Toute férue de curiosités et d’ésotérisme que je suis, je n’avais jamais entendu parler de l’énigmatique Rosslyn Chapel avant mon premier voyage à Édimbourg, l’an dernier.

Rosslyn Chapel
Rosslyn Chapel
Crédit photo : Thorsten Hansen, licence CC BY-NC-ND 2.0.

Ce sont les nombreuses légendes et spéculations autour de cette chapelle qui m’ont donné envie de la visiter. En effet, la Rosslyn Chapel est un joyau architectural, célèbre pour son intérieur finement sculpté, à haute charge symbolique.

Un des piliers de la Rosslyn Chapel
Un des piliers de la Rosslyn Chapel.
Crédit photo : Tom Parnell, licence CC BY-NC-ND 2.0.
L’intérieur de la Rosslyn Chapel
L’intérieur de la Rosslyn Chapel.
Gravure de Thomas Allom. © Victoria and Albert Museum, London.
Les sculptures de la Rosslyn Chapel
Les sculptures de la Rosslyn Chapel.
Crédit photo : Dimitris P, licence CC BY-SA 2.0.
Illuminations intérieures de la Rosslyn Chapel
Illuminations intérieures de la Rosslyn Chapel.
Crédit photo : Hannah Swithinbank, licence CC BY-NC-ND 2.0.

NB : il est interdit de prendre des photos à l’intérieur de la chapelle. Et comme le jour où on l’a visitée, on était en tout et pour tout quatre pelés à écouter notre guide, j’ai pas osé en prendre malgré tout. Cela explique pourquoi j’illustre ce billet avec plein de photos qui ne m’appartiennent pas…

Un peu d’histoire

Située à quelques kilomètres seulement d’Édimbourg, la chapelle de Rosslyn date du 15e siècle, mais ce n’est qu’au 20e siècle qu’elle a connu son heure de gloire, grâce au (ou à cause du) best-seller Da Vinci Code, dont l’action finale s’y déroule.

La chapelle de Rosslyn est née de l’imagination de William St Clair of Orkney, un noble écossais.

Pendant sa jeunesse, il explora l’Europe et se prit de passion pour les cathédrales gothiques françaises. Ainsi, de retour en Écosse, il décida de faire construire la sienne : ce projet donna naissance à la chapelle collégiale Saint-Matthieu, devenue depuis Rosslyn Chapel.

Extrait de mon carnet.
Extrait de mon carnet. Les photos étant interdites, j’ai gribouillé à la place.

Initialement, l’édifice devait être bien plus grand que ce qu’il n’est aujourd’hui. Mais, à la mort de St Clair, son fils décida de ne pas continuer les travaux, et la chapelle resta de taille modeste.

Pendant la Réforme écossaise, elle fut même abîmée au motif d’être un lieu d’idolâtrie, puis elle tomba lentement en décrépitude jusqu’au 19e siècle.

Du symbolisme à foison

Depuis restaurée, la chapelle de Rosslyn fascine par son magnifique intérieur sculpté, mélangeant les mythes chrétiens à une myriade de symboles judaïques, chrétiens, égyptiens, maçonniques et païens – dont des Green Men (hommes verts).

Si jamais vous visitez Rosslyn Chapel mais que vous (ou vos enfants) vous ennuyez, levez le nez et amusez-vous à trouver et à compter les Green Men ! Cela devrait vous occuper un bon moment, étant donné qu’il y en a une centaine et qu’ils sont tous différents.

Green Man, Rosslyn Chapel
Green Man, Rosslyn Chapel.
Crédit photo : landhere, licence CC BY-SA 2.0.

Une autre sculpture connue de Rosslyn Chapel est celle représentant un ange déchu, probablement Lucifer, représenté tête en bas.

J’ai posé une question à ce sujet à la guide qui nous faisait visiter, mais elle a rapidement esquivé le sujet pour nous reparler en long, en large et en travers du Da Vinci Code… 🙄

De même, aucune carte postale à l’effigie de cette statue n’était proposée dans la pourtant touffue boutique de la chapelle. Simple rupture de stock, ou hypocrisie habituelle des marchands du temple ? Le mystère reste entier.

Lucifer, Rosslyn Chapel
Lucifer, Rosslyn Chapel.
Crédit photo : Dimitris P, licence CC BY-SA 2.0.

