Aujourd’hui, c’est la Saint-Valentin : et quoi de plus romantique qu’une balade en amoureux dans un vieux cimetière ? ^v^

Je vous emmène à la découverte de deux cimetières édimbourgeois romantico-goths à souhait : le Greyfriars Kirkyard et le Dean Cemetery.

Après l’ascension d’Arthur’s Seat, un des lieux les plus touristiques de la capitale écossaise, éloignons-nous de la foule et commençons notre plongée au cœurs des mystères d’Édimbourg…

Petite visite aux défunts

Greyfriars Kirkyard, les reliques de la mort

C’est grâce à Harry Potter que j’ai entendu parler du cimetière de Greyfriars pour la première fois : en effet, J. K. Rowling, l’autrice des aventures du petit sorcier, se serait inspirée des noms gravés sur certaines tombes pour nommer certains de ses personnages.

Greyfriars Churchyard

Greyfriars Kirkyard (ou Greyfriars Churchyard) doit son nom au temple protestant au pied duquel il s’étend : Greyfriars Kirk.

Greyfriars Kirk

Situé dans Old Town, la vieille ville, ce cimetière est adjacent à la George Heriot’s School. C’est le plus vieux cimetière d’Édimbourg (16e siècle) : à ce titre, il s’agit d’un monument classé.

Vue depuis le cimetière de Greyfriars
Vision poétique

Ce qui m’a impressionnée au Greyfriars Kirkyard, c’est le nombre incroyable de crânes et de squelettes qui s’y trouvent. Ajoutez à ça de magnifiques textures noirâtres, verdâtres et humides, et vous obtenez du pur eye candy !

Crâne
Squelette
La mort se marre
Squelette
Crâne

Quelques symboles ésotériques ont également attiré mon attention :

Serpent
Sceau mystérieux
Ouroboros

J’ai adoré ces ornements celtiques verticaux, qui ont beaucoup de caractères, et que je n’ai jamais vus ailleurs :

Pas mal d’allégories sur le thème tempus fugit, aussi :

Tempus fugit
Tempus fugit

D’autres visions charmantes :

Toile d'araignée
Ange
Visages
Couleurs

Le fantôme de MacKenzie

Le Greyfriars Kirkyard est la dernière demeure de nombreuses personnalités historiques, dont le tristement célèbre Sir George MacKenzie, qui était avocat durant le règne de Charles II, et que l’on surnommait « Bluidy MacKenzie » (Bloody MacKenzie).

Ce sinistre personnage persécutait les Covenantaires, les torturait et les laissait mourir dans des conditions déplorables. Il encadrait également de nombreux procès en sorcellerie, que l’on imagine non moins sanglants.

MacKenzie le sadique mourut en 1691 et fut enterré au cimetière de Greyfriars, où nombre de ses victimes étaient également enterrées. Il fut inhumé dans un mausolée immense et m’as-tu vu, appelé le « Black mausoleum » (le mausolée noir).

La dernière demeure de Mackenzie

À cause de tous les méfaits commis par MacKenzie de son vivant, l’âme de celui-ci ne put jamais trouver le repos. Le fantôme de MacKenzie (« MacKenzie poltergeist ») se retrouverait donc condamné à errer dans Greyfriars jusqu’à la fin des temps…

Des centaines de témoignages racontent ce à quoi s’exposeraient celles et ceux qui auraient le malheur de pénétrer dans le mausolée noir : manifestations paranormales, sévices corporels (hématomes, brûlures), crises d’angoisse, tétanie…

La fascination morbide pour l’activité paranormale du cimetière de Greyfriars a pris de telles proportions il y a quelques années que la mairie d’Édimbourg a dû faire solidement cadenasser la porte de cette tombe ainsi que la partie la plus ancienne du cimetière. Les profanations de sépulture étaient devenues courantes, deux ados allant même jusqu’à décapiter un cadavre pour en faire une marionnette !

Malgré ces mesures, la légende du poltergeist de Mackenzie continue à servir de gagne-pain à plusieurs entreprises touristiques locales, qui proposent des visites guidées nocturnes du cimetière et du mausolée.

