je rumine), et je profite de cette baisse d’énergie annuelle pour faire du tri et du rangement, histoire de faire de la place à ce qui va venir ensuite.

      Seul avantage du mois de mai : mes plantes qui fleurissent ; les nombreux jours fériés (cette année du moins).

      Répondre

  5. Eh bien si je te dis que depuis ton article j’écoute l’album de Ioanna Gika en boucle, je pense qu’il n’est nul besoin de préciser davantage à quel point cet album me plaît et me parle ! :)
    Du coup un grand merci à toi d’en avoir parlé car je ne connaissais absolument pas avant de lire ton billet !
    J’ai jeté aussi une oreille curieuse à Weyes Blood, ça ne m’envoûte pas autant que Ioanna Gika (à l’exception notable de Movies, que je trouve aussi doux que fascinant) (et qui tourne un peu en boucle lui aussi, j’avoue ^^).
    D’ailleurs, ton billet tombait à pic car ça faisait longtemps que je n’avais pas fait de découverte musicale et j’étais un peu en manque ^^ » Bon, il y a bien eu le dernier EP de Tanya Tagaq en mars, Toothsayer, conçu pour accompagner une expo sur le monde polaire, mais je connaissais déjà l’artiste. D’ailleurs, je trouve que ce sera le disque idéal pour traverser l’été, tant il transporte si bien dans ces étendues de glace et de neige, aussi âpres que magnifiques. De plus le chant de gorge de Tanya Tagaq y est plus accessible pour des néophytes que dans ses autres disques, ça peut être une bonne porte d’entrée vers son style musical très particulier.
    Tu me diras, passer de la glace à l’eau, du Grand Nord à la Grèce, je reste dans l’univers aquatique :)

    Répondre

    1. Coucou Lulla !

      Eh bien si je te dis que depuis ton article j’écoute l’album de Ioanna Gika en boucle, je pense qu’il n’est nul besoin de préciser davantage à quel point cet album me plaît et me parle ! :)

      Ah cool, je suis bien contente ! Pareil, ça a été un petit coup de foudre que je n’avais pas du tout anticipé. Le label Sargent House est vraiment une mine d’or… 

      Merci beaucoup pour ta recommandation concernant Tanya Tagaq, une artiste dont je n’ai encore jamais entendu parler. J’ajoute son disque à ma pile-­à-­écouter !

      J’étais à deux doigts de passer le rendez-vous musical du 1er juin, mais entre temps j’ai encore découvert des albums bien chouettes, du coup… Je te dis à dans 10 jours pour de potentielles nouvelles découvertes ! :)

      Répondre

  6. ohlala! merci pour ces partages! je me rends compte à quel point nos attirances sont souvent les mêmes, que ce soit pour la musique, l’art, ou tant d’autres choses lorsque l’on partage un même « univers ». On se connecte à un groupe alors que l’on pensait être isolée à écouter ça ou à aimer telle série ou tant d’autres choses!
    bref, j’en reviens à la musique, j’ai découvert Ioanna Gika avec cet article et j’écoute pas mal depuis! j’adore bosser avec ce genre de musique (d’ailleurs j’apprends à connaitre des sous genres musicaux jusque là inconnus!). Mille mercis pour ces partages, je lis vraiment chaque article du blog avec intérêt et gourmandise, même si je ne commente pas souvent ;)

    Répondre

    1. Merci Vanessa pour ton message, je suis ravie !

      je me rends compte à quel point nos attirances sont souvent les mêmes, que ce soit pour la musique, l’art, ou tant d’autres choses lorsque l’on partage un même « univers ». On se connecte à un groupe alors que l’on pensait être isolée à écouter ça ou à aimer telle série ou tant d’autres choses!

      Oui, je ressens ça aussi grâce aux personnes que je suis et qui partagent leur univers sur les Internets… On est seul·les à plusieurs, ça fait du bien, ça inspire, ça a beaucoup de valeur pour moi aussi.

      Mille mercis pour ces partages, je lis vraiment chaque article du blog avec intérêt et gourmandise, même si je ne commente pas souvent ;)

      Cela me fait très plaisir de lire ça ! Merci ♥︎

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Billets adjacents