Hé bien voilà, ça y est : entre Nantes et moi, c’est fini.

L'éléphant de Nantes (alias « Pépère » pour les intimes)

Petit rappel des épisodes précédents : en août, j’ai quitté Paris pour m’installer en Bretagne, décidant de poser mes valises à Rennes, ceci même alors que j’étais mutée à Nantes.

Je faisais donc le trajet entre Rennes et Nantes quatre jours sur cinq, au grand dam de mon entourage, qui n’a jamais bien compris pourquoi je ne pouvais pas vivre à Nantes comme tout le monde, puisque j’y travaillais.

Non, décidément personne ne comprenait pourquoi je m’obstinais à vouloir passer autant de temps dans le train ; personne, en particulier pas les Parisiens, qui passent pourtant eux-mêmes un temps fou dans les transports en commun.

Sauf qu’entre, d’une part, les RER bondés et malodorants de Paris, où il faut souvent voyager debout, et où la promiscuité est devenue franchement flippante, et, d’autre part, mon petit TER breton tranquille, où j’avais systématiquement une place assise, et où je pouvais lire, écrire, utiliser mon ordinateur, dormir ou ne rien faire sans que personne, jamais, ne me dérange, il y a un monde.

Bye bye !

Quelle que soit la personne à qui je parlais de cette spécificité Rennes-Nantes, elle me faisait inévitablement les gros yeux.

J’ai aussi eu droit, plusieurs fois, à « Tu ne tiendras jamais, tu vas abandonner ! ». What?

En fait, toutes ces tentatives de me décourager avaient l’effet inverse.

Je me disais que si ce que je faisais rencontrait tant de résistances, c’était sans doute parce que je touchais du doigt quelque chose.

D’ailleurs, en discutant avec quelques-uns de ces objecteurs de conscience, certains finissaient par m’avouer qu’ils rêvaient, eux aussi, de vivre à Rennes !

Je commençais enfin à comprendre où se situait le problème…

Museum d'histoire naturelle de Nantes

Lasse de présenter ma vision des choses pour, in fine, me heurter à un énième mur, j’ai fini par arrêter de me justifier.

Et, vous savez quoi ? Cela m’a fait un bien fou.

Cette histoire m’a appris à être plus à l’aise avec l’idée que tout le monde ne comprend pas mes choix, et que tout le monde n’a pas besoin de les comprendre pour que je sois en mesure de les faire quand même.

En outre, ce n’est pas mon problème si les gens manquent d’empathie, d’imagination ou encore de bienveillance à l’égard de ce qui est différent d’eux.

J’ai donc continué à mener my very own petit bonhomme de chemin tranquillement, profitant à fond de chaque journée passée dans deux régions aussi formidables (Bretagne et Pays de la Loire).

Prendre le train n’était qu’un détail. Je ne l’ai d’ailleurs jamais envisagé autrement.

Loin d’être une excentricité, vivre à Rennes était un choix mûrement réfléchi : à l’heure de la crise, quitter Paris tout en conservant mon emploi était une priorité.

Pour important que cela était, cela ne justifiait pas pour autant de sacrifier mon envie de vivre dans l’endroit de mon choix, à savoir Rennes.

Il était, je le savais, possible de concilier raison et passion, certes non sans un petit sacrifice (le train, donc) – mais c’était bien peu par rapport à la réalisation très concrète de mon rêve de vivre et de m’épanouir en Bretagne.

Et, sincèrement, depuis septembre je m’éclate comme je ne me suis jamais éclatée ailleurs. J’ai trouvé mon élément. Je me sens bien. Chaque détail est source de joie. La vie est belle !

Mosaïque printanière (square du Lait de Mai, Nantes)

La morale de cette histoire – que je pressentais, mais maintenant je peux vous l’assurer –, c’est qu’il faut toujours suivre son instinct, viser ce qui est bon pour soi, pas ce qui est bon pour les autres, et, surtout, ne pas accorder trop d’attention à ce que pensent les autres.