J’ai été assez interloquée par tout ça, et me suis pas mal renseignée sur ces City of the Dead tours : il semblerait que les phénomènes soit-disant paranormaux qui se produisent pendant ces visites de nuit ne soient autres que l’œuvre du guide, qui éteint sa lampe torche quand personne ne s’y attend pour aller chuchoter à l’oreille des uns ou tirer les cheveux des autres… Bref, une attraction pour touristes en mal de sensations fortes.

J’ai estimé que ce n’était pas pour moi, et ai regretté qu’un circuit touristique consacré aux curiosités mortuaires d’Édimbourg sans cet aspect potache n’existe pas !

Crânes

Dean Cemetery, vestige romantique

Si Greyfriars Kirkyard est un domaine de pierres et de pelouse bien taillée, le Dean Cemetery quant à lui fait la part belle à une végétation luxuriante et plus sauvage.

Saule cogneur
Il a un petit air de saule cogneur, cet arbre, non ?
Panorama à Dean Cemetery

Avec la lumière de fin de matinée, déjà dorée, l’ambiance de ce cimetière victorien est devenue éminemment romantique.

Dean Cemetery
Dean Cemetery

À un moment, j’ai pensé très fort au film Entretien avec un vampire, qui contient une scène ayant beaucoup marqué mon imaginaire d’adolescente goth : Louis, interprété par Brad Pitt, se recueille sur la tombe de sa défunte épouse au cimetière de la Nouvelle Orléans, avant de se faire mordre par Lestat et de se transformer à son tour en vampire.

Une fois transformé, le regard de Louis change, et il se rend compte que la statue, immobile jusqu’à présent, ouvre les yeux et l’observe un bref instant :

Bon, concrètement, je n’ai croisé aucun chevelu en chemise à jabot à Dean Cemetery, mais je me suis néanmoins régalée de l’atmosphère unique de ce cimetière et de quelques très jolis détails :

Ange de pierre
Clin d'œil alchimique ?
Architecte ou franc-maçon ?
Architecte ou franc-maçon ? Je penche plutôt pour la première hypothèse.
Étoile

J’ai particulièrement apprécié les nombreux ornements celtiques, véritable atout des cimetières en Écosse par rapport aux autres cimetières romantiques que j’ai pu visiter ailleurs en Europe :

Chiens celtiques
Ornement celtique

Le cimetière de Dean est un point de chute bien agréable quand on s’est promené à Dean Village et qu’on a a emprunté le Dean Path :

Dean Valley
Dean Valley

Avec la lumière timide d’une pâle matinée d’hiver, nous étions quasiment seuls, notre unique rencontre à Dean Cemetery ayant eu lieu avec des écureuils dégourdis :

Un écureuil

Hélas, nous n’avons pas pu visiter le cimetière de Calton Hill, qui semble pourtant très intéressant : nous avions prévu de faire cette visite le dernier jour, mais comme je venais de me casser le bras la veille (😑) et que je prenais de puissants antalgiques, je n’étais pas suffisamment en forme pour faire cette ascension. Tant pis, une prochaine fois…

En tout cas, le Greyfriars Kirkyard et le Dean Cemetery n’auront pas calmé mon amour pour les beaux cimetières anciens, bien au contraire ! Je garde d’ailleurs un souvenir ému de ma visite de Highgate il y a quelques années, cimetière créé paraît-il par un vampire…

Ne manquez pas mon billet Curiosités écossaises à Édimbourg, où je parle notamment des fameux cercueils d’Arthur’s Seat.

kReEsTaL

Déjà 18 commentaires

  1. Waw ! J’ai été particulièrement fascinée par tes photos de Greyfriars Kirkyard et ses memento mori. Toutes tes images de ce cimetière sont délicieusement macabres et empreintes de mystère. Même si le Dean Cemetery semble très beau et que les ornements celtiques lui confèrent effectivement une touche très particulière, je reste vraiment scotchée sur celle du Greyfriars Kirkyard ! (j’ai copié-collé à chaque fois que j’ai dû l’écrire, comment fais-tu pour retenir l’orthographe ? :))

    Répondre

    1. Je suis ravie que le charme du Greyfriars ait opéré sur toi ! Effectivement, il est plus singulier que le Dean Cemetery, dont les allées m’ont parues plus familières. Il m’a un peu rappelé celui de Nunhead, près de Londres (encore un lieu dont j’ai pris plein de photos dont je n’ai jamais rien fait ), en moins boueux cependant :D

