Chaque jour, nous négocions.

Même si la cruauté du quotidien conteste nos couleurs.

Même si, nous-mêmes, nous ne savons parfois plus très bien de quels pigments nous sommes fait·es.

Violet triste, mauve indomptable, bleu pluie, vert cendre…

Nous négocions ce que nous sommes prêt·es à (ne pas) accepter du monde. Jour après jour, nous négocions ce que nous sommes prêt·es à lui donner.

Message à toi qui me lis, quelque part, avec la sensation que le torrent de flotte ne cessera jamais de tomber – oui, toi : tu es chatoyant·e. Tu es légitime. Accroche-toi.

(Psst, toutes mes revues de web précédentes sont par là.) (Et il est possible de s’abonner.) (Bisous.)

Revue de web

Coup de cœur : la découverte du travail de Lia Vé (Tumblr, Facebook) a été un énorme choc artistique, qui m’obsède encore chaque jour. Céramique, peinture, sérigraphie, broderie, photo, installations, sortilèges… sa polyvalence n’a d’égale que la pertinence de son propos, un féminisme incandescent où s’entre-choquent psyché, archétypes et contes.

Lia Vé a co-fondé le collectif lyonnais Sororae (présent aussi sur Instagram) avec deux autres créatrices travaillant dans l’illustration, l’édition et les arts plastiques. Elles éditent le zine Clit Kong, dont le numéro 2 est consacré aux sorcières et ne coûte que 5€. Un appel à créations est en cours pour le numéro 3, sur le thème « Prêtes à en découdre » jusqu’au 30/06.

HERstory : Le premier auteur de l’histoire était une autrice. Elle s’appelait Enheduanna et a composé au moins deux hymnes à la déesse sumérienne Inanna il y a quarante-trois siècles.

Pédagogie : À l’école, les introvertis, ça va sans dire. Tout au long de leur scolarité, les élèves sont sommés de participer davantage en classe. Si l’extraversion est séduisante, l’école n’en a-t-elle pas fait une norme oppressante qui fait souffrir les plus discrets ? (Via Irène.)

Icône : Béla Lugosi: actor, union leader, anti-fascist. (Via Coffin Boffin.)

Arsenic : A brief history of husband poisoning.

Récits : Portraits intimes des aîné·e·s de la communauté trans et non-binaire. Pourquoi avons-nous besoins des étiquettes femme et hommes ? Tout le monde mérite le respect un point c’est tout. (Via Agathe.)

Inutile donc indispensable : des tampons avec des insultes japonaises, pour insulter quelqu’un en toute discrétion. Mon préféré ? « hésso kandé shiné », qui signifie « Crève en mordant ton propre nombril ».

Impatience : la bande-annonce de la série The Dark Crystal: Age of Resistance est sortie, et ça poutre ! 🤩 (Via Ginger Force.)

Vintage : une liste de prénoms féminins mérovingiens pour vos futurs enfants – humains et non humains.

Maternité [TW fluides corporels et descriptions détaillées) : un récit d’accouchement physiologique (c’est-à-dire sans péridurale) qui m’a beaucoup touchée. C’est l’occasion de découvrir Chut, Maman lit !, un blog bienveillant et drôle sur les pédagogies actives, le féminisme, le maternage et la littérature jeunesse.

Déconstruction : La galanterie est une forme de sexisme. (Via Béné.)

Rite : Pourquoi fleurir les tombes ? Un geste funéraire particulier. Partie #1.

Analyse : Non, Game of Thrones n’est pas une série féministe.

Parution : le numéro 2 de Polysème, Villes & espaces urbains, est en précommande. Le numéro 1, Peaux, était extraordinaire ! Intergalactiquement recommandé par La Lune Mauve.

Illustration : Black Pulpy se définit elle-même comme « illustratrice et blogueuse mystique ». Bougies, stickers, objets décorés… j’aime tout ! J’ai aussi dévoré son blog, qui est une source précieuse de voyages insolites. Par ex­em­ple : 5 villages complètement witchy en Suède. Vous pouvez également la suivre sur Instagram !

Chaudron : Les sorcières brassaient-elles de la bière ? Petite pensée pour Meor, forcément. (Via CLIT KONG Zine.) Bonus : Rando bière en France. Jolies balades et brasseries artisanales de qualité.

Littérature : Thread Twitter de toutes les autrices qu’on ne connaît pas beaucoup et qu’il faut avoir lues dans sa vie, pour ne plus dire que la littérature, c’est une affaire d’hommes, et pour lire enfin d’autres femmes que Beauvoir et Duras.

Les restes du monde : Marie Kondo est responsable d’un afflux de dons dont personne ne veut. (Via Nainië.)

Pollution : après la neige noire, voici la pluie de plastique. Et dire que certain·es affirment encore qu’il n’y a pas de raison de s’affoler… (Via Didier.) Dans la même veine : Vous avalez plus de 50 000 particules de plastique par an. Bon appétit !

Bretagne : la prochaine fois que j’irai chiner du côté de Pleslin-Trigavou, dans les Côtes d’Armor, j’irai saluer les mégalithes.

Geek : un Polly Pocket Famille Addams, fabriqué à la main ! 

Broderie : je pousse un petit cri aigu de ravissement à chaque fois que Sempra publie une nouvelle création brodée.

DIY (Do It Yourself) : un atelier de teinture végétale près de Nantes.

Bucket list : visiter le marché vaudou de Akodessewa, en Afrique.

Funérailles écologiques : l’état de Washington aux USA a légalisé le compost humain et l’aquamation (en anglais). À quand en France ? (En savoir plus sur l’aquamation.)

Look : 10 Goths of Color on Their Beauty Routines and the Power of Representation. (Via The Blogging Goth.)

Verdure : Le guide du jardinier punk. (Via Coffin.)

Piano : 100 morceaux par des femmes pianistes et des compositrices.

Collecte : si vous le pouvez, soutenez la campagne Ulule de Petrichor, alias Farah Seddiki, une jeune illustratrice basée à Strasbourg, dont j’aime beaucoup l’univers nocturne et délicat. Elle vend de la papeterie et de très jolis objets brodés sur Etsy, et elle expose à Strasbourg jusqu’au 27 juin. Vous pouvez aussi la suivre sur Instagram !

