Je crois que si je ne prenais pas autant de photos au quotidien, et que si je ne tenais pas un petit journal de bord, mes souvenirs se réduiraient à une peau de chagrin.

Quand vient le moment tant redouté de trier mes photos (en général tous les mois ou tous les deux mois), le nombre de souvenirs qui remontent allège un peu le poids de cette corvée.

Depuis mon adolescence, le mois de mai est synonyme d’anxiété : c’est le dernier gros mois avant la pause de l’été, et en général c’est un mois hyper chargé, blindé de rendus, de deadlines, d’urgences de dernière minute et plein d’autres joyeusetés.

Heureusement, les sources de joie et les plaisirs simples ne sont jamais loin, même lorsqu’on traverse une période de turbulences personnelles.

C’est tout bête, mais j’ai trouvé beaucoup de réconfort en observant les fleurs de mon quartier, colorant la brique et le bitume de leurs cascades parfumées. Glycines, myosotis, iris, lilas et même coquelicots bravent la rudesse de la ville pour égayer nos parcours routiniers.

Lilas
Iris pourpre

Pour moi, il est important d’être touriste dans sa propre ville, dans sa propre région. Déjà, pour des raisons pratiques : pas besoin de budget incroyable ni de poser 15 jours de congés pour partir à la découverte des trésors locaux, souvent méconnus.

Parc du Thabor
Exposition d’art contemporain au parc du Thabor, à Rennes
Le clocher de Corps-Nuds
Le clocher d’influence néobyzantine de Corps-Nuds, petite commune d’Ille-et-Vilaine.

Et puis cela permet aussi de mieux comprendre l’endroit où l’on vit. Je me suis installée en Bretagne il y a trois ans, et, n’ayant aucune racine bretonne, il est très important pour moi d’apprendre à connaître cette région qui m’offre tant.

Dinan est une petite ville typique où j’ai adoré me promener.

Quant à Cancale, c’est toujours un immense plaisir d’y retourner…

J’ai également découvert la Maison sculptée, une installation d’art brut que je rêvais de voir depuis des années. (Un billet dédié est prévu !)

La maison sculptée

Rennes elle-même est une ville riche, mouvante et fascinante, pour peu que l’on détache ses yeux de son téléphone cinq minutes, et que l’on garde un esprit ouvert.

La météo y est pour beaucoup dans ce sentiment de redécouverte permanente : un bâtiment peut révéler tout son charme grâce à un rayon de soleil ; et une rue empruntée mille fois peut changer du tout au tous lorsque la pluie mouille ses pavés.

Les maisons rennaises à pans de bois

Je me suis mise en tête de photographier davantage les mosaïques Odorico que l’on trouve à Rennes, dans l’espoir d’écrire un jour un billet à leur sujet :

Et que dire encore du street art, qui arrive là où ne l’attend pas, attire le regard et me surprend souvent par sa poésie aléatoire ?

En matière de street art, mon séjour à Paris m’en a fait voir de toutes les couleurs !

C’est en flânant du côté du Canal Saint-Martin que je me suis aperçue, non sans embarras, que je ne m’y étais jamais promenée durant les sept années que j’ai passées à Paris. Mon inertie d’alors me coupait les pattes, et tuait en moi toute pulsion exploratrice. Ce n’est qu’aujourd’hui, en y retournant en tant que touriste, que je commence à réellement l’apprécier.

(Bon, il se pourrait aussi que la présence de l’incroyable librairie Artazart, spécialisée en bouquins d’art et de design, ait un tout petit peu joué dans ce choix précis de promenade…)

D’autres trésors urbains parisiens :

Ex-voto de Maïssa Toulet
Ex-voto de Maïssa Toulet

Et que dire encore des joyaux cachés dans le boudoir de mon amie Stella Polaris ? Moi qui ai manqué ses expos parisiennes, j’étais surexcitée à l’idée de découvrir les œuvres qu’elle entrepose dans son appartement.

À Paris toujours, j’ai eu la chance d’aller voir l’exposition consacrée à Roland Topor, un dessinateur génial que j’ai découvert petite grâce à ma mère.

Parmi les nombreux projets de Topor, vous connaissez sans doute l’émission Téléchat !