Le plafond de la chapelle quant à lui est divisé en cinq compartiments, chacun accueillant un motif différent, dont des marguerites, des fleurs de lys, des roses et des étoiles.

Le plafond du sanctuaire
Le plafond du sanctuaire.
Crédit photo : Jim Landerkin, licence CC BY-ND 2.0.
Roses sculptées
Roses sculptées.
Crédit photo : Kārlis Dambrāns, licence CC BY 2.0.

Outre la voûte, la chapelle toute entière est recouverte de symboles empruntés à la nature. L’aile sud en particulier présente de nombreuses plantes locales et exotiques, telles que des fougères, des choux, des feuilles de chêne ainsi que… de l’aloe vera et des épis de maïs.

Des feuilles d’aloe vera dans la chapelle de Rosslyn
Des feuilles d’aloe vera dans la chapelle de Rosslyn.
Crédit photo : Jim Landerkin, licence CC BY-ND 2.0.

La présence de ces végétaux en particulier n’a eu de cesse d’interloquer les historien·nes : que faisaient ces plantes exotiques dans l’Écosse rurale du milieu du 15e siècle ? 🤔

Le maïs est en effet originaire d’Amérique du nord, un territoire a priori découvert par Christophe Colomb en 1492, soit près de 50 ans avant la construction de la chapelle de Rosslyn.

Selon notre guide, il ne serait pas impossible que les Vikings eux-mêmes aient découvert les Amériques avant Colomb, et aient ramené des denrées exotiques en Europe du nord, théorie qui selon elle serait renforcée par la présence de dragons sculptés au pied du pilier de l’apprenti.

Mouais.

Rosslyn Chapel et franc-maçonnerie

Le pilier de l’apprenti

La chapelle de Rosslyn est également célèbre pour ses liens avec la franc-maçonnerie écossaise, ainsi qu’avec les Templiers.

Deux colonnes en particulier évoquent les mythes francs-maçons : le pilier de l’apprenti et le pilier du maître.

Le pilier de l’apprenti est une colonne à double ellipse recouverte de motifs floraux.

Selon la légende, à la vue de cette colonne magnifiquement ouvragée, le maître maçon, jaloux des talents de l’apprenti l’ayant sculptée, aurait assassiné ce dernier.

Pour certains Francs-maçons, ce mythe prouverait que la chapelle de Rosslyn serait le lieu de naissance de la franc-maçonnerie écossaise, la plus ancienne franc-maçonnerie au monde.

En effet, l’histoire du meurtre d’un apprenti par son maître n’est pas sans rappeler la légende d’Hiram, l’architecte du temple de Salomon, un des mythes fondateurs de la franc-maçonnerie.

Le souvenir de cette légende tragique est symbolisé par deux têtes sculptées dans le plafond de la chapelle. La première représente la tête blessée de l’apprenti, et la seconde la tête du maître, penchée pour toujours en direction de la fameuse colonne.

En réalité, les histoires de maîtres tuant un apprenti plus doué qu’eux sont courantes dans l’histoire de l’architecture, notamment dans le contexte des bâtisseurs de cathédrales.

Le chapiteau de l’initié

L’autre élément qui rattacherait la Rosslyn Chapel à la franc-maçonnerie est le chapiteau dit de l’initié, situé à l’extérieur de la chapelle sur la première fenêtre (en partant du sud ouest).

Malgré l’érosion, on peut y voir un homme à genoux, les yeux bandés, la main sur un livre, et une corde autour du cou tenue par un autre homme situé derrière lui, ce qui, aux yeux des Francs-maçon·nes du XXIe siècle, pourrait être interprété comme une scène d’initiation maçonnique.

Or, selon la loge Rudyard Kipling, il ne s’agirait en réalité que d’une scène de la Bible pendant laquelle le Christ est humilié.

En effet, l’art présent dans les églises et les chapelles avait avant tout pour mission d’éduquer le peuple, à grand renfort d’images et d’allégories tirées de la Bible.

La véritable question est donc de savoir en quoi ce chapiteau allégorique aurait pu, éventuellement, inspirer les premiers Francs-maçons écossais.

