J’ai plusieurs passions dans la vie, et l’une d’entre elles porte le doux nom de vide-greniers.

Brocante à Rennes

J’ai découvert cet étrange mais fascinant monde il y a trois ans environ, quand je me suis installée en Bretagne.

Au début, c’était surtout Anaon qui voulait qu’on commence à chiner pour trouver des vinyles vintage.

Et puis, petit à petit, j’ai commencé à trouver des trucs moi aussi, vérifiant l’adage « qui ne cherche rien, trouve quand même » : de vieux bouquins avec de belles illustrations, des jouets de mon enfance, et surtout des papillons naturalisés et autres curiosités, collection bizarre qui n’a fait que grandir depuis.

Butin de chine du 1er mai 2017
Exemple de ce qu’on appelle un « butin de chine », c’est à dire une photo des trouvailles qu’on a chinées le jour même.

L’idée d’écrire un billet à propos des vide-greniers a germé l’année dernière, en réaction aux nombreuses questions qu’on me pose lorsque je partage mes butins de chine sur le net : Comment tu fais-tu pour trouver tout ça ?, Comment réussis-tu à négocier ?, sans oublier l’inévitable Comment arrives-tu à stocker toutes ces merdes choses chez toi ?!.

Outre ces questions récurrentes, je me dis que vous avez peut-être envie de vous mettre aux vide-greniers, ne serait-ce que par curiosité, comme ça, une fois ou deux, sans forcément savoir par où commencer, et que quelques conseils pour débuter seraient les bienvenus.

Et si vous êtes déjà accro aux vide-greniers, rassurez-vous, vous devriez également y trouver votre compte, entre anecdotes et butins de chine à gogo.

Bref, j’espère que ce billet répondra aux différentes attentes, ou bien qu’il vous fera découvrir un univers parallèle dont vous ne soupçonniez peut-être pas l’existence. :)

Comment connaître les dates des vide-greniers ?

Il existe plusieurs moyens de connaître les dates des prochains vide-greniers près de chez vous – en France en tout cas.

Le Calendrier des brocantes et des vide-greniers

La première consiste à vous procurer le Calendrier des brocantes et des vide-greniers de votre région.

C’est un petit livre orange qui s’achète en maison de la presse, et qui coûte environ 4,40 €. (Vous pouvez aussi le commander en ligne mais il est scandaleusement vendu le double du prix !)

Chaque volume est consacré à une zone géographique particulière : Bretagne, Normandie, Centre…

Calendrier et guide des brocantes et vide-greniers

N’hésitez pas non plus à consulter la presse locale, non seulement les journaux, mais aussi la gazette de votre quartier et les divers prospectus locaux. Dans le grand ouest, Ouest France édite un hors-série annuel consacré aux vide-greniers.

Les agendas web

Si vous ne trouvez pas ce petit livre, ou si vous n’avez pas envie de dépenser de l’argent pour l’acheter, vous pouvez vous en remettre aux divers agendas spécialisés disponibles sur le net.

Quelques sites que je recommande pour trouver des dates de vide-greniers en France :

  • Le Calendrier des brocantes et des vide-greniers, encore lui : c’est la version web du petit bouquin orange, on y trouve sensiblement les mêmes informations. Personnellement, je trouve que la consultation du site est moins pratique que d’avoir le bouquin entre les mains. Cependant, l’avantage du site sur le bouquin, ce sont les mises à jour : comme le livre est imprimé en début d’année et annonce des vide-greniers plusieurs mois à l’avance, il peut y avoir des annulations entre temps. Il est donc nécessaire de vérifier que le vide-grenier que vous comptez visiter est bien maintenu.
  • Vide-greniers.org : une autre référence dans le domaine, bien que ce site soit littéralement envahi par la publicité, ce qui rend son utilisation assez pénible. Il arrive qu’on y trouve des manifestations qui ne sont pas indiquées dans le petit bouquin orange, donc ça vaut le coup d’y jeter un œil en complément malgré tout.
  • Brocabrac : un autre agenda en ligne, dont l’ergonomie est plus agréable. On y trouve encore d’autres adresses qui ne sont pas toujours référencées ni dans le petit bouquin orange, ni sur Vide-greniers.org, donc il est utile de vérifier sur ce site ce qui se passe dans le coin où vous comptez aller. Les différentes cartes proposées sur Brocabrac permettent aussi d’avoir une bonne vision d’ensemble des manifestations ayant lieu dans un périmètre précis, notamment dans les départements limitrophes au vôtre. Super pratique pour organiser au mieux votre journée de chine !

