C’est grâce à HélHorn que j’ai découvert l’existence du Naïa Museum, un musée breton consacré aux arts de l’ima­gi­nai­re.

Je l’ai visité en septembre dernier, soit quatre ans après m’être installée en Bretagne. Curieusement, je n’en avais jamais entendu parler avant !

Comme quoi, on peut vivre plusieurs années dans un endroit, l’arpenter ré­gu­liè­re­ment et même s’en enorgueillir, mais continuer à en ignorer de nombreux secrets.

L’énigme du rêveur, photo de Gilles Courat.
Sculpture cinétique de Pit Hubert.

Le Naïa Museum se trouve à Rochefort-en-Terre, un village de caractère situé dans le Morbihan. Le musée est idéalement implanté dans le parc du château.

Dès notre arrivée sur les lieux, les ruines dorées, la végétation luxuriante ainsi que la lumière étrange de l’automne m’ont comme ensorcelée. Je n’arrivais pas à détacher mon regard de l’invisible, si prégnant.

Vieilles pierres, végétation luxuriante – et, pour ne rien gâcher, presque personne en cette fin d’« été des vieilles femmes ».

Mais j’étais bien loin de me douter que ma visite du musée allait m’exposer à un sortilège bien plus puissant encore.

Jardin ensorcelé

Dans le jardin du musée, je me suis soudain retrouvée nez-à-nez avec une créature inventée par Benalo (Benoît Polvèche), sorte d’immense alien végétal face auquel je n’osais presque plus bouger.

Quelle étrange silhouette !

Tout autour, encadrées par les feuillages, les belles et grandes photos de Stefan Gesell semblent nous suivre du regard. L’effet est saisissant, et la qualité de ces grands tirages y est pour beaucoup.

Cette rencontre improbable entre art fantastique, nature et patrimoine breton est née de l’imaginaire d’un couple d’artistes, Manu Van H, peintre-dessinatrice, et Patrice « Pit » Hubert, sculpteur sur métal.

Sculpture cinétique de Pit Hubert.

J’ai d’ailleurs beaucoup apprécié le reportage ci-dessous, qui présente les fabuleuses sculptures cinétiques en acier que fabrique Pit :

Le jardin ensorcelé du Naïa Museum m’a fait une très forte impression. Tout y est extraordinaire, et pourtant j’avais le sentiment d’être exactement là où j’étais censée être.

À chaque instant, j’espérais que telle ou telle créature prenne vie et me révèle tous ses secrets.

Escaliers secrets

À pas de louve, j’ai descendu des escaliers qui m’ont menée sous terre. Vulnérable et médusée, j’étais à la merci des êtres étranges qui peuplent ce souterrain de pierre. Allais-je ressortir de là transfigurée ?

Sculpture cinétique de Pit Hubert.
Sculpture de Rémi Trotereau.

C’est là, si bas, dans une alcôve mal éclairée, que j’ai croisé Naïa la sorcière, dont je vous ai déjà parlé à l’occasion de l’exposition magie et sorcellerie en Bretagne organisée par les Champs Libres, à Rennes.

Naïa aurait effectivement vécu dans les ruines du château de Rochefort-en-Terre à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle. Les autochtones prétendaient qu’elle avait le don d’ubiquité, qu’elle lisait l’avenir et qu’elle ne ressentait pas la douleur (dixit).

Quel bel hommage en tout cas que d’invoquer le souvenir de cette chamane en ces lieux mêmes !

Cette poésie consciente est propre à la direction artistique du Naïa Museum : rien n’est laissé au hasard, mais à chaque instant, l’imagination s’emballe.

Trésors imaginés

À l’intérieur du musée, que de merveilles également ! J’ai autant apprécié la variété des œuvres sélectionnées que les esthétiques et influences diverses convoquées dans ce lieu, formant un tout onirique et passionnant.

Le Naïa Museum expose actuellement 77 artistes internationaux et plus de 200 œuvres.