Des théories délirantes

Au-delà de la franc-maçonnerie et des éventuels épis de maïs ramenés en Écosse par les Vikings, les mystères qui persistent à propos de la Rosslyn Chapel ont donné lieu à moult théories délirantes (certains allant même jusqu’à parler de canular).

Pour certains, c’est là que les Templiers auraient caché leur trésor ; pour d’autres, la chapelle renfermerait la tête momifiée du Christ, ainsi que la croix sur laquelle il a été crucifié. Notre guide a même évoqué une théorie fumeuse impliquant des extra-terrestres…

Le nom de la chapelle lui-même serait « la preuve » de sa dimension mystique particulière : en effet, la Rosslyn Chapel serait située sur la « Rose Ligne » (c’est-à-dire le méridien nord-sud qui traverse l’abbaye de Glastonbury, elle-même objet de théories discutables).

C’est ce qui a donné l’idée à Dan Brown, l’auteur du Da Vinci Code, de relier la chapelle à la lignée de Marie-Madeleine :

À onze kilomètres au sud d’Édimbourg, Rosslyn Chapel se dresse sur le site d’un ancien temple de Mithra. Construire en 1446 par les Templiers, la chapelle est décorée d’une quantité d’étonnants bas-reliefs judaïques, chrétiens, égyptiens, maçonniques et païens.

Les coordonnées géographiques de la chapelle la situent précisément sur le méridien nord-sud qui traverse Glastonbury. Cette Rose Ligne longitudinale est le repère traditionnel de l’île d’Avalon, le domaine du roi Arthur, et elle est considérée comme le cœur de la géométrie sacrée anglaise. C’est cette Rose Ligne consacrée qui a donné son nom à la chapelle.

Dan Brow, Da Vinci Code

Ce sont peut-être des fadaises, n’empêche que le succès mondial du livre et de son adaptation cinématographique, dont l’action finale se déroule justement dans la chapelle de Rosslyn, a fait augmenter de manière exponentielle le nombre de curieux venant jeter un œil à la fameuse chapelle (jusqu’à 176 000 par an, d’après le site officiel).

Le chiffre d’affaire est tel que cela permet d’entretenir et de rénover la chapelle. Un mal pour un bien ?

Mon avis

Personnellement, j’ai adoré cette visite ! Il est évident que le flux massif de rumeurs et de spéculations autour de la Rosslyn Chapel risquent de faire passer quiconque s’in­té­res­sant à son histoire et à son symbolisme comme un·e illuminé·e.

C’est d’ailleurs un risque que je prends à chaque fois que je vous parle de lieux insolites, qui sont dans 90 % des cas liés à la religion chrétienne…

Pour autant, on peut être cartésien·ne et apprécier malgré tout ce genre de découverte, ne serait-ce que pour la finesse et la richesse des détails gravés, la paisibilité des alentours, les anecdotes historiques, les gargouilles à l’extérieur, ainsi que pour la présence calme de William the cat, le chat fétiche de la chapelle, généralement blotti contre le radiateur.

Si vous cherchez d’autres idées de promenades à faire autour d’Édimbourg, ce billet d’Ooh My World saura vous aiguiller.

Ainsi se termine ma longue série de billets sur l’Écosse… jusqu’à mon prochain voyage, bien sûr. ☺️ (Vivement, d’ailleurs !)

Mes prochains billets « voyages et curiosités » feront la part belle à la Bretagne mais aussi à Londres : hé oui, je n’ai toujours pas terminé ma série de billets sur mon dernier voyage londonien, et je ne peux pas ne pas en parler tellement j’ai aimé ce que j’y ai découvert cette fois-ci.

Cela dit, ce n’est pas pour tout de suite, car il y a pas mal d’autres choses que j’ai envie de partager avec vous d’abord (musique et gribouillis, entre autres).

Pour l’heure, je crains de ne rien pouvoir publier de nouveau avant la fin du mois : je suis très occupée ces temps-ci, et ai donc moins de temps à consacrer à l’astre pourpre, d’où des publications plus espacées. La liste de mes prochains billets étant très, très longue, vivement que ça se calme pour que je puisse m’y remettre !

