Allez, c’est parti pour la première chronique photo de l’année !

Je vous avoue que j’ai failli ne pas la faire, toute engluée que je suis dans ma convalescence post-fracture du bras, ramenée de mon voyage en Écosse.

Mais la nuit m’a porté conseil : je me suis dit bon, allez, on est le 1erfévrier, c’est un nouveau départ, et puis janvier a été un gros mois pendant lequel il s’est passé plein de choses dont ça serait cool de garder une trace, et puis c’est le début de l’année, tu ne vas pas déjà baisser *le bras* niveau blog.

Nouvelle année

Le retour de l’astre pourpre

L’année a débuté avec de beaux levers de soleil et beaucoup d’excitation : j’étais à ça de remettre en ligne La Lune Mauve après plus de six mois de silence bloguesque absolu.

Cette mise en ligne ne s’est pas faite sans couac, et, à l’heure où j’écris ces lignes (d’une seule main, je précise), il me reste encore un bon paquet de trucs à améliorer sur le site, mais au moins, c’est en ligne, et je peux bloguer. C’est tout ce qui compte.

Je ne sais pas si c’est la maturité ou bien simplement le réalisme, mais j’accepte mieux qu’avant le fait que tout ne soit pas parfait. C’est vraiment idiot de se mettre la rate au court-bouillon pour un truc qui doit rester un plaisir. Me fixer des objectifs inatteignables ne me fait pas du bien, au contraire : ça tue en moi tout amour propre et toute créativité. Donc depuis cet été je me lâche les baskets, et je dois dire que je revis.

Le lendemain de la mise en ligne lunemauvienne, j’ai souri en m’apercevant que la pleine lune était encore présente dans le ciel alors que je prenais mon petit déjeuner. Il n’y a pas de hasard.

Le jour de la mise en ligne de La Lune Mauve

Mon voyage en Écosse

L’autre fait marquant de ce mois de janvier 2017, c’est la semaine que j’ai passée à Édimbourg.

Je vous prépare une série de billets thématiques où je vous parlerai en détails de ce voyage : il y sera notamment question de curiosités (plein !), de musées, de boutiques, de miam et de Harry Potter. (Du coup c’est peut-être le bon moment pour vous abonner à La Lune Mauve !)

Pour l’heure, permettez-moi d’en partager avec vous quelques instantanés, pêle-mêle.

C’était la première fois que j’allais en Écosse, après des années à rêver d’y mettre les pieds : je m’y suis donc rendue avec l’enthousiasme d’une enfant, des étoiles plein les yeux, prenant des photos et des notes à tout bout de champ.

La vieille ville

Le voyage depuis Rennes jusqu’à Édimbourg a été épuisant (TGV + Eurostar + bus de nuit). Du reste, voyons le côté positif des choses : ça a été l’occasion de passer une très bonne soirée à Londres, où nous avons dégusté un bon fish and chips chez Golden Union avant de faire un tour par Piccadilly Circus en mangeant des Penguin.

Piccadilly Circus à Londres

Nous avons même croisé un joueur de cornemuse, réchauffant la température ambiante grâce au son franc et familier de son instrument.

Un joueur de cornemuse à Londres
Saving for an engagement ring

La nuit dans le bus a été longue et inconfortable, mais toute trace de fatigue a instantanément disparu dès que j’ai posé le pied dans la cité écossaise :

Arrivée à Édimbourg

Cette semaine-là, je suis montée tout en haut de Arthur’s Seat, la colline qui surplombe la ville. C’était pas évident, mais je suis super fière d’avoir réussi à repousser mes limites :

Tout en haut d'Arthur's Seat
Tout en haut d'Arthur's Seat
Le selfie de la victoire au pied d'Arthur's Seat

J’ai aussi profité de ce séjour en Écosse pour manger le premier cream tea de ma vie, c’était le paradis :

Cream tea chez Eteaket

Comme toujours, j’ai été sensible à certains détails :

Un bâtiment graphé de partout
So scottish
We love Leith
Nous avons un rêve et tu n'es pas dedans
American Psycho
Vision nocturne
Le doigt

J’ai vu la tombe de Tom Jedusor au Greyfriars Kirk :

La tombe de Tom Jedusor

J’ai pensé très fort à Nessie, à qui j’irai rendre visite une prochaine fois :