À part ça ? J’ai suivi deux formations hyper instructives :

  • une sur la création d’entreprise, pour me permettre d’évaluer la pertinence de lancer ma micro-entreprise (réponse : non, pas encore, mais mon projet a bien mûri) ;
  • et une autre sur l’accessibilité web, sujet cher à mon cœur depuis dix ans. Je suis d’ailleurs très heureuse de vous annoncer que j’ai trouvé un boulot dans ce domaine ! \m/

À part ça toujours, j’ai craqué et me suis offert un collier Blood Milk que je reluquais depuis des lustres :

Les élections présidentielles m’ont fait « facepalmer » comme jamais :

Je suis retombée en enfance grâce à un vieux livre de Max und Moritz dont j’ai hérité :

En parlant de vieilleries, la saison des vide-greniers bat son plein, ne me laissant aucun répit :

Ma collection de pins Disney se porte un peu trop bien pour être honnête :

Shera reste fidèle à elle-même :

Ainsi que ses amis Scaramouche et Blanchette, qui m’ont tenu bonne compagnie lorsque j’étais à Paris :

Hélas je n’ai pas eu beaucoup de temps pour dessiner et de peindre ces temps-ci, d’où l’absence de gribouillis du mois… Cela me manque énormément, d’autant que j’ai ce portrait à terminer !

Voilà, c’est la vie, elle est pleine de surprises, passe à toute allure, m’entraîne dans un tourbillon de folie, et je suis très impatiente à l’idée de découvrir ce que les prochains mois me réservent ! Yeah !

NB : je ne publie mes photos perso sur La Lune Mauve que tous les deux mois, mais en réalité j’en poste beaucoup plus et à un rythme plus régulier dans ma galerie flickR ! ;-)

Déjà 14 commentaires

  1. Sympa ces photos ! J’adore Cancale et La Bretagne ça me donne envie d’y retourner comme toujours :)
    Je suis d’accord avec toi sur La météo et La luminosité. C’est fou comme parfois je vois un bâtiment ou autre à Paris grâce à Ca. Ca modifié totalement le paysage :)

    Répondre

    1. Je suis d’accord avec toi sur La météo et La luminosité. C’est fou comme parfois je vois un bâtiment ou autre à Paris grâce à Ca. Ca modifié totalement le paysage :)

      Oui, d’ailleurs ça m’intéresserait de découvrir des projets photo où l’on verrait toujours le même cadrage, mais selon une météo différente !

      Répondre

  2. Toujours le même bonheur de voir tes photos ! D’abord parce qu’elles sont magnifiques, inspirantes, déroutantes. Enfin parce qu’elle me font partager ton monde et ta vie, toi qui me manque tant !!! J’en regretterai presque nos années Celsa ! C’est pour dire  ! lol!!
    Miss U

    Répondre

    1. Aww ! ♥

      J’en regretterai presque nos années Celsa ! C’est pour dire  ! lol!!

      Euh… t’es sûre ? ^.^;

      Répondre

  3. Je suis on ne peut plus d’accord sur le fait de redécouvrir une ville lorsque la météo varie ! J’ai l’impression de redécouvrir certains coins de Londres maintenant que les fleurs et la luminosité printanière sont revenues…
    En tout cas c’est sûr : je continuerai d’être touriste dans ma propre ville, il y a encore tellement de choses à découvrir. :)

    Petite question : tu te balades avec un appareil photo ou tu prends tes photos avec ton téléphone ? Mon reflex est trop gros pour être pris à chaque sortie, du coup parfois je regrette de n’avoir « que » mon téléphone pour saisir des instants ou des lieux…

    Et félicitations pour ton boulot ! Se donner les moyens de et pouvoir bosser dans un domaine qui nous passionne, c’est rare et encourageant !

    Répondre

    1. En tout cas c’est sûr : je continuerai d’être touriste dans ma propre ville, il y a encore tellement de choses à découvrir. :)

      Surtout à Londres, mazette ! Justement, je suis en train de me renseigner un peu pour un éventuel petit périple cet été, et je me rends compte qu’en dépit de mes six voyages là-bas, j’ai encore pleiiin de choses à y voir (sans parler des choses à revoir, dont je ne me lasse pas, genre le British Museum !).

      Petite question : tu te balades avec un appareil photo ou tu prends tes photos avec ton téléphone ? Mon reflex est trop gros pour être pris à chaque sortie, du coup parfois je regrette de n’avoir « que » mon téléphone pour saisir des instants ou des lieux…

      Je prends des photos avec mon téléphone ! Comme toi, je ne peux pas trimballer mon reflex, qui pèse une tonne. Je me renseigne en ce moment car j’aimerais bien m‘acheter un petit compact pro, à emmener partout avec moi, justement. Par exemple ma copine Marie a un Olympus OMD-5 mark 2 et en est très contente.

      Et félicitations pour ton boulot ! Se donner les moyens de et pouvoir bosser dans un domaine qui nous passionne, c’est rare et encourageant !

      Merci tout plein !