Et sinon, si vous détestez planifier, ouvrez les yeux quand vous vous déplacez en voiture : les vide-greniers locaux sont parfois indiqués à l’aide de panneaux plantés sur le bord des routes.

L'atelier de la petite chimiste.

À quelle heure chiner ?

Les vide-greniers ont généralement lieu les dimanches et certains jours fériés. En général, je me lève tôt, entre 5 et 6 heures du matin, pour être sur place vers 7 heures.

Oui, ça pique ! Mais ça permet aussi d’assister à de jolis levers de soleil.

L’autre avantage d’y aller tôt, c’est qu’on arrive au moment où les vendeurs sont encore en train de s’installer, ce qui permet d’avoir la primeur sur ce qu’ils vendent. C’est particulièrement utile si vous cherchez des objets qui ont la côte, comme les vinyles, pour lesquels il existe une concurrence féroce…

Mais il est également possible d’aller chiner à d’autres moments de la journée, bien entendu :

  • en fin de matinée : il y a souvent foule, ce qui rend la chine un peu moins agréable (bousculades, ralentissements, difficulté pour s’approcher des stands et fouiller…). L’avantage c’est que la concurrence bat son plein ;
  • en fin d’après-midi : c’est un créneau très intéressant, car les vendeurs bradent leurs prix à ce moment-là pour rentrer chez eux avec le moins de machins possibles. Le hic, c’est qu’à cette heure-là, les belles pièces sont souvent déjà parties !

Quel équipement prévoir pour aller chiner ?

On ne dirait pas comme ça, mais chiner demande une petite préparation ! Quand je prévois d’aller chiner, je prépare mes vêtements et mon matériel la veille au soir, pour pouvoir partir le plus tôt possible le lendemain, sans perdre de temps. C’est un petit rituel que j’ai pris l’habitude de faire presque tous les samedis soirs, en saison :)

Boîtes vintage

Voici ce que je vous conseille de prendre avec vous le jour J :

  • Des sacs : au moins un gros cabas en plastique, plus un tote bag si besoin, et/ou un petit sac à dos. L’essentiel est de garder les deux mains libres pour chiner ! Optez donc pour le sac le plus pratique qui libère vos mains. Si vous êtes en voiture, un seul sac peut suffire si vous transvasez vos trouvailles dans le coffre après chaque vide-grenier. Autrement, il peut être utile de prendre un gros sac à dos (type randonnée) ainsi qu’un ou deux cabas.
  • Une petite laine : la plupart des vide-greniers et des brocantes ayant lieu en extérieur, ne sous-estimez pas le froid, surtout le matin. Que ce soit au printemps ou à l’automne, les températures sont fraîches. Et même si on marche beaucoup lorsqu’on chine, on s’arrête aussi souvent, ce qui est propice aux refroidissements !
  • Une veste de pluie, si nécessaire. Jetez un œil à la météo la veille et le matin avant de partir : mieux vaut prévoir une veste de pluie en trop (et non pas un parapluie, qui vous obligerait à « sacrifier » une de vos mains pour le tenir), que pas de veste de pluie du tout et se retrouver trempé·e.
    Un mot cependant à propos de la pluie : si la météo annonce une pluie abondante, ça ne vaut même pas la peine de partir chiner, car tous les produits fragiles (type livres, papiers, vêtements, tableaux, meubles…) ne seront pas exposés, et la plupart des exposants seront restés au chaud chez eux. Cela étant dit, l’adage « vide-grenier pluvieux, vide-grenier heureux » se vérifie souvent, car il y a alors moins de concurrents sur place.
  • De bonnes chaussures, en particulier si vous comptez visiter plusieurs vide-greniers le même jour. C’est qu’on est capable d’en faire, des kilomètres, pour trouver la perle rare !
  • Une casquette, des lunettes de soleil, de la crème solaire : l’été, pensez à vous protéger des coups de chaud et des malaises, qui arrivent toujours plus vite qu’on ne le croit.
  • Des boissons et un snack : l’eau est nécessaire (dans l’idéal privilégiez une gourde, plus écologique que les bouteilles en plastique), et le snack plus que bienvenu lorsque la fringale de 10 heures se fait sentir. Si vous vous levez à l’aube, vous pouvez aussi prévoir un thermos d’eau chaude, ainsi que des dosettes de café instantané ou des sachets de thé.
  • Facultatif : une lampe frontale. Si vous partez chiner avant le lever du soleil, vous en aurez besoin ! L’alternative consiste à prendre une lampe de poche, mais c’est moins pratique car ça vous oblige à la tenir à la main, vous empêchant ainsi de chiner avec efficacité.
Vide-grenier dans le Finistère
Vide-grenier + soleil + mer = bonheur !