Peinture de Pascal Ferry.
Artiste inconnu·e.
Photo de Gilles Courat.
Sculpture tribale de Pierre Yvan Didry.
Sculpture de Charles Sykes.
Au fond, sur le mur, illustration de Natalie Shau.
Dessin de Yoann Lossel.
Sculpture de Sophie Herniou.

Reflets bleutés

D’entre toutes, je crois bien que la pièce que j’ai préférée a été cette salle à l’éclat bleuté singulier, où des éclairs surnaturels vacillent, s’imposent puis s’éclipsent en un clin d’œil.

Sculpture en métal de Tim Roosen.
Lion ailé de Michaël Thomazo.
Sculpture de Benoît Polvèche.
Passage, sculpture de Benoît Polvèche.
Sculpture de Hervé Koura.
Sculpture cinétique de Pit Hubert.
Voyage numéro 5, sculpture de Michel Levy. Lire à ce sujet : Pourquoi des sculptures sur des poulets ?, un texte qui m’a marquée. Ce n’est pas la beauté de l’animal qui m’intéresse mais son identité.

Tout ceci est un rêve dont je vais me réveiller, je l’espère, pas trop vite… 

On y retourne quand ?

Le Naïa Museum existe depuis 2014 à peine, mais fait d’ores et déjà figure d’une étape indispensable en Bretagne pour quiconque s’intéresse à l’art, à l’imaginaire et au fantastique.

Vous ai-je dit qu’on y trouve également une magnifique galerie-boutique avec plein de tirages inédits, d’originaux et de livres à adopter ?

Chaque année, Patrice et Manu repensent la scénographie du Naïa Museum, qui ferme ainsi ses portes pendant un mois au printemps. Aussi, renseignez-vous avant d’y aller pour ne pas trouver porte close, si vous êtes dans les parages à ce moment-là !

Pour les contacter :

Vous ne regretterez pas votre détour par Rochefort-en-Terre, ma foi !

Pour terminer sur une note tout aussi poétique, je suis heureuse de partager avec vous quelques photos argentiques prises par HélHorn elle-même, que vous pouvez suivre sur Instagram, sur Lomography et sur son blog !

J’espère que ce billet vous aura fait un peu rêver !  Envie de découvrir d’autres lieux insolites en Bretagne ? Ne manquez pas la Maison sculptée de Jacques Lucas, la Tombe à Lénard ou encore le château de Combourg, réputé hanté.

Marie

Déjà 36 commentaires

  1. Ta première image est sublime!
    Ce qui est magique avec la Bretagne c’est qu’il y a tout le temps des choses à découvrir ! En tout cas, tu donnes toujours envie de visiter les lieux que tu chroniques :)

    Répondre

    1. Merci, tout le mérite revient à l’artiste, Gilles Courat !

      En tout cas, tu donnes toujours envie de visiter les lieux que tu chroniques :)

      Super, c’est le but !

      Signé Marie, la meuf qui rêve de se reconvertir en guide touristique en Bretagne.

      Répondre

  2. Je ne connaissais pas du tout cet endroit ! Ton billet donne vraiment envie d’aller le visiter. J’ai marqué la page, qui sait, si un jour je suis de passage dans la région, je ne veux pas rater ce beau musée !

    Répondre

    1. C’est fait pour toi ! Je pense qu’entre Brocéliande et le Naïa Museum, tu serais comblée :)

      Répondre

  3. Je suis impatiente de revenir faire un tour en Bretagne et dans le Morbihan en particulier ! Je me ferais bien un petit road trip breton un de ces quatre, surtout avec toutes les idées que tu donnes par ici

    Répondre

    1. Yeah ! Je me répète sans doute, mais si tu passes par Rennes, cela me ferait super plaisir de te rencontrer !

      Répondre

      1. J’ai très envie, j’aurais dû faire ça quand j’étais davantage sur Paris ceci dit… mais je m’organiserais bien un séjour breton au Printemps :D

        Répondre

  4. Merci pour cette visite ! Ton billet et tes très belles photos donnent fort envie de découvrir le lieu, ça a l’air fascinant (je me demande vraiment combien de temps je vais réussir à patienter avant de revenir en Bretagne ^^).

