Quelle joie de vous parler enfin du Museum of Witchcraft and Magic (musée de la sorcellerie et de la magie), situé à Boscastle, en Angleterre !

Vous ne serez pas surpris·es si je vous dis que ça a été la visite qui m’a le plus marquée dans les Cornouailles ! Je trépignais de pouvoir pousser la porte de ce musée de sorcières, depuis que je l’avais découvert lors de Yule 2017 et ma légère fixette sur le personnage de Mari Lwyd.

Car les Cornouailles, voyez-vous, c’est un peu comme la Bretagne : la culture celte et l’ésotérisme y sont prégnants. Il y a donc beaucoup de choses étranges à y admirer, pour peu qu’on soit prêt·e à parcourir des kilomètres.

C’est donc par un lumineux matin d’avril que nous avons pris la route direction Boscastle, charmante bourgade située entre ciel et terre, au sud du Royaume-Uni.

Sans surprise, je me suis tout de suite sentie bien dans ce musée ! Il n’y avait presque personne, le personnel était adorable et j’ai pu prendre toutes les photos que je voulais (après avoir demandé la permission bien entendu).

Histoire du Museum of Witchcraft and Magic

Le Museum of Witchcraft and Magic (MWM) a été fondé en 1951 par Cecil Williamson, célèbre sorcier néo-païen anglais. Ce musée abrite la plus vaste et la plus ancienne collection d’artefacts magiques et occultes du monde (3000 objets, 8000 livres).

Gerard Gardner, le fondateur de la Wicca moderne, y a d’ailleurs été « sorcier résident » lorsque le Musée était encore installé sur l’Île de Man.

Si la sorcellerie bénéficie aujourd’hui d’une attention publique inégalée, du moins dans les pays occidentaux, la création d’un musée dédié n’a pas été de tout repos.

En effet, le MWM a dû déménager trois fois de suite en neuf ans, victime de pressions diverses (jet de chats morts sur ses murs) et de vandalisme (incendie criminel).

En particulier, l’Église anglicane voyait d’un très mauvais œil la création de ce musée diabolique, et fit de son mieux pour le faire fermer (c’est expliqué dans la brochure The Fighting Fairy Woman of Bodmin. The life, death and afterlife of Joan Wytte éditée par le musée, p.4).

Outre le musée, Cecil Williamson a également fondé le Witchcraft Research Center (Centre de recherche sur la sorcellerie), auquel le MI6 – les services secrets britanniques – a fait appel pendant la Seconde Guerre mondiale contre l’Allemagne nazie.

Ce centre existe d’ailleurs toujours, et édite une revue intéressante que vous pourrez vous procurer au musée : The Enquiring Eye.

Le Museum of Witchcraft and Magic aujourd’hui

En 1960, le MWM s’est définitivement installé en Cornouailles, dans le petit port pittoresque de Boscastle.

En 1996, trois ans avant sa mort, Williamson a vendu le musée à Graham King, un autre personnage haut en couleurs dont j’aurai l’occasion de vous reparler bientôt.

Depuis 2013, c’est Simon Costin, le directeur du Museum of British Folklore, qui a repris les rennes du MWM.

Un des musées les plus insolites de Grande-Bretagne

Le Museum of Witchcraft and Magic explore la sorcellerie, les pratiques magiques, le paganisme et le folklore, en les mettant en perspective avec d’autres systèmes de croyances, de l’Antiquité à nos jours.

La sélection des objets présentés est particulièrement diversifiée, afin de montrer toute la vigueur de ces pratiques, le tout de manière très respectueuse.

Certains des objets les plus iconiques exposés au MWM ont d’ailleurs été immortalisés par la photographe Sarah Hannant, dans un superbe livre intitulé Of Shadows: One Hundred Objects from the Museum of Witchcraft and Magic, que je vous ai présenté l’hiver dernier.

Les expositions temporaires quant à elles permettent de creuser certains thèmes : ainsi, lors de ma visite, j’ai pu profiter des recherches faites par l’équipe du MWM sur les chasses aux sorcières.

En Angleterre, cette persécution ayant connu deux pics, le premier dans les années 1570 et le second dans les années 1650. La torture et l’exécution de personnes soupçonnées de sorcellerie est longtemps restée légale…

Enfin, le Museum of Witchcraft and Magic organise régulièrement des évènements (conférences, expositions) pour mettre en valeur les savoirs des praticiens et praticiennes concerné·es.

Scénographie du Museum of Witchcraft and Magic

Le parcours au sein du Musée débute par tout un tas de représentations négatives de la sorcellerie : le stéréotype de la sorcière, et les persécutions déjà évoquées.

Lors de votre visite du MWM, vous aurez aussi l’occasion de passer par le Wise Woman’s Cottage (la petite maison de la guérisseuse).

En effet, celles et ceux que nous appelons aujourd’hui « sorcières » et « sorciers » ne se sont pas toujours défini·es de la sorte : pendant longtemps, il s’agissait sim­ple­ment de « wise women » ou « cunning men », ce que l’on pourrait traduire par « gué­ris­seuses » et « gué­ris­seurs » (et non pas « charlatans » comme on peut le lire parfois… 😐).

