Ça nous a pris comme ça, un dimanche. Il fallait qu’on aille voir la mer.

C’est Gweno qui m’avait soufflé le nom de Saint-Lunaire, accessible à une heure en voiture depuis Rennes.

Saint-Lunaire
Vue sur la mer

Saint-Lunaire se trouve sur la Côte d’émeraude, entre Saint-Malo et le Cap Fréhel. Autant dire que mi-novembre, c’est mort de chez mort.

Pas un glacier, pas un salon de thé d’ouvert. Tous les volets sont désespérément clos, qu’il s’agisse des volets des hôtels, ou bien des magnifiques villas qui surplombent les plages.

Volets clos
L'architecture locale
Église romane de Saint-Lunaire

On a quand même trouvé où déjeuner : la crêperie Le Pot au Beurre nous accueillit de justesse.

Les galettes étaient hyper copieuses, et, de ce que j’ai pu voir sur la table d’à côté, les amateurs de moules-frites étaient bien lotis aussi.

Quant à la crêpe à la frangipane maison… Comment vous dire… C’est l’une des meilleures frangipanes que j’aie mangées ! Elle était servie en morceaux (!), fondante et parfumée… Un vrai délice. :razz:

Le Pot au Beurre
Grand beau
Dans les rochers

Quand on ressort de là, une belle promenade sur la page orientale s’impose. On flâne un peu, on prend des photos. On s’aventure dans les rochers malgré le panneau « Interdit aux piétons ». On manque de glisser. On rit à pleins poumons.

Mes yeux s’emplissent de bleu, de marron, de noir et de vert. Et vice et versa.

Un détour par le cimetière dévoile une étrange tradition locale : plusieurs tombes sont décorées à l’aide de crucifix couleur argent ou bronze. Ce kitsch détonne au milieu des pierres tristes à pleurer.

J’aime bien.

Christ en bronze

Sur le coup de 16 heures, le pâle soleil de novembre menace déjà de quitter dans le ciel. Quelque chose craque sous nos pieds : ce sont des nuées de coquillages vides, fascinante collection dont j’essaie de voler le portrait.

Coquillages
Pacifique
Lichen
Cordages

On rentre avec le sourire aux lèvres. Le dépaysement à une heure de route. L’impression d’être en vacances.

Face à ce bleu immense, j’ai pris conscience que la chance, ça se provoque.

C’était une belle journée.

Mosaïques
Mouette
Petit chien

10 commentaires

  1. Miaourci pour ce post rafraîchissant !
    Magnifiques clichés avec un ciel bleu comme on l’aime
    bizoux Marie !

    1. Delphinette ! C’est ton commentaire qui est rafraichissant ♥

  2. Merci pour ce billet apaisant et pour ces belles photos. Cette Côte d’émeraude est tellement magnifique… Et j’adore ta phrase de conclusion « Face à ce bleu immense, j’ai pris conscience que la chance, ça se provoque. ».

    1. Salut Carine ! Ça me fait plaisir de te relire par ici :)

      Cette Côte d’émeraude est tellement magnifique…

      Définitivement ! Cela m’a donné envie de poursuivre ma découverte… Voir Saint-Malo depuis Saint-Lunaire, c’est quelque chose :)

      Et j’adore ta phrase de conclusion « Face à ce bleu immense, j’ai pris conscience que la chance, ça se provoque. ».

      Ouais, tu sais un de ces instants où tu savoures les décisions que tu as prises, profitant de l’horizon dégagé pour faire le vide. Apaisant :)

  3. aaahhh la mer…. <3
    la chance ça se provoque, ça s'entretient et ça s'apprécie, ce que tu as l'air de très bien faire :-)

    1. J’essaie ;-)

  4. Superbe billet-déambulation par les mots et les images qui donne la pêche et qui laisse vraiment transparaître une brise qui pourrait peut-être souffler à ce moment-là.

    1. Merci, Jo ! C’est tout à fait ça ^.^

  5. J’ai tellement envie d’aller voir la mer, qu’il y fasse froid mais grand soleil, de marcher sur les plages désertes emmitouflée dans mon manteaux en laine…

    Merci pour la petite promenade dominicale via internet :-)

    1. C’est exactement ça ! Le froid et la solitude (à deux). ;-)

Les commentaires sur ce billet sont désormais fermés, mais vous pouvez toujours m’envoyer un email si vous souhaitez me dire quelque chose !