J’ai un peu beaucoup négligé ma catégorie Créativité ces derniers mois. En 2018, c’est décidé : je m’y remets ! Yay !

Ne plus avoir le temps de créer régulièrement, c’est ce que je craignais le plus quand j’ai repris le boulot l’été dernier. Je me doutais qu’il serait moins évident de dessiner et de peindre une à deux heures par jour. Mais, quand même, je n’imaginais pas ne plus rien faire du tout.

Le boulot en soi n’y est pour rien : au contraire, j’ai toute la liberté nécessaire d’organiser mes journées comme je l’entends. C’est l’un des nombreux avantages de travailler à distance et de faire partie d’une entreprise libérée qui s’ignore. Ce n’est donc pas une question de temps, car ce temps, je pourrais le trouver sans mal si je m’organisais pour.

Par contre, le travail se déroulant chez moi, forcément, j’ai du mal à trouver l’interrupteur qui forcerait mon cerveau à ne plus penser au boulot, y compris le week-end.

Or, la créativité c’est comme un muscle, plus on l’entraîne plus elle fonctionne. Et à l’inverse, plus les séances créatives s’espacent, plus c’est difficile de s’y remettre…

Bon. Il y a quand même une chose qui m’a temporairement sauvée de ce marasme créatif pendant le premier semestre 2017, ce sont les divers anniversaires et occasions qui ont eu lieu au printemps.

Plutôt que galérer à trouver le cadeau idéal, je préfère souvent fabriquer quelque chose avec mes petites mimines. Le résultat est certes aléatoire et ô combien imparfait, mais au moins il est unique et réalisé avec amour. En plus, ça semble toujours faire plaisir !

Je vous présente donc ci-dessous quelques projets de cartes et de collages faits maison, qui regorgent de paillettes. Car, oui, je dois vous faire une confidence : j’adore les paillettes ! Même si ce n’est pas bon pour l’environnement… 😳

Des yeux pailletés

Le premier projet que j’ai envie de vous présenter est une carte un peu déglingo que j’ai créée pour ma copine Delphine !

C’est avec elle que j’ai entretenu une correspondance créative (« Happy Mail ») pendant plusieurs mois. Malheureusement, depuis, on a un peu laissé tomber… Mais qui sait, peut-être que la nouvelle année nous donnera envie de reprendre ces extraordinaires courriers ?

Donc, la carte. Une fois n’est pas coutume, c’est en gribouillant dans mon carnet que j’ai trouvé quelques idées. Le dessin de gauche était mon objectif, mais la citation que j’avais choisie 1/ manquait d’originalité, 2/ était trop longue et ne convenait pas au format carte postale ni à la méthode de lettrage que j’avais choisie.

J’ai donc bouleversé mes plans, et choisi une autre citation, signée Roald Dahl :

And above all, watch with glittering eyes the whole world around you because the greatest secrets are always hidden in the most unlikely places. Those who don’t believe in magic will never find it.

Que l’on peut traduire par :

Et par-dessus tout, ayez les yeux bien ouverts sur le monde entier, car les plus grands secrets se trouvent toujours aux endroits les plus inattendus. Ceux qui ne croient pas à la magie ne la trouveront jamais.

Ensuite, je suis partie d’une carte en papier aquarellable, que j’ai peinte en (suspens) MAUVE, et ensuite j’ai fait une sorte de petit lettering avec du papier à paillettes doré.

Alors, que je vous explique la photo ci-dessus : d’abord, je dessine mes lettres sur du papier brouillon, très grossièrement.

Ensuite, j’utilise un papier calque pour les décalquer, à l’envers, sur le verso de mes feuilles pailletées.

Enfin, je les découpe à l’aide de ciseaux à ongles, qui sont idéaux pour découper des arrondis, contrairement à mes gros ciseaux habituels. Puis je colle le tout sur la carte.

Le papier pailleté doré avec l’aquarelle mauve, ça rend tellement bien ! Pourtant, je suis plutôt branchée argenté d’habitude, mais là j’avoue, la complémentarité chromatique du doré et du prune est juste parfaite. Sans compter que la texture rugueuse des paillettes contraste également avec l’aspect du papier aquarellé. 

Alors bon, ouiii, PEUT-ÊTRE que j’ai UN PEU craqué mon slip et ajouté des yeux un peu chelous de part et d’autre de la carte…

Mais cela faisait si longtemps que je voulais utiliser les « googly eyes » que j’avais achetés chez Paperchase, ma papeterie britannique adorée  !

Une fois que tout était collé (je peux vous dire que ça a été particulièrement pénible de découper et coller tous les cils…), j’ai continué à peindre le verso de la carte et des « tiges » auxquelles j’ai collé les yeux, afin que ça reste joli vu de derrière, car je comptais bien y écrire un petit mot personnel.

Ensuite, j’ai collé une attache adhésive pour permettre à Delphine d’accrocher la carte quelque part (bien que je doute qu’une personne saine d’esprit ait envie d’accrocher un truc aussi bizarre chez elle).

La prochaine fois, je collerai cette attache avant de coller la deuxième feuille de papier aquarellable au verso, pour cacher la partie blanche dessous.

Voici donc le résultat, après un après-midi bien studieux :

De mémoire, j’ai envoyé cette carte dans une enveloppe renforcée, peut-être même avec un petit carton rigide en rab sur lequel j’avais fixé la carte à l’aide de masking tape, pour éviter qu’elle ne soit abîmée ou pliée pendant le transport.

J’avoue, c’est un des trucs que j’ai préféré créer en 2017 !

Des têtes d’animaux

J’ai continué dans mon élan à l’occasion de l’anniversaire de ma belle-maman.

Elle adore le vert (autant que moi j’aime le mauve, je vous laisse imaginer !), et comme elle vit à la campagne, dans une ancienne ferme rénovée, et qu’elle aime beaucoup les animaux, je me suis dit que j’allais créer une carte champêtre et rigolotte.

J’ai donc commencé par créer le « lettering » (si on peut appeler ça comme ça…). La grande différence avec la carte précédente, cependant, c’est que cette fois-ci j’ai utilisé du papier à paillettes ADHÉSIF, ce qui a littéralement sauvé ma vie ! Que la personne qui inventé ça soit remerciée pour ses services rendus à l’humanité.

Ensuite, j’ai dessiné puis découpé plusieurs têtes d’animaux, toujours avec du papier à paillettes et des googly eyes.

Comme il fallait que la carte puisse tenir dans une enveloppe A4, j’ai d’abord fait un croquis rapide sur une feuille A4 disposée sous la carte, ce qui m’a permis de mesurer la taille des têtes mais aussi des languettes que j’allais utiliser pour les accrocher autour de la carte, sans que ça ne dépasse ou que je sois obligée de plier la carte ou les languettes (ce qui aurait été quand même bien dommage).