Dans les Cornouailles, il existe même un mot spécial pour les décrire : « pellars » (ou « pellers »).

Activités des guérisseurs·ses

Leurs activités étaient, et sont encore, diverses. Citons notamment :

  • la divination (par exemple à l’aide de cartes) : aider à retrouver des objets perdus, à trouver des trésors, prédire l’avenir proche, communiquer avec les défunts, etc. ;
  • le désenvoûtement : aider les gens à briser les sortilèges dont ils se sentaient victimes, purifier les lieux, etc. ;
  • les soins et la protection au sens large : créer des porte-bonheurs, des amulettes et des sorts pour protéger personnes, bêtes, récoltes et fermes, élaborer des simples et autres remèdes pour guérir les maladies et les blessures humaines et animales, mais aussi manipuler le corps et remettre en place les entorses, couper le feu, etc. ;
  • l’écoute et le conseil, en particulier dans les domaines agricoles et matrimoniaux, etc.

Pour illustrer ces pratiques populaires, de nombreux pots et fioles remplies d’herbes sont exposées dans le Musée, et leurs propriétés expliquées.

Vous trouverez également de nombreuses pierres et artefacts magiques, dont des pierres naturellement trouées (« hagstones » – littéralement pierres de sorcière), utilisées par exemple pour protéger les maisons.

Magic can really be found anywhere and everywhere: it all depends on how you look at the world. Is everything isolated and unconnected or is the world, the universe, whole and connected? This is the knowledge and wisdom of the wise woman or cunning man: a connection to the world of the spirits and an ability to see intro the essence and truth of things and their connections with each other in a universe which is not random.

Brochure officielle du musée, p.10

Racines de mandragore et porcelet à deux têtes

À l’étage, on continue à en prendre plein les mirettes, les vitrines débordant d’objets étranges !

Saviez-vous que les boules de Noël sont en fait d’anciens objets magiques ? En effet, les « witch balls » étaient accrochées à l’entrée des maisons, pour repousser les esprits malveillants, notamment… les sorcières.

Ce type de boules est également utilisé dans certaines égalises pour protéger le Saint Sacrement des sorcières. Par exemple, on en trouve une à l’intérieur de l’Église du Saint-Sépulcre à Jérusalem.

Magie sexuelle, racines de mandragore, Grande Déesse, Green Men, fées, grand bouc cérémoniel, restes humains… La seconde moitié de votre future visite au Museum of Witchcraft and Magic vous réserve bien des surprises !

D’ailleurs, je ne vous montre pas tout, et je ne parle pas de tout non plus, pour vous laisser tout le plaisir de découvrir l’endroit par vous-mêmes…

There is a widespread and age old belief, amoung country-living people that any freak of nature is something special, that it is a sign to be taken notice of, not highly disregarded, that the spirit world is drawing attention to and making itself felt.

Cecil Williamson, à propos d’un bocal contenant un porcelet à deux têtes

Magie bleue, la magie de l’eau et de la mer

Un des aspects qui m’a le plus intéressée, et que le MWM aborde à la fin du parcours, est la magie bleue (sea witchcraft).

En effet, rien n’est plus important, énigmatique et dangereux que la mer. Les croyances associées aux bords de mer et à leurs fruits (coquillages, algues, bois flotté…) sont donc anciennes.

Par exemple, les hippocampes et les pinces de crabes sont utilisées comme porte-bonheur. Le corail aurait des vertus protectrices et orne lui aussi de nombreux bijoux et babioles censées protéger leurs propriétaires. Les cauris quant à eux sont des coquillages associés à la fertilité à cause de leur forme qui rappelle celle d’une vulve.

Cauris

Au cours de l’histoire, on a longtemps cru que les sorcières avaient le pouvoir de contrôler l’océan et de déclencher les tempêtes. Le MWM expose d’ailleurs une très jolie peinture représentant des sorcières se servant de coquilles d’œuf comme navires.

En effet, dans certaines régions d’Angleterre, on avait pour habitude de broyer la coquille après avoir mangé un œuf à la coque, pour empêcher les sorcières de naviguer dedans.

Plus tristement, dans les années 1590, Agnes Sampson, une Écossaise accusée de sorcellerie, avoua sous la torture avoir déclenché une tempête en naviguant dans une passoire…

Une autre coutume locale pour les marins consistait à faire appel aux sorcières de Boscastle qui leur « vendaient du vent ». Concrètement, la sorcière vendait un bout de corde sur lequel elle faisait trois nœuds magiques. Chaque nœud coûtait un sou. Charge au marin ensuite, face à une mer d’huile, de défaire un nœud ensorcelé pour libérer le pouvoir du vent pour aider son bateau à naviguer.

En savoir plus sur le Museum of Witchcraft and Magic

Pour plus de renseignements sur le Museum of Witchcraft and Magic, rendez-vous sur le site officiel. Vous y trouverez toutes les informations pratiques qui vont bien, en particulier les dates des visites du musée à la bougie !

