Aujourd’hui est sorti Who killed Amanda Palmer, le premier album solo d’Amanda Palmer, leader des Dresden Dolls, pianiste et forte personnalité s’il en est. L’album est produit par Ben Folds, et tire son titre d’un jeu de mot utilisé par les fans, clin d’oeil à la série Twin Peaks.

Who killed Amanda Palmer?

Piano moins batterie

Qu’attendre de l’album d’Amanda Palmer? Avant tout, des compos aussi énergiques et intenses que celles des Dresden Dolls – la demoiselle composant tous les morceaux du célèbre duo. Le changement que l’on peut attendre, en revanche, c’est la quasi absence de batterie – il faut bien justifier le fait qu’il s’agisse d’un album solo. Exit Brian Viglione sur cet opus, donc.

Laissons la parole à l’artiste:

« A lot of the songs are piano ballads that never found a home on a Dolls’ record, because I hadn’t wanted to overload the record with slow material. But there’s a really intense, exciting energy to the tracks at the same time. It definitely won’t drag. » – source

« We’ve been adding everything from organs and Leslie cabinets [keyboard speaker] to strings, horns, and tympani. The final result should be biblical. » – source

Album « biblique » ou pas, il sera en tout cas plus acoustique qu’un opus des Dresden Dolls. On notera l’apparition au violoncelle de Zoë Keating (ex-Rasputina), et de Ben Folds aux claviers et percussions.

Une opération marketing bien pensée

Dès le moi d’avril 2008, Amanda a annoncé la sortie de l’album, tant sur son blog qu’à la radio. Début septembre, le blog officiel des Dresden Dolls annonçait la possibilité de pré-commander Who killed Amanda Palmer depuis le site officiel de l’album.

Trois offres de pré-commande étaient proposées:

  • pour 14,99$: le CD + le téléchargement immédiat de l’album en MP3 + le téléchargement de deux bonus tracks;
  • pour 34,99$ (l’option que j’ai choisie): les mêmes avantages que l’offre à 14,99$ + la dédicace du CD par Amanda et Ben Folds + un t-shirt exclusif Who killed Amanda Palmer? + le téléchargement d’un EP exclusif composé de démos et b-sides;
  • pour 100$ (offre limitée aux premières 672 personnes): les mêmes avantages que l’offre à 34,99$ + une lithographie limitée signée et numérotée par Amanda + le livre Who killed Amanda Palmer signé par Amanda et Neil Gaiman (rien que ça!) + l’album en version vinyl + set de photos promotionnelles exclusives.

Bref, une stratégie en or et fructueuse à l’heure où certains déplorent la diminution des ventes d’albums… Musique de qualité + messages personnalisés de l’artiste + goodies exclusifs + esthétique soignée, n’est-ce pas là une des clés de la vente directe de musique en ligne?

Clip de « Runs in the family »

Rien de tel qu’un clip pour se mettre en appétit!

A noter qu’Amanda Palmer sera en concert à Paris (La Boule noire) le 23 octobre prochain! J’y serai… et vous?

Découvrez ma chronique du concert d’Amanda Palmer à La Boule Noire, à Paris, le 23 octobre 2008 !

Pour en savoir plus

Marie

8 commentaires

  1. J’y serai aussi (étonnant, non ?). Et cet album est une merveille, je trouve qu’il complète de manière très intéressante ce qu’Amanda Palmer a déjà construit à travers les trois albums des Dresden Dolls.

  2. Bonsoir Mélanie, quel plaisir de te lire ici aussi! Merci pour ton commentaire.

    Je partage ton avis sur Who killed Amanda Palmer, je le trouve très bon aussi… Je posterai sûrement une chronique quand je l’aurai digéré.

  3. J’ai acheté l’album il y a à peine une heure… sentiment étrange de tenir enfin entre les mains une oeuvre dont on a pu apprécier tant de fragments et de traces sur la toile… Et j’accroche complétement so far, happée dès les premières notes d' »Astronaut ».
    Maintenant je guette avec curiosité le livre de l’album. J’ai toujours trouvé intéressants les clins d’oeil et crossovers entre l’univers musical de Tori Amos et les mondes de Neil Gaiman, aussi cette collaboration Amanda Palmer/Gaiman pourrait imho donner quelque chose d’assez fort…

  4. Coucou Psyché, toujours un plaisir de te lire (ici ou ailleurs ^^)

    En effet « Astronaut » met direct dans l’ambiance, suivie de près par « Runs in the family » qui est ma préférée… ça rougne!

    Maintenant je guette avec curiosité le livre de l’album. J’ai toujours trouvé intéressants les clins d’oeil et crossovers entre l’univers musical de Tori Amos et les mondes de Neil Gaiman, aussi cette collaboration Amanda Palmer/Gaiman pourrait imho donner quelque chose d’assez fort…

    Comme toi, j’attends ce bouquin avec beaucoup d’impatience! D’ailleurs je me demande bien ce que vient faire Neil Gaiman là-dedans mais bon, ça ne peut que présager du meilleur.

    A noter qu’Amanda aime autant Tori Amos qu’elle la déteste! Elle avait écrit un billet fort intéressant à son sujet lors de la sortie de The Beekeeper.

  5. A priori, le texte au dos de l’album est un extrait du livre. Ça donne une petite idée de ce à quoi on peut s’attendre.

  6. Ah ça fait plaisir de voir des gens écouter de la bonne musique. Le dernier volume (le magazine) parle un peu des Dresden dolls et des groupes venant de leur meme faculté. ^^

  7. Bonsoir Aka! Sois le bienvenu :) Je n’ai pas encore tenté Volume, bien que j’aie été assez fan des Inrocks. Je tenterai peut-être!

  8. bonjour, je cherche une voire deux place pour le concert d’Amanda Palmer à la Boule noire… Héesitez pas à me faire signe!! merci

Les commentaires sur ce billet sont désormais fermés, mais vous pouvez toujours m’envoyer un email si vous souhaitez me dire quelque chose !

Billets adjacents