Ensuite, j’ai préparé chaque élément avec des papiers pailletés de différentes couleurs. Je crois que c’est à cet instant précis que mon niveau de dorkitude a explosé, en particulier quand j’ai réalisé que j’avais en stock des googly eyes de couleurs !

Bref, c’est complètement parti en live, et je me suis beaucoup amusée.

Enfin, j’ai assemblé le verso de la même manière que pour la carte mauve, ce qui m’a permis d’écrire dessus comme prévu.

Le résultat était bien conforme à ce que j’avais en tête ! J’aime particulièrement les moustaches du chat.

Il faut croire que Belle-Maman est aussi saine d’esprit que moi, étant donné qu’elle a accroché cette carte sur le mur de sa véranda pendant six mois !

Ensuite, elle a collé la carte en première page d’un classeur qu’elle consacre à un prochain voyage en Irlande. How cool is that?

Carte accrochée grâce à l’attache.
L’attache de la carte a révélé toute son utilité !

Jem et les Hologrammes

Voici une autre carte d’anniversaire, plus simple, que j’ai réalisée pour Coralie :

Ce papier à paillettes-là est extraordinaire, car les paillettes sont holographiques. Hélas, il n’est pas adhésif, et le coller sur la carte a été difficile, en particulier avec les petites lettres :

Mais j’étais quand même bien contente d’avoir pris le temps de fabriquer un p’tit truc maison pour elle.

Graminées, félidés, sororité

Une autre carte créée avec plaisir, cette fois-ci pour Anne !

Tout a commencé par un petit lettering viteuf réalisé avec un stylo drawing gum. J’ai dû m’y reprendre à plusieurs fois, car j’avais du mal à tout faire rentrer dans la carte. L’avantage du drawing gum c’est que tu peux effacer et refaire, il suffit de laisser sécher et gratter ! Bon, ça dépend du papier ceci dit, c’est vrai.

J’ai ensuite peint le recto à l’aquarelle comme d’habitude. Une fois que tout était sec, j’ai préparé les « branches » et le verso comme pour les autres cartes :

Après pas mal de boulot, voici ce que ça a donné : une explosion de cœurs !

Un arc-en-ciel

J’ai aussi fabriqué une carte arc-en-ciel pour Moonlight, pour laquelle j’ai utilisé le même plastique adhésif pailleté que pour la carte de belle-maman.

Ce plastique date des années 90, c’est de la récup’ que j’avais gardée dans un coin depuis pas mal d’années… Comme quoi, ça sert toujours de ne (presque) rien jeter ! 😬

Je suis particulièrement contente du rendu de l’aquarelle sur le recto. J’ai obtenu cet effet en déposant la peinture sur une pochette plastique. Les résultats sont aléatoires, mais cette fois-ci ça a donné quelque chose de bien net !

Quelques « branches » multicolores plus tard…

…Et la carte était terminée, prête à partir pour la cité des gones !

Lune DIY

Pour terminer, voici une carte un peu différente que j’ai créée pour Hélène, une amie de longue date, sur le thème – ô combien original venant de moi – de la lune ! 😇

J’ai d’abord préparé le fond de la carte en dessinant plein de petits triangles au drawing gum, à l’aide d’un pinceau à eye liner en silicone recommandé par Messalyn.

Ensuite, j’ai appliqué de l’aquarelle mauve, car j’aime bien varier les couleurs de temps en temps (#OhWait).

Enfin, j’ai découpé à l’aide d’un compas-cutter les deux morceaux de papier pailleté noir et blanc, nécessaires pour former le motif « lune » central.

Et voilà ! Il ne restait plus qu’à écrire la carte et à la glisser dans une jolie enveloppe colorée (trouvée dans la superbe boutique Les Petits Papiers à Rennes, qui a hélas fermé depuis…), et le tour était joué !

Keep calm and have fun!

Moi qui procrastinais depuis des mois pour écrire ce billet et trier mes photos, je suis soulagée d’y être enfin arrivée !

Bien sûr, les cartes que j’ai fabriquées sont loin d’être parfaites. Il y a plein de petits défauts, des taches, des coins pas très nets, des restes de colle, etc. Perso, j’aime bien, je trouve que c’est ça qui rend chaque projet unique.

J’ai raté des trucs, j’en raterai encore, et je commence à être à l’aise avec ça. Accepter toutes ces petites imperfections renforce la délicieuse sensation de lâcher-prise que je ressens quand je bricole et que je peins. Dans ces cas-là, je ne pense plus à rien, juste à ce que je suis en train de faire dans l’instant présent. Et ça fait un bien FOU.

Réaliser ces cartes m’a beaucoup plu. J’ai envie d’en fabriquer d’autres : je pense par exemple à une carte interstellaire avec des planètes, ou bien à une carte übergoth avec des chauve-souris…

En attendant, un nouveau crafternoon avec Miss Pakotill se profile, cette fois sur le thème du plastique fou (également appelé « plastique dingue »). Ça promet ! Je partagerai sans doute un aperçu de nos expérimentations sur le compte Instagram de La Lune Mauve.

Et vous, allez-vous dessiner, peindre, graver ou bricoler ce week-end ? Quelles sont vos lubies créatives du moment ? Y a-t-il une technique en particulier que vous aimeriez essayer ? Dites-moi tout !

kReEsTaL

Déjà 31 commentaires

  1. Waouh ! C’est génial toutes ces techniques et le rendu est trop fort ! Quelle belle surprise ça doit être de recevoir un courrier aussi original pour tes proches !

    Moi qui suit en plein tri (tu saaaais, le truc où tu fouilles dans tes stocks de « je garde toute » pour jetter des choses :D), et qui ai relu plein de courrier (ô combien « classique ») récemment, ça me donne envie de répondre à mes proches de manière créative !

    Répondre

    1. Oh annso ! Ça m’a fait super plaisir de lire ton commentaire ce matin.

      Moi qui suit en plein tri (tu saaaais, le truc où tu fouilles dans tes stocks de « je garde toute » pour jetter des choses :D)

      Jeter ? Quoi ? Comment ? Qu’est-ce ? ^.^;

      ça me donne envie de répondre à mes proches de manière créative !

      Tu te défendais déjà bien ! En tout cas oui, recevoir du courrier personnel est déjà un exploit en soi, mais en recevoir du tout joli et fabriqué maison, ça a une puissance émotionnelle de ouf.

      Je suis en train de recevoir plein de belles cartes de vœux en ce moment, dont certaines faites avec amour à la main, et j’avoue que mon cœur explose à chaque fois. J’adore ce côté « courrier surprise », en plus ; ne pas savoir à l’avance qui va m’envoyer quoi, ça contribue beaucoup au plaisir du truc !

      Répondre

  2. Ouii ! le retour des billets DIY ! \o/

    Alors déjà, j’ai envie de surligner cette phrase :  » la créativité c’est comme un muscle, plus on l’entraîne plus elle fonctionne. Et à l’inverse, plus les séances créatives s’espacent, plus c’est difficile de s’y remettre… »
    C’est tellement ça !