Vous pouvez aussi suivre le MWM sur les réseaux sociaux :

Y aller

Adresse du Museum of Witchcraft and Magic :

The Harbour, Boscastle
Cornwall, PL35 0HD

Royaume-Uni

Il est facile de se rendre en Cornouailles en ferry depuis le port de Roscoff. On arrive à Plymouth : de là, on peut tailler la route jusqu’à Boscastle en voiture.

Note : le musée fêtera ses 60 ans en 2020. Une exposition spéciale est en cours de préparation. Il y aura également une exposition dédiée à la sorcellerie à voir à Londres fin 2020 (source).

Bibliographie sélective

Pour préparer votre voyage dans les Cornouailles, et découvrir plus par­ti­cu­liè­re­ment le folklore et les mythes locaux, voici quelques livres que j’ai lus et que je vous recommande :

  • West Country Witchcraft, A Guide to Witchcraft in the West of England, Gillian Mcdonald & Jessica Penberth, Green Magic, 2007. Mon préféré, déniché chez Atlantis Bookshop à Londres ♥︎ ;
  • Walking through Cornish Folklore. Fables, Fantaisies, Myths & Mysteries, Margaret Caine & Alan Gorton, Comfy Jack, 2005. Assez sommaire, mais contient des lieux, des informations et des circuits que je n’ai trouvés nulle part ailleurs ;
  • Legends & Folklore Cornwall, Louise Maskill, Bradwell Books. Sans doute pas le meilleur, avec des photos exclusivement en noir et blanc, mais c’est le premier livre que j’ai lu et ça a été une bonne introduction au sujet ;
  • The Folklore, Ghosts and Magic of Boscastle, Steve Patterson (auto-édité ?). Plein de légendes et d’anecdotes racontées par un autochtone ;
  • From Granite to Sea. The Folklore of Bodmin Moor & East Cornwall, Alex Langstone, Troy Books, 2018. La référence en matière de folklore cornique.

Vous trouverez également de nombreuses brochures et livres édités par le Museum of Witchcraft and Magic lui-même.

Ils sont en vente dans la boutique du musée, mais également en ligne sur le site officiel, si vous ne pouvez pas attendre. Mais attention, les stocks varient beaucoup, et le site n’est pas toujours à jour (j’ai trouvé plus de livres sur place que sur le site).

À venir

Mon exploration des Cornouailles ne s’arrête pas là ! Je prévois d’écrire trois autres billets à propos de ce voyage mémorable :

  • la tombe de Joan Wytte : un autre lieu magique (et macabre) à ne pas manquer à Boscastle, sur lequel on trouve très peu d’informations sur le net. J’ai partagé avec vous tous les détails à ma portée ! 😉
  • les mégalithes dans les Cornouailles ;
  • mes bonnes adresses dans les Cornouailles, avec deux boutiques ésotériques qui valent le détour, entre autres.

En attendant, voici une sélection de billets sur l’ésotérisme en Grande-Bretagne pour vous faire patienter :

Stay weird, be proud,

Marie

Déjà 32 commentaires

  1. J’ai pris la résolution de voyager surtout en Europe les années qui viennent (histoire de prendre moins l’avion et de découvrir toutes les belles choses à proximité, tout simplement). Voilà qui donne bien envie de faire un tour des Cornouailles !

    Répondre

    1. Rien ne me fait plus plaisir que d’apprendre qu’un de mes billets puisse susciter des envies de voyages :) Étant une addict des voyages « à proximité », je ne peux que t’encourager à te lancer. On a tellement de chance en Europe, il y a tant de choses à voir !

      Répondre

  2. Cela a l’air de fourmiller d’informations étonnantes et d’objets plus qu’insolites ! Je note :)

    Récemment j’ai pu passer (en 4ème vitesse lors d’une escale) au « Steilneset – Memorial to the witches burned in Finnmark ». Visuellement, c’est très réussi à mes yeux, les 2 parties d’ailleurs, et le petit guidebook que l’on peut prendre donnant un contexte et surtout le résumé des accusations et procès de chaque sorcier et sorcière condamné est vraiment tragicomique. Il y a, de manière plus « intellectuelle » qu’émotionnelle, tant de choses à en tirer sur les centres d’intérêts et peurs des populations de l’époque que cela m’a fasciné. Ne serait-ce que sur le rapport aux tempêtes et à la mer que tu évoques à la fin de ton article…

    Répondre

    1. Oh ! Je ne connaissais pas ce mémorial, merci de m’en parler.

      Il y a, de manière plus « intellectuelle » qu’émotionnelle, tant de choses à en tirer sur les centres d’intérêts et peurs des populations de l’époque que cela m’a fasciné. Ne serait-ce que sur le rapport aux tempêtes et à la mer que tu évoques à la fin de ton article…

      Absolument, et pour ma part je ne peux m’empêcher de penser que le christianisme (et la religion au sens large) a joué un rôle considérable dans cet obscurantisme.