D’ici là, prenez soin de vous, et n’oubliez pas de lever le nez… et le pied ! (Et pardonnez-moi de n’avoir pas encore répondu à l’intégralité des commentaires que vous avez laissés sur ma dernière revue de web, je les ai pourtant lus avec grand plaisir, mais je suis sous l’eau pour y répondre de manière satisfaisante à l’heure actuelle.)

k

Déjà 10 commentaires

  1. Le pilier de l’apprenti est surtout une preuve évidente que les vikings avaient découvert la structure de l’ADN. Enfin moi je dis ça…
    Sinon super billet !

    Répondre

    1. ;-) Merci nini !

      Répondre

  2. Tiens, moi qui justement hésite à passer la voir en raison du combo prix-foule-irrationnel… D’ailleurs j’apprécie tellement que tu prennes le temps de donner les théories « courantes » mais aussi les contres (genre Hiram/Jésus) qui sont facilement trouvable et pourtant pas si souvent présentées.

    /Bientôt bientôt bientôt (oui je suis foufou à l’idée de remettre les pieds en Écosse)

    Et bon courage pour le boulot ;)

    Répondre

    1. Tiens, moi qui justement hésite à passer la voir en raison du combo prix-foule-irrationnel…

      J’ai oublié de préciser que la chapelle se trouve dans un très joli village, très paisible et champêtre. J’avais adoré sortir un peu d’Édimbourg, qui reste une grande ville très animée.

      En allant à la chapelle dès l’ouverture, il n’y avait pas beaucoup de monde… Bon, certes, on y est allé·es au mois de janvier. Mais y’a peut-être un coup à jouer ?

      D’ailleurs j’apprécie tellement que tu prennes le temps de donner les théories « courantes » mais aussi les contres (genre Hiram/Jésus) qui sont facilement trouvable et pourtant pas si souvent présentées.

      Merci pour ce retour ! Et encore, je n’ai clairement pas parlé de tout, sinon j’y serais encore.

      /Bientôt bientôt bientôt (oui je suis foufou à l’idée de remettre les pieds en Écosse)

      Super, d’avance bon voyage ! Tu vas te régaler :)

      Répondre

  3. Tu m’as tellement; mais tellement donné envie d’y aller! Merci pour cette article d’une qualité incroyable Marie :-)

    Répondre

    1. Aww 🖤 Merci infiniment pour ce mot doux !

      Répondre

  4. Ton article est génial ! J’ai ce monument depuis longtemps sur ma liste mais je n’aurais jamais imaginé un intérieur aussi riche et symbolique! Je fais des liens avec énormément de symboles et significations ! J’adore les green men et ce qu’ils veulent dire, et je trouve ça super de voir cet intérieur qui m’a fait pensé à un squelette ! (Le pilier de l’apprenti me rappelle une Eglise à Paris)

    C’est dingue toutes les rumeurs et histoires autour de cette chapelle. C’est dommage que le guide continue à alimenter cela mais peut être que les visiteurs recherchent aussi ces histoires..

    D’après moi, les lieux religieux ont plusieurs significations. Ici je ne suis pas surprise du tout de voir de la maçonnerie et la Bible (et souvent l’alchimie) dans un même lieu. Beaucoup de choses sont cachées, chacun trouvera une signification qui peut lui parler.

    Répondre

    1. Merci ! 🖤

      J’ai ce monument depuis longtemps sur ma liste mais je n’aurais jamais imaginé un intérieur aussi riche et symbolique!

      Ouais, je pense que tu adorerais !

      D’après moi, les lieux religieux ont plusieurs significations. Ici je ne suis pas surprise du tout de voir de la maçonnerie et la Bible (et souvent l’alchimie) dans un même lieu. Beaucoup de choses sont cachées, chacun trouvera une signification qui peut lui parler.

      Tout à fait. Je me dis que c’est précisément ça qui rend le symbolisme et l’ésotérisme si attirant (et « réconfortant ») ; il n’y a pas un seul chemin possible, au contraire, c’est un labyrinthe immense au sein duquel chacun·e peut s’aventurer pour se confronter à soi-même, à ses croyances, à son histoire.

      Répondre

  5. Il me tarde de lire ton prochain article sur Londres pour que tu puisses nous faire profiter de tes trouvailles!

    Répondre

    1. Yeah, j’ai hâte aussi ! Bientôt :)

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Billets adjacents