    J’aime toujours autant voir les coulisses des créations de cartes ! :)

    J’avoue que c’est un peu creepy ces yeux partout, mais au fil des cartes, je me suis habituée ! ^^
    Puis ça donne des idées ! On a un stock de « googly eyes » (à cause des légumes chelous mais choupis de Hellgy), et à part en coller un peu partout sur nos objets du quotidien (oui on a bien 30 ans passés tous les 2), je ne savais pas trop quoi en faire !

    Sinon j’ai fait une méga-découverte en lisant ton billet, il existe du drawing gum en feutre ?! ça c’est génial, parce que je galère à être précise avec le drawing gum et je vois se profiler à l’horizon un panel de possibilités ! ;)

    De mon côté, je me remets doucement à la peinture (grosse phase ‘sans’) et ça me donne envie d’expérimenter sans avoir trop d’attente sur le résultat (c’est fou comme j’arrive à me mettre la pression sur le ‘dessin fini’ avant même de commencer -_-)

    A bientôt pour de nouvelles aventures créatives !

    Répondre

    1. Coucou Hélène ! Cela me fait si plaisir que tu commentes à nouveau mes billets ! :)

      Alors déjà, j’ai envie de surligner cette phrase :  » la créativité c’est comme un muscle, plus on l’entraîne plus elle fonctionne. Et à l’inverse, plus les séances créatives s’espacent, plus c’est difficile de s’y remettre… »
      C’est tellement ça !

      Oui ! Et en même temps, comme tu l’évoques à la fin de ton message, il y a des périodes « sans », et c’est tout à fait normal et courant, et on ne devrait pas trop se mettre la pression pour ça. À chaque fois que j’ai envie de me « forcer » à créer quelque chose, ça donne souvent un truc assez raté dans la réalisation duquel je ne prends aucun plaisir.

      A contrario, parfois les semaines s’enchaînent sans que j’aie le temps de créer quoi que ce soit, et c’est frustrant. Mais cela nourrit aussi l’impatience de retrouver le prochain week-end tranquille où je pourrai me ruer sur mes demi godets.

      Une méthode qui fonctionne bien avec moi, j’ai remarqué, c’est quand « je n’ai pas le choix » et que je « dois » créer quelque chose. Genre, si je dois créer quelque chose pour quelqu’un (ou pour mon blog), ça me motive beaucoup plus que si je n’ai pas de réel but.

      Alors, ce qui est pratique, c’est que des occasions de créer pour les autres, j’en trouve plein en fait ! Vu qu’un courrier surprise ça fait toujours plaisir, et puis il y a souvent des anniversaires ou des occasions à fêter.

      Bref, si créer doit être une habitude, alors peut-être nous faut-il trouver nos « déclencheurs »…

      J’avoue que c’est un peu creepy ces yeux partout, mais au fil des cartes, je me suis habituée ! ^^

      Ahah oui, j’avoue, surtout celui qui a trois pupilles :D

      Puis ça donne des idées ! On a un stock de « googly eyes » (à cause des légumes chelous mais choupis de Hellgy), et à part en coller un peu partout sur nos objets du quotidien (oui on a bien 30 ans passés tous les 2), je ne savais pas trop quoi en faire !

      Hellgy est une influenceuse de ouf en matière de créativité ! Dans tous les cas, avoir des googly eyes en stock, ça sert toujours. ON NE SAIT JAMAIS. Un petit projet DIY inopiné, une envie de personnaliser une photo ou un collage, … Sinon, pourquoi ne pas détourner les googly eyes de leur usage habituel, par exemple en en collant un (ou plus) sur une feuille, et dessiner autour sans trop réfléchir et sans faire de visage ?

      Sinon j’ai fait une méga-découverte en lisant ton billet, il existe du drawing gum en feutre ?! ça c’est génial, parce que je galère à être précise avec le drawing gum et je vois se profiler à l’horizon un panel de possibilités ! ;)

      Héhé oui, il en existe de plusieurs tailles d’ailleurs ! Celui-là je l’aime bien car la pointe n’est ni trop fine ni trop épaisse, et surtout elle est arrondie (contrairement à un autre feutre drawing gum de Molotov que j’ai, et donc la pointe est rectangulaire, ce que je trouve beaucoup moins pratique).

      Le drawing gum liquide est assez difficile à utiliser… Un usage que j’aime bien, c’est tremper une vieille brosse à dent dans le pot, puis éclabousser une feuille vierge en frottant un doigt contre les poils de la brosse au-dessus de la feuille. Tu attends que ça sèche, ensuite tu peins par dessus, puis rebelotte tu attends que ça sèche, puis tu grattes le drawing gum, et TADAAAM tu as un ciel étoilé. C’est très cool !

      Sinon, les aquarellistes expérimenté·e·s s’en servent pour « réserver des zones », mais pour le coup j’en suis encore loin.

      De mon côté, je me remets doucement à la peinture (grosse phase ‘sans’) et ça me donne envie d’expérimenter sans avoir trop d’attente sur le résultat (c’est fou comme j’arrive à me mettre la pression sur le ‘dessin fini’ avant même de commencer -_-)

      Ouais, je connais ça… C’est très désagréable et inhibant comme anxiété. On ne peut pas tout réussir, et rater fait partie intégrante du processus créatif. D’ailleurs, plus le temps passe plus je me dis que c’est en ratant qu’on s’approche de la vérité ! (Un peu comme dans la vie finalement.)

      Tiens, un livre que j’adore et qui peut peut-être te plaire et te donner des idées aussi, c’est Creative Block. Il est rempli de « prompts » créatifs, proposés par des artistes de toute origine, pour te forcer à manier des matières et essayer des procédés inhabituels. Y’a des idées très sympas dedans.

      Répondre

  3. Oh mais elles sont GÉNIALES tes cartes Marie ! Tellement rigolotes et créatives, je suis fan !
    Pourtant, les paillettes et moi, c’est loin d’être une histoire d’amour, mais tes idées me réconcilient avec le médium… Je suis particulièrement tombée amoureuse du petit coq de la carte pour ta belle-mère <3
    Bref, bravo pour tout ça :)
    De mon côté, je suis en manque de pratique "manuelle" en ce moment, il est temps de ressortir les pinceaux et de faire des motifs ! L'image d'un motif lunaire s'est d'ailleurs récemment manifestée dans mon esprit… un signe peut-être ?

    Répondre

    1. Merci infiniment pour ton enthousiasme, Judith ! Cela me fait tellement plaisir de te lire à nouveau par ici.

      Pourtant, les paillettes et moi, c’est loin d’être une histoire d’amour, mais tes idées me réconcilient avec le médium… Je suis particulièrement tombée amoureuse du petit coq de la carte pour ta belle-mère <3

      Oh c’est chouette ! Pour le coq, héhé, c’est le résultat d’une étude studieuse des gallinacés sur Google Images :D

      De mon côté, je suis en manque de pratique « manuelle » en ce moment, il est temps de ressortir les pinceaux et de faire des motifs ! L’image d’un motif lunaire s’est d’ailleurs récemment manifestée dans mon esprit… un signe peut-être ?