En somme, bien faire et laisser braire. J’y reviens toujours ! (D’ailleurs, je pense que ça sera gravé sur ma tombe.)

La solution à laquelle j’ai abouti n’aurait peut-être pas convenu à quelqu’un d’autre que moi, je le conçois. Le plus important, c’est qu’elle m’a convenu, à moi. Le reste n’a pas d’importance.

On dirait le Sud…

Quant à ma démission, disons simplement qu’elle découle d’une tournure inattendue des évènements.

Quitter le poste que j’occupais depuis quatre ans n’a pas été facile, car il m’a beaucoup apporté, tant sur le plan professionnel que sur le plan humain.

Et quand certains ont émis l’hypothèse que c’était à cause du train que je partais, j’ai souri intérieurement, car ils n’auraient pas pu se tromper davantage. :)

Quoi qu’il en soit, ce changement d’horizon est déjà, pour moi, le plus gros changement de 2015. Je vous en reparlerai prochainement.

Les belles portes

Oh la jolie porte ! (Rue d'Argentré, à Rennes)

Parlons de choses plus agréables ! ;-)

Depuis quelques semaines, j’ai rejoint l’aventure Door Wars.

L’objectif est simple : photographier et répertorier les belles portes de France (et d’ailleurs).

J’ai pris plusieurs photos tant que j’étais à Nantes, mais je vais désormais me consacrer aux portes de Rennes et de ses alentours. Bevet Breizh !

J’archive également mes photos de portes sur FlickR. Je trouve ça vraiment cool comme idée. Si on m’avait dit que j’allais aimer photographier des portes, je ne l’aurais sans doute pas cru ; mais quand on se prend au jeu, on fait de vraies découvertes.

La porte, cet élément a priori si commun, si banal, peut en fait revêtir une forme et, parfois, un symbolisme intéressants.

Et puis, pour quiconque s’intéresse un peu à l’architecture, c’est du petit lait !

Voir le résultat sous forme de série, avec des photos prises par d’autres que moi, donne encore une autre dimension à cette démarche. Je trouve ça assez fascinant de voir ce travail collectif prendre forme de jour en jour, sans concertation.

Colombages pastels, what else ?

Ménage de printemps

Maintenant que je vais passer beaucoup plus de temps chez moi (*hint hint*), cela va être l’occasion de ranger et de trier encore, de faire de la place.

Je m’étais déjà débarrassée de beaucoup de choses lors de mon emménagement, mais, maintenant, j’entre dans la phase de raffinement. (Cela n’empêche pas quelques achats ô combien utiles comme les deux petites peluches trop mignonnes ci-dessous !)

Je vais sans doute organiser une petite vente de printemps, avec des chaussures, des disques, des DVD, des livres, des vêtements, des objets divers et variés…

Je ne sais pas encore par quel biais je pourrais faire ça : des annonces sur Le Bon Coin ? Un Tumblr dédié ?

Que me conseillez-vous ?

Flower power

Un truc qui me rend heureuse en ce moment, outre le soleil présent jusque tard le soir, ce sont les parfums et les couleurs des fleurs qui embaument la ville.

Glycine, lilas, myosotis – ce ballet de fleurs mauves est un réel ravissement pour les sens.

Je n’en reviens toujours pas de vivre dans un endroit si beau, si calme, si inspirant.

Quand je pense qu’il y a un an encore, j’étouffais à Paris… Certes, cela ne fait que huit mois que je vis à Rennes, mais ma vie à Paris me semble déjà bien loin, et c’est très agréable.

La belle glycine.

Un nouveau tatouage

Cela faisait un bout de temps que je rêvais de me faire tatouer par Dwam.

Aussi, lorsqu’elle a annoncé sur Twitter qu’elle avait un créneau de libre, j’ai sauté sur l’occasion.