Qu’acheter en vide-grenier ?

La liste des potentiels achats en vide-grenier serait infinie ! Mais je peux quand même vous donner quelques idées.

  • Des vêtements et accessoires (sacs, chaussures, chapeaux, bijoux). C’est surtout les parents de jeunes enfants qui se régalent, en achetant pour une somme modique la garde-robe annuelle de leurs chérubins.
  • Des CDs, des DVDs, des vinyles
  • Des bouquins, plein ! Poches, grimoires, BD, il y en a vraiment pour tous les goûts et toutes les bourses.
  • De la vaisselle. Moi j’adore le vintage, aussi je scrute surtout la vaiselle Arcopal et Villeroy & Boch, ultra design et ultra solide.
  • De la nourriture, dans certains vide-greniers. Par exemple il n’est pas rare en campagne que voir des étals avec des confitures maison, de la rhubarbe, des choux…
  • Des jouets, de tout style, de toute époque et pour tous les âges.
  • Des meubles. Mais vous vous rendrez vite compte que la pièce que vous recherchez est toujours soit introuvable, soit hors de prix !
  • De la déco : lampes, tapis, rideaux, bouteilles, bibelots divers et variés…
  • Des plantes.
  • Du matériel artistique, des fournitures scolaires.
  • Des curiosités : taxidermie, entomologie, minéraux…
  • ad lib. !
Figurines Dr Who

Quel budget prévoir ?

Alors ça, ça dépend vraiment de ce que vous cherchez ! Si vous cherchez un type d’objet en particulier, je vous conseille d’estimer sa valeur avant de partir chiner pour adapter votre budget en conséquence. (Je reviendrai sur ce point dans un instant.)

Pour l’heure, voici quelques conseils budgétaires :

  • Prévoyez de la monnaie et des petites coupures : plusieurs pièces de 1 ou 2 €, des pièces de 50 centimes, un ou deux billets de 5 €, un ou deux billets de 10 €, et éventuellement un billet de 20 ou de 50 € « au cas où » ! Personnellement, je garde toujours quelques pièces et un billet de 5 ou de 10 € dans la poche de ma veste : ça permet de sortir tout de suite l’argent, sans laisser le temps au vendeur de trop réfléchir à la très bonne offre qu’il vient de me faire. ;-)
  • Les chèques ne sont globalement pas acceptés. Et c’est logique : personne ne veut prendre le risque de se retrouver avec un chèque en bois. Cela dit, par mesure de précaution, ça ne mange pas de pain d’avoir un chèque dans son portefeuille « au cas où » vous tomberiez sur une pièce un peu chère.
  • Il n’y a pas toujours de distributeur automatique, surtout dans les tout petits villages. Donc prévoyez votre budget avant de partir ! D’autant plus que vous aurez mieux à faire le jour J que de perdre 10 à 20 minutes à la recherche d’un distributeur (voire de faire la queue en cas d’affluence), et que les vendeurs ne vous mettront pas de côté l’objet qui vous intéresse le temps que vous alliez renflouer les caisses.
  • Faites régulièrement le calcul de ce que vous dépensez, vide-grenier après vide-grenier. Ça a beau ne pas être cher sur le moment, ça s’additionne quand même vite, surtout si, comme moi, vous allez chiner chaque semaine. L’avantage avec le liquide, c’est qu’une fois que vous avez tout dépensé, ça sert de limite évidente au fait de ne pas dépenser plus.