      Je suis impatiente de voir où tes pinceaux vont te mener, surtout si ton inspiration est céleste. Je suis toujours tes créations avec beaucoup d’intérêt en tout cas, quelle que soit leur nature.

      Répondre

  4. DES CHAUVE-SOURIS A PAILLETTES.
    (Hum. Reprenons notre dignité.)
    J’adore, et la citation de Roald Dahl est très belle. D’où vient-elle ?
    De mon côté, à côté des croquis que je fais presque tous les jours, j’ai commencé un petit « Diary Of Outfits », où je dessine ce que j’ai porté ce jour-là. Et bien que ça ait l’air un peu futile, premièrement ça me permet de m’entraîner sur le dessin des poses (parce que me dessiner toujours sous le même angle, c’est chiant), et deuxièmement ça s’est révélé comme un bon point de départ pour noter ce que j’ai fait ce jour-là, des associations d’idées, des petits trucs… bref, ça devient un journal au-delà des tenues du jour ! (Et puis c’est rigolo à faire.)

    Répondre

    1. DES CHAUVE-SOURIS A PAILLETTES.

      OUI. Curieusement, je pensais à toi en écrivant le mot « chauve-souris » ! Il faut croire que tes antennes l’ont perçu.

      J’adore, et la citation de Roald Dahl est très belle. D’où vient-elle ?

      Il s’agit apparemment de la toute dernière phrase de son tout dernier livre, The Minpins. Ce qui ajoute au caractère précieux de cette phrase, je trouve.

      De mon côté, à côté des croquis que je fais presque tous les jours, j’ai commencé un petit « Diary Of Outfits », où je dessine ce que j’ai porté ce jour-là. Et bien que ça ait l’air un peu futile, premièrement ça me permet de m’entraîner sur le dessin des poses (parce que me dessiner toujours sous le même angle, c’est chiant), et deuxièmement ça s’est révélé comme un bon point de départ pour noter ce que j’ai fait ce jour-là, des associations d’idées, des petits trucs… bref, ça devient un journal au-delà des tenues du jour ! (Et puis c’est rigolo à faire.)

      Merci pour cette description alléchante ! Je suis sûre que c’est un petit recueil merveilleux, et qu’à la longue tu vas toi-même te régaler de « remonter le temps » et de voir ta progression, et de retrouver les idées que tu as notées au fur et à mesure. En 2017, j’ai eu l’impression que tu t’es pas mal épanouie artistiquement, et cela a été un vrai plaisir à suivre. Vivement la suite !

      Répondre

  5. Ce billet est si beau (et ces paillettes <3) et m'inspire beaucoup !!

    Peut-être qu'il serait temps de vider un peu mes placards et d'écrire à mes ami·e·s avec de chouettes cartes DIY :3

    Et grâce à toi je découvre le stylo Drawing gum et je suis tellement fan *_*

    Les papeteries toulousaines te remercie d'avance de la razia que je vais y faire :p

    Répondre

    1. Merci tout plein !

      Peut-être qu’il serait temps de vider un peu mes placards et d’écrire à mes ami·e·s avec de chouettes cartes DIY :3

      Oh mais oui ! Parfois un beau morceau de papier coloré ou métallique découpé dans une jolie forme suffit à faire office de carte.

      Et grâce à toi je découvre le stylo Drawing gum et je suis tellement fan *_*

      Héhé, j’avoue, j’ai bloqué quelques instants quand je suis tombée dessus. C’est bien pratique ! Molotov est une super marque en plus. J’ai le mien depuis environ deux ans, il est toujours top, il n’a pas séché.

      Les papeteries toulousaines te remercie d’avance de la razia que je vais y faire :p

      Profites-en, c’est les soldes ! Perso, mes deux enseignes chouchoutes (parce qu’on les a à Rennes, tout simplement), ce sont le Géant des beaux-arts (plus branché arts plastiques, c’est là où j’ai trouvé le stylo drawing gum, mes aquarelles, mes beaux papiers, bref tout ce qui est « beaux arts «), et Rougier & Plé (plus branché loisirs créatifs, DIY, scrapbooking, bricolages créatifs…).

      Les deux sont bien complémentaires ! Je trouve aussi souvent de très chouettes choses dans les papeteries plus classiques, mais les prix sont plus dissuasifs. Bon, en tout cas, amuse-toi bien ! Acheter des fournitures créatives, c’est inspirant en soi !

      Répondre

  6. La première chose que je me suis exclamée dans ma tête en te lisant était « Ohlala mais ça a du te prendre un temps dingue, c’est fou, quand est-ce que tu fais tout ça ?! » Et puis je me rappelle que pour ce genre de projets, le temps se prend. C’est une question de priorités, finalement, j’en reviens toujours au même dilemme ^^

    Je rebondis sur ce que tu répondais à annso parce que je suis d’accord à 600% :

    « Une méthode qui fonctionne bien avec moi, j’ai remarqué, c’est quand « je n’ai pas le choix » et que je « dois » créer quelque chose. Genre, si je dois créer quelque chose pour quelqu’un (ou pour mon blog), ça me motive beaucoup plus que si je n’ai pas de réel but. »

    C’est l’exercice du blog et de devoir me forcer à illustrer mes articles tous les 15 jours qui m’a sortie d’une crise de page blanche photographique qui a duré plusieurs années. Je galère encore souvent, mais ce côté « je n’ai pas le choix » m’aide souvent à dépasser le blocage initial en me forçant à faire quelque chose, n’importe quoi, on verra bien où ça mène. Et comme tu le commentais si bien à l’instant sur Instagram : « c’est souvent quand on débranche le mental qu’on a de bonnes surprises ! » Il y a un côté enfantin que j’aime énormément retrouver, lorsqu’on s’amusait à coller des gommettes n’importe comment sur un dessin inachevé – et surtout quand on n’avait pas encore cette terrible pression intérieure de faire quelque chose de parfait qui nous ruine tout le plaisir !

    C’est ce que je trouve chouette dans ton article, que tu parviennes à un tel lâcher prise :) Personnellement je n’y arrive pas pour des créations moins numériques ni photographiques, j’aime pourtant beaucoup la calligraphie par exemple mais mon perfectionnisme est bien trop intense dans cette discipline, j’en tire énormément de frustration. Je préfère basculer sur des activités moins difficiles, par exemple j’aime beaucoup faire des collages qui agrémentent mes listes quotidiennes, un peu comme cette youtubeuse en crée dans ses carnets : https://www.youtube.com/watch?v=xW2iJ9Itg2U . Ça a un côté méditatif tout en étant bien moins technique, je m’y sens moins nulle :D

    Parlant de tes créations, ton papillon va rejoindre les cartons bientôt, bien emballé dans son papier bulle – et il retrouvera sa place de choix sur un mur de cadres Suisse ;) Maintenant que tu es une maîtresse des paillettes, quelles sont les prochaines techniques que tu aimerais expérimenter ?