Créativité vs. monétisation : The Modern Trap of Turning Hobbies Into Hustles. (Via Stef.) Sur le même sujet : ce post de Coffin.

Curiosités : le blog Lieux sacrés est une énorme pépite en matière de lieux insolites. À garder dans mes tablettes pour aller y fouiller de temps en temps !

Corps : The Body Positivity Movement Isn’t For Me, So I’ll Be Seeking Fat Acceptance Elsewhere. (Via Kiyémis.)

(NSFW) Photo : Mon corps, ce vaisseau, par Eva Merlier, dont le travail photo est puissant.

Bien-être : Une manière de négocier avec le monde (les rivages, l’adulte). là (réside) le fondamental, le recours, le refuge ; une respiration, une consolation, une expression. Le plaisir. L’apaisement. Là où nous oublions. Là où nous nous oublions. Là aussi où nous nous souvenons de l’essentiel. Là où nous arrivons à faire la paix l’espace de quelques secondes, minutes, heures, jours, années ; faire la paix avec le monde.

Ancêtres : un article sur la Vénus à la corne de Laussel, une des plus belles effigies féminines de l’art quaternaire.

Musique : ‘This has been fantastic revenge’: metal musician Lingua Ignota on surviving abuse. A lot of my work comes out of extreme music and heavy music that’s in a misogynist context. I’m trying to re-contextualise that phallocentric format for people who need it. D’ailleurs, la musicienne (dont je vous parlais dans une récente playlist) a annoncé la sortie de son nouvel album, Caligula, pour le 19 juillet. Un premier extrait est disponible. Je frétille d’impatience ! Lingua Ignota est sans conteste ma plus grosse claque musicale de ces dernières années.

Mieux vaut en rire : Merci Valeurs actuelles, mais la terreur féministe n’existe pas.

Urgence : Plus de la moitié des LGBT ont déjà été victimes d’une forme d’agression.

Étoiles : Les mesures du temps de la cathédrale de Chartres, avec de très jolies photos. En complément : Pourquoi trouve-t-on des signes astrologiques dans une cathédrale ?

Blogging : j’en étais un peu revenue, des blogs spécialisés en « conseils pour blogueurs ». Et puis je suis tombée sur No Tuxedo, et j’ai appris plein de trucs. Évidemment, il faut faire le tri, mais ça vaut le coup d’y faire un tour !

Nature : une vidéo en slow motion dans laquelle on voit des champignons pousser. Magique ! (Via Miss Pakotill ♥︎)

Harcèlement : Comment les joggeuses se protègent des agressions. (Via Mona Chollet.)

Créativité : Hellgy publie régulièrement ses compte-rendus créatifs sur son blog. Récemment, elle a créé un collier serpent en céramique, je trouve le résultat vraiment épatant !

Serrer le nœud : un voile de marié·e arc-en-ciel et un voile de marié·e étoilé. Si jolis !

Dessin : un article super intéressant sur le crayon bleu inactinique : un bleu qui devient invisible lorsqu’on le scanne. J’ai lâché mon criterium pour ça, et je ne regrette pas ! L’aquarelle le masque très bien, en plus.

Bye bye : Ginger Force explique pourquoi elle arrête Youtube. Court et pertinent, comme toujours.

Tarot : Cathou a compilé plusieurs de ses textes sur l’interprétation du tarot sous forme de zine à télécharger gratuitement.

Paye ton autrice : La Muse & la calculette (petite dialectique pour une ère résignée), par Léa Silhol. Un billet brillant – que je découvre tardivement – sur le statut misérable des auteurs et autrices. Une plongée dans les coulisses du monde du livre, et de l’art au sens large. Demander à ceux qui fabriquent les chimères où nous nous évadons, et tout autant les mises en lumière des travers de leur époque, de travailler pour rien et dans des conditions dégradantes, est un crime majeur.

Paye ton artisane : et, en rebond fortuit, La suite, la fin ?, un billet de Claire des Bruyères, fileuse et tisserande, qui partage les difficultés économiques qu’elle rencontre avec son activité. Beaucoup d’humanité, de vulnérabilité, et du grain à moudre pour quiconque souhaiterait lancer une entreprise créative.

Dessin : je vous redis toute mon admiration pour Sophie Navas, qui fait partie des Urban Sketchers. C’est une communauté mondiale de dessinateurs, autant professionnels qu’amateurs, qui valorisent la pratique du dessin in situ d’après l’observation directe de la vie urbaine et quotidienne (dixit). Carnet, aquarelles, les yeux et le cœur grand ouverts, Sophie croque son quotidien et ses rencontres avec couleurs et panache. Inspiration ++ !

Eye candy : les looks du MetGala 2019 comparé à des minéraux. (Via S. Elizabeth.)

Fuite : Radiohead s’est fait pirater une veille archive de 1995-1998, et plutôt que de payer la rançon demandée, le groupe a décidé de mettre à disposition les 18 heures d’enregistrement pour 18 jours, à 18 £. (Via Luna.)

Wishlist : la Funko Pop Black Lady est une beauté !

Coup de gueule : à l’encontre de la mode actuelle, un rejet de la sorcière comme figure de la résistance.

Devenir soi : Le vertige du réplicant. Les réflexions de Mélanie Fazi sur sa propre étrangeté. Elle a également été invitée dans le nouveau podcast Élément déclencheur, consacré à la création. Elle y dit tant de choses justes que j’avais envie de tout noter…

Écologie : Quand la spiritualité tue la planète. Palo santo, cristaux… Nos pratiques spirituelles ont un coût environnemental dont nous devons prendre conscience. (Via Spell It Out.)

Broderie : je suis vraiment très fan des broderies de Beatriz Carreira, une créatrice portugaise que j’ai découverte sur Etsy et Instagram. Bon, la couleur y est peut-êêêtre pour quelque chose. 🤓 (Via Julie.)

Évènement : si vous aimez les musiques sombres et l’artisanat, ne manquez pas le festival Les Nuits Dark Ritual, du vendredi 2 au dimanche 4 août 2019, au Château de Thoix dans la Somme. Organisé par Rosa†Crvx, cet évènement regroupe concerts, artisan·es, performances, expositions… Le pass 3 jours ne coûte que 50€, et le camping et le parking sont gratuits dans la cour du château. Pour réserver, c’est par là !