Je n’y croyais pas vraiment : je me disais que je serais la quarante-sixième personne à la contacter, que le créneau serait pris avant même qu’elle ne reçoive mon email, et que jamais je n’aurais rendez-vous avec elle en une semaine.

Hé bien figurez-vous que je me trompais !

Mon nouveau tatouage est petit, mignon et violet. Je l’adore. ♥︎

J’ai hâte de vous le montrer, mais avant ça, il cicatrise tranquillement, témoin de cette période de transition et d’évolution personnelles.

D’ailleurs, je me disais que je vous raconterais bien mes expériences de tatouage sur le blog.

Oui ? Non ? À vous de me dire. :)

La pression.

Je m’arrête là.

Deux choses toutefois avant de rendre l’antenne :

  1. Le nouveau livre de Camille Rose Garcia, Mirror, Black Mirror, est fantastique.
  2. Si vous avez réussi à venir à bout de ce billet, vous méritez une photo de bébé loutre (« loutron » pour les connaisseurs).

Marie

31 commentaires

  1. Ca fait plaisir de voir un billet plein de nouvelles.

    En outre, ce n’est pas mon problème si les gens manquent d’empathie, d’imagination ou encore de bienveillance à l’égard de ce qui est différent d’eux.

    J’adore cette phrase !

    Finalement, tout s’est bien goupillé. Tout ce souci d’autrui pour le train alors que ni toi, ni eux, ne savaient qu’autres choses t’attendaient. Comme quoi parfois, on se fait bien du souci pour rien.

    Hâte de voir ce nouveau tatouage !

    Pour le tri, j’ai l’impression que le bon coin est un peu moins réactif ces temps ci. Pour les DVD et livre, il y a toujours Gibert Joseph. Ils reprennent pas chers, mais le tout en ligne, par correspondance. Ultra pratique ! Sinon, Fnac et Price Minister en mode revente :)

    Moi aussi, je suis en mode ménage de printemps ces temps-ci !

    PS : j’aime bien ces photos de portes :)

    1. Ah oui tiens, je ne savais pas qu’on pouvait revendre également sur le site de Gibert Joseph. Je vais aller voir comment ça se goupille ! Merci Ally :)

  2. Je ne connaissais pas le travail de Dwam. Ça y est, maintenant je veux un tatouage !

    1. Hihi ! Dwam fait partie de ces artistes éhontément doués, précis, mais aussi super agréables. Je recommande !

  3. Hey,

    Mais quel joli billet ! Très apaisant dans le ton et ça se ressent quand on le lit.

    Les descriptions que tu fais de Rennes sont alléchantes et tu en parles avec passion ! C’est assez rare que je m’arrête sur tes billets, non pas que ça ne m’intéresse pas mais plutôt par manque de curiosité !
    Mais une chose est sûre, c’est que je ne suis jamais déçu par ce que tu écrit. C’est tellement profond et sensible que je suis obligé de lire jusqu’à la fin !
    Et encore une fois, avec ce billet là, je fait « Waow » à la fin.

    Revenons au sujet :D
    Alors comme ça, ta vie continues à Rennes !
    Eh bien, si tu as trouvé ton environnement et que tu es bien là bas, alors je n’ai pas besoin de dire que tu as fais le bon choix puisque toi-même tu le sais déjà ^^.

    Pour ta vente de petites babioles / ménage de printemps, ça peut être une bonne chose et si tu mets ça en ligne, je suis sur que tu as plein de choses intéressantes !

    En tout cas, je te souhaite plein de bonnes choses pour tes projets futurs, ta vie à Rennes toussa toussa !

    Si je résumais cet article ?
    « Marie à la découverte de ses sens », ça ferait presque un vieil album de Martine tiens :D

    1. Salut Geoffrey !

      Merci pour ton commentaire, ravie que tu aies pris la peine de t’arrêter sur ce billet ;-) Tes compliments me touchent.