      (j’ai copié-collé à chaque fois que j’ai dû l’écrire, comment fais-tu pour retenir l’orthographe ? :))

      Je copie-colle aussi :-p

      Répondre

  2. Belle ballade et surtout jolies photos pour illustrer ;)

    La seule fois de ma vie jusqu’ici que j’ai fait un de ces « tours » aux airs d’attrape-touristes c’était à Edinburgh (Underground City of the Dead Ghost Tour si je ne me trompe pas) et figure-toi que j’ai bien aimé. C’était l’occasion de se confronter un peu aux légendes locales, voir 2-3 lieux souterrains pas forcément ouverts normalement et surtout se confronter de façon bien brut à l’accent, pour ne pas dire la langue, locale… Niveau qualité historique/culturelle, ça ne devait pas être exceptionnel mais l’expérience a été plaisante pour moi :)

    Répondre

    1. Merci Mealin !

      C’était l’occasion de se confronter un peu aux légendes locales, voir 2-3 lieux souterrains pas forcément ouverts normalement et surtout se confronter de façon bien brut à l’accent, pour ne pas dire la langue, locale…

      Oui mais on ne te tirait pas les cheveux, si ? :-P N’empêche, le fait de pouvoir visiter des endroits d’ordinaire fermés au grand public me ferait bien envie.

      Répondre

  3. ah les cimetières <3 Une de mes grande passion! merci pour cette visite ! Si cela t'intéresse, Angélique sur Passionchateau avait fait deux articles sur la symbolique sépulturale hyper intéressants !

    Répondre

    1. Merci pour ces liens, Pauline ! J’ai dévoré les deux articles d’Angélique. Passion Château recèle décidément bien des merveilles.

      Je suis ravie que ma petite promenade photo t’ait plu ! :)

      Répondre

  4. À part quelques bougies et un côté théatrale dans la façon de raconter les histoires glauques pas de mauvaises farces capillaires ou autres, non ;-)

    Répondre

  5. Il y a tout ce que j’aime des cimetières dans cette série, particulièrement le mélange de textures, couleurs et symboles. Et si en plus ils étaient presque déserts, il s’agit d’une visite parfaite !

    Répondre

    1. C’était le cas ! Parfait :)

      Répondre

  6. Merci pour l’article (et merci Pauline pour les liens très intéressants).

    Je ne suis jamais allé en Ireland (alors que ça m’attire depuis toujours, mais c’est tout en haut de ma liste de voyage).
    Les pierres verdies, le lierre, les bas-reliefs, c’est une ambiance enivrante.

    Au final, si on regarde le but d’une tombe (laisser quelque chose derrière soit), ils ont réussi ^^ c’est bête mais certaines stèles ont peut-être traversé le temps aussi parce qu’elles étaient jolies.

    Paris a son Lachaise, Lyon a son Loyasse… C’est vrai que lorsqu’on visite une ville, on ne pense pas forcément à son cimetière. J’y penserai la prochaine fois que je m’aventure quelque part.
    Je sais que j’ai découvert beaucoup d’endroit à Lyon durant les journées du patrimoine ou certains festivals (comme le Quai du Polard -qui a toujours de belles affiches soit dit en passant- ). Je ne sais pas s’il y a un équivalent des journées du patrimoine dans d’autres pays mais ça peut être l’occasion de voir certaines portes s’ouvrir, en plus des tours organisés toutes l’année.

    Et je rejoins les commentaires : une bonne visite de cimetière c’est avec un petit crachin (ou juste après l’averse, quand l’eau ruisselle encore et que tout se reflète dans les flaques) et avec très peu de monde. J’avais pu découvrir le Lachaise avec très peu de monde et j’en étais très content.

    En tout cas je note précieusement tes conseils de visites :)

    Répondre

    1. Hello Philippe ! Bienvenue sur l’astre pourpre, et merci pour ton commentaire ! Je suis contente qu’on poursuive nos échanges ici.

      Je ne suis jamais allé en Ireland (alors que ça m’attire depuis toujours, mais c’est tout en haut de ma liste de voyage).