    Répondre

    1. Ah ça, le sortilège breton est très puissant : une fois que tu y as goûté, difficile de se sortir la Bretagne de la tête et du cœur… ;-)

      Répondre

  5. Quel endroit étrange et ensorcelant ! Je n’arrive à imaginer un meilleur endroit que la Bretagne pour accueillir ce musée. Certaines créatures de tes photos me rappellent le Musée Giger en Suisse, lui aussi sombre et passionnant, même si plus ancré dans la science-fiction que le fantastique.
    PS Merci pour la découverte de l’expression « un été des vieilles femmes » !

    Répondre

    1. Ah oui, le musée Giger me fait tellement envie ! J’espère que je reviendrai faire un tour en Suisse un jour, pour le visiter notamment.

      Et de rien pour l’expression, que j’ignorais moi aussi il y a encore six mois… J’adore ce genre de découverte inutile mais ô combien poétique.

      Répondre

  6. WOUAHOU ! Si je passe dans le coin j’y mettrai les pieds !!! :D

    Répondre

    1. Chouette ! Bienvenue par ici, au passage :)

      Répondre

      1. En fait, je suis une lectrice relativement ancienne de ton blog, j’ai simplement changé de blog ! ;)

        Répondre

        1. Aah, très bien ! J’ai parcouru ton blog rapidement hier soir, et je me suis dit « ouh la jolie plume que voici », il faudra que j’y retourne !

          Répondre

          1. Haha c’est gentil, merci ! :D

  7. Oh là là mais quel endroit superbe ! J’imagine l’énergie qui se dégageait du jardin, entre les oeuvres et les arbres, envoutant…
    Avec ton article je m’y croyais, et c’est bien car je crois qu’il me faudra un moment avant d’avoir l’occasion de m’y rendre, pas trop la porte à coté pour moi :)

    Répondre

    1. J’en suis ravie !

      Répondre

  8. J’ai visité ce lieu l’été dernier. Comme toi, je n’en n’avais jamais entendu parlé jusqu’à ce qu’une amie en partage des photos sur Facebook… Et là, ce fut une vraie révélation ! Il a fallut que je m’y rende très très très vite tant les photos m’ont révélé un lieu si magique, si mystérieux, si différent, si beau, si proche de tout ce qui me fascine ! Merci Marie pour cette belle visite. J’ai retrouvé dans la lecture de ton billet tout l’émerveillement que j’ai ressenti lors de la fabuleuse visite du musée du Naïa Museum.

    Répondre

    1. Oh, Stéphanie ! Cela me fait tellement plaisir de te croiser sur l’astre pourpre ! Je crois que je vais en profiter pour t’écrire un petit mail dans la foulée.

      Répondre

  9. Superbe ! Merci pour la découverte, bien que bretonne je n’en avais jamais entendu parler…
    Il y a de bonnes chances pour que j’aille y faire un tour cet été…

    Répondre

    1. Merci Zyle pour ton mot ! J’irai découvrir ton blog avec intérêt.

      Je te souhaite d’avance une très bonne visite du Naïa Museum, c’est un endroit unique qui vaut le détour !

      Répondre

  10. Absolument magnifique! La sculpture de Michel Levy m’attire particulièrement. Merci de partager!

    Répondre

    1. Je suis ravie que cela te plaise !

      Répondre

  11. . Ah, cet article me donne envie d’y retourner cette année ! J’ai très envie de découvrir la Maison sculptée de Jacques Lucas aussi. De voir les photos me procurent presque un besoin même. Déjà que je n’arrête pas de penser au Palais idéal du Facteur Cheval depuis que j’ai vu le film qui lui est consacré… Ça donnerait presque envie de s’y mettre à son tour !
    . Aussi, merci pour ce petit clin d’oeil sur mon univers, en plus j’aime beaucoup les photos que tu as sélectionnées ; )

    Répondre

    1. Ah, le Palais idéal… ♥︎ C’est quelque chose ! J’avais couru au cinéma pour voir le film aussi, qui n’est pas parfait mais qui m’a tiré quelques larmes. Peut-être qu’un jour, je réussirai à publier les photos que j’ai prises à Hauterives et à raconter ce que j’ai ressenti lors de cette visite ! Je ne désespère pas…

      Et de rien pour les photos, vraiment, c’est moi qui te remercie pour ta permission. Je suis toujours heureuse de partager ce qui m’émeut !