    Répondre

    1. Coucou Eli ! Quel plaisir de retrouver tes commentaires si riches !

      La première chose que je me suis exclamée dans ma tête en te lisant était « Ohlala mais ça a du te prendre un temps dingue, c’est fou, quand est-ce que tu fais tout ça ?! » Et puis je me rappelle que pour ce genre de projets, le temps se prend. C’est une question de priorités, finalement, j’en reviens toujours au même dilemme ^^

      Ouais, tout à fait ! De mémoire, ça m’a pris deux ou trois après-midis. Mais c’est tellement satisfaisant au final, d’avoir accompli quelque chose dans un but altruiste, et qui au passage m’a bien vidé la tête aussi. Globalement, j’accueille avec plaisir toute activité qui me tient éloignée du net !

      C’est l’exercice du blog et de devoir me forcer à illustrer mes articles tous les 15 jours qui m’a sortie d’une crise de page blanche photographique qui a duré plusieurs années. Je galère encore souvent, mais ce côté « je n’ai pas le choix » m’aide souvent à dépasser le blocage initial en me forçant à faire quelque chose, n’importe quoi, on verra bien où ça mène.

      Et ça te réussit bien ! C’est une forme d’auto-discipline. De mon côté, il n’y a jusqu’ici que mes billets « revues de web » mensuels qui m’obligent à créer quelque chose. Il y avait les playlists aussi, mais j’ai laissé tomber… De la contrainte (auto-imposée) peut naître la créativité, c’est certain.

      Ce qui me laisse songeuse, cependant, c’est le fait que cette contrainte émane d’Internet. Je n’ai pas encore entièrement fait la paix avec cette idée, ce qui est assez pathétique étant donné que je ne peux nier le rôle du net dans ma vie. Donc, qu’il soit à l’origine de créativité, pourquoi serait-ce plus mal qu’autre chose, après tout ?

      Il y a un côté enfantin que j’aime énormément retrouver, lorsqu’on s’amusait à coller des gommettes n’importe comment sur un dessin inachevé – et surtout quand on n’avait pas encore cette terrible pression intérieure de faire quelque chose de parfait qui nous ruine tout le plaisir !

      Tout à fait ! Essayer des trucs sans modèle, avec des matériaux que je n’ai jamais essayés, ça m’aide à retrouver cet état de béatitude neutre, sans pâtir d’influences décourageantes. Ce qui est beaucoup plus difficile avec l’aquarelle ou le dessin, car je suis beaucoup d’illustratrices et d’aquarellistes géniales dont le travail m’inspire autant qu’il me démotive (« je ne ferai jamais si bien, donc à quoi bon ? »).

      C’est ce que je trouve chouette dans ton article, que tu parviennes à un tel lâcher prise :) Personnellement je n’y arrive pas pour des créations moins numériques ni photographiques, j’aime pourtant beaucoup la calligraphie par exemple mais mon perfectionnisme est bien trop intense dans cette discipline, j’en tire énormément de frustration.

      Je comprends ! Peut-être que la calligraphie a une importance particulière pour toi, ce qui expliquerait pourquoi tu te permets moins de « rater » que dans une autre discipline. En tout cas j’ai toujours le monogramme que tu m’avais dessiné, je l’aime beaucoup !

      Je préfère basculer sur des activités moins difficiles, par exemple j’aime beaucoup faire des collages qui agrémentent mes listes quotidiennes, un peu comme cette youtubeuse en crée dans ses carnets : https://www.youtube.com/watch?v=xW2iJ9Itg2U . Ça a un côté méditatif tout en étant bien moins technique, je m’y sens moins nulle :D

      C’est très chouette ! Avec ton goût esthétique et ta personnalité, ça doit être quelque chose :)

      Parlant de tes créations, ton papillon va rejoindre les cartons bientôt, bien emballé dans son papier bulle – et il retrouvera sa place de choix sur un mur de cadres Suisse ;)

      Oh chouette ! J’en serai très honorée ! ☺️ Tiens, je ne sais plus si je t’avais dit ni si tu l’avais lu, mais j’avais publié un petit making-of du dit papillon, et du serpent que j’avais fait pour Aleks.

      Maintenant que tu es une maîtresse des paillettes, quelles sont les prochaines techniques que tu aimerais expérimenter ?

      J’ai un projet d’ex-votos en plastique fou (une feuille plastique que tu découpes, mets au four, et qui se transforme en petit objet solide) pour illustrer un billet lunemauvien. Sinon j’aimerais bien me remettre au dessin et à l’aquarelle tout simplement, en expérimentant des choses avec les ombrages et les textures. Et le collage me dit bien aussi : je vais essayer de trouver de vieilles revues et gravures pendant la nouvelle saison de vide-greniers qui s’annonce !

      Répondre

      1. Globalement, j’accueille avec plaisir toute activité qui me tient éloignée du net !

        Ce qui me laisse songeuse, cependant, c’est le fait que cette contrainte émane d’Internet. Je n’ai pas encore entièrement fait la paix avec cette idée, ce qui est assez pathétique étant donné que je ne peux nier le rôle du net dans ma vie. Donc, qu’il soit à l’origine de créativité, pourquoi serait-ce plus mal qu’autre chose, après tout ?

        Cela m’interroge toujours autant, ce rejet si brutal du web, en écho à celui qu’avait vécu Aleks quelques temps auparavant. On n’était pas dans l’état d’esprit d’échanger à nouveau à ce sujet depuis l’année passée – je pense comprendre plusieurs éléments qui en sont à l’origine, j’en partage moi-même certains, mais n’ai jamais atteint un tel point d’écœurement (même si je sais que tu es bien plus en paix avec tout ceci qu’il y a quelques temps). Reparlons-en plus en privé samedi :)

        Et enfin, bien sûr que j’avais lu ton article making of de ma peinture ! Les mauvaises circonstances faisaient que j’étais silencieuse à l’époque, mais je n’ai jamais cessé de lire chacun de tes articles pour autant. Je suis curieuse de découvrir tes nouvelles expérimentations créatives, je me souviens de ton enthousiasme lorsque tu me parlais de tes dessins, tandis qu’on vadrouillait les routes belges assises dans ma petite Twingo !

        Répondre

        1. Reparlons-en plus en privé samedi :)

          Avec plaisir !

          Et enfin, bien sûr que j’avais lu ton article making of de ma peinture ! Les mauvaises circonstances faisaient que j’étais silencieuse à l’époque, mais je n’ai jamais cessé de lire chacun de tes articles pour autant. Je suis curieuse de découvrir tes nouvelles expérimentations créatives, je me souviens de ton enthousiasme lorsque tu me parlais de tes dessins, tandis qu’on vadrouillait les routes belges assises dans ma petite Twingo !