Tribune : Les animaux sauvages ne sont pas des peluches.

[TW viol] Se reconstruire après un viol : la liste pas magique.

Japonais : Pokémon, traduisez-les tous. Pikachu, Salamèche, Insécateur, Ronflex… Julien Bardakoff détaille son travail de traduction chez Nintendo pour franciser leurs noms truffés de références et de jeux de mots.

Curiosité : il existe une espèce d’écureuil arc-en-ciel géant en Inde (en anglais). (Via S. Elizabeth.)

Débat : « Il y a des choses plus graves que ça dans la vie ». Démontage en règle de cet argument qui puduk.

Sphère : j’aime quand Jimmy prend des photos mauves.

Podcasts : Lucie Inland partage une sélection de podcasts que vous ne connaissez peut-être pas encore, sur des sujets aussi variés que le vin, les séries télé, les gourous, ou encore les menstrues.

Mailles : Luna fait le bilan de 6 mois de tricot, et ça donne méchamment envie de s’y (re)mettre !

Langage : Emoji : les émotions sont-elles un langage ? Les emojis (…) véhiculent les émotions débarrassées des sous-entendus qui accompagnent inévitablement la communication verbale. Le problème avec les mots, c’est qu’ils peuvent être mal interprétés. Ou maladroits. Ou insuffisants.

Progrès : Un cirque allemand remplace ses bêtes par des hologrammes. (Non, vous ne rêvez pas, je viens de faire un lien vers le site de Paris Match 😱) (Via Coffin.)

Appropriation culturelle : les chignons iconiques de la Princesse Leia dans Star Wars seraient inspirés par la coiffure de femmes révolutionnaires mexicaines (en anglais). (Via Chris.)

Planète : créer de sa propre lessive au savon de Marseille, recette et retour d’expérience.

Déco : un papier peint à motif lune sur fond mauve ou sur fond bleu nuit… Énorme need, bien sûr. Il existe aussi un carnet mauve ou noir associé. Il est possible de recevoir un échantillon du papier peint gratuitement ! 🤩 (Via Marie.)

Interview : À quand la reconnaissance du travail des illustrateurs.rices – tatoueurs.ses ?

Bretagne : une épicerie végane vient d’ouvrir à Brest.

Sœurcière : Yes, Witches Are Real. I Know Because I Am One et Here’s What Being a Witch Really Means, par Pam Grossman, l’autrice de Waking the Witch: Reflections on Women, Magic, and Power. (Via Spell It Out.)

Snif : j’ai appris très récemment qu’il existait un musée de la sorcellerie dans le Cher, mais qu’il a fermé en 2017 sans trouver repreneurs. 😢

USA : Aux États-Unis, le Temple satanique défend bec et ongles la laïcité. Nous sommes athées et nous nous inspirons du Lucifer littéraire romantique de Milton, qui incarne la rébellion ultime contre la tyrannie, ainsi que des valeurs des Lumières comme la raison, la science, le progrès et la liberté.

Bien dit : J’ai pas envie de bloguer comme il faut.

Espoir : Sur la route … du bien-être #2. Trouver sa place dans ce monde. Un billet honnête, direct et touchant de Marion.

Déco : quelques jolies tentures repérées chez Urban Outfitters.

Revenante : le potentiel seul enregistrement de la voix de Frida Kahlo.

Royaume-Uni : bonnes adresses à Oxford, par la Sorcière misandre. Du côté de Manchester, il faut voir la John Rylands Library, ainsi que certains lieux hantés (en anglais). (Via Stella Polaris.)

Lecture nécessaire : Une culture du viol à la française, de Valérie Rey-Robert : des clés de lecture pour une lutte féministe. Une riche chronique de fond signée Irène (La Nébuleuse).

Dans son jus : le livre La Normandie romanesque et mystérieuse. Légendes et traditions populaires, écrit par Amélie Bosquet en 1845, est disponible en ligne.

DIY : un tuto simple pour broder des carnets. Ça date un peu, mais ça me donne plein d’idées !

Histoire : Notre-Dame de Paris : qui étaient ces invisibles bâtisseuses du Moyen Âge ? (Via Coffin.) Bonus : de nombreuses photos de la charpente de Notre-Dame prises avant l’incendie sont désormais sur WikiCommons. (Via Joh.)

Santé : manger bio, se lever à 5 heures du mat’, faire du sport… Pourquoi le healthy living est-il problématique ?

Rennes : hey, ça vous dirait pas de venir passer un week-end à Rennes les 28 et 29 septembre prochains pour assister au festival de littérature féministe Dangereuses Lectrices ? Cela se passera aux Ateliers du Vent. Le programme vient d’être annoncé, et il est prometteur. Edith : j’y suis allée et c’était super ! Voici mon compte-rendu : Dangereuses Lectrices, festival littéraire féministe à Rennes.

Écologie : une réflexion (en anglais) sur l’impact écologique des wishing trees (arbres à vœux). Intéressant, je n’avais jamais cette tradition sous cet angle…

Pensée latérale : en panne d’inspiration ? La méthode des « stratégies obliques » propose d’aborder le problème différemment grâce à un jeu de cartes conçu par Brian Eno et Peter Schmidt en 1975. Il peut s’agir d’une action à réaliser, d’une citation énigmatique ou d’un principe créatif. (Via Marie.)

Mioum : Lady Pastelle, un blog truffé de recettes véganes et souvent sans gluten, pour régaler vos papilles sans cruauté animale. Je vais sans doute tester la Brioche spirale aux pommes et à la cannelle ! (Via Luna.)

Concert : une superbe chronique d’un concert de Persephone, qui a eu lieu dans une chambre funéraire. Plus goth, tu meurs !

Italie : Milan autrement : marchés, friperies et boutiques vintage.

Bizarreries : 10 Must-Visit Spots for Mystery Lovers – principalement aux États-Unis, mais aussi en Allemagne, en Grèce et en Russie. Où vous recroiserez notamment l’affaire du col Dyatlov, dont je vous avais parlé l’été dernier.