      Pour ta vente de petites babioles / ménage de printemps, ça peut être une bonne chose et si tu mets ça en ligne, je suis sur que tu as plein de choses intéressantes !

      Je réfléchis encore à la forme que ça pourrait prendre. Créer plein d’annonces à droite à gauche, et toutes les réunir sur un Tumblr dédié ? T’en penses quoi ?

      En tout cas, je te souhaite plein de bonnes choses pour tes projets futurs, ta vie à Rennes toussa toussa !

      Trugarez !

      Si je résumais cet article ?
      « Marie à la découverte de ses sens »

      C’est toujours amusant de découvrir le ressenti des personnes qui lisent mon blog. Si tu parles de mon sixième et de mon septième sens, alors ok, vendu. :)

  4. :) Alors tu as trouvé un nouveau boulot, pas sur Nantes et qui te permette de rester chez toi plus longtemps ? ^^ Mystèèèère

    Je suis impressionnée par ta ténacité et ta capacité à t’écouter (et ne pas écouter les autres !) A côté de quoi on passe, parfois, pour se couler dans le moule…

    Vu ta bibliothèque je suis pressée de voir tout ce que tu mets en vente ^^

    1. Merci Lucie !

      Je suis impressionnée par ta ténacité et ta capacité à t’écouter (et ne pas écouter les autres !)

      Si je peux en parler aujourd’hui de façon assez claire et objective, c’est parce que ça m’a bien pris la tête pendant des mois. J’ai eu le temps de digérer, quoi, mais clairement tenir bon et faire ce qui est bon pour ça demande un travail chaque jour.

      En ce moment je lis le petit livre The crossroads of Should and Must, de Elle Luna, et ça parle justement de ça : de faire ce qu’on doit faire, et pas ce qu’autrui pense qu’on devrait faire.

      Cela ajoute de l’eau à mon moulin, certes, mais je continue à me poser un milliard de questions…

      1. Je pense aussi que c’est un travail de plusieurs jours/semaines. Pas toujours facile de comprendre ce qu’on veut, surtout qu’on est humain et qu’on veut parfois des choses qui semblent totalement contradictoires !

        Mais je suis effectivement impressionnée par ta capacité à réagir à tes envies, c’est je crois une des qualités que j’apprends à apprécier le plus chez les gens maintenant que je grandis/vieillis : ne pas se contenter de « souhaiter » quelque chose mais aussi être actif pour que ça arrive :)

        1. Ouais, évidemment il faut le tempérament pour, mais aussi les moyens ! :)

  5. Eh beh j’ai hâte de connaître la suite (boulot, tatouage)… quel cliffhanger ! :)
    Et tu le dis si bien: toujours suivre son instinct. Qui comme son nom l’indique, le nôtre rien qu’à nous, et qui nous mènera toujours au bout de nos rêves.

    1. Merci Sonia ! Oui je tease un peu, c’est vrai ^.^

  6. toujours aussi agréable à lire Marie !
    Je te souhaite plein de bonne choses pour la suite, dont j’ai hâté d’en savoir plus !
    Si tu vends des bouquins « boulot » y a t’être des choses qui pourraient m’intéresser !

    Et sinon ce tattoo, on en apprend plus quand ? ( j’ai mon suivant à booker d’ailleurs, faut que je m’en occupe rapidement)

    Au plaisir de te recroiser à un évent !