      Aujourd’hui, il est intéressant d’observer la dimension politique du renouveau de la figure de la sorcière, qui là aussi dit quelque chose de l’obscurantisme de notre époque.

      Répondre

      1. Les discours passionnés et le manque de nuance qui va généralement avec sont une partie de ce qui fait de nous des êtres humains puisque notre pensée n’est pas et ne sera jamais 100% rationnelle… Je le regrette parfois quand, je t’avoue.

        Les religions et croyances à portée totalitaire d’une manière générale (ultralibéralisme, retours à la « Nature », scientisme…) font de toute façon du mal et du bien (% tout relatifs selon chacune) et ne serait-ce que dans thème féminicide jouent bien leur rôle.

        Je ne sais pas trop dans quel sens tu évoquais le retour de la sorcière dans le champ politique, mais j’y vois au moins deux motifs de peur pour un de joie.

        Il y a tant de choses à améliorer qui sont faciles à relier aux persécutions de sorcières que c’est un symbole utilisable :'( Il y a si peu de figures enthousiasmantes connues (pour plein de raisons pas exemptes de complexités) que l’association qui fonctionne le mieux est celle de personnes torturées et tuées qui n’avaient à défendre rien de particulier si ce n’est leur propre vie :'( les suffragettes sont autrement plus positives il me semble).

        Le motif de joie, c’est que l’on est arrivé à une époque où l’on peut évoquer ces victimes sans risquer (dans la majorité des pays hein) de se faire torturer et tuer pour les mêmes accusations et commencer à prendre du recul sur la réalité de ce qu’il s’est passé.

        En tout cas, c’est comme ça que je le perçois. Cela n’est peut-être pas du tout ton cas…

        Répondre

  3. Je n’ai pas prévu d’aller en Angleterre mais si jamais j’y passe, je ferais sans doute un saut !

    Répondre

    1. Je te le souhaite ! C’est un petit périple de se rendre sur la côte des Cornouailles, mais il y a bien d’autres choses à voir (par exemple Tintagel, juste à côté de Boscastle).

      Répondre

  4. J’attendais ce post avec impatience! Comme on doit aller dans les Cornouailles dans les prochaines années ! J’adore toujours autant tes posts de visites on voyage vraiment avec toi!
    J’essayerais de guetter le carré Sator du musée car je sais qu’il y a en un <3

    Répondre

    1. Merci infiniment ! Je suis d’ores et déjà impatiente de découvrir tes impressions quand tu visiteras le musée, car la sensibilité de chacun·e est vivement sollicitée à chaque instant en ses murs… 

      Répondre

  5. Ok… J’avais envie de retourner à Londres mais je crois que mon prochain périple en Angleterre ce sera dans les Cornouailles. J’avais déjà pensé à visiter cette région mais là tu m’as carrément convaincu. Et grâce à toi je sais déjà quelles visites je vais faire héhé.
    J’adore les petites anecdotes et coutumes comme celles évoquées dans ton article. Je ne savais pas du tout pour les boules de Noël… C’est beau de voir à quel point le christianisme (comme toutes les autres religions d’ailleurs), s’inspire malgré lui du paganisme, de la nature.

    Répondre

    1. Ok… J’avais envie de retourner à Londres mais je crois que mon prochain périple en Angleterre ce sera dans les Cornouailles. J’avais déjà pensé à visiter cette région mais là tu m’as carrément convaincu. Et grâce à toi je sais déjà quelles visites je vais faire héhé.

      Yeah ! Les Cornouailles ont carrément moins le vent en poupe que Londres ou l’Écosse, et rien que pour ça ça vaut le détour car moins de Français·es / de touristes ! Par contre c’est un endroit à éviter l’été a priori, car tous les Anglais·es y vont passer leurs vacances… Au printemps, c’est idéal.

      C’est beau de voir à quel point le christianisme (comme toutes les autres religions d’ailleurs), s’inspire malgré lui du paganisme, de la nature.

      Au fur et à mesure de mes recherches et visites, je me rends compte à quel point l’Église a spolié les croyances, symboles et rites païens, afin de christianiser de force les peuples qui les utilisaient.

      Par exemple, en Bretagne, il y a énormément de mégalithes jadis magnifiques au sommet desquels les curetons locaux ont planté des crucifix, dénaturant ainsi la foi des autochtones qui venaient s’y recueillir. Cela a tendance à me mettre hors de moi, même si cela fait partie de l’histoire de ma région de cœur…

      Répondre

      1. /Je m’incruste dans la conversation, mea culpa/

        Concernant l’Église qui dénature la foi des autochtones, il faut s’enlever de la tête qu’avant le christianisme il n’y eut qu’une longue tradition intacte balayée sans réserve. Le monothéisme fut un changement drastique, mais de ce que j’en sais les divinités et rituels celtiques par exemple ont variés selon les temps, lieux et migrations. Les mégalithes ont peut-être été des support de cultes à plusieurs esprits ou dieux différents avant même que le cureton y mette une croix… C’est bien tentant de les voir comme les vilains de l’histoire, mais dans ce cas il ne faut pas se dire qu’ils aient forcément été les premiers, mais plutôt les derniers (avant qu’un idiot s’amuse à casser la croix par anti-cléricalisme ?).