Blogging : Béné et Pauline lancent une charte pour un blogging éthique. Nous souhaitons que le maximum de créateur·rice·s de contenus s’approprient cette charte afin qu’elle profite à toute la chaîne de valeurs de l’influence marketing : les marques, les influenceur·se·s et leurs communautés. Espérons que cela provoque quelques prises de conscience… Dans la même veine : Quand les marques comptent sur les influenceurs green pour les verdir. (Via La Petite Créature.)

L’art est politique : j’ai découvert She Gazes, un zine féministe et artistique édité par Caroline, en Bretagne. Son contenu bouscule les représentations tra­di­tion­nel­le­ment associées au féminin. Le numéro 3 s’intitulé Witches, women and nature, et peut s’acheter sur Etsy. Le numéro 2 était consacré aux règles. Ça vaut aussi le coup de suivre She Gazes sur Instagram. (Via Spell It Out.)

Bretagne : Évènement à Landerneau – Exposition Cabinets de curiosités jusqu’au 3 novembre.

On s’en fout mais c’est drôle quand même : Pakistan : Un ministre fait un Facebook Live avec le filtre oreilles de chat par erreur. (Via Guillaume.)

Il y a un an : ma revue de web de juin 2018, feat. de la peau brodée, des cicatrices, des insultes polies et une culotte de cheveux humains. (Oui.)

Précédemment sur La Lune Mauve

« Seulement » quatre billets en deux mois, c’est moitié moins que ce que j’avais prévu, mais toujours mieux que rien ! Mon billet sur l’expo La Lune vous a bien plu apparemment, ça me fait plaisir car il m’a donné pas mal de fil à retordre.

J’ai de beaux sujets dans les tuyaux, dont certains que je repousse depuis près de deux ans, j’ai hâte de partager tout ça enfin avec vous !

Antidotes

  • Désherber ma bibliothèque et ranger mon bureau de fond en comble
  • Tomber par hasard sur la couverture du second tome de Moi, ce que j’aime, c’est les monstres, d’Emil Ferris, qui sortira en septembre 2019
  • Adopter une plante carnivore
  • Quand il pleut des cordes et que je suis bien au sec
  • L’odeur du bois
  • Un Schweppes Tonic bien frais
  • Le paprika
  • Tirer 3 cartes de tarot le matin, juste pour voir
  • Myrkur avec une biquette
  • Mon nouveau vernis Kiko façon « bleu Klein »
  • Chaque nouveau crafternoon avec Miss Pakotill
  • Le détachement
  • La broche « Va chier » de Laura Coupeau
  • Ma clique
  • Le dernier Darkthrone
  • Donner plein de trucs sur Geev au lieu de les jeter
  • Bosser avec des personnes brillantes
  • 22°C et un léger vent

Je vous laisse avec cette reprise made in Chelsea Wolfe, qui crible mon petit vieux cœur d’épingles en argent :

Chelsea Wolfe qui vient d’ailleurs d’annoncer la sortie de son prochain album, Birth of Violence, pour le vendredi 13 septembre 2019. Le teaser et le premier extrait mettent l’eau à la bouche !

À part ça :

Life is so damn short. For fuck’s sake, just do what makes you happy.

Bill Murray

Et bon Hellfest à celles et ceux qui y vont cette année ! 🤘🏻

Marie

À l’écoute : The Moon & The NightspiritHoldrejtek

Déjà 26 commentaires

  1. Merci pour le lien ! Quel travail, cette revue web !

    Répondre

    1. Je t’en prie !

      …Et, oui, cela représente un certain travail, que j’essaie d’étaler dans le temps sur deux mois. :)

      Répondre

  2. J’aime beaucoup les cuillères de Black Pulpy.
    La Vénus à la corne comme beaucoup de représentations préhistoriques me bouleverse à chaque fois, l’humanité a tellement changée et est tellement restée identique à la fois depuis… (c’est bateau, je sais, mais ce sont les constatations pas révolutionnaires qui me repassent en tête).

    Je remarque au passage ton épingle personnalisée. Sens du détail que j’aime toujours autant !

    Pour le reste, me connaissant je vais oublier de repasser ici une fois que j’aurai fini de lire tous les onglets prometteurs que je viens d’ouvrir ^^

    Répondre

    1. La Vénus à la corne comme beaucoup de représentations préhistoriques me bouleverse à chaque fois, l’humanité a tellement changée et est tellement restée identique à la fois depuis…

      Oui ! Je partage tes constatations pas révolutionnaires. J’ai bloqué pendant quelques instants quand je suis tombée sur la photo de cette Vénus (que je ne connaissais pas), troublée par la justesse de la silhouette, et ce lien dans ma chair avec cette période lointaine. Bien des œuvres ont péri au fil des siècles et des millénaires, mais plus le temps passe plus j’ai envie de chérir celles qui ont survécu.

      Je remarque au passage ton épingle personnalisée. Sens du détail que j’aime toujours autant !

      Merci ! Je suis contente que tu la remarques. Je suis en train d’optimiser mon blog pour Pinterest, et la petite lune dédiée n’est (hélas) que la partie émergée de l’iceberg…

      Répondre

  3. Merci pour tous les liens, y’a vraiment des pépites !
    J’ai comme l’impression que vu ton inspiration, dans 2-3 mois tu vas nous faire des broderies incroyables !
    En tous cas gros bravo pour l’illustration à l’aquarelle de ce billet, tu as su recréer avec brio en haut de l’image la couleur exacte du fond de ma douche quand je me lavais les cheveux quand il étaient arc-en-ciel !

    Répondre

    1. J’ai comme l’impression que vu ton inspiration, dans 2-3 mois tu vas nous faire des broderies incroyables !

      Incroyables je sais pas, mais oui la broderie me titille ! J’ai tout le matériel enplus, « yapluka » ! Je tenterai sans doute pendant les grandes vacances ! Hâte !

      En tous cas gros bravo pour l’illustration à l’aquarelle de ce billet, tu as su recréer avec brio en haut de l’image la couleur exacte du fond de ma douche quand je me lavais les cheveux quand il étaient arc-en-ciel !

      Merci ! Je suis contente du rendu :)

      Répondre

  4. As usual, merci pour tout ça ! Il y a des trucs incroyable là-dedans (Lingua Ignota m’a retourné la tête il était même pas 8h00).

    Même chose pour la cover de Night of the Vampire par Myrkur, je pensais bien avoir creusé la liste des reprises de ce morceau, celle-là m’avait échappé (je suis justement en train d’écrire sur la figure du vampire en musique).