      En Écosse, tu veux dire ? :)

      Au final, si on regarde le but d’une tombe (laisser quelque chose derrière soit), ils ont réussi ^^ c’est bête mais certaines stèles ont peut-être traversé le temps aussi parce qu’elles étaient jolies.

      Oui, c’est vrai ! Encore une histoire de design… Qui photographiera les pierres tombales produites aujourd’hui dans 100 ou 200 ans ? Pas grand monde je pense.

      Paris a son Lachaise, Lyon a son Loyasse… C’est vrai que lorsqu’on visite une ville, on ne pense pas forcément à son cimetière. J’y penserai la prochaine fois que je m’aventure quelque part.

      Ça vaut le coup de se renseigner, oui ! Pour peu que l’endroit que tu visites possède un cimetière ancien, y’a toujours de quoi se mettre sous la dent. D’ailleurs, en parlant du cimetière de Loyasse, figure-toi que j’ai vécu un an à Lyon sans savoir qu’il existait… Même en montant à Fourvière plusieurs fois. ^^;

      Je sais que j’ai découvert beaucoup d’endroit à Lyon durant les journées du patrimoine ou certains festivals (…). Je ne sais pas s’il y a un équivalent des journées du patrimoine dans d’autres pays mais ça peut être l’occasion de voir certaines portes s’ouvrir, en plus des tours organisés toutes l’année.

      C’est une très bonne question ! Les visites guidées que j’ai pu faire à l’étranger m’ont souvent permis souvent de découvrir des endroits cachés et d’apprendre des anecdotes pittoresques. Mais j’ignore s’il y a des journées spéciales consacrées à ça. Le cas échéant, faudrait un grand coup de bol pour être dans le coin pile à ce moment-là.

      Et je rejoins les commentaires : une bonne visite de cimetière c’est avec un petit crachin (ou juste après l’averse, quand l’eau ruisselle encore et que tout se reflète dans les flaques) et avec très peu de monde. J’avais pu découvrir le Lachaise avec très peu de monde et j’en étais très content.

      Bien d’accord ! Surtout quand on apporté son appareil photo :)

      En tout cas je note précieusement tes conseils de visites :)

      \m/ Chouette, j’espère que ça te servira !

      Répondre

  7. RAAAAAHHHH. Je suis tellement fan. Merci pour ces magnifiques photos !

    Ajoutés à ma liste de « cimetières à visiter » ! (Elle existe vraiment ^^ )

     

    Répondre

    1. RAAAAAHHHH. Je suis tellement fan. Merci pour ces magnifiques photos !

      ^.^♥ Merci !

      Ajoutés à ma liste de « cimetières à visiter » ! (Elle existe vraiment ^^ )

      Je n’en attendais pas moins de toi !

      Répondre

  8. Avec un peu de retard, jolies photos :) J’aime bien les cimetières écossais, en général les cimetières français sont remplis de pierres tombales en marbre, je trouve ça un peu froid et sans âme. Je préfère les tombes en pierre érodée mangées par la mousse :)

    J’ai été assez interloquée par tout ça, et me suis pas mal renseignée sur ces City of the Dead tours : il semblerait que les phénomènes soit-disant paranormaux qui se produisent pendant ces visites de nuit ne soient autres que l’œuvre du guide, qui éteint sa lampe torche quand personne ne s’y attend pour aller chuchoter à l’oreille des uns ou tirer les cheveux des autres… Bref, une attraction pour touristes en mal de sensations fortes.

    J’ai estimé que ce n’était pas pour moi, et ai regretté qu’un circuit touristique consacré aux curiosités mortuaires d’Édimbourg sans cet aspect potache n’existe pas !

    C’est typique écossais ça par contre :) faire croire aux touristes et surtout aux Anglais qu’il a des trucs pas clairs pour gagner de l’argent, puis en rigoler derrière leur dos. Entre Nessie et les haggis sauvages… (il y a au Kelvingrove Museum de Glasgow un haggis empaillé :p)

    Cela dit ces attractions ne sont pas forcément à jeter à la poubelle, elles sont surtout faites pour être prises au second degré. J’étais comme toi mais mon copain (écossais) a insisté pour qu’on aille faire le Dungeon une fois qu’on avait quelques heures à attendre pour un train. Et c’était plutôt marrant, honnêtement un bon moment. J’ai été jugée et condamnée à la pendaison pour atteinte au bon goût avec mes vêtements :p Je ne sais pas pour les tours, mais le Dungeon se base quand même sur de véritables anecdotes, donc au delà de l’aspect grotesque il y a aussi un aspect historique.