Nessie

J’ai résisté très fort pour ne pas acheter ce livre consacré aux loutres écossaises, qui pesait quasiment cinq kilos :

#wishlist

J’ai pris le bus et je me suis installée à l’étage :

Street art vu du bus
Vue depuis le bus à étage

Et puis bien sûr je me suis fracturé le coude le dernier soir. Cette soirée-là a été particulièrement cafardeuse, mais je me suis vite remise à positiver, heureuse de ne pas m’être fracassé le crâne et de ne pas rentrer en France en fauteuil roulant :

Un peu de mauve aux urgences…
Un peu de mauve aux urgences…
Dans le taxi pour retourner à l'hôtel
Dans le taxi pour retourner à l'hôtel
Un petit souvenir inattendu d'Écosse
Un petit souvenir inattendu d'Écosse (feat. mon nouveau pyjama de chez Primark)
Vue matinale depuis l'hôtel
Vue matinale depuis l'hôtel, le jour d'après

Bref, je ne suis pas prête d’oublier ce mois de janvier 2017 ! Je suis impatiente de me mettre à écrire mes billets consacrés à Édimbourg. Les photos sont prêtes, y’a plus qu’à !

Panorama depuis le chateau d'Édimbourg

PS : j’ai beaucoup, beaucoup de retard dans ma correspondance, je suis désolée. Tout devrait rentrer dans l’ordre d’ici la fin du mois…

Déjà 16 commentaires

  1. Oh cette photo de la lune <3

    Et toutes tes photos d'Édimbourg ne font que me rendre plus impatiente de découvrir la ville et de lire tes billets. J'y vais en mai pour quelques jours avant d'aller ensuite me perdre en pleine nature (itinéraire non encore définie, mais l'île de Skye en fera très certainement partie).

    Je t'envoie des bonnes ondes pour que tu guérisses vite.

    Répondre

    1. Et toutes tes photos d’Édimbourg ne font que me rendre plus impatiente de découvrir la ville et de lire tes billets. J’y vais en mai pour quelques jours avant d’aller ensuite me perdre en pleine nature (itinéraire non encore définie, mais l’île de Skye en fera très certainement partie).

      Super, quel beau programme en perspective ! Je rêve de visiter l’île de Skye aussi ; pour ce voyage-ci on s’est concentrés sur Édimbourg pour plusieurs raisons, mais on prévoit d’ores et déjà d’aller barouder plus haut et plus à l’ouest dans les terres. Un autre rêve : les îles Shetland !

      En tout cas si tu parles de l’Écosse sur ton blog après ton périple, ça m’intéressera beaucoup de lire tes impressions et découvertes :)

      Je t’envoie des bonnes ondes pour que tu guérisses vite.

      Merci beaucoup ! ♥

      Répondre

      1. Les îles Shetland ont l’air superbes aussi ! L’Écosse semble regorger d’endroits magnifiques :)

        J’ai beaucoup de récits de voyage qui traînent dans mes brouillons, mais j’espère bien les publier et écrire un peu sur ce prochain voyage cette année ! (J’ai la fâcheuse manie de ne pas trier mes photos rapidement et donc à repousser les billets…)

        Je trouve ça vraiment sympa de se concentrer sur un endroit quand on voyage. Chacun sa façon de voyager, pas de jugement de ma part ici. J’aime prendre mon temps et me familiariser avec un lieu, plutôt que d’enchaîner les étapes et de voir un maximum de choses en un minimum de temps (même si c’est aussi une façon d’avoir un premier aperçu et de revenir aux endroits que l’on a aimés).

        Répondre

        1. J’ai beaucoup de récits de voyage qui traînent dans mes brouillons, mais j’espère bien les publier et écrire un peu sur ce prochain voyage cette année ! (J’ai la fâcheuse manie de ne pas trier mes photos rapidement et donc à repousser les billets…)

          Ahlala ne m’en parle pas… Je suis dans le même cas. Je me demande à quoi c’est dû, d’ailleurs, cette manie de ne pas s’y atteler tout de suite, quand les souvenirs sont encore vifs. Petit blues post-vacances ?