    Et je note aussi bien précieusement 10 Must-Visit Spots for Mystery Lovers

    Répondre

    1. As usual, merci pour tout ça ! Il y a des trucs incroyable là-dedans (Lingua Ignota m’a retourné la tête il était même pas 8h00).

      Ouais, Lingua Ignota c’est absolument dense et monumental, et bizarrement ultra addictif, une fois passée la première approche un peu délicate. J’ai commandé le vinyle direct et je suis méga impatiente d’écouter son nouvel album. En concert ça doit être bien intense aussi…

      Même chose pour la cover de Night of the Vampire par Myrkur

      Tu veux dire par Chelsea Wolfe ! Ouais c’est un tout petit peu la classe. J’aime cette meuf (et j’aime Myrkur) (et Lingua Ignota) (ad lib.).

      Répondre

  5. Tinuviel.19

    18 juin 2019

    Merci Marie pour ce billet rempli de pépites comme d’habitude!

    L’article sur le healthy living m’a particulièrement parlé, je vais d’ailleurs le faire suivre. Je suis dans une période où j’en ai peu marre que tout un chacun se permette de te dire ce qui est bien pour toi et comment tu dois vivre…

    Et le petit traité du jardin punk est dans les commandes de la bibliothèque. Je vais commencer à mettre des badges « Recommandé par La Lune Mauve ». Tu veux pas en faire ? ?

    Répondre

    1. L’article sur le healthy living m’a particulièrement parlé, je vais d’ailleurs le faire suivre. Je suis dans une période où j’en ai peu marre que tout un chacun se permette de te dire ce qui est bien pour toi et comment tu dois vivre…

      Ah, ça ! Dans la même veine, je te conseille aussi Je croyais la mode du miracle morning morte et enterrée., de Lucie, qui m’a fait beaucoup de bien à lire.

      Et le petit traité du jardin punk est dans les commandes de la bibliothèque.

      Ooh bah c’est chouette, ça !

      Je vais commencer à mettre des badges « Recommandé par La Lune Mauve ». Tu veux pas en faire ? ?

      Hihi c’est une bonne idée ! Je ne sais pas trop à qui ils seraient utiles à part nous deux, mais ouais, pour rigoler, je me note ça dans ma liste d’idées pour les après-midis pluvieux ;-)

      Répondre

  6. Coucou Marie, c’est encore une belle synthèse éclectique de ces derniers mois que tu nous offres ici <3

    J'ai débuté par la lecture du texte sur les élèves introvertis particulièrement indisposés à l'école. C'est vrai qu'il est déjà terrible pour un élève dans la norme de s'exprimer devant une classe rigolarde, mais alors pour un introverti, quelle torture ! J'étais pour ma part plus timide qu'introvertie mais j'avais une amie qui l'était et les participations orales étaient une gageure pour elle … Après, il reste difficile de concilier à la fois le respect de tout le monde (surtout dans des classes surchargées) tout en essayant d'ouvrir au maximum l'apprenant au monde. Je pense que tout cela mérite une intense réflexion du corps enseignant.

    Magnifiques portraits des personnes transgenres de plus de 40 ans, je suis charmée par la photographie de Mélody, tout à la fin …

    Chouette le texte sur la galanterie qui n'est qu'une forme de sexisme ! J'ai une sainte horreur depuis toujours de la galanterie, du fait que les hommes paient spontanément l'addition etc. J'ai malgré tout un mal de chien à l'expliquer aux hommes et parfois aux femmes de mon entourage qui n'y voient aucun mal … C'est insuportable je trouve T_T

    Waouh, j'adore l'article du Bizzareum sur le fait de fleurir les tombes, il est archi complet et passionnant ! En le lisant, j'ai souri un m'imaginant incinérer parmi des kilos de menthe fraîche et de romarin … Je crois que ça me plairait bien comme fin !

    Ahah, en tant que jardinière, l'article de Didier Lestrade sur le jardinage punk m'a fait sourire ! Je ne partage pas tout à fait cette vision des choses (surtout le pas d'arrosage pour les débuts des sujets plantés) mais c'est intéressant et c'est vrai que Gilles Clément a rendu ce style à la mode avec ses jardins en mouvement.

    Très beau texte de Eva Merlier, ainsi que ses photos … « Mon corps, ce vaisseau » m'a rappelé la vidéo de Marion Seclin – datant d'il y a deux ou trois ans je crois – où elle exprime la même chose avec beaucoup de douceur et de puissance.

    Merci à Slate d'arriver à nous faire presque rire de la couverture de Valeurs Actuelles sur la soi-disant terreur féminisme … Ils sont encrassés dans leur bêtise, c'est violent …

    Mouahaha, quel plaisir de lire l'article sur les noms des Pokémons ! Je suis née avec Pokémon et je suis une vrai dingue de ces bestioles. Mon frère et moi-même avons toujours adoré décortiqué les noms des Pokémons et nous aimons beaucoup découvrir leurs noms anglais et japonais.
    D'ailleurs lorsque j'étais petite, un de mes métiers favoris était traductrice de noms Pokémon ^^

    Merci Marie pour ton gros travail de piochage qui nous permet de découvrir moult personnes et sujets :)

    Répondre

    1. Un grand merci pour ton long commentaire, auquel je ne réponds qu’aujourd’hui… ! ?

      Waouh, j’adore l’article du Bizzareum sur le fait de fleurir les tombes, il est archi complet et passionnant ! En le lisant, j’ai souri un m’imaginant incinérer parmi des kilos de menthe fraîche et de romarin … Je crois que ça me plairait bien comme fin !

      À moi aussi, carrément ! Même si l’incinération est, en fait, bien plus polluante que je ne l’imaginais. Du coup je suis en train de virer ma cuti à ce sujet, au fur et à mesure que mes recherches sur les green burials avancent…

      Répondre

  7. Sache que mon petit cri aigu en te lisant a fait écho aux tiens, merci encore pour le partage <3

    Maintenant je m'en vais lire et écouter tous ces petits trésors de ton mois de mai !