      Répondre

  12. Il fait partie de ma « wish list », celui-ci… d’autant plus que j’habite désormais pas très loin. Merci pour cette balade !
    Dans les lieux insolites bretons, à Redon l’été dernier avait été installée un « Escape Game Belphégor » ; et dans toute la ville, il y a un parcours d’énigmes dédié à ce personnage créé par le Redonnais Arthur Bernède à la fin du XIXe siècle. Si jamais ça t’intéresse… ;)

    Répondre

    1. Ah ouii, j’ai appris très récemment le lien entre Redon et Belphégor, c’est effectivement quelque chose qui m’intéresse. Merci pour l’info !

      Répondre

  13. Incroyable !
    Les images sont extraordinaires, je suis tombée en amour devant les sculptures cinétiques de Pit Hubert.

    Je note pour moi-même de m’y arrêter lors de ma prochaine excursion bretonne, probablement en Avril/Mai selon leurs horaires.

    Merci, je ne pensais pas qu’il existait de telles perles <3

    Répondre

    1. Je t’en prie, Marion ! Je pense que tu adoreras ce musée.

      Répondre

  14. Merci pour ce billet ! Ce jardin est magnifique, je le note comme étape pour mon prochain voyage breton *_*

    Répondre

  15. Ça fait des mois et des mois que je souhaite y aller… Il serait temps que je me décide !
    Merci pour cette balade enchantée ♥
    Super blog au passage ;)

    Répondre

  16. Je suis déjà passée plusieurs fois à Rochefort, toujours trop rapidement pour visiter ce musée… ton billet me met l’eau à la bouche, la prochaine fois je fais le détour ! Merci pour ce bel article, tant pour tes mots que tes photos :-)

    Répondre

    1. Cela va tellement te plaire ! :)

      Répondre

  17. Cet endroit est tout à fait poétique, je trouve d’ailleurs que la photo qui ouvre le bal de ce billet est très bien choisie pour refléter le mariage de l’ancien et du neuf qui s’annonce, sans que jamais cette visite ne tombe dans le cliché de la vieille poutre repeinte en blanc (sic). Cela permet de voir exposées des œuvres qui d’ordinaire n’entrent pas trop dans les musées, et semblent moins hypes que certaines galeries alternatives (mouvement low-brow je te regarde…). La part belle semble avoir été réservée pour la sculpture, ce n’est pas si courant. En tout cas, si le musée est dans le Morbihan, j’ai peut-être une chance de le voir moi-même.
    Très belle sélection chez les photos argentiques d’HélHorn :)

    Répondre

    1. refléter le mariage de l’ancien et du neuf qui s’annonce, sans que jamais cette visite ne tombe dans le cliché de la vieille poutre repeinte en blanc (sic)

      J’ai ri ! :-D

      Cela permet de voir exposées des œuvres qui d’ordinaire n’entrent pas trop dans les musées, et semblent moins hypes que certaines galeries alternatives (mouvement low-brow je te regarde…).

      Ahah oui on est d’accord. Le Naïa Museum est très chaleureux et humain, pas snob pour un sou, je m’y suis sentie la bienvenue (ce qui n’est en effet pas le cas de toutes les galeries hype parisiennes).

      Et je crois qu’en effet, ce qui m’a le plus plu en fin de compte c’est le caractère hétéroclite de la sélection, ce mélange improbable entre fantastique, science-fiction et vieilles pierres bretonnes (même si en écrivant cette phrase, le mariage me semble tellement évident !).

      J’apprécie les démarches organiques comme celles-ci. Les rencontres les plus improbables sont souvent les plus enrichissantes !

      Si jamais tu reviens faire un tour en Bretonnie, c’est un passage obligé ! :)

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Billets adjacents