  7. Hello,

    contente que tu aies trouvé quelque chose qui te convienne à Rennes ça a l’air d’être une ville vraiment top, faudrait que je trouve le temps d’y faire un tour un jour…
    Sur la question des trajets, je pourrais être intarissable : en gros en six ans, j’ai roulé plus de 200 000 bornes en voiture pour faire des allers-retours domicile / travail. J’ai tout entendu du « oh ma pauvre » horrifié au « tu tiendras pas trois mois » un peu condescendant en passant par « moi je pourrais pas » (bah ça tombe bien, on te le demande pas). Mais pas une personne n’a compris que ces moments en voiture étaient pour moi des vraies parenthèses où je pouvais penser à plein de trucs, concentrée sur la route, n’ayant rien de mieux à faire que d’écouter des CD et trier mes pensées.
    Bref, même quand on décide de laisser braire, c’est parfois pesant (usant) d’entendre toujours les mêmes choses. Donc j’imagine que ça au moins ça ne te manquera pas lorsque tu bosseras sur Rennes ;)
    En tout cas, j’ai hâte de voir ton tatouage et de lire ce que tu peux en dire sur la démarche, ce que ça représente pour toi. J’avoue que les tatouages me fascinent (même si personnellement j’envisage pas de sauter le pas) et je te lirais avec plaisir sur le sujet.
    Et sinon, les photos de porte, c’est top, les tiennes sont vraiment belles.

    Au plaisir de te lire,

    1. Salut Marilou !

      Merci pour ton commentaire, toujours un plaisir de te lire :)

      contente que tu aies trouvé quelque chose qui te convienne à Rennes ça a l’air d’être une ville vraiment top, faudrait que je trouve le temps d’y faire un tour un jour…

      Fais-moi signe lorsque ça sera le cas !

      Sur la question des trajets, je pourrais être intarissable : (…) pas une personne n’a compris que ces moments en voiture étaient pour moi des vraies parenthèses où je pouvais penser à plein de trucs, concentrée sur la route, n’ayant rien de mieux à faire que d’écouter des CD et trier mes pensées.

      Clairement. Peut-être faut-il, pour comprendre ça, apprécier être seul·e (beaucoup de gens ont peur de ça) et être un peu cérébral·e (aimer réfléchir, observer, méditer…) ?

      Bref, même quand on décide de laisser braire, c’est parfois pesant (usant) d’entendre toujours les mêmes choses.

      Oui tout à fait. C’est usant, c’est vrai, surtout parce que les gens n’écoutent pas ce que tu leur dis. Tu as beau leur expliquer par A + B que ça ne te gêne pas, au contraire, ils restent totalement focalisés sur leur ressenti à eux, incapables d’altérité.

      Du coup, au bout d’un moment j’ai eu tendance à fuir ce sujet-là, car je savais que ça allait être embarrassant pour moi : devoir supporter le jugement d’autrui (avec qui en général je ne partage rien), ne pas pouvoir en placer une ou alors parler dans le vent… Très peu pour moi.

      (Oui, « Mieux vaut être seule que mal accompagnée » sera ma seconde épitaphe. ^^)

      Donc j’imagine que ça au moins ça ne te manquera pas lorsque tu bosseras sur Rennes

      Non, mais en même temps, ma nouvelle situation commence déjà à faire jaser ; donc un jugement en remplace vite un autre ! On n’est jamais tranquille finalement… ^.^;

      En tout cas, j’ai hâte de voir ton tatouage et de lire ce que tu peux en dire sur la démarche, ce que ça représente pour toi. J’avoue que les tatouages me fascinent (même si personnellement j’envisage pas de sauter le pas) et je te lirais avec plaisir sur le sujet.

      Ok, merci, cela m’encourage à poser par écrit ce que ces différentes expériences épidermiques m’ont inspiré. :)

      À bientôt !

  8. Amusant, je ressens sensiblement la même chose depuis que j’ai déménagé dans la campagne ligérienne. Quitter la ville a été un retour au calme, à la paix — mais aussi et surtout aux sources.

    Heureusement quand nos choix nous font du bien, ils sont étrangement faciles à assumer.

    Ravi d’avoir pu passer un peu de temps avec toi pendant ton escapade nantaise, et bon vent pour tes tribulations rennaises !