          J’aime prendre mon temps et me familiariser avec un lieu, plutôt que d’enchaîner les étapes et de voir un maximum de choses en un minimum de temps

          Moi aussi j’aime bien rester au même endroit, en tout cas avoir un point de chute autour duquel rayonner. Quand on était à Édimbourg, on a quand même voulu faire trop de choses je pense, j’étais sur les rotules ! (D’ailleurs je pense que cette fatigue n’est pas étrangère à mon accident le dernier soir :-/)

          À notre décharge, cela faisait très longtemps qu’on n’était pas partis dans un endroit nouveau, du coup on voulait profiter à fond… Je me dis quand même que la prochaine fois, ça serait bien de se prévoir des pauses, et même des siestes, pour tenir le coup. On n’a plus vingt ans ! lol

          Répondre

        2. J’ai un peu réfléchi à la question depuis, je pense qu’il y a plusieurs choses (chez moi en tout cas).

          Il y a une part de blues post-vacances, mais aussi le quotidien qui rattrape (encore plus désormais que je bosse) le temps passé ailleurs et qui ne laisse pas beaucoup de place pour les pauses de ce genre

          Aussi chez moi, un moindre plaisir parfois à partager des choses passées. J’aime beaucoup partager pourtant, mais j’ai besoin que ça soit plus dans l’instant (parce qu’après je trouve ça trop narré et distant des émotions ressenties).

          C’est pour ça que j’essaie un peu de poster en voyage désormais (sans être trop connectée). Idéalement, j’aimerais écrire et livrer quelques réflexions pendant que je voyage et faire un billet plus tard avec plus de recul, mais je trouve ça trop contraignant.

          Pour les pauses, complètement d’accord ! Je comprends complètement l’envie de vouloir faire plein de choses, je le ressens encore souvent ! Ensuite je me rappelle que j’aime encore plus me poser et avoir le temps d’observer les gens autour de moi :) (puis, je me fatigue plus vite aussi désormais ^^)

           

          Répondre

          1. Aussi chez moi, un moindre plaisir parfois à partager des choses passées. J’aime beaucoup partager pourtant, mais j’ai besoin que ça soit plus dans l’instant (parce qu’après je trouve ça trop narré et distant des émotions ressenties).

            Tu mets les mots sur ce que je ressentais mais avais du mal à définir… Comme toi j’aime bien battre le fer quand il est chaud. Et puis mon côté consciencieux fait que j’ai « peur » d’oublier des détails ou des infos en racontant un truc à froid…

            En t’écrivant cela, je me dis que c’est peut-être justement parce que ça me fait peur qu’il faudrait que j’essaie. Et que ce que je crains – oublier les détails – est peut-être une bonne chose, pour aller plus directement à l’essentiel ?

            C’est pour ça que j’essaie un peu de poster en voyage désormais (sans être trop connectée).

            Tu n’as pas peur de montrer publiquement que tu n’es pas chez toi ? Moi c’est ce qui me bloque en général, je suis de plus en plus adepte du #latergram, même si c’est totalement contradictoire avec ce que j’ai dit plus haut… ^^’

  2. C’est super cool d’avoir fait ce voyage par voie terrestre, c’est certes bien plus long mais en même temps c’est une façon de voyager plus sereinement je trouve. Tu as le temps de t’imaginer pleins de choses, t’arrêter en chemin (comme tu l’as fait pour Londres), être un peu plus proche des habitants qui feront un bout de route dans le même bus que toi et voir ta destination approcher petit à petit (et l’excitation qui monte, qui monte). ^_^

    J’ai hâte de lire la suite !

    Répondre

    1. C’est super cool d’avoir fait ce voyage par voie terrestre, c’est certes bien plus long mais en même temps c’est une façon de voyager plus sereinement je trouve.

      Oui… et non : au retour, Anaon a dû porter tous nos sacs tout seul car je n’étais pas en état ! Bon ok, circonstances exceptionnelles :-p

      En tout cas oui, on ne raffole pas de l’avion donc on privilégie toujours les moyens de transport alternatifs. On commence à se dire qu’y aller avec notre propre voiture ne serait peut-être pas une mauvaise idée…

      Répondre

  3. L’Ecosse, je rêve d’y aller depuis des années…j’aimerai bien me faire un petit road trip de 2/3 mois à travers la Grande-Bretagne et l’Irlande en partant avec le ferry et le van / camion quant on l’aura, un avant goût de la future vie en camion à travers l’Europe :)

    Répondre

    1. C’est un chouette projet ça dis donc ! :)

      Répondre

  4. J’ai hâte de voir tes billets thématiques sur Edimbourg ! Les quelques photos que tu montres ici donnent déjà un bel aperçu, et félicitations pour l’ascension d’Arthur’s Seat, qui est paraît-il pas forcément évidente !