    Répondre

    1. Cela me fait bien plaisir de le savoir ! J’espère que tu as trouvé 2-3 trucs sympas à écouter :)

      Répondre

  8. Toujours aussi chouette cette revue du web ! Je suis amoureuse de la photo d’Agustina Puricelli <3 Ensuite j'ai particulièrement aimé le récit de l'accouchement physiologique (j'aime tellement tout ce qui a trait avec la maternité que c'est pas étonnant hein ^^). L'article sur la figure de la sorcière était très intéressant et inspirant. Le podcast où intervient Mélanie Fazi m'a bien plu aussi (j'ai lu son recueil Serpentine et certaines nouvelles m'ont happé). Enfin l’article sur Game of Thrones m'a fait réfléchir. J'aime beaucoup la série, je me suis attachée à l'univers et à certains personnages mais de fait le traitement du féminin est un problème de puis le début. La dernière saison m'a particulièrement déçu sur ce point au travers de son dénouement, du traitement de Daenerys mais aussi à cause d'une ligne de dialogue de Sansa qui a fait bondir pas mal de monde, moi la première. La version écrite semble donc plus "féministe" car dépourvu de certaines de ces scènes de violences gratuites à l'encontre de femmes. Je ne doute pas du talent des réalisateurs mais leur traitement du corps féminin et de la violence qu'il subit est clairement pas terrible. Tout cela me donne très envie de lire les livres et de découvrir le traitement de ces personnages via le prisme de l'auteur.

    Répondre

    1. Merci pour ton rebond, Marine !

      Je suis amoureuse de la photo d’Agustina Puricelli <3

      Ah je suis contente que tu l’aies remarquée ! <3

      Concernant Game of Thrones, je ne dirais pas que les livres sont véritablement « féministes » (même si une seconde lecture me serait utile pour faire la part des choses, surtout maintenant que j’ai vu la série), mais disons que l’adaptation à l’écran est beaucoup plus sexiste.

      Je suis vraiment reconnaissante pour toutes les analyses fines des séries et des films qui existent, car cela a affûté mon regard au fil des années (même si, la culture patriarcale étant tellement forte, que je me fais encore régulièrement bernée par des tropes pourtant évidents). En la matière, je ne sais pas si tu connais le blog Le cinéma est politique, c’est une pépite !

      Répondre

  9. Mais quelle merveille cette revue, une fois de plus. J’ai passé un temps fou à cliquer sur tous les liens et découvert plein de nouveautés dans mon petit horizon du web. Merci <3

    Répondre

    1. Mooh, merci à toi d’avoir pris soin de me laisser un petit mot, c’est chouette ! ^.^

      Répondre

  10. Comme à chaque fois, je l’ai attendu avec impatience, puis j’ai attendu le moment opportun pour me lancer dans ma lecture et finalement j’ai pris 5 jours pour arriver au bout! Que de belles découvertes, des réflexions en pagaille, de nouveaux blogs dans mon aggrégateur de flux RSS…
    J’ai adoré l’intro, tes mots font écho en moi. Je suis une grande fan de Dark Cristal (j’ai essayé d ele montré à tout le monde, sans trouver personne qui aime: c’est trop sombre, ou trop enfantin, ou trop peu manichéen…) cette annonce me met en joie et la date de sortie est notée.
    Sinon, Mercredi et princesse Leila font partie de mes icones, alors les références me font toujours plaisir.

    Répondre

    1. Comme à chaque fois, je l’ai attendu avec impatience, puis j’ai attendu le moment opportun pour me lancer dans ma lecture et finalement j’ai pris 5 jours pour arriver au bout!

      Ah ouais, quand même ! Je n’imaginais pas que quiconque lisait tout, en fait ; j’imaginais que tout le monde picorait quelques liens par-ci, par-là, mais sans s’infliger une lecture exhaustive. Tu m’en vois impressionnée !

      J’ai adoré l’intro, tes mots font écho en moi.

      Cela me touche, merci ♥︎

      Répondre

      1. Je lis tout mais ne clique que sur les liens qui me parlent, ce qui fait bien les 3/4 je dirais. Mais je ne m’inflige rien, c’est un plaisir de se balader dans ton univers qui s’approche sur beaucoup d’aspects du mien. J’ai tendance à rester sur les blogs que je connais, donc j’apprécie cette bouffée d’air frais mensuelle!

        Répondre

  11. Je suis enfin là héhé !

    Alpaïde c’est plutôt classe comme prénom mérovingien je trouve :D

    Je suis tout à fait en accord avec l’analyse de GoT dans l’article que tu as partagée, après j’avoue que ça me paraissait un peu flagrant et ce dès le début, probablement plus encore dans la série que dans les livres (même s’ils présentent déjà les motifs décrits). Je vais probablement les lire à partir de l’intégrale 4 pour comparer d’ailleurs car ça m’intrigue. J’ai l’impression que si c’est critiquable dans les deux cas, la série a érotisé des scènes violentes que l’auteur ne cherchait pas à esthétiser de cette façon (j’ai le sentiment que pour lui il n’y avait rien de positif dans cette violence et dans cette condition féminine, ce qui retire rien aux problèmes concernant la représentation des femmes, mais dans la série ça passe un cap supplémentaire…)

    Sinon j’aime beaucoup l’idée du rapprochement entre sorcières et brasseuses, c’est vraiment intéressant ! (enfin j’aime aussi l’idée de la bière comme potion aha, avec modération bien sûr)

    Je pense te piquer l’article sur les dons en surnombre dans la lignée de Marie Kondo pour une prochaine revue de web…  » Mais quid du reste, des millions de t-shirts floqués au nom d’assos pour lesquelles vous avez couru, de la veste à la fermeture éclair cassée, du jean pattes d’eph’ planqué au fond de votre placard depuis 2007? » AHLALA j’ai tellement pensé à ça à Madagascar, de tels t shirt on les voyait sur des enfants dans des villages reculés (qui se retrouvent avec le résidu du résidu de ces dons)… des t shirt de la région PACA, de telle course sportive ou avec le drapeau de la Bretagne. Et encore y’a des réseaux de friperie denses là bas, mais quand les pays se développent un peu, c’est carrément logique que les habitants ne veuillent plus porter seulement ce que les occidentaux daignent leur donner !! Je ne suis donc pas surprise malheureusement

    J’ai beaucoup apprécié aussi l’article sur le fait de monétiser ses loisirs… Je pense que ça vient en partie du fait qu’on peine à imaginer un job qui puisse un minimum nous épanouir, donc on a tendance à se dire « qu’est-ce qui au contraire m’épanouit ? est-ce que je pourrais pas tirer quelque chose de ça ? », dès qu’on sait un peu faire quelque chose. Et c’est accentué par l’esprit start up nation, par des niches comme le zéro déchet…. Je peux comprendre ça, mais du coup ça crée aussi des désillusions, et ce qui pouvait rendre super heureux-se peut devenir un objet de stress version pro.