Comment estimer la valeur d’un objet ?

Si vous savez d’avance le type d’objet que vous espérez chiner, vous avez tout intérêt à vous renseigner sur sa valeur avant.

Faites une recherche sur Le Bon Coin, voire sur eBay (en France uniquement, pour avoir une base de comparaison à peu près saine), mais aussi et surtout sur Instagram, à l’aide du hashtag #butindechine par exemple : de nombreuses personnes chinent et revendent ensuite l’excédent de leur butin, et comme ce sont des particuliers, les prix peuvent être intéressants.

Tentacules et insectes
Tentacules et insectes, que j’ai réussi, par je ne sais quel miracle, à ne pas acheter.

Toutefois là encore, prudence : je vois souvent passer des objets chinés 1 ou 2 € qui sont revendus 10, 15, 20 voire 50 € sur le net ! C’est en chinant, en demandant les prix et en négociant que vous aurez une vision plus juste et réaliste des prix réellement pratiqués en braderie.

Et si jamais vous vous rendez compte après coup que vous avez payé un objet trop cher, rassurez-vous : tous les chineurs ont déjà vécu ça ! C’est en chinant qu’on apprend le métier.

Bidules de puces
Oooh les jolis toutous ! (Non.)

Méfiez-vous des prix trop chers, et de la tentation de craquer alors que le prix est de toute évidence déraisonnable : un vide-grenier est un grand débarras à pas cher, pas un salon d’antiquaires !

Si tel objet valait si cher, il ne serait pas resté moisir dans une cave pendant 15 ans, et ne serait pas non plus exposé à même le sol, dans l’humidité ou la poussière. Pourtant, certains vendeurs se sentent galvanisés par le fait de « jouer à la marchande » le temps d’une journée, et tenteront de vous faire prendre des vessies pour des lanternes…

Ce qui m’amène à l’épineuse question :

Comment négocier ?

Négocier est sans doute ce qui me faisait le plus peur au début. J’étais tellement intimidée et mal à l’aise de parler argent que, souvent, je n’osais même pas demander les prix des objets qui m’intéressaient !

Heureusement, cela n’a pas duré longtemps : j’ai appris comment faire en observant les autres chineurs opérer.

Bon, je n’ai pas énormément de mérite, car les prix qui se pratiquent en vide-grenier sont naturellement bas. Mais gagner quelques euros à chaque achat a vite un impact, surtout quand on chine beaucoup.

(…Un ange passe.)

Jolies boîtes vintage

Aussi, voici ce que je peux vous conseiller en matière de négociation :

