Miracle ! Je publie mon bilan créatif annuel dans les temps, en décembre, et pas sept mois en retard comme la dernière fois.

Cela me satisfait beaucoup, car créer aura été mon principal loisir et ma principale motivation en 2021. Cela me permet de m’évader quelques heures même en restant cloîtrée chez moi de longues périodes bicoz le Covid.

Sommaire

Comme ce billet est très long, voici des raccourcis vers chaque section pour vous permettre de lire cette tartine à votre rythme :

En 2022, je vais essayer de publier des bilans trimestriels pour que ça soit plus digeste pour tout le monde, dans la veine des « gribouillis du moment » de jadis.

Avertissement

  • Ce billet contient des photos d’un oiseau mort (sans sang) juste après le niveau du titre « Avril 2021 ».
  • La mention « NSFW » (not safe for work) indique la présence de contenu pour adultes.

Janvier 2021

L’année a commencé très, très doucement, car comme beaucoup j’accusais encore le coup de la pesante 2020, aussi blanche que noire.

Néanmoins, en janvier, j’ai passé pas mal de temps à créer, à façonner et à écrire mes cartes de vœux. Vous trouverez plus d’infos et de photos à leur sujet dans mon bilan créatif 2020.

À part ça ? Pas grand-chose. J’ai juste fait le plein d’encre blanche et de stylos blancs pendant les soldes, parce que j’adore dessiner en clair sur fond sombre et suis toujours à la recherche de l’encre ou du médium le plus blanc, le plus couvrant et le plus fluide possible.

Février 2021

Dans l’ensemble, le mois de février a été atroce : entre le deuil de mon grand-père et les assises, je n’avais pas du tout la tête à créer ou à écrire.

Mon cafard et moi
Vitraux de Jean Cocteau

Soutine

Seule source de joie en février : recevoir des cadeaux faits main de Hellgy et de Stella Polaris (NSFW).

Mars 2021

En mars, le ciel a commencé à s’éclaircir un peu.

Find the love

Suite de mes croquis dans mon autre carnet A4 à gribouillages, et dont le papier n’est pas adapté à l’aquarelle : cela me force à travailler aux crayons de couleur seulement, et j’aime beaucoup.

À droite, un dessin sur le thème « Fuck the clock », qui aurait dû me servir à illustrer mon billet sur la guerre du temps avant que je ne change d’avis.

À droite, un dessin inspiré de Fae.

La citation lisible sur le dessin est de James Marsters :

When you are doing anything in art, you got to find the love. It could be love denied, love twisted, it doesn’t need to be sweet, but you have to find the love.

Je traduis :

Quoi que tu fasses en art, il faut trouver l’amour. Cela pourrait être de l’amour nié, de l’amour tordu, il n’est pas nécessaire que ce soit doux, mais il faut trouver l’amour.

Bien sûr, cela peut faire sourire que j’aie choisi une citation de l’acteur qui interprète Spike dans Buffy, et qu’en plus il parle de « love denied, love twisted », c’est-à-dire l’ADN de la relation entre Buffy et Spike.

Au-delà de ça, cette citation m’a marquée et j’y repense souvent : quoi que l’on fasse dans la vie, et a fortiori quand on a des velléités créatives, il nous faut trouver l’amour pour nous connecter aux autres, même (et surtout ?) si c’est un amour douloureux.

L’art m’a souvent aidée à exprimer des choses que je ne pouvais pas dire, et à soigner des plaies que le contact avec autrui ne faisait que rouvrir.

Carnet de croquis et aquarelle

En parallèle, reprise en douceur du dessin et de l’aquarelle dans mon carnet de croquis aquarellable A4 Moleskine.

Carnet de croquis

J’en ai profité pour tester les échantillons PrimaTek de Daniel Smith que j’avais en stock.

Daniel Smith Extra Fine Mineral Marvels

Cette petite boîte contient 36 échantillons de peinture sous forme de 4 « points » (dots en anglais) par feuille. C’est économique si vous peignez peu, pour rehausser des carnets, du lettering, etc. d’une aquarelle un peu magique (certaines nuances scintillent).

Le rendu est souvent assez granuleux