    J’ai également fait mon baptême d’Ecosse ce week-end à Glasgow, avec un bilan pluvieux mais très enthousiaste : j’ai beaucoup aimé l’atmosphère, les pierres et la vie quotidienne (le fait d’avoir suivi un match de rugby où l’Ecosse jouait dans un pub a dû jouer… ^^).

    Et bonne convalescence pour ton bras !

    Répondre

    1. Merci Charlie ! En effet, la montée sur Arthur’s Seat n’est pas évidente, bon sauf si tu es super sportif·ve, je suppose !

      J’ai suivi avec plaisir tes photos de Glasgow sur Instagram ! J’espère que tu en parleras un peu sur ton blog :)

      Au fait, merci beaucoup pour le lien que tu as fait vers La Lune Mauve dans ta blogroll ! ^.^♥

      Répondre

  5. Je voulais te répondre en dessous de ton commentaire, mais je ne vois pas de Répondre. Boulette time ^^’

    Je pense que c’est intéressant aussi comme exercice d’écrire à froid sur des voyages. Ça permet d’avoir plus de recul aussi sur les choses et ça fait remonter le temps selon les voyages :)

    Alors pour le partage en instantané ou presque, à vrai dire oui et non.

    Oui dans l’absolu (et c’est d’ailleurs une recommandation de la police de ne pas parler de ses voyages sur les réseaux sociaux et cie ^^), mais comme il y a toujours eu quelqu’un  chez moi pendant mes voyages, je suis tranquille de ce côté là.

    La question que je me suis posée, c’est celle du partage quasi instantané avec géolocalisation. Ça serait dommage d’avoir une mauvaise expérience en voyage (genre un fou qui checke s’il y a des filles qui voyagent seules dans le coin), mais bon c’est très hypothétique et scénario catastrophe.

    Je pense aussi que comme j’ai peu de personnes sur Twitter et que je ne suis pas connue, ça aide pas mal pour être tranquille de côté là.

    Et donc pour en revenir à l’instantané, ici à Singapour, ça m’a même aidée et encouragée. J’avais besoin d’évacuer le stress d’aller dans un endroit qui me semblait très hostile (à tort tout compte fait) et le tweet de Lnss m’a donné une dose de courage supplémentaire pour affronter mes angoisses :)

    Répondre

    1. Je voulais te répondre en dessous de ton commentaire, mais je ne vois pas de Répondre. Boulette time ^^’

      C’est parce que j’ai limité le nombre de niveaux de réponse. Je n’imaginais pas qu’on aurait besoin de plus. Je suis bien contente de m’être trompée sur ce coup-là ! Je vais m’en occuper.

      Je pense que c’est intéressant aussi comme exercice d’écrire à froid sur des voyages. Ça permet d’avoir plus de recul aussi sur les choses et ça fait remonter le temps selon les voyages :)

      Tu as raison ! Et puis c’est un bon exercice pour la mémoire, aussi. Je me rends compte ceci dit qu’outre les photos que je prends, il faudrait que je prenne aussi l’habitude d’avoir un petit journal de bord, pour y noter mes observations au fur et à mesure. Comme ça, au moment de rédiger un éventuel billet de blog, je pourrai mieux me remémorer certains trucs.

      Le hasard fait bien les choses : j’ai pris pas mal de notes quand j’étais à Édimbourg, et avoir ce mini carnet en permanence sur moi m’a aussi permis de dessiner quand les photos étaient interdites. Double utilité, donc :)

      Et donc pour en revenir à l’instantané, ici à Singapour, ça m’a même aidée et encouragée. J’avais besoin d’évacuer le stress d’aller dans un endroit qui me semblait très hostile (à tort tout compte fait) et le tweet de Lnss m’a donné une dose de courage supplémentaire pour affronter mes angoisses :)

      La magie d’Internet ! C’est vrai qu’on a parfois tendance à focaliser sur les conséquences négatives, mais il peut y en avoir des positives : je pense à une invitation à aller boire un coup avec des confrères expat’ après avoir tweeté une photo prise à Earl’s Court, à Londres.