  • Soignez votre premier contact ! On n’a pas deux fois l’occasion de faire une bonne première impression, comme on dit. Les vendeurs seront plus à même de négocier si vous êtes sympa. En général, j’essaie d’établir un premier contact visuel avec la personne dont je me rapproche du stand, et je dis toujours « Bonjour », même si je me prends parfois des vents : être polie avant d’avoir touché à quoi que ce soit me donne confiance en moi pour négocier ensuite.
  • Fixez-vous mentalement un prix maximum avant de demander. De là, trois solutions : ou bien vous serez agréablement surpris·e par le prix annoncé qui sera plus bas que prévu, ou bien le prix sera très excessif par rapport à votre prix mental, ou bien la différence sera minime et vous pourrez essayer de négocier à la baisse.
  • Annoncez toujours un prix plus bas que ce que vous êtes réellement prêt·e à payer. Si l’objet coûte 6 €, et que vous souhaiter le baisser à 5 €, proposez par exemple 4 €, et voyez comment réagit votre interlocuteur. En général, ils veulent bien baisser mais en gardant un semblant de contrôle : ils coupent donc souvent la poire en deux entre leur prix initial et votre proposition.
  • Faites des propositions honnêtes : si vous tombez sur un objet à 10 €, il est inutile d’espérer le faire baisser à 1 ou 2 € ! Cela serait même très impoli de faire une telle « offre » à quelqu’un. N’oubliez jamais que les vendeurs particuliers ont souvent eu un lien très fort avec les objets qu’ils revendent : vous leur manqueriez de respect en leur proposant des prix ridicules par rapport à leur offre initiale.
  • Acheter par lot est souvent plus intéressant. Par exemple, si vous tombez sur un ensemble d’objets du même type à 5 € pièce, demandez gentiment : « Est-ce que vous me feriez un prix si je vous en prends plusieurs ? ». En général, ça fonctionne bien car cela les débarrasse de plusieurs objets d’un coup.
  • N’insistez pas : si vous sentez que la personne en face de vous est figée sur ses prix, si elle vous répond sèchement, remerciez-la, reposez l’objet, et passez votre chemin. Cependant, si c’est un objet qui vous plaît beaucoup, demandez-vous si le prix demandé est si excessif que ça : il m’est arrivé de reposer un objet que je jugeais trop cher sur le moment, et de retourner sur le stand cinq minutes après pour l’acheter, prenant soudain conscience de sa rareté ou de son originalité !
  • Apprenez à reconnaître les vendeurs qui n’ont pas envie de vendre. Je sais, c’est très paradoxal : pourquoi certains vendeurs s’embêteraient-ils à participer à un vide-grenier s’ils ne veulent pas vendre ? Pourtant, comme je le disais plus haut, les vendeurs particuliers ont souvent un attachement très fort aux objets dont ils disent vouloir se débarrasser : au moment de les vendre, un blocage mental peut survenir, et leur faire annoncer un prix dissuasif pour garder l’objet. Les mystères de la psyché humaine ! Heureusement, cela ne concerne qu’une minorité de vendeurs. On a aussi quelques très bonnes surprises, quand on tombe sur une vendeuse ou un vendeur qui nous demande quel prix on veut mettre (♥) et qui nous l’accorde (♥♥), ou quand ils nous annoncent que « tout est à 1 € » (♥♥♥).
  • Chipotez. Même si vous avez très très envie d’acheter l’objet en question, profitez de la moindre imperfection ou trace d’usure pour négocier son prix à la baisse : « Pour tout vous dire, j’hésite à cause de l’état de la tranche / à cause des rayures / à cause des tâches », par exemple. Si le vendeur en face de vous est commerçant, il saisira la perche et vous proposera de baisser le prix. S’il ne le fait pas, à vous de jouer !
  • Si vous sentez que le vendeur hésite au dernier moment, dégainez l’argument ultime : « Ça vous débarrasse ! ». Dans un contexte parfois émotionnel, cet argument rationnel aide la personne en face de vous à remettre les pieds sur terre et lui rappelle pourquoi iel a décidé de vendre ses affaires. Cette phrase choc a souvent fait pencher la balance en ma faveur.
  • Si votre négociation aboutit, dites merci ! On n’est jamais trop souriant·e ni trop poli·e en matière de commerce, même (et surtout ?) entre particuliers. (Bon, bien sûr, je parle d’un gentil petit sourire, par d’un sourire carnassier à la Tom Cruise, hein.)

Ultimes conseils

Le plus important quand on se rend dans un vide-grenier, c’est de ne surtout pas s’attendre à trouver quelque chose en particulier. C’est pourtant l’erreur la courante, qui explique bien des déconvenues lorsque l’on rentre bredouille (ou « brocouille », comme on dit dans le jargon !).

Vide-grenier en Bretagne

Pour augmenter vos chances de faire une bonne prise, je vous conseille de visiter plusieurs vide-greniers à la suite, et d’éviter les très gros (plus de 800 exposants) et les très petits (moins de 100).

Enfin, il peut également être intéressant, lorsqu’une petite routine se fait sentir, de chiner dans un autre département voire dans une autre région. En Bretagne par exemple, l’Ille-et-Vilaine est saturée de chineurs, collectionneurs et revendeurs ; on trouve davantage notre bonheur dans les Côtes d’Armor ou dans le Finistère.

Lorsque vous voyagez, même à l’étranger, renseignez-vous ! En Angleterre, on ne parle pas de « garage sales » comme aux États-Unis, mais de « car boot sales » (littéralement : « vente au cul de la voiture »). On en a fait un à Londres et un à Édimbourg, c’était très amusant de voir les différences entre eux et les vide-greniers français.