    PS : pour tes objets, un système de liste d’achats détourné pour faire une liste de vente ? Ookoodoo.com par exemple permet « aux autres » de réserver un élément dans la liste (pour offrir, en théorie — mais ça pourrait se prêter au jeu de l’étal de marché). Et si des livres touchent à notre métier de près ou de loin, il est possible que ça m’intéresse :D

    1. Hello Gaël !

      Heureusement quand nos choix nous font du bien, ils sont étrangement faciles à assumer.

      Oui, évidemment ça aide ! Toutefois, comme le dit très justement Marilou, lorsque tu dois justifier tes choix sans arrêt, ça devient vite usant.

      Pour une raison que j’ignore, les gens pensent qu’ils ont la légitimité de juger les autres, et surtout, de leur faire part de leur jugement.

      Juger autrui est humain ; mais devoir faire subir à l’autre ce qu’on pense de ses choix me semble très embarrassant.

      Lorsqu’on fait face à une situation ou à une décision qu’on ne comprend pas, on aurait beaucoup à gagner à être davantage curieux, à poser des questions, à se mettre à la place de l’autre, je crois.

      Mais, là encore, cela suppose un altruisme et une sensibilité qui n’est pas le lot de tous.

      PS : pour tes objets, un système de liste d’achats détourné pour faire une liste de vente ? Ookoodoo.com par exemple permet « aux autres » de réserver un élément dans la liste (pour offrir, en théorie — mais ça pourrait se prêter au jeu de l’étal de marché). Et si des livres touchent à notre métier de près ou de loin, il est possible que ça m’intéresse

      Ah oui tiens, Oookoodoo, je n’y aurais pas pensé ! En effet c’est une idée, je vais voir.

      Pour les bouquins, j’ai toujours du mal à m’en séparer, mais il se peut que j’en vende quelques-uns – parce que, soyons honnête, je commence à ne plus avoir de place :(

  9. S’il y a bien un truc que je pige pas, c’est le besoin de juger voire contester les décisions des autres. Mais pourquoi ? Et pourquoi insister ? Bref.

    Sinon, c’est chouette tout ça, j’aime bien suivre les tribulations de Marie à la recherche de son équilibre idéal de vie (il semble bien qu’elle s’en rapproche ;) ).

    Pour finir, tes billets – ce dernier ne déroge pas – sont toujours source de pensées positives, et rien que pour ça, on devrait en prescrire la lecture.

    1. Merci Tomek ! ;)

  10. De ce billets je note surtout le projet Door War, j’aime bien l’idée, je vais sûrement attaquer les portes montréalaises au cours de l’été :)

    Et j’ai très hâte de voir ce nouveau tatouage, le site de l’artiste a des exemples magnifiques !

    (mais surtout : félicitations pour ce nouveau changement de vie, que la suite soit aussi passionnante !)

    1. Salut Mymy !

      Ça me fait plaisir de te lire ici :)

      De ce billets je note surtout le projet Door War, j’aime bien l’idée, je vais sûrement attaquer les portes montréalaises au cours de l’été :)

      Super ! Hâte de voir Montréal à travers tes yeux.

      Et j’ai très hâte de voir ce nouveau tatouage, le site de l’artiste a des exemples magnifiques !

      Oui, hein ? J’adore son boulot, que je suis depuis des années.

      (mais surtout : félicitations pour ce nouveau changement de vie, que la suite soit aussi passionnante !)

      Merci ! :-*

      1. Ah mais ouais, j’ai oublié de parler de Door Wars : j’avais vu passer le tag sans comprendre, maintenant si ! C’est chouette, et ça donne envie de s’y mettre aussi.

        1. Cool :)

  11. J’ai découvert cet univers il y a peu de temps et je crois que c’est mon premier commentaire ici ^^
    J’adore cet article car je m’y retrouve beaucoup…
    Le fait de faire mes propres choix et d’arrêter de devoir me justifier…
    La photographie…
    Les fleurs…
    Les chats…
    Le tatouage…
    Bref,un plaisir à lire!
    Bonne journée!