    Répondre

    1. Hello Eirwen ! Excuse-moi de te répondre si tard, ton comm’ était passé à la trappe pour une raison que j’ignore…

      J’aime bien les cimetières écossais, en général les cimetières français sont remplis de pierres tombales en marbre, je trouve ça un peu froid et sans âme. Je préfère les tombes en pierre érodée mangées par la mousse :)

      Espèce de gothique, va ! :-P

      C’est typique écossais ça par contre :) faire croire aux touristes et surtout aux Anglais qu’il a des trucs pas clairs pour gagner de l’argent, puis en rigoler derrière leur dos. Entre Nessie et les haggis sauvages… (il y a au Kelvingrove Museum de Glasgow un haggis empaillé :p)

      Oui j’avais lu ça, et je m’étais bien bidonnée ! Je me demande s’il y a des touristes qui y croient vraiment ?! En tout cas, s’il existe une carte postale de cette « curiosité », il me la faut à tout prix pour ma collection de bizarreries !

      Cela dit ces attractions ne sont pas forcément à jeter à la poubelle, elles sont surtout faites pour être prises au second degré. J’étais comme toi mais mon copain (écossais) a insisté pour qu’on aille faire le Dungeon une fois qu’on avait quelques heures à attendre pour un train. Et c’était plutôt marrant, honnêtement un bon moment. J’ai été jugée et condamnée à la pendaison pour atteinte au bon goût avec mes vêtements :p Je ne sais pas pour les tours, mais le Dungeon se base quand même sur de véritables anecdotes, donc au delà de l’aspect grotesque il y a aussi un aspect historique.

      Oui c’est ce que j’ai perçu avec le Real Mary King’s Close ; j’ai beaucoup hésité, car la visite a l’air assez dingue quand même (une ville sous la ville, préservée dans son jus : ♥), mais là encore le côté « bouffonnerie » en costumes et le côté « touristes » m’a refroidie.

      Mais peut-être que toutes ces attractions mélangeant faits historiques et second degré sont typiques de l’humour britannique, et que moi, en bonne Frenchie, je prends tout trop au sérieux. C’est fort, fort possible.

      J’ai été jugée et condamnée à la pendaison pour atteinte au bon goût avec mes vêtements :p

      Ahah ! C’est presque un compliment ! :-)

      Répondre

      1. En tout cas, s’il existe une carte postale de cette « curiosité », il me la faut à tout prix pour ma collection de bizarreries !

        Ça doit se trouver sur Glasgow :) Je suis certaine d’en avoir vue à la boutique du musée.

        Et oui y a sûrement des numpties qui y croient :p Après tout y en a bien qui croient à Nessie, alors le haggis sauvage il est tout de suite plus crédible…

        Je ne sais pas pour le Real Mary King’s Close, jamais fait. Mais c’est vrai que les Brits ont une drôle d’affinité avec le kitsch ^^

        Répondre

  9. Je n’ai pas souvent visité de cimetière en voyage (et encore moins en France) même si je trouve ça intéressant et que parfois j’en profite par procuration. Pas sûr que cela intéresse mes accompagnants habituels (et ils ne sont pas nombreux dans les parcs naturels, aussi). Faut voir, pour mon prochain voyage. Mais l’Écosse, j’y vais avec mon copain, donc peut-être. Nous avons bien été voir un cimetière marin à la Réunion, avec des tombes de pirates, donc qui sait ! Je note ce lieu dans mon beau document de préparation de voyage.

    C’est très photogénique, en tout cas., tous ces petits bas-reliefs ! Merci pour la découverte.

    Répondre

    1. Je serais bien curieuse de connaître tes impressions voire de redécouvrir le lieu à travers tes yeux, si jamais tu prends des photos et les publie. Sans doute y verras-tu des choses à côté desquelles je suis passée, par exemple les mortsafes ;-)

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Billets adjacents