Playlist du mois de décembre

Je suis ravie de partager avec vous les albums qui ont rythmé mon mois de décembre !

En résumé : Much music. Such wow. J’ai fait des découvertes musicales absolument folles ce mois-ci, je n’en reviens toujours pas ! Moi qui avais peur de ne pas faire aussi bien que la précédente playlist… Tss. :)

Eliwagar

« I Vølven's Vev » de Eliwagar

J’ai eu un coup de foudre pour l’album I Vølven’s Vev de Eliwagar, le projet solo de la musicienne lorraine Runahild, désormais installée en Norvège.

J’irai droit au but : c’est le plus bel univers musical que j’ai découvert cette année, et sans aucun doute un des meilleurs albums sortis en 2016.

Dans la lignée de Hagalaz’ Runedance, en plus mélancolique, la musique d’Eliwagar touche en moi une corde sensible, permettant de se reconnecter à des forces telluriques et à une sagesse ancienne depuis longtemps oubliée.

C’est de la folk païenne, qui transmet la tradition des vieux contes germaniques et scandinaves racontés au coin du feu, qui nous invite à nous reconnecter à la Terre Mère, qui reflète l’esprit et transmet l’énergie de la nature. Cette interview de Runahild (en anglais) permet de mieux comprendre l’origine du projet.

Outre I Vølven’s Vev, que j’écoute pourtant en boucle, j’aime aussi énormément les albums Heidr et Huldresagn. Outre ces trois-là, il me reste encore sept autres albums à découvrir, perspective qui me réjouit immensément !

La musique est belle, et les visuels aussi. Qu’il s’agisse des photos, des pochettes de disques ou du site web, tout me parle. En découvrant l’univers de Runahild, j’ai eu l’impression de « rencontrer une très vieille amie pour la première fois » (pour paraphraser un texte de Neil Gaiman que j’ai lu récemment).

Runahild
Runahild. Photo : Bjørn Dahl.

Le grain de sable : entendre des cris d’animaux sur plusieurs albums (des oies sur Heidr, des poules sur I Vølven’s Vev), qu’on imagine enregistrés par Runahild elle-même depuis sa ferme norvégienne.

Weyes Blood

« Front Row Seat To Earth » de Weyes Blood

Grâce à la playlist 2016 de Libé, j’ai découvert un tas d’artistes et d’univers musicaux dont j’ignorais tout. Parmi eux, il y a Weyes Blood, l’élégant projet de folk psychédélique et lyrique de la musicienne Natalie Mering.

Le nouvel album, Front Row Seat To Earth (quel joli titre, n’est-ce pas ?), est sorti cette année. Métaphysiques et hautement émotionnels, les neuf morceaux qu’il contient questionnent notre rapport au monde et aux autres, évoquant globalement la lente agonie de nos sociétés ultra connectées.

Le disque a récolté des critiques unanimes. J’ai particulièrement apprécié l’interview que Mering a donnée à Pitchfork, et dans laquelle elle explique le mansplaining musical qu’elle a dû subir au début de sa carrière.

Le grain de sable : Natalie Mering est une grande fan de Catherine Ribeiro, musicienne française culte.

La Femme

« Mystère » de La Femme

Dans un style encore différent, il y a Mystères de La Femme, une groupe basque dont la drôle de pochette bleue et sa chevelure yonique peuvent difficilement laisser de marbre !

Comment décrire ce groupe ? Je ne ferai pas mieux que leur label :

La Femme est une énigme. Une émanation sonore.
 Un groupe à tiroirs aux multiples visages. La Femme ressort et c’est tout son spleen crasse qui macule les trottoirs gris de la ville, dans une pluie synthétique dardée de saturations blêmes.

Au programme, donc : « le renouveau de la chanson française » pour certains, « un retour aux années yéyé » pour d’autres… Moi je dirais : pop c’est certain, surf rock un peu moins, avec une bonne patine d’electro, de new wave et de sonorités encore plus actuelles.

Les voix et le vocabulaire sont enfantins, la mélancolie à couper au couteau. Il y a sans doute un peu de remplissage dans cette interminable tracklist, mais j’aime vraiment bien l’ambiance retro qui s’en dégage.

On parie que vous vous retrouverez à fredonner Le vide est ton nouveau prénom sans même y penser ?

Руян (Ruyan)

« Лебедь белая » de Руян

Après Theodor Bastard le mois dernier, ma découverte des groupes russes alternatifs continue ! Le hic, c’est que je ne parle pas russe, et l’alphabet cyrillique est un mystère absolu pour moi. Néanmoins, ce n’est pas ça qui va m’empêcher de vous dire tout le bien que je pense de l’album Лебедь белая (« Lebed Belaya ») de Руян (qu’on peut prononcer Ruyan).