    1. Merci Cazadora ! Le premier commentaire, et pas le dernier j’espère ;)

  12. L’autre jour, je regardais mon flux instagram (avec Dwam dedans) et quand la photo est apparu, j’ai tout de suite su que c’était le tien avant même de lire le texte <3

    Et sinon, j'adore le projet Door Wars, je vais peut-être profiter de mon voyage prochain pour m'y mettre :)

    1. Ah oui tiens, je n’avais même pas vu que Dwam avait posté la photo ! Bon bah pour l’effet de surprise, on repassera ! ^^ Mais je prendrai quand même de belles photos avec mon réflex quand tout sera bien cicatrisé :)

      Quant à Door Wars, oh oui, joins-toi à nous ! « Soyez des nôtres ! » (à prononcer avec la voix française de Alan Rickman)

  13. Faerie Moonlight

    30 avril 2015

    Salut Marie,
    je suis bien content de savoir que tu vas pouvoir profiter un peu plus de la vie rennaise. Tu es une redoutable working girl ! il faut que tu me donnes des cours de coaching ! Et Rennes est une ville extrêmement généreuse, surtout si tu lèves la tête. Ce n’est pas la ville la moins chère du pays, mais qu’il y fait bon vivre !

    Je me demande à quoi ressemble ton tatouage… J’ai hâte de voir çà !

    Et ton chat est vraiment magnifique. Aussi je me demandais, c’est ton smartphone qui prend des photos de cette qualité ?
    :-*

  14. Salut toi !

    Tu es une redoutable working girl ! il faut que tu me donnes des cours de coaching !

    Je répondrai par une citation de Confucius : Choisissez un travail que vous aimez et vous n’aurez pas à travailler un seul jour de votre vie.

    Bon, ok, facile à dire… Même les « boulots-passion » ont leur lot de relouseries. Il faut dire que j’aime passer du temps toute seule (= ma vie sociale se réduit à néant, volontairement), du coup j’ai le temps de produire des trucs !

    Quant à Rennes, je ne la trouve pas si chère que ça, moi. Enfin tu me diras, comparé à Paris, tout semble moins cher…

    Merci pour tes compliments répétés sur Fifille (← mon chat).

    Aussi je me demandais, c’est ton smartphone qui prend des photos de cette qualité ?

    Oui, toutes les photos ci-dessus ont été prises avec mon iPhone. Celle du chat (« La pression. ») a été prise avec le mode HDR, qui est bien piqué !

    PS : jolie, la parallaxe nuagesque sur ton site ! :)

  15. Bonjour Marie,

    Chouette billet, j’ai un peu de retard dans la lecture mais le beau temps qui s’en vient enfin me voit plutôt dehors que dedans !
    Oui oui et encore oui pour s’écouter et suivre ses propres envies et désirs, sans écouter ce que les autres projettent sur soi…

    Hâte d’en savoir plus sur ce changement professionnel et de lire ta « bafouille » sur le tatouage! J’attends avec impatience la fin de l’année pour faire mon prochain.

    1. Hello Mathea !

      Oui oui et encore oui pour s’écouter et suivre ses propres envies et désirs, sans écouter ce que les autres projettent sur soi…

      En te lisant, je me dis : « C’est sûr que dit comme ça, ça a l’air simple », et pourtant, je trouve encore, à 32 ans, que c’est quelque chose de compliqué… Mais peut-être qu’à force d’en parler et d’écrire à ce sujet, cela finira par rentrer :)

      Hâte d’en savoir plus sur ce changement professionnel et de lire ta « bafouille » sur le tatouage! J’attends avec impatience la fin de l’année pour faire mon prochain.

      Tu as déjà une idée précise de quoi et où ?

Les commentaires sur ce billet sont désormais fermés, mais vous pouvez toujours m’envoyer un email si vous souhaitez me dire quelque chose !

Billets adjacents