Car boot sale à Londres

Comment ranger et gérer ses trouvailles ?

C’est LA question à mille balles, à laquelle je ne peux malheureusement pas donner de réponse universelle, car ça dépend de la place dont vous disposez chez vous.

Mon petit musée personnel

Si votre objectif est d’acheter un nouveau meuble pour en remplacer un autre, prévoyez d’avance de donner l’ancien, ou de le revendre, s’il est encore en bon état. Dans le cas contraire, allez le jeter à la déchetterie (ou faites appel au service des encombrants de votre ville, si elle en est équipée).

Si comme moi, vous avez tendance à entasser des tas de trucs, faites régulièrement du tri, par exemple chaque année en début et en fin de saison, et ne gardez que les objets qui sont vraiment beaux, solides, ou tout simplement précieux à vos yeux.

Une autre méthode pour vous débarrasser des encombrants, c’est de vous inscrire à un vide-grenier en tant que vendeuse ou vendeur. J’y pense beaucoup, car je possède plein de petits trucs qui ne se vendent pas du tout sur Internet, les frais de port étant trop chers pour les acheteurs potentiels.

Mes chines les plus mémorables

Pour terminer, je partage avec vous quelques chines qui m’ont marquée, sur une suggestion de Stella Polaris !

Mon tout premier butin de chine

J’ai acheté les deux cadres papillons suivants pour 2,50 € le lot, lors d’un de mes tout premiers vide-greniers, en 2015. J’étais loin de me douter que c’était le début d’une nouvelle collection…

Curiosités dénichées pendant un vide-grenier

Mes meilleures prises

Médaille d’or

Si je ne devais retenir qu’un seul butin de chine, ça serait le suivant ! Ce jour-là, j’ai trouvé non pas un mais deux énormes cadres à papillons, ainsi qu’un livre contenant de magnifiques illustrations, et des inclusions d’insectes. Je n’en revenais pas !

Entomologie

Médaille d’argent

L’année dernière, Lors d’un vide-grenier breton, j’ai eu la surprise de rencontrer Christian Renaut, un spécialiste français de Disney qui a écrit plusieurs ouvrages de référence sur le sujet, dont Les Héroïnes Disney (un livre fabuleux que j’emmènerais définitivement avec moi sur une île déserte).

Il s’avère que M. Renaut vendait également une grosse partie de sa collection : autant vous dire que mon niveau de fangirl-itude était très haut ce jour-là, et que l’impact sur mon porte-monnaie s’en est fortement ressenti…

Butin de chine spécial Disney

Médaille de bronze

Enfin, je me souviens très bien du jour où j’ai trouvé ce tableau Pierrot à 1 €, devant lequel j’ai dû passer dix fois mais que je n’ai vu qu’au moment de quitter le vide-grenier.

Ce genre d’illustration très kitsch (peut-être de Mira Fujita ?) a accompagné toute mon enfance ; c’était donc une grande joie de trouver ce grand cadre, à un si petit prix !

Un magnifique pierrot vintage à 1€

Mentions honorables

Deux autres prises mémorables, pour lesquelles je n’ai pas pris de photos :

  • Un coupe-papier en laiton doré, qui représente un serpent s’enroulant autour d’une épée. Je l’ai acheté 8 € à un monsieur d’une cinquantaine d’années. Quand je m’en suis emparée, son épouse s’est exclamée : Oooh, ton coupe-papier !, avec un vague ton de cœur brisé dans la voix.
  • Des pierres de Coadry, une curiosité géologique bretonne très appréciée. C’était à Pont L’Abbé, dans le Finistère, et je n’en ai jamais retrouvé depuis.

Mon plus grand regret

Difficile à dire, car je ne suis pas du genre à me priver quand quelque chose me plaît ! Mais je garde un souvenir ému de cette mallette en velours vert, dissimulant une belle collection de compas anciens :

Compas vintage

Je n’ai pas osé demander le prix, car c’était exposé sur un stand d’une vendeuse professionnelle, ce qui est souvent un indice de prix excessivement élevés.