          Ah oui, rien ne vaut la route pour nourrir sa créativité… Je garde un très bon souvenir de ces discussions (et de tout le week-end, d’ailleurs). Cela me semble déjà tellement loin !

          Répondre

  7. Merci Marie pour ces billets toujours inspirants, c’est chouette de partager tous ces processus créatifs !
    Je trouve ça génial de créer soi-même des petits cadeaux, même si je prends rarement le temps pour ça, d’ailleurs la dernière fois c’était des boucles d’oreilles en… plastique-dingue, car j’aime aussi beaucoup ce support.

    En ce moment je teste la linogravure, ça demande très peu de matériel de base et après on peut l’utiliser plein de fois… Et puis ça ne prend pas trop de place, une fois je l’ai même emporté pour faire dans le train (bon sauf que ça met des copeaux un peu partout…).
    Pour l’instant je fais surtout des petites formes abstraites, pour faire des motifs répétés et/ou superposés avec différentes couleurs, peut-être même sur du textile.
    J’aimerais aussi concevoir un « sceau » que je pourrais par exemple apposer sur des livres à prêter… Enfin je suis sûre qu’il y a plein d’autres usages à envisager pour ce médium.
    Ce que j’aime c’est que le temps de gravure est assez concentré et méditatif, alors qu’à l’impression/tamponnage c’est plus des expérimentations où on s’en donne à cœur joie !

    Répondre

    1. Coucou !

      Merci Marie pour ces billets toujours inspirants, c’est chouette de partager tous ces processus créatifs !

      Merci à toi de lire mes projets déglingos !

      Je trouve ça génial de créer soi-même des petits cadeaux, même si je prends rarement le temps pour ça, d’ailleurs la dernière fois c’était des boucles d’oreilles en… plastique-dingue, car j’aime aussi beaucoup ce support.

      Ah mais TROP CHOUETTE ! J’ai fait mes premiers bidules en plastique fou ce week-end, et j’ai adoré ! Je pense continuer le week-end qui vient, car j’ai un projet d’illustration pour un billet lunemauvien qui collerait bien… Bon après, entre ce que j’imagine et le potentiel résultat, il y a un monde, mais je me réjouis d’avance d’essayer.

      En ce moment je teste la linogravure, ça demande très peu de matériel de base et après on peut l’utiliser plein de fois… Et puis ça ne prend pas trop de place, une fois je l’ai même emporté pour faire dans le train (bon sauf que ça met des copeaux un peu partout…).

      Hihi je t’imagine dans le train en train de graver des rondins, sous le regard médusé des autres voyageurs… hihi ! Ça me dirait bien de me remettre à la linogravure, j’en avais fait… attention, coup de vieux incoming… à l’école primaire ! Et, de mémoire, j’avais beaucoup aimé. Est-ce que tu penses que ça fonctionnerait sur du bois flotté ?

      Pour l’instant je fais surtout des petites formes abstraites, pour faire des motifs répétés et/ou superposés avec différentes couleurs, peut-être même sur du textile.

      J’aimerais bien voir des photos du rendu !

      J’aimerais aussi concevoir un « sceau » que je pourrais par exemple apposer sur des livres à prêter… Enfin je suis sûre qu’il y a plein d’autres usages à envisager pour ce médium.

      Comme un tampon tu veux dire ? Ouais, c’est carrément une bonne idée !

      Ce que j’aime c’est que le temps de gravure est assez concentré et méditatif, alors qu’à l’impression/tamponnage c’est plus des expérimentations où on s’en donne à cœur joie !

      Oui, je ressens la même dualité, d’un côté un grand calme qui vide la tête, de l’autre une énergie et un enthousiasme spontanés et sans prise de tête. Peut-être est-ce un moyen de renouer avec son enfant intérieure, qui sait ?

      Répondre

  8. Je confirme : tu as bien craqué ton slip au niveau des paillettes !
    Même si je ne suis pas ultra-fan des paillettes, j’avoue, le résultat est génial, j’adore cette multitude d’yeux, tellement « creepy glam » !!!!
    Je comprends ce que tu veux dire sur le fait de se laisser happer par le job et d’avoir du mal à débrancher, même quand on adore son job… Ce n’est pas évident, au début, de débrancher sans culpabiliser, ça prend un peu de temps, mais petit à petit ça vient ! ^^
    Pour répondre à ta question : en fait, j’ai toujours les mêmes lubies créatives, donc pas réellement de projet spécial.
    J’adore créer des cartes postales à partir de vieilles cartes existantes, le genre de cartes postales qu’on ne trouve nulle part parce qu’elles hyper rares… Je les offre à l’occasion, avant je les vendais quand j’avais un magasin, ça avait du succès, mais j’ai du arrêter le magasin, donc…
    Je fais aussi des carnets/cahiers, inspirés de vielles couvertures de livres… Et des petits livres aussi, en édition limitée, où je fais tout de A à Z (ce qui prend du temps évidemment)…
    En ce moment, je crée surtout pour le master, j’ai pas mal de trucs à remettre en route, dans le style détournement culturel. Comme c’est à la fois fait main et sur pc, ça prend du temps… Je songe à ouvrir une boutique etsy, même si je n’ai aucune idée de comment ça marche ! ^^
    Comme le master me prend du temps, je me débrouille pour glisser du crafty dans mon travail : j’utilise des pochoirs que je crée, ou des tampons.
    Pour les tampons, comme je ne peux plus graver du lino (gros problème de poignet droit, du coup faut le ménager pour le garder), je fais avec de grosses plaques de polystyrène, le truc bien polluant par excellence (bon, du coup, je jette pas puisque c’est des tampons, mais quand même). J’ai vu qu’il existait ce qu’on appelle de la gomme à graver, visiblement c’est pour les enfants, pour qu’ils puissent faire de la linogravure sans danger. Du coup, ça doit être souple, tu en déjà entendu parler ?
    Est-ce que tu as déjà réalisé des tampons ?

    J’ai eu la même réaction que Stella Polaris : CHAUVE-SOURIS !!!!!!!!!!!!! (quand on aime le creepy glam, on n’a jamais assez de chauve-souris…)

    Belle journée, et encore bravo pour ta créativité !
    Alexandrine

    Répondre

    1. Je confirme : tu as bien craqué ton slip au niveau des paillettes !
      Même si je ne suis pas ultra-fan des paillettes, j’avoue, le résultat est génial, j’adore cette multitude d’yeux, tellement « creepy glam » !!!!

      Héhé, « creepy glam », ça me plaît !