    Je suis fascinée par la découverte du crayon bleu !!

    Et…je découvre que je suis dedans, ça me fait énormément plaisir évidemment, merci !

    Répondre

    1. Alpaïde c’est plutôt classe comme prénom mérovingien je trouve :D

      Je plussoie ! ^^

      À propos de Game of Thrones :

      J’ai l’impression que si c’est critiquable dans les deux cas, la série a érotisé des scènes violentes que l’auteur ne cherchait pas à esthétiser de cette façon (j’ai le sentiment que pour lui il n’y avait rien de positif dans cette violence et dans cette condition féminine, ce qui retire rien aux problèmes concernant la représentation des femmes, mais dans la série ça passe un cap supplémentaire…)

      Je n’ai pas un souvenir si mauvais des livres, mais il est vrai que je les ai lus il y a quelques années maintenant, et que j’étais encore novice en matière de déconstruction féministe. Il y aurait sans doute beaucoup plus de choses qui me feraient bisquer aujourd’hui !

      Ce qui m’a profondément gavée vers la fin de la série, c’est le trope « Dark Sansa », c’est-à-dire que [attention spoilers, pour celleux qui ne connaîtraient pas encore l’intrigue] elle ne devient puissante que par l’entremise des violences et du viol qu’elle a subis. Elle serait restée faible si elle n’avait pas été « brisée » par des hommes. Et ça, bon… c’est vraiment hyper toxique, comme schéma narratif, et pourtant tellement courant.

      De même, j’ai très moyennement goûté à l’espèce de rivalité naze entre Sansa et Daenerys à la fin… mandieu, ce manque d’imagination. J’espère que l’ultime volume de la saga aura développé une autre histoire (et une autre fin ?) que ce navrant épisode.

      J’ai beaucoup apprécié aussi l’article sur le fait de monétiser ses loisirs… Je pense que ça vient en partie du fait qu’on peine à imaginer un job qui puisse un minimum nous épanouir, donc on a tendance à se dire « qu’est-ce qui au contraire m’épanouit ? est-ce que je pourrais pas tirer quelque chose de ça ? », dès qu’on sait un peu faire quelque chose. (…) du coup ça crée aussi des désillusions, et ce qui pouvait rendre super heureux-se peut devenir un objet de stress version pro.

      Ouais, combien de personnes ai-je vu jeter l’éponge après avoir tenté de monétiser leurs loisirs créatifs, dégoûté·es que cela n’ait pas décollé, et dégoûté·es aussi de la pratique elle-même, par ricochet. Ce n’est évidemment pas de leur fait, mais je trouve cela pathétique.

      De mon côté, je mentirais si je disais que je ne réfléchis pas, depuis longtemps, à monétiser certaines de mes activités créatives ; mais justement, j’ai besoin de bien y réfléchir, de lire beaucoup de retours d’expérience, et de me préparer à fond, pour éviter l’explosion en plein vol et le projet économique voué à l’échec.

      Là encore, le pouvoir des images, et du net et de la blogosphère en particulier. On a l’impression que « c’est facile », on nous fait gober de soit-disant « success stories » (et il y en a eu quelques-unes lors de l’embrasement de la blogo et avant Facebook, je ne dis pas). Mais ça concerne si peu de gens, qu’au fond, pourquoi miser autant d’espoir dans un secteur désormais si concurrentiel ?

      Qui dit monétisation, dit pression de la rentabilité, pression de la création et de la publication… Brrr… Ça ne me fait vraiment pas rêver.

      Répondre

      1. Je réponds mille ans après, mais j’ai fini la saison 8 de GoT donc voilà ;)
        Je comprends ce qui peut gêner dans cette approche de Sansa, j’y ai pensé aussi, c’est presque caricatural (ceci étant, est-ce que c’est malheureusement pas souvent le cas, le fait de traverser des choses dures et d’en sortir plus lucide, méfiante, sachant ce qu’on veut ? J’espère bien que c’est pas la seule issue mais j’ai l’impression de voir ce schéma autour de moi :()
        Par contre la rivalité, j’aurais trouvé ça presque artificiel que ça n’arrive pas du tout, dans l’intrigue. Sauf à penser que l’identification à sa féminité soit première et que la sororité coule de source, en tant que Stark, femme du nord etc, ça semble logique je trouve que Sansa soit méfiante et accueille pas Dany à bras ouvert. Bon, du fait de l’enchaînement rapide de la saison et sans livre sur lequel se baser, tout ça manque cruellement de nuance et ne permet pas que ce type de relation soit creusé et complexifié (reproche qui couvre toute la saison, assez superficielle du coup…)

        Répondre

  12. À chacune de tes revues web, mon navigateur souffre un peu…
    Mais tous ces onglets ouverts sont l’occasions de découvrir plein de choses !

    Les introvertis… il y aurait tant de choses à dire… Je me vois mal blâmer un professeur qui pousserait un élève à prendre la parole, à se lancer. Cela peut apporter de la confiance en soi… si nous vivions dans un monde parfait.
    Il faut voir comment cela est amené, ça ne doit pas être une contrainte.
    Par contre, pour l’avoir vécu : il y a parfois des professeurs qui attendent que les meilleurs élèves animent le cours pour toute une classe. Je trouve que c’est vraiment beaucoup leur demander, surtout au primaire et au collège. J’oserai même dire que c’est un peu facile pour un prof de dire ça, cela vient peut-être de son cours après tout…
    Puis on ne va pas se mentir : celui ou celle qui a toujours la réponse ou qui prend souvent la parole peut être la cible de moquerie ou de harcèlement. Parfois les personnes sont introvertis juste pour qu’on les laisse tranquille.
    Et cela continue jusqu’au monde du travail : j’ai déjà entendu « oui mais il est trop introverti », et alors ? Tant que la personne fait bien son travail on se fiche bien qu’elle soit intro ou extraverti. Je n’ai pas envie de chercher les mots pour exprimer combien cette obligation de rentrer dans un moule me gonfle de plus en plus profondément.