Miscellanées

Ce que j’aime le plus dans les vide-greniers, c’est la mixité sociale qui y a lieu, quand les vide-greniers ont lieu dans des lieux inattendus (par exemple dans un champ, ou sur la plage), et quand il y a de bons trucs à manger (j’ai des souvenirs de galettes saucisses mémorables, ainsi que de très bons gâteaux maison ! #ventre).

Buvette

Je visite tellement de vide-greniers qu’il m’est impossible de me souvenir de chacun d’entre eux ; aussi, cette année, je note mes impressions et le détail de mes trouvailles dans un petit carnet acheté spécialement pour l’occasion.

Mon carnet spécial vide-greniers

Pour terminer, je partage avec vous quelques comptes Instagram de chineuses que j’aime bien :

J’espère que ce billet aura répondu à vos questions, et qu’il vous aura envie d’aller chiner, que ce soit la première… ou la centième fois ! Les mois de mai et juin sont particulièrement riches en matière de brocantes, c’est donc le moment idéal pour y aller, ne serait-ce que pour prendre l’air et s’amuser.

Si vous partagez vos butins de chine sur Instagram, n’hésitez pas à partager vos photos avec moi via mes comptes @trouvaillesdechine ou @lalunemauve ! :)

Sur le même sujet, le billet La chine, les brocantes, les rederies & tout ça de Angie Hayne peut également vous intéresser.

Un vieux Paris Match

Déjà 10 commentaires

  1. Super billet, merci!
    J’aimerais bcoup faire plus de brocantes (rederies par chez nous) mais il ya beaucoup de professionnels sur celles de ma région c’est frustrant (surtout quand ils pillent les particuliers pour ensuite mettre leur butin sur leur stand <_< ), mais tu me donnes encore plus envie!
    Superbe collection en tout cas :)
    Bises

    Répondre

    1. il ya beaucoup de professionnels sur celles de ma région c’est frustrant (surtout quand ils pillent les particuliers pour ensuite mettre leur butin sur leur stand <_ < ),

      Ahlala à qui le dis-tu… On a exactement le même problème ici avec les revendeurs smei-pro de vinyles… Une vraie plaie ! Du coup quand on achète des disques à des particuliers, ils sont hyper contents de savoir que nous on va les écouter, pas les revendre.

      Superbe collection en tout cas :)

      Héhé merci ! Ce n’est qu’une petite partie :D :D

      Répondre

  2. Je ne te remercie PAS pour cet article qui rend ta passion pour les brocantes totalement communicative !

    Avec mon amoureux, on s’y était mis il y a quelques années pour trouver des «trucs» pour décorer les tables de notre mariage : était élu «truc» n’importe quel contenant pouvant accueillir quelques fleurs des champs (#mariageChampêtre) et puis on s’est totalement arrêté après !

    Depuis, j’en ai fait une ou deux dédié aux enfants et j’adore revenir avec un sac entier de fringues qui suffiront à habiller le lardon pour 4 mois pour même pas 30€ (le prix d’UN ensemble neuf) mais j’essaye de ne pas y aller trop souvent pour ne pas amasser trop de jeux ou d’habits. Et voilà que tu me redonnes envie !!

    Répondre

    1. Je ne te remercie PAS pour cet article qui rend ta passion pour les brocantes totalement communicative !

      Hihi O:-)

      Avec mon amoureux, on s’y était mis il y a quelques années pour trouver des «trucs» pour décorer les tables de notre mariage : était élu «truc» n’importe quel contenant pouvant accueillir quelques fleurs des champs (#mariageChampêtre) et puis on s’est totalement arrêté après !

      Super bonne idée, tiens ! Vous avez fait quoi des « trucs » une fois le mariage terminé ? Revendus en vide-grenier ? :D

      Depuis, j’en ai fait une ou deux dédié aux enfants et j’adore revenir avec un sac entier de fringues qui suffiront à habiller le lardon pour 4 mois pour même pas 30€ (le prix d’UN ensemble neuf) mais j’essaye de ne pas y aller trop souvent pour ne pas amasser trop de jeux ou d’habits. Et voilà que tu me redonnes envie !!