      Répondre

      1. Oui Londres regorge de surprises ! Que penses-tu aller voir cet été ? Pour le British Museum, je suis d’accord, je ne m’en lasse pas. Même s’il est actuellement en travaux et que le magnifique Hall n’est temporairement plus accessible (mais il le sera de nouveau à partir de juillet je crois), je continue d’aller y pointer mon museau de temps à autre. :)

        Je suis également en train de regarder les appareils photo hybrides, j’ai eu l’occasion d’en tester un le mois dernier et à part la mise au point que je trouvais difficile sur le modèle que j’ai testé, je trouvais le rendu assez sympa et les possibilités nombreuses pour de la photo de quotidien. Et ça se glisse bien plus facilement dans un sac !

        Répondre

  4. Philippe

    5 juin 2017

    « être touriste dans sa propre ville », je ne peux que valider à 200% ce principe. Même si à force j’ai tendance à toujours trainer dans les mêmes coins, je tombe parfois sur quelques surprises (ou plus récemment, avec des amis d’un forum photo on a pris un guide pour le vieux Lyon qui nous a raconté plein de choses super intéressantes et savait quels portes pousser pour découvrir des coins insoupçonnés, du coup je peux encore davantage faire le guide avec les amis).

    Ça m’est arrivé (à Paris, ou à New-York récemment) d’y passer quelques jours et au final d’avoir vu beaucoup plus de choses que les collègues ou amis qui y étaient depuis plusieurs mois ou années. C’est dommage ce manque de curiosité et en même temps je comprends qu’on se prenne dans un rythme de travail et que le moindre temps libre appelle à un changement d’air. Mais si tu connais les lieux, tu sais par où faire un détour à la fin de ta longue journée pour te changer les idées…

    Tu n’as peut-être pas de racines bretonnes, mais j’ai envie de te répondre « pour l’instant » :) si tu as adopté cette région elle pourrait bien en faire autant ;)

    Répondre

    1. Hello Philippe ! Ça me fait bien plaisir de te croiser par ici, ça fait un bail :)

      on a pris un guide pour le vieux Lyon qui nous a raconté plein de choses super intéressantes

      Oh c’est lequel ? Je raffole de ce genre de bouquins ! <3

      Ça m’est arrivé (à Paris, ou à New-York récemment) d’y passer quelques jours et au final d’avoir vu beaucoup plus de choses que les collègues ou amis qui y étaient depuis plusieurs mois ou années.

      Tout pareil avec certain·e·s copain·e·s breton·ne·s, à qui j’apprends parfois des trucs…

      C’est dommage ce manque de curiosité et en même temps je comprends qu’on se prenne dans un rythme de travail et que le moindre temps libre appelle à un changement d’air.

      Ouais je crois que quand on est englué dans la routine, on ne pense même plus à être curieux, car le stress et la lassitude ont pris le contrôle. J’ai vécu près de huit ans à Paris, et j’étais dans cette situation. Bon je suis quand même montée en haut de la Tour Eiffel et j’ai vu pas mal d’expos, mais à l’époque je n’étais pas aussi curieuse qu’aujourd’hui, je suis passée à côté de plein de choses insolites que j’adorerais découvrir aujourd’hui.

      Cela dit en prendre conscience est un cadeau. Il ne tient qu’à moi de rattraper ce petit retard, et de m’y mettre. La curiosité c’est inné quand on est enfant, et puis petit à petit ça se perd si on n’y prend pas garde…

      Mais si tu connais les lieux, tu sais par où faire un détour à la fin de ta longue journée pour te changer les idées…

      Ça me fait penser à un article que j’ai lu récemment dans un magazine : le concept de « promenade en zig zag ». En gros, pour découvrir des endroits là où tu habites, quand tu te promènes, vas le plus à l’ouest possible. Ensuite, même chose, mais à l’est. Et ainsi de suite, en escalier, jusqu’à ce que tu atteignes ton objectif.

      Le but est de passer par un « itinéraire bis » que tu n’aurais jamais emprunté autrement. Je trouve l’idée carrément cool :)

      Répondre

      1. Philippe

        10 juin 2017

        Oui cela fait un moment, en fait je passais toujours pour lire quand je vois un nouvel article, puis je me disais que je répondrai quand j’aurai un moment de calme, sauf que chez moi avril et mai sont rarement calmes… Tu me diras ça ne tenait qu’à moi de me créer cette parenthèse…

        J’aime beaucoup l’idée de la balade en zig zag. Même si je suis plus « un errant ». J’essaie d’écouter la petite voix qui me suggère d’aller à gauche ou à droite (ça ou mon sens de l’orientation qui de sa voix de meneur d’homme me dit « mais bien sûr que ça passe par là ! ») et parfois on fait quelques découvertes…

        Je me souviens de mon tout premier « vrai » travail (dans le sens celui pour lequel j’ai étudié), c’était à 5min à pied de chez moi.
        Idéal le matin : je partais vraiment à 8h55 (même si des fois je ne résistais pas au calme du premier arrivé, qui peut papoter avec ceux qui arrivent avec son café), mais affreux, le soir ! Je n’avais pas le temps de déconnecter du travail que j’étais déjà chez moi, c’était assez gênant…
        Et plus d’une fois j’ai fait des détours ou je me suis posé quelque part, comme pour avoir un sas avec ma vie privée. (Je ne rentrai pas chez moi à midi, c’était plus sympa de manger avec les collègues).