      Je comprends ce que tu veux dire sur le fait de se laisser happer par le job et d’avoir du mal à débrancher, même quand on adore son job… Ce n’est pas évident, au début, de débrancher sans culpabiliser, ça prend un peu de temps, mais petit à petit ça vient ! ^^

      J’ai regardé une conférence TED cette semaine sur le pouvoir des habitudes (dans les deux sens), qu’il faut habituer le cerveau à l’aide de routines pour se mettre à quelque chose qu’on ne fait pas habituellement (créer, aller à la salle de sport, etc.). C’est l’idée que développe Twyla Tharp dans son livre The Creative Habit: Learn It and Use It For Life. Elle explique que réussir à se lever à l’aube et à se préparer pour aller s’entraîner (elle a longtemps été danseuse) était le vrai défi, plus que s’entraîner ensuite (parce qu’une fois que tu es prête, bah « y’a plus qu’à ». Ce qui est dur c’est de prendre le temps de faire quelque chose, et de se donner les moyens de le faire (en se levant plus tôt, par exemple).

      En ce moment j’essaie de me lever une heure plus tôt chaque jour pour avoir une heure de rab pour faire tous les trucs que je ne trouve pas le temps de faire dans mon planning habituel. Hé bien c’est pas facile ! Mais je tiens bon, je pense qu’à force ça va venir, et ça ne me semblera plus aussi déchirant de me lever aussi tôt… Je suis encore loin de mettre cette heure en plus au service de l’art, mais bon, chaque chose en son temps.

      J’adore créer des cartes postales à partir de vieilles cartes existantes, le genre de cartes postales qu’on ne trouve nulle part parce qu’elles hyper rares… Je les offre à l’occasion, avant je les vendais quand j’avais un magasin, ça avait du succès, mais j’ai du arrêter le magasin, donc…
      Je fais aussi des carnets/cahiers, inspirés de vielles couvertures de livres… Et des petits livres aussi, en édition limitée, où je fais tout de A à Z (ce qui prend du temps évidemment)…

      Oh ça a l’air chouette tout ça ! À l’occasion, ça m’intéresserait que tu en parles sur ton blog, et que tu montres à quoi ça ressemble. De même, j’ignorais que tu avais eu un magasin ! Je pense que tu aurais des tas de choses à me raconter si on allait boire un thé ensemble :)

      En ce moment, je crée surtout pour le master, j’ai pas mal de trucs à remettre en route, dans le style détournement culturel. Comme c’est à la fois fait main et sur pc, ça prend du temps… Je songe à ouvrir une boutique etsy, même si je n’ai aucune idée de comment ça marche ! ^^
      Comme le master me prend du temps, je me débrouille pour glisser du crafty dans mon travail : j’utilise des pochoirs que je crée, ou des tampons.

      😍

      Pour les tampons, comme je ne peux plus graver du lino (gros problème de poignet droit, du coup faut le ménager pour le garder), je fais avec de grosses plaques de polystyrène, le truc bien polluant par excellence (bon, du coup, je jette pas puisque c’est des tampons, mais quand même). J’ai vu qu’il existait ce qu’on appelle de la gomme à graver, visiblement c’est pour les enfants, pour qu’ils puissent faire de la linogravure sans danger. Du coup, ça doit être souple, tu en déjà entendu parler ?
      Est-ce que tu as déjà réalisé des tampons ?

      Oui j’en ai fait une seule fois, tu peux voir le résultat ! Il faudrait que je m’y remette, d’ailleurs, mais pour le moment ça reste assez compliqué pour moi de « penser à l’envers ». Je crois que je préfèrerais m’y remettre et apprendre les bases avec quelqu’un qui en fait beaucoup, comme Joh ou Laurence. Peut-être l’objet d’un futur crafternoon ?

      J’ai eu la même réaction que Stella Polaris : CHAUVE-SOURIS !!!!!!!!!!!!! (quand on aime le creepy glam, on n’a jamais assez de chauve-souris…)

      Ahah, je note ! ;-)

      Merci pour ton chouette commentaire, passe une belle journée !

      Répondre

      1. En ce moment j’essaie de me lever une heure plus tôt chaque jour pour avoir une heure de rab pour faire tous les trucs que je ne trouve pas le temps de faire dans mon planning habituel. Hé bien c’est pas facile ! Mais je tiens bon, je pense qu’à force ça va venir, et ça ne me semblera plus aussi déchirant de me lever aussi tôt… Je suis encore loin de mettre cette heure en plus au service de l’art, mais bon, chaque chose en son temps.

        Tu vas tenir bon ! ^^ Je me lève maintenant à 6h30 au lieu de 8h. Je travaille (enfin, je lis, actuellement un livre très intéressant sur les femmes artistes dans l’avant-garde) jusqu’à 7h30, je vais me laver, et j’attends 8h pour prendre le ptit déj (oui je vis chez parents à cause des études, tout ça, pas de sous, etc). Eh bien, franchement, ça fait un bien fou ! Donc, ça vaut le coup de s’accrocher, je suis sûre que tu vas y arriver ! ^^

        Oh ça a l’air chouette tout ça ! À l’occasion, ça m’intéresserait que tu en parles sur ton blog, et que tu montres à quoi ça ressemble. De même, j’ignorais que tu avais eu un magasin ! Je pense que tu aurais des tas de choses à me raconter si on allait boire un thé ensemble :)

        J’en parlerai, ne t’inquiètes pas ! Tu peux déjà voir quelques réalisations dans mon dernier article, des cahiers notamment.
        J’ai tenu le magasin pendant 3 ans, à Ambierle, puis à Uzès mais j’ai dû fermer. C’est une expérience intéressante !
        Ok pour le thé ! (bon, je viens de déménager, du coup me voilà sur Béziers, à côté de Montpellier, c’est beaucoup plus loin de chez toi que Dieppe !!!) On en reparlera à l’occasion !

        😍

        Je ferai un post sur mon travail artistique, promis, avec en détail ce que j’utilise et comment je l’utilise ! ^^

        Oui j’en ai fait une seule fois, tu peux voir le résultat ! Il faudrait que je m’y remette, d’ailleurs, mais pour le moment ça reste assez compliqué pour moi de « penser à l’envers ». Je crois que je préfèrerais m’y remettre et apprendre les bases avec quelqu’un qui en fait beaucoup, comme Joh ou Laurence. Peut-être l’objet d’un futur crafternoon ?

        Ah oui, c’est pas mal je trouve ! Je n’ai jamais tenté l’écriture en lino, trop compliqué pour moi, je fais juste des motifs, mais tu t’es bien débrouillée à ce que je vois ! Penser à l’envers est complexe, surtout pour l’écriture !

        Je suis aller voir les deux liens vers ces deux mordus de lino, rhoooooo, c’est troooooop beaaaaaaau (oui, quand je suis enthousiaste, je double les lettres) ! Et en plus, voilà un super lien vers la fameuse gomme à graver ! ^^

        Une belle journée à toi !

        Répondre

  9. Pour la pollution des paillettes, d’un côté les cartes ne sont pas sensées finir dans l’environnement, mais de l’autre ça fait des chutes de papier. Enfin je me doute que tu sais très bien que la pollution vient principalement d’un usage cosmétique plutôt que des loisirs créatifs, et que c’était surtout pour toi l’occasion de placer une piqûre de rappel à qui cela concerne. Je me demande s’il existe des acryliques pailletées, pour de la précision couplée à une limitation des pertes (j’utilise beaucoup les encres, mais elles vieillissent mal) ?