      Répondre

  6. Cette fracture, c’est le karma qui s’équilibre parce que 2017 commençait trop bien ! Je ne suis pas étonnée une seule seconde que l’Écosse ait été dans tes envies de longue date. Parfois, c’est même si long, qu’on n’est pas préparé quand ça se produit. À ce qu’il ne s’agisse plus d’un rêve. En plus tes photos reflètent plein de petits détails (et d’heures du jour variées), ça se regarde tout seul. À garder en tête pour mon prochain voyage, vu que j’oriente souvent les miennes sur des grands paysages. Mêmes terres que toi, du reste ! J’ai un mariage sur Skye (pas du tout comme ça que j’anticipais mon premier voyage là-bas) et après j’essaierais de voir quelques châteaux. En outre je vais faire Londres-Édimbourg en train ^^.

    Pour les discussions sur les bilans de voyage retardés, je me reconnais totalement dans cette gêne certes mineure dite des « restes froids de la veille ». J’ai rédigé des journaux entiers pendant mes derniers voyages pour m’aider sur mes billets de blog, très détaillés. Bon points : justifie l’achat de carnets, voire de jolis carnets. Inestimables pour appuyer, ou compenser la mémoire. Mauvais points : trop chronophages, à la limite du tenable (toujours entre 2 et 4 jours de décalage sur le dernier… pendant un mois). Et puis il y manquait les photos. Peut-être faudrait-il un blog en local qui permettrait de jeter des billets rapides avec des photos brutes, remaniables au retour ? Encore faut-il avoir emmené un ordi. Quoiqu’il en soit, je ne peux pas déroger à ces comptes-rendus : mes co-voyageurs les attendent, moi aussi en fait, et puis ça me permet de varier les sujets de mon blog, de présenter des photos pour elles-mêmes et pas seulement pour le souvenir…

    Répondre

    1. Cette fracture, c’est le karma qui s’équilibre parce que 2017 commençait trop bien !

      Mmm, intéressant ! :) Dur, dur, ce début d’année, quand même : 2015 et 2016 avaient déjà toutes deux commencé de manière pénible. Jamais deux sans trois, il paraît.

      Je ne suis pas étonnée une seule seconde que l’Écosse ait été dans tes envies de longue date. Parfois, c’est même si long, qu’on n’est pas préparé quand ça se produit. À ce qu’il ne s’agisse plus d’un rêve.

      C’est tout à fait ça ! En plus de ça, avant de partir, je n’ai pas voulu lire trop de blogs ou de guides touristiques, de peur de me gâcher la surprise, de gâter cette première fois. D’où peut-être aussi cette sensation un peu étrange, une fois sur place, d’être un peu perdue, un peu submergée (mais en bien !).

      En plus tes photos reflètent plein de petits détails (et d’heures du jour variées), ça se regarde tout seul.

      Merci infiniment ! ♥

      À garder en tête pour mon prochain voyage, vu que j’oriente souvent les miennes sur des grands paysages. Mêmes terres que toi, du reste ! J’ai un mariage sur Skye (pas du tout comme ça que j’anticipais mon premier voyage là-bas) et après j’essaierais de voir quelques châteaux. En outre je vais faire Londres-Édimbourg en train ^^.

      Je crois que Skye est l’endroit en Écosse que j’ai le plus hâte de découvrir. Tu vas en prendre plein les mirettes ! Régale-toi bien. Édimbourg reste une grande ville, charmante au demeurant, avec une colline et vue sur la mer, mais ça reste une ville. Je pense que pour éprouver pleinement le sortilège écossais, il faut se perdre dans ses montagnes et ses îles.

      Pour les discussions sur les bilans de voyage retardés, je me reconnais totalement dans cette gêne certes mineure dite des « restes froids de la veille ».

      C’est tellement bien dit !

      Peut-être faudrait-il un blog en local qui permettrait de jeter des billets rapides avec des photos brutes, remaniables au retour ?

      Et pourquoi pas un entre-temps ? Un journal de bord, oui, mais dans lequel noter sur le vif quelques infos, faits marquants, noms à ne pas oublier, plus que des compte-rendus détaillés (et épuisants à écrire le soir après une journée d’exploration). S’en servir ensuite, une fois de retour, devant l’ordi.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Billets adjacents