        Pour le guide lyonnais, c’était une personne et non un livre :) (on était une dizaine donc ça ne revenait pas trop cher).
        Mais j’ai quelques bouquins sur la ville que je pourrais te conseiller. D’ailleurs en voulant rattraper mon retard ici, je suis tombé sur un article concernant Lyon. Les commentaires y étant clos je pense que je te ferrai un mail pour te donner des détails concernant des lieux qui tu aimerais voir, j’ai parfois eu des surprises comme des heures de visite tordus ou un nombre de personnes limitées alors que c’était inscrit nulle part.

        Dans tous les cas, je comprends qu’on puisse être pris dans une bulle qui fait qu’on s’ouvre moins à l’extérieur (j’en sors juste), mais il est dommage d’associer des lieux incroyables à un travail stressant. Et comme tu l’as si bien dit, c’est un peu comme retrouver sa curiosité d’enfant, réouvrir la porte de l’étonnement pour laisser une chance au hasard de nous surprendre au lieu de se heurter à notre expérience ou nos convictions (pour ne pas dire lassitude). Donc oui et mille fois oui pour être curieux de ce qui nous entoure et s’y ouvrir :)

        Répondre

  5. Merci pour ce partage et ces belles images !

    Je te rejoins tellement sur l’importance d’être « touriste chez soi ». J’ai pris conscience l’année dernière du fait que je connais mon pays et ma région bien plus mal que je ne veux l’admettre. J’ai commencé à y remédier, j’essaie d’organiser régulièrement des petites excursions autour de chez moi pour découvrir des endroits que je ne connais pas encore, et je trouve ça génial de pouvoir explorer sans partir loin.

    Et puis c’est toujours chouette de voir tes belles photos d’exploration de la Bretagne <3 Je vais d'ailleurs peut-être venir y passer une semaine en fin d'été, ton blog sera une importante source d'inspiration pour les balades que nous allons faire.

    Félicitations pour ton boulot !! L'accessibilité web est un domaine qu'il faut absolument que je creuse, c'est tellement indispensable et ça a l'air passionnant. Je te souhaite que ce nouveau job soit une belle et riche expérience :)

    (et trop cool les Pin's Disney *.*)

    Répondre

  6. Bon je voulais dire un truc intéressant mais mon cerveau a fuité quand il a vu la photo de Blanchette et oh je suis au boulot et elle me manque et je veux lui faire un câlin :'(

    Répondre

  7. Cancale e Dinan sont deux ville que j’aime beaucoup, très agréables.
    Tes photos sont très belles, j’aime le portrait à finir.
    Rien qu’ à lire « un tourbillon de folie » j’ai eu la chanson dans la tête XD

    Répondre

  8. J’adore la première photo, ce n’est pas tous les jours que le pétrole est source de poésie alors profitons-en.

    Ce qui est rigolo quand tu parles du tourisme local, c’est que ça dépend beaucoup de l’âge, aussi. J’ai eu pas mal d’occasion de visiter ma région d’adoption depuis que je m’y suis installée (enfin selon le bon vouloir de mon « chauffeur » mais quand j’étais étudiante à Paris, mes sorties étaient très limitées : ça s’appelle les devoirs à la maison, & bon débarras. Si j’étais restée après mes années étudiantes, je pense qu’on m’aurait davantage vue dehors ! En revanche, sans que cela n’ait de lien avec mon changement de statut ni mon déménagement, mon père s’est mis ces dernières années à m’emmener faire des balades en forêt, largement au delà du petit périmètre piéton que j’avais arpenté toute ma vie (et pourtant, je m’y suis accrochée, à mon petit lopin forestier, même pendant mes années les plus chargées !).

    Top ce nouveau job et puis c’est la consécration d’une démarche. Enfin j’espère que c’est toujours top maintenant que ce billet date un peu. Si ça se trouve c’est tempête dans les arcanes.

    J’adore le bijou Bloodmilk que tu as choisi, et je ne suis pas du tout étonnée vu l’espèce de celle-ci (et puis ça ira avec tes cadres entomologiques !). Heureusement tout de même que les bijoux ne disparait pas trop vite de ce genre d’échoppe (grrr @ les collections saisonnières).

    C’est vrai qu’on attend toujours la suite de ton petit portrait :)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>