      Ouais, je crois que c’est un méga bon plan. Je comprends ta volonté de ne pas trop accumuler, mais faire un petit vide-grenier de temps en temps c’est quand même bien agréable :D :D

      Répondre

  3. Super ce billet, merci beaucoup ! :)
    Je chine pas mal également, ayant été contaminée par mon homme qui adore se lever tôt le dimanche pour chiner ^^ En général, je furette du côté des bouquins (ah ! les vieux poches SF à la couverture un peu kitsch !) mais je tombe parfois sur des trouvailles (l’album pour enfants Dark Crystal <3 un trotteur Pollux (du Manège enchanté) qui a fait la joie à Noël de mon petit neveu (et de ses parents !)).
    J'ai du mal à négocier, par contre, donc j'ai soigneusement noté tes conseils pour la prochaine fois :)

    Répondre

    1. Merci pour ton petit mot, Lulla ! Je suis super ravie si ce billet t’a plu ! :)

      Je chine pas mal également, ayant été contaminée par mon homme qui adore se lever tôt le dimanche pour chiner ^^

      Ah le tien aussi ? ^^

      En général, je furette du côté des bouquins (ah ! les vieux poches SF à la couverture un peu kitsch !) mais je tombe parfois sur des trouvailles (l’album pour enfants Dark Crystal <3

      Miih, tu m’intrigues au plus haut point avec cette histoire d’album Dark Crystal ! Qu’est-ce donc ?

      J’adore ce petit descriptif de tes trouvailles, c’est si chouette !

      J’ai du mal à négocier, par contre, donc j’ai soigneusement noté tes conseils pour la prochaine fois :)

      Cool, j’espère que ça t’aidera un peu ! Le plus dur, c’est la première fois, ensuite on se prend au jeu… :)

      Répondre

      1. L’album Dark Crystal, c’est un album jeunesse que Hachette a édité à l’époque de la sortie du film : on y retrouve l’histoire mais les dessins ne sont pas signés de Froud (cela dit, les illustrations restent très chouettes et dans le ton du film). Comme j’adore le travail de Jim Henson, je dois dire que quand je suis tombée dessus, je n’ai pas réfléchi : j’ai pris ! :)

        Répondre

        1. Maintenant que je sais que ça existe, c’est le genre de pépite que je rêverais de trouver aussi ! :D

          Répondre

  4. Lizzie

    9 mai 2017

    Ohlala, quel article passionnant !
    Je ne suis pas très friande de la foule des brocantes, je ne me suis donc jamais vraiment intéressée, mais j’adore les photos que tu partages sur Instagram de tes butins de chine… Du coup, tu imagines bien, j’ai appris grâce aux liens que tu partages qu’il y aura une brocante dans un quartier populaire de Lille ce week-end et je vais peut-être me laisser tenter. Tes médailles d’or et d’argent sont de vraies pépites, quelle chance ! Et l’illustration Pierrot ressemble beaucoup aux envoûtants tableaux de la salle d’attente chez mon médecin de famille qui me fascinaient petite.
    Belle journée !

    Répondre

    1. Coucou Lizzie ! Merci pour ton petit mot ! Excuse-moi pour le grand retard avec lequel je te réponds, mais je viens juste d’aller repêcher ton commentaire qui s’était pris dans les filets de mon antispam !

      Je ne suis pas très friande de la foule des brocantes,

      Je comprends, je déteste ça aussi ! Quand tu ne peux pas avancer et que tu piétines derrière des gens tous amassés avec leurs poussettes pour faire bélier…

      C’est pour ça que j’y vais très tôt, en général avant 9 heures y’a pas foule et c’est bien plus agréable pour circuler. Mais bon, encore faut-il réussir à se lever très tôt le dimanche…

      je ne me suis donc jamais vraiment intéressée, mais j’adore les photos que tu partages sur Instagram de tes butins de chine…

      Cool, merci, ça me fait plaisir de le savoir ! :)

      Du coup, tu imagines bien, j’ai appris grâce aux liens que tu partages qu’il y aura une brocante dans un quartier populaire de Lille ce week-end et je vais peut-être me laisser tenter.

      Alors alors, tu y es allée ? :)))

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>