    La galanterie, c’est un peu comme les chasseurs : le mauvais galant, il tient la porte à une femme en se disant « tiens elle est belle je vais attirer son attention » et le bon galant il tient la porte à une femme, peut-être qu’il la trouve belle mais il ne l’a vu qu’après, d’ailleurs il n’avait pas vu tout de suite que c’était une femme…
    Je trouve cela triste que la galanterie, ou même le romantisme, soient aujourd’hui parfois assimilé à de la drague lourde, voire pire : utiliser pour une forme subtile d’harcèlement.
    Mais quand je lis ton lien, et les définitions citées comme celle du Larousse : « Politesse empressée auprès des femmes. » je suis vraiment gêné par l’adjectif empressée. Ça veut dire quoi ? Qu’il faut se jeter sur toutes les portes que ces frêles et fragiles femelles ne peuvent ouvrir seules ? C’est ridicule. Si la galanterie est devenue (ou a toujours été) une forme démonstration de la différence homme / femme ou pire : un ustensile de drague, alors la galanterie pue.
    J’allais dire : « dans ce cas je préfère juste de la bienveillance envers la personne qui nous précède » (toujours dans l’exemple de tenir la porte) mais pareil, je finis par me méfier du mot « bienveillance » qui est de plus en plus utiliser à tord et à travers.
    Bref, soyez gentils les uns envers les autres, qu’importe le sexe, sans arrière pensées tordues et peut-être que parfois vous aimeriez que les autres aient certaines attentions envers vous, n’oubliez jamais que la réciproque est vrai.

    Les sorcières
    Je ne sais pas si elles faisaient vraiment de la bière, mais ce que je sais c’est que la Quintine Ambrée fait incontestablement partie de mes bières préférées.
    Après, vu qu’il était coutume de traiter de sorcières toute femme réussissant mieux qu’un homme, je n’ai pas doutes sur le fait qu’il existait d’excellentes brasseuses de bières.

    Les cathédrales
    Voilà, j’ai envie de revoir Chartres et de découvrir Angers maintenant.
    Je pense que les maître bâtisseurs étaient scientifiques avant d’être religieux, il est plutôt commun que les compagnons aient cachés certains symboles dans les lieux de cultes qu’ils ont battis. Concernant la mesure du temps, si jamais tu repasses par Lyon et que tu ne la connais pas, la Cathédrale St Jean contient une horloge astronomique de 1379 (qui a malheureusement été vandalisé par un fou en 2013 qui l’a frappée avec une barre de fer je crois, sa restauration est soit terminée soit en passe de l’être).

    Merci pour tous les autres liens, la pluie de plastique (que je ne commenterai pas sinon je vais m’emporter), l’après viol (il FAUT mettre en avant ces témoignages), le tarot (j’en ai un, mais je suis encore très oracle, un jour je m’y pencherai vraiment), le bleu inactinique (le genre de sujet artistique/technique/scientifique que j’adore), l’écureuil arc-en-ciel, les pokémons (quoiqu’on en dise, ils font partis de notre histoire… après rien ne vaut la 1re génération ^^), les recettes vegans/sans gluten (je ferai des heureux.ses), les fleurs sur les tombes et tout le reste.

    Répondre

    1. Hello Philippe ! Merci pour ton riche rebond !

      Parfois les personnes sont introvertis juste pour qu’on les laisse tranquille.
      Et cela continue jusqu’au monde du travail : j’ai déjà entendu « oui mais il est trop introverti », et alors ? Tant que la personne fait bien son travail on se fiche bien qu’elle soit intro ou extraverti. Je n’ai pas envie de chercher les mots pour exprimer combien cette obligation de rentrer dans un moule me gonfle de plus en plus profondément.

      Ouais, pas mieux ! Peut-être est-ce notre culture méditerranéenne, ce côté « donner son avis sur tout en gueulant comme un putois », qui s’imagine que plus on gueule comme un putois, plus on a raison… *roulage d’yeux*

      De mon côté, je suis d’un naturel introverti-extraverti (oui c’est bizarre hein, mais je vais partager un article là-dessus dans ma prochaine revue), un mélange entre d’une part un profond besoin de solitude et de « recharge » après des sessions de socialisation intense, et d’autre part une énergie et une motivation à me mélanger et à me confronter aux autres… ponctuellement.

      Et si j’ai appris un truc au fil du temps, c’est qu’il vaut mieux se taire et réfléchir que de réagir au quart de tour (cela rejoint ce que j’évoque dans mon dernier billet, d’ailleurs).

      Mais même quand j’ai bien fait décanter un sujet, je n’ai pas toujours envie de me mouiller publiquement, parce que je connais le prix que coûte certaines prises de position. Donc, ouais, je ferme souvent ma gueule pour qu’on me laisse tranquille. Il faut savoir choisir ses combats.

      Je ne sais pas si elles faisaient vraiment de la bière, mais ce que je sais c’est que la Quintine Ambrée fait incontestablement partie de mes bières préférées.

      Oh, j’ai hâte de goûter ! Je ne la connais pas celle-là.

      Après, vu qu’il était coutume de traiter de sorcières toute femme réussissant mieux qu’un homme, je n’ai pas doutes sur le fait qu’il existait d’excellentes brasseuses de bières.

      Ahah !

      Concernant la mesure du temps, si jamais tu repasses par Lyon et que tu ne la connais pas, la Cathédrale St Jean contient une horloge astronomique de 1379 (qui a malheureusement été vandalisé par un fou en 2013 qui l’a frappée avec une barre de fer je crois, sa restauration est soit terminée soit en passe de l’être).

      Oh ! Mandieu, quelle affliction ! Oui je suis déjà passée voir l’horloge, de mémoire, mais pfiou c’est chaud cette anecdote. Ce qui me fait penser que j’ai bien hâte de revenir faire un tour à Lyon à l’automne ! \m/

      le bleu inactinique (le genre de sujet artistique/technique/scientifique que j’adore)

      Je suis contente :)

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Billets adjacents