Ruyan, donc, délivre un metal folk et païen superbe, dépeignant des paysages glaciaux et lointains. La voix de Daria « Rodonitsa » Serdyuk, la chanteuse, nous envoûte et nous guide dans ce périple où l’on croise également des accents de black metal et de doom.

C’est rythmé, mélodique, majestueux, y’a même de la cornemuse, bref, c’est la bande-son idéale pour affronter une tempête de neige sur le dos de son fidèle destrier !

Un regret cependant : le groupe communique via Facebook uniquement en russe, ce qui n’aide pas à se familiariser avec leur message et leur personnalité, ni à suivre leur actualité… Mais la musique étant un langage universel, je continuerai à jeter un œil de temps en temps à leurs status, à la recherche de nouvelles sorties !

Dans le même genre : un autre groupe russe, ГРАЙ (« Grai »), qui fait aussi du très bon folk metal, et dont je vous reparlerai sans doute bientôt !

Delain

« Lucidity » de Delain

Un matin, j’ai eu subitement envie d’écouter du metal gothique à chanteuse. Mis à part les « grands » groupes des années 90 que je connais déjà, il y a toute une kyrielle de « petits » groupes dont je n’ai jamais écouté la musique, dont Delain.

J’ai donc pallié mon ignorance en écoutant leur album Lucidity qui est plutôt bien, en tout cas bien mieux que les Xandria et autres resucées de Nightwish.

La consanguinité de ce milieu s’exprime malgré tout à travers la liste des musicien·ne·s invité·e·s sur l’album, notamment Sharon den Adel (Within Temptation), Liv Kristine (Leaves’ Eyes, Theatre of Tragedy), Marco Hietala (Nightwish), ou encore Ad Sluijter (Epica).

Mais bon, ça s’écoute, et ça me replonge dans l’ambiance de mes 17 ans.

Le grain de sable : la chanteuse de Delain, Charlotte Wessels, a un compte Instagram assez sympa !

Delain
Delain live (source)

Norma

« Girl in the City » de Norma

Coup de cœur pour la chanson Girl in the City de Norma, ainsi que pour sa super pochette. Ce morceau évoque le harcèlement de rue dont nous, les femmes, sommes victimes quand nous mettons le pied dehors.

Norma est une musicienne française, qui vient juste de sortir son premier EP, Badlands, un condensé rock pêchu et mélodique, en écoute un peu partout. Vivement la suite !

Bonus

Si vous avez envie de découvrir plus de groupes et d’albums trop bien ET injustement méconnus, ruez-vous sur le blog d’Anaon, Grooves & Memories, plutôt orienté rock progressif, rock psychédélique et hard rock. :)

Déjà 6 commentaires

  1. Yeah! Du folk à fond de balle! J’adore!

    Je ne connaissais pas Руян, ça m’a fait penser à d’autres groupes de la même région que j’adore, je te fais un gros name drop au passage:

    Le premier est GRAI (ГРАЙ) également russes je crois (victime d’abominables artworks et d’une communication peu tournée vers l’anglais!):

    Le deuxième est Dukhi Predkov (Духи Предков), attention encore un clip pourri:

    Le troisième un peu plus doom et plus au nord est Thorr’s hammer:

    Enfin, dans un tout autre registre, j’ai pensé à toi et ton amoureux en voyant cette vidéo sur ce groupe des 70’s, je me demande si ça vous plairait, ça a été un de mes énormes coups de coeur fin 2016:

    Je t’embrasse! (Congrats pour le retour de la lune mauve <3)

    Répondre

    1. Aaaah, Aleks ! ♥ Je suis tellement heureuse de te lire sur La Lune Mauve, et de constater que j’ai bien fait d’activer les vidéos dans les commentaires ;-)

      J’adore ГРАЙ aussi ! Je pensais en parler dans ma playlist de janvier, mais bon ça sera sans doute dans celle de février finalement #pattefolle

      Pour les deux autres groupes, merci tout plein pour tes recommandations, j’y jetterai une oreille curieuse dès cet après-midi !

      Enfin, pour la dernière trouvaille, je vais regarder ça avec Anaon, je te dirai ce que ça nous aura inspiré ! ^.^Merci encore !

      Répondre

  2. C’est pas très goth, tout ça :D
    (pardon, j’ai pas pu m’en empêcher)

    Répondre

    1. :-D #Ungoth4ever

      Répondre

  3. Oh yeah \m/
    Merci beaucoup Marie pour ces découvertes, je n’ai écouté que Eliwagar (mais en boucle) et cet univers me plait beaucoup et m’apaise.
    Руян, dans un autre registre, a également tout pour me plaire :)

    Répondre

    1. \m/ Je trouve aussi que la musique d’Eliwagar est apaisante et onirique…

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Billets adjacents