        /Désolé pour l’incursion/

        Répondre

        1. Mealin, merci pour ton rebond !

          Le monothéisme fut un changement drastique, mais de ce que j’en sais les divinités et rituels celtiques par exemple ont variés selon les temps, lieux et migrations. Les mégalithes ont peut-être été des support de cultes à plusieurs esprits ou dieux différents avant même que le cureton y mette une croix…

          Est-ce que tu pourrais me conseiller des lectures à ce sujet ?

          En effet, on a tendance à voir « les Celtes » comme un groupe homogène, mais il n’en était rien. C’est un sujet que je veux creuser, donc tout conseil est le bienvenu !

          Par ailleurs, j’ai beau relire mon commentaire, je ne vois pas ce qui a pu te laisser penser que je disais que le christianisme a été « le premier » à s’approprier les vestiges préhistoriques. En te lisant, j’ai l’impression que ce que j’ai écrit t’a contrarié, et j’en suis bien désolée !

          Répondre

          1. Avant tout, je te présente mes excuses puisqu’en effet mon commentaire était injuste et d’un inutilement accusateur. Avec le recul, je crois que ce sont des choses qui trahissent un jugement de valeur comme les « jadis magnifiques » et « dénaturer la foi » qui m’ont fait craquer ^^
            Je n’ai pas retenu à la fois le réflexe (méprisable) du « moi je sais, les autres non » et l’agacement (globale) de voir le christianisme accusé d’être la pire des religions (pas par toi ceci dit) alors que globalement elles utilisent toutes plus ou moins les mêmes méthodes à un moment ou un autre que ce soit officiellement en suivant leur doctrine ou par la mise en pratique des fidèles. Et puis « la foi des autochtones » qui pratiquaient les sacrifices humains… je suis content que cet aspect ait été dénaturé à un moment ! Ils avaient des aspects bien plus positifs dans le rapport à la Nature etc, mais il n’y avait clairement pas les gentils hippies avant et les méchants chrétiens après.

            Bref, tout ça c’est bien plus que ce que tu avais évoqué et contrarié j’étais (et je suis), mais pas réellement par ce que tu dis, mais plutôt par l’accumulation des avis trop manichéens que je croise et dont tu n’es absolument pas responsable. Encore une fois, je suis désolé…

            Pour en revenir aux celtes, je n’ai pas en tête ou dans ma bibliothèque d’ouvrage précisément sur ce que tu cites et je m’appuyais surtout sur mes cours de Fac ou conférences diverses.

            J’ai pas mal parcourus sur les celtes deux bouquins à l’Université qui étaient plutôt bien accueillis voir conseillés par des profs : La mythologie du monde celte de Calude Sterckx et Histoire et dictionnaire des origines à la romanisation et au christianisme de Venceslas Kruta.

            Le premier est moins aride de mémoire cependant ça reste des travaux plutôt à la mode universitaire avec beaucoup de sources et un langage qui ne va pas à l’essentiel, je préfère prévenir.

  6. Merci pour ce billet super intéressant, ce musée file tout droit dans ma liste de lieux à visiter un jour !

    Visiter les Cornouailles me fait super envie (j’avoue tout, surtout depuis que j’ai relu Les Brumes d’Avalon l’été dernier), j’ai très hâte de découvrir la suite de tes billets ! Tes articles de voyage sont toujours une précieuse source d’inspiration <3

    Si ça peut te rassurer: je ne sais pas non plus faire de photos droite, je dois tout à Photoshop :p

    Répondre

    1. Merci beaucoup, Aline ! Copine de Photoshop ?

      Justement, demain je publie un nouveau billet à propos des Cornouailles, j’espère qu’il te plaira !

      Ensuite j’espère rédiger les deux suivants sans trop tarder, car sinon je me connais, je ne le ferai jamais (alors que j’ai plein de trucs à raconter). En tout cas ton commentaire est pile le petit boost d’encouragement dont j’avais besoin pour m’accrocher et lutter contre le « nan mais t’façon ça n’intéresse personne » que je ressens régulièrement quand j’écris ce genre de contenus.

      Des bisous !

      Répondre

  7. Oh là là Marie mais quel endroit passionnant, et le récit de ta visite donne vraiment envie. Je n’ai pas encore exploré la Cornouailles et cela me donne encore plus de raisons de m’y rendre. Ce que tu racontes sur la magie bleue m’a beaucoup troublée. Je porte autour du coup un pendentif hippocampe (c’est celui que portait ma sœur) et petite, au bord de l’océan, je jouais à commander les vagues. Dommage que maintenant j’habite dans une des régions d’Italie la plus éloignée de l’eau ;)

    Répondre

    1. Je suis sincèrement ravie, merci beaucoup pour ton commentaire, que je trouve touchant.

      Dommage que maintenant j’habite dans une des régions d’Italie la plus éloignée de l’eau ;)

      Pas évident, en effet… Peut-être que tu finiras quand même par retourner à la mer, même si cela prend des années. En attendant, j’imagine que c’est une de tes destinations privilégiées pour les vacances ? :)

      Répondre

  8. Magnifique article qui donne envie d’aller découvrir ce lieu et cette région.

    Il y a quand un truc bizarre avec la sorcellerie je trouve…
    D’un côté tu nous racontes que ce musée a dû déménagé plusieurs parce qu’il était persécuté (appelons un chat mort jeté contre la porte un chat mort… pauvre chat…), des personnes ont été accusé de sorcelleries pendant des siècles et en même temps il y a tout le pan des guériseur·euse·s qui va plus facilement être accepté voire même recherché.