    Astuces : je note celle des ciseaux à ongles d’ailleurs, et je confirme celle du pinceau eyeliner en silicone : il n’y a pas longtemps j’ai pu voir des pinceaux silicones de forme appropriée en magasin d’art (souvent on ne trouve que les bisautés), mais même les plus fins ne l’étaient pas autant que celui pour maquillage. Et c’est quoi ce style drawing gum, wow ? Si seulement il était rechargeable (si tous les stylos l’étaient, en fait). Pour finir l’astuce de la feuille apposée sur le plastique que tu avais déjà relayé vaudrait le coup même en aquarelle réaliste pour faire un effet relief de montagne.

    On s’attend presque à de l’animation avec toutes ces languettes ! En tout cas bravo pour le non-sens qui s’en dégage :)

    Répondre

    1. Bonjour, je me permets de te répondre avant Kreestal : oui il existe des acryliques pailletées (j’en utilise), irisées, plusieurs marques en propose.
      Il existe même, dans les adjuvants pour acrylique, des gels pour pailleter, iriser, n’importe quelle couleur « basique », y compris pour créer des effets holographiques.
      Le Géants des Beaux-Arts propose plusieurs marques.
      Belle journée !

      Répondre

      1. Merci pour ces tuyaux Alexandrine ! Quand j’aurais fini mes pots d’encre (s’ils ne sèchent pas avant, les malandrins) j’irais sans doute lorgner de ce côté — à moins que je ne passe le cap de la feuille d’or qui me lance des appels de sirène depuis plusieurs années. Et la belle journée de même !

        Répondre

        1. (s’incruste) En parlant de feuille d’or, Mina Mond avait gentiment répondu à mes questions à ce sujet, à propos de l’or qu’elle utilise sur ses tableaux. La phrase « bruni à la dent de chien » continue de me faire rêver.

          Répondre

          1. Aaaaaah, la feuille d’or, le rendu est TELLEMENT plus beau que tout ce qu’on peut imaginer… Mais après quelques essais infructueux, j’ai laissé tomber. Visiblement j’ai une nette tendance, quand je peins ou que je dessine, à en mettre un peu partout, bref, c’est pas très propre, et j’ai souvent de la peinture partout, et cette tendance, que l’on nomme affectueusement aux Beaux-Arts « je suis un vrai cochon de peinture », ne passe pas du tout, mais alors, pas du tout, avec la feuille d’or. Comprenez : je ne suis pas assez appliquée. Pour le reste, ça va, mais la feuille d’or, ça va pas. Enfin, il me reste encore des tas de peintures dorées (dans des tons différents), et les feutres dorés (soupir)…
            Je précise qu’en cas de craquage de porte-monnaie sur Le Géant des Beaux-Arts, je ne suis nullement responsable ! ^^

    2. Pour la pollution des paillettes, d’un côté les cartes ne sont pas sensées finir dans l’environnement, mais de l’autre ça fait des chutes de papier.

      Oui, c’est vrai ! Mais bon dans l’absolu, tous ces petits projets ne me survivront pas a priori, et finiront sans doute dans une poubelle – et donc dans l’océan – un jour ou l’autre.

      Je relis à nouveau l’article du National Geo que j’ai linké, et je ne peux m’empêcher de rire jaune quand je lis qu’une certaine société de cosmétique a remplacé les paillettes en plastique par des paillettes faites en mica, comme si elle méritait une médaille, alors qu’on sait que la production de mica est issue du travail forcé, d’enfants notamment.

      Je me demande s’il existe des acryliques pailletées, pour de la précision couplée à une limitation des pertes (j’utilise beaucoup les encres, mais elles vieillissent mal) ?

      Acrylique je ne sais pas, mais j’ai vu de gros bidons de gouache pailletée et métallisée chez Rougier & Plé. Il y avait pas mal de couleurs différentes, d’ailleurs (dont du violet ! :D).

      Astuces : je note celle des ciseaux à ongles d’ailleurs, et je confirme celle du pinceau eyeliner en silicone : il n’y a pas longtemps j’ai pu voir des pinceaux silicones de forme appropriée en magasin d’art (souvent on ne trouve que les bisautés), mais même les plus fins ne l’étaient pas autant que celui pour maquillage.

      Ouais, c’est vraiment bien trouvé ce petit pinceau mauve ! Mais évidemment il faut souvent le tremper dans la matière à appliquer, car il n’a pas de réserve. Je m’en suis servi avec du drawing gum, et c’était assez chronophage. Mais l’avantage c’est que lorsque le drawing gum sèche, on peut l’enlever facilement sans ruiner le pinceau.

      Et c’est quoi ce style drawing gum, wow ? Si seulement il était rechargeable (si tous les stylos l’étaient, en fait).

      C’est un stylo à drawing gum de la marque Molotow, il en existe de différentes tailles ! Et il me semble qu’il est rechargeable, je vérifierai mais tous les marqueurs de cette marque le sont. À mon avis il faudrait changer la pointe aussi lors du rechargement.

      Pour finir l’astuce de la feuille apposée sur le plastique que tu avais déjà relayé vaudrait le coup même en aquarelle réaliste pour faire un effet relief de montagne.

      Ouais, très bonne idée ! Avec du drawing gum justement autour de la zone, pour pas que ça déborde.

      PS : j’ai bien reçu ton mail, je suis juste extraordinairement en retard, mais promis je te réponds bientôt.

      Répondre

  10. Même si mes finances me le permettaient, je ne pense pas que j’investirais dans le matériel nécessaire à de telles pratiques créatives, car je n’ai jamais été manuelle. Pourtant, j’adore lire tes articles dans cette catégorie, qui m’enthousiasment beaucoup et me filent toujours la pêche. C’est comme d’écouter Ali Rebeihi : feel good :D Va savoir…

    Répondre

    1. Ça me fait super plaisir de savoir que ces billets te donnent la pêche ! À moi aussi ! 😊

      Répondre

  11. Super beau et créatif !! Vive les paillettes !!! (d’ailleurs, je viens de découvrir une marque qui fiat des paillettes biodégradables, ça s’appelle Eco Stardust, et ils en vendent sur Asos… j’dis ça, j’dis rien :P)

    Répondre

    1. Oooh ça c’est intéressant ! Je vais aller jeter un œil. Merci ! 💜

      Répondre

  12. Tout est trop beau et original, tu me donnes des complexes ^^
    Ma carte est toujours sur mon petit tableau en liège bien en évidence à gauche de mon bureau <3

    Répondre

    1. Roh mais non, pas de complexes entre nous ! 💜 Ça me fait super plaisir de savoir que ma carte déglingo est toujours en bonne place dans ton petit nid !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Billets adjacents