    D’ailleurs c’est très bien que ce musée en parle, les présentations de la magie sont souvent très manichéenne. C’est ce qui me donne envie d’aller le visiter : il a l’air de faire le tour de la question sans jouer sur les clichés commerciaux mais vraiment sur l’histoire de ces personnes qui savaient manier les remèdes ou utiliser les superstitions (il n’y a pas de mal à jouer sur les superstitions si cela peut servir à donner du courage à quelqu’un qui se dirige vers une situation périlleuse ou qui a besoin d’être rassuré).
    Car au final, en quoi un magnétiseur ou une souffleuse de feu ne feraient pas acte de magie ?

    La science n’est jamais très loin non plus, quand on voit tous les flacons je ne peux pas croire que tout n’est qu’artifice, j’utilise bien des huiles essentiels, ça ne fait pas de moi un sorcier mais la personne qui connait les plantes peut obtenir beaucoup de résultat sur la santé, voire l’esprit vu que certaines peuvent aider à déstresser et à bien dormir.

    Et quand on voit l’origine des boules de Noël, cela montre à quel point cela est plus dans notre quotidien qu’on ne le croit.

    Merci pour ce partage !

    Répondre

    1. Merci pour ton rebond, Philippe ! Toujours aussi intéressant.

      C’est ce qui me donne envie d’aller le visiter : il a l’air de faire le tour de la question sans jouer sur les clichés commerciaux mais vraiment sur l’histoire de ces personnes qui savaient manier les remèdes ou utiliser les superstitions

      Oui, ce musée est très bien documenté, d’ailleurs ils ont un centre de recherche dédié à l’occulte qui édite une revue dédiée, The Enquiring Eye, si tu lis l’anglais et que le sujet t’intéresse.

      (il n’y a pas de mal à jouer sur les superstitions si cela peut servir à donner du courage à quelqu’un qui se dirige vers une situation périlleuse ou qui a besoin d’être rassuré)

      Pour ma part, j’évite de parler de « superstitions », car il y a un jugement de valeur négatif qui s’y cache (qu’il soit conscient ou pas). J’ai pris l’habitude de parler de « croyances ». C’est la belle exposition sur la sorcellerie qui avait eu lieu aux Champs Libres qui m’a éduquée à ce sujet !

      Par ailleurs, je suis globalement de ton avis en ce qui concerne le fait de croire. Même si cela peut sembler incompréhensible à un esprit rationnel (dont je fais partie), et, donc, relever du « magique ». Chacun·e peut croire ce qu’iel veut, l’essentiel est que chacun·e réussisse à vivre sa vie de la manière la plus autonome et libre possible, sans nuire aux autres (c’est-à-dire, notamment, ne pas imposer ses croyances à autrui – mais cela marche aussi dans l’autre sens : en tant que cartésien·nes, ne pas chercher à ramener systématiquement les personnes qui croient à quelque chose « à la raison », même si c’est tentant).

      Le souci aujourd’hui c’est que l’argument « occulte » justifie des pratiques illégales qui mènent à de l’extorsion de fonds de personnes naïves (je pense fort aux sectes, mais pas que).

      La science n’est jamais très loin non plus, quand on voit tous les flacons je ne peux pas croire que tout n’est qu’artifice, j’utilise bien des huiles essentiels, ça ne fait pas de moi un sorcier mais la personne qui connait les plantes peut obtenir beaucoup de résultat sur la santé, voire l’esprit vu que certaines peuvent aider à déstresser et à bien dormir.

      Tout à fait ! C’est pour ça qu’en lieu et place de « sorcières » (qui ne se seraient jamais définies comme ça de toute façon, le mot ayant été inventé dans un contexte historique très précis, et ayant été synonyme de stigmate social dangereux), il y avait sans doute des « femmes sages » et autres guérisseurs et guérisseuses, dont ce n’était peut-être pas l’activité principale, mais qui étaient en mesure d’aider leur communauté.

      Il faut que j’approfondisse le sujet, mais j’ai cru comprendre que c’était lors de la naissance de la médecine « officielle » (rappelons que seuls les hommes pouvaient étudier la médecine pendant longtemps) qu’il y a eu ce sursaut misogyne et « anti-sorcières ». Même si bon nombre des « médecins » de l’époque étaient, rétrospectivement, des charlatans (une saignée, anyone ?). Il y avait en enjeu de pouvoir, notamment économique.

      Aujourd’hui, c’est un débat toujours d’actualité : la France est paraît-il un des plus gros consommateurs de médicaments. Les herboristeries ont quasiment disparu, alors que… nombre de remèdes sont issus des plantes et de la nature. De simples infusions de plantes peuvent soigner des maux bénins, il n’y a rien de sorcier ni d’anti-scientifique là-dedans, au contraire.

      De même pour les rebouteuses et rebouteux, qui savent remettre en place une épaule déboîtée par exemple. Officiellement, cela relève de la pratique illégale de la médecine ; dans les faits, de nombreuses personnes y ont recours. Ce n’est pas pour autant qu’on n’ira pas à l’hôpital si on se fracture un os.

      Bref, les croyances et pratiques humaines sont toujours ambivalentes…

      Répondre

      1. Pour ma part, j’évite de parler de « superstitions », car il y a un jugement de valeur négatif qui s’y cache (qu’il soit conscient ou pas).

        C’est marrant, je n’ai jamais vraiment vu le mot « superstition » comme négatif. Je suis allé chercher l’étymologie du mot qui vient du latin « superstitio ». Cela désigne « une croyance irraisonnée fondée sur la crainte ou l’ignorance ». Il y aussi une notion de contraire à l’Eglise (car le pouvoir auquel on croit ne vient pas de Dieu).

        Donc c’est effectivement négatif et le mot « croyance » va mieux.

        Je suis cartésien, j’aime comprendre, trouver une explication logique aux choses, mais j’admets certaines choses (disons que c’est façon à la logique d’aller un peu plus loin) mais je cherche le rationnel en premier.
        Exemple, si je rêve de quelque chose, je vais d’abord chercher des liens avec ma journée passée, pour trouver une explication logique à ce rêve. Puis dans un second l’explication sera … « moins logique » :)

        Pour en revenir aux sorcières, c’est sûr que les sciences ont très longtemps été réservées aux hommes et les femmes sachantes avaient le risque d’être accusées de sorcelleries :(

        D’ailleurs, j’ai découvert le film « les figures de l’ombre » qui est inspirée de l’histoire vraie de 3 afro-américaines qui travaillaient en tant que « computers » à la NASA du temps où tous les calculs se faisaient à la main (à l’époque c’était la course pour envoyer un homme en orbite) et comment elles ont du se battre contre la ségrégations et le sexisme de l’époque.
        Je le recommande fortement.

        Répondre

        1. Oh oui, j’ai adoré ce film ! Je suis heureuse que ce qu’on doit à toutes ces « femmes de l’ombre » soit progressivement rétabli auprès du grand public, même si au fond de moi je trouve que ça ne va quand même pas assez vite…

          Répondre

  9. Merci pour cet article détaillé  ! Des amis (que tu connais il me semble ;) )nous ont déjà conseillé de visiter les Cornouailles (ainsi que le Devon), j’espère pouvoir y aller dans un avenir proche, moi qui rêve d’Angleterre depuis mon adolescence mais qui n’y a jamais mis les pieds !
    J’ai appris plein de choses, et cela me donne envie de me renseigner plus sur l’histoire de la sorcellerie (des idées de lecture en français, je lis peu l’anglais!).
    Mais à quand un tel musée en France? (Il me semble qu’il y en a u mais qui a fermé )

    Répondre

    1. Merci pour ton retour, Vanessa !

      J’ai appris plein de choses, et cela me donne envie de me renseigner plus sur l’histoire de la sorcellerie (des idées de lecture en français, je lis peu l’anglais!).

      Je travaille sur une telle liste de lectures, mais j’ai moi-même encore beaucoup de choses à lire avant d’être en mesure d’en faire une synthèse digeste.

      Tu pourrais commencer par le Dictionnaire historique de la magie et des sciences occultes, c’est un ouvrage de référence très sérieux.

      Il y a aussi le Découvertes Gallimard sur les sorcières : Les sorcières, fiancées de Satan, qui offre un point de vue d’ensemble sur la question, et des pistes à creuser pour en savoir plus.

      Il faut se méfier de la littérature sur les sorcières qui n’est pas correctement sourcée, et trop teintée de néo-paganisme. Je te conseillerais de privilégier les livres avec des bibliographies solides et écrits par des historien·nes.

      Mais à quand un tel musée en France? (Il me semble qu’il y en a u mais qui a fermé )

      Oui, il y avait un musée de la sorcellerie dans le Cher, mais il a fermé en 2016. Et malheureusement il n’a pas trouvé repreneurs :(

      En attendant qu’un tel musée voie éventuellement le jour, il y a régulièrement des expositions sur la question en France. Je pense à l’exposition « J’y crois, j’y crois pas » des Champs Libres (Rennes), ou encore à l’exposition « Sorcières, mythes et réalités » qui avait eu lieu au Musée de la Poste, à Paris, il y a quelques années, pour ne citer qu’elles, mais il y a plein d’autres choses (notamment du côté de l’art contemporain – je pense à Gang of Witches).

      Je fais de mon mieux pour recenser les évènements de ce type dans mes revues de web ! :)

      Répondre

  10. Avant toute chose je voulais souligner le travail de recherche que tu mets dans ton blog, c’est vraiment un plaisir de lire des articles aussi bien documentés qui fourmillent de liens dans lesquels aller fouiner, merci. :)

    Ce musée a l’air d’être une mine d’or dans laquelle on pourrait facilement passer plusieurs heures, j’espère avoir la chance d’y aller un jour ! La région a l’air d’être fascinante. Mon frère y est allé l’année dernière et ça m’avait déjà bien fait envie, et je sens qu’avec tous les articles que tu nous concoctes elle va entrer en bonne place dans ma liste d’endroits à voir de mes propres yeux !

    Répondre

    1. Merci infiniment, Sempra ! ?? Tu n’imagines pas comme cela m’encourage à poursuivre.

      En effet, les Cornouailles, c’est un endroit « qui fait du bien », aux yeux et à l’âme. Bon je ne suis pas super objective, car moi dès que je retrouve la mer, je suis heureuse. Mais évidemment il y a plein de choses à voir et à découvrir par là-bas, et le fait que ce soit une des régions où l’on trouve le plus de mégalithes et de folklore ésotérique y n’y est pas pour rien.

      Demain je publie un nouveau billet qui lie Cornouailles et sorcellerie ; il est bien documenté aussi, je pense que ça te plaira !

      Répondre

  11. Voilà qui donne bien envie d’aller visiter la Cornouailles, et encore plus ce musée passionnant ! Il a l’air aussi fascinant que riche en documents. Merci pour ce billet complet ! :)

    Répondre

    1. Je t’en prie, je suis ravie si ce que je publie suscite des envies de voyages ! :)

      Répondre

  12. Absinthia Taetra

    20 août 2019

    Hello.
    Je ne connaissais pas du tout le musée! Et ça donne vraiment envie d’y aller, n’ayant pas mis un orteil en Cornouailles, les photos parlent d’elles même ! Et d’après ce que je vois il n’y a pas l’air d’avoir le côté mercantile que l’on peut trouver dans certains musées qui abordent le sujet. Un lieu de plus qu’il faut que l’on voit de nos propres yeux^^. Lorsque j’étais petite, ma famille issue du Périgord n’emmenait voir un rebouteux . C’était comme ça qu’ils se soignaient là bas : avec des plantes, teintures mères, appositions de mains, de l’eau de pierres… Côté guérisseurs, passeur de feu, rebouteux…On est aussi bien lotis en Bretagne. Par le biais de tes articles on peut vraiment découvrir des lieux insolites, d’intéressantes expos, des échoppes qui regorgent de trésors!!!! Il y a vraiment des musées extraordinaires. En Angleterre il y a aussi le littledean museum , au beau milieu de nulle part, découvert dans dark tourist.

    Sinon pour mon compte Insta, il est privé 95% du temps, vu que je fais des publications tous les 36 du mois, voire aucune pendant plusieurs mois, j’en ai également ras le bol des contacts publicitaires ou des demandes d’emprunt de mes photos à des fins publicitaires . Je fais régulièrement un bon coup de ménage dans les contacts indésirables^^. Bref comme tu as dû t’en rendre compte , je ne suis pas forcément à l’aise avec le virtuel.

    Aller hop direction Paris pour profiter des lieux insolites de la capitale vidée de ses habitants. A la revoyure ;)

    Répondre

    1. Coucou !

      Et d’après ce que je vois il n’y a pas l’air d’avoir le côté mercantile que l’on peut trouver dans certains musées qui abordent le sujet.

      Il y a une petite boutique, mais honnêtement on y trouve surtout des livres et des brochures sur la sorcellerie. J’en ai achetés plein, et c’est très sérieux. Ce n’est pas de la cochonnerie pour touristes. (Bon, je mentirais si je disais que je n’ai pas aussi acheté un joli crayon griffé MWM… ^^)

      On est aussi bien lotis en Bretagne. Par le biais de tes articles on peut vraiment découvrir des lieux insolites, d’intéressantes expos, des échoppes qui regorgent de trésors!!!!

      Merci tout plein !

      En Angleterre il y a aussi le littledean museum , au beau milieu de nulle part, découvert dans dark tourist.

      Oui ! J’ai hâte de le visiter, même s’il a l’air assez spécial et bien différent du MWM. La région de Cardiff est en bonne place dans ma « wishlist » de voyages, j’ai noté plein de choses curieuses à aller voir dans ce coin. (Sans parler du fait que j’ai eu un gros coup de cœur pour le Pays de Galles cet été !)

      Répondre

  13. Ohh l’expo spéciale en 2020 me fait tellement envie!! Je pense me préparer un petit week-end du coup pour aller la voir !! Merci encore pour toutes ces infos et ces belles photos! Toujours un plaisir de te lire :)

    Répondre

    1. Plaisir partagé, vraiment ! :)

      Dès que j’en saurai plus sur cette expo, j’en parlerai dans une prochaine revue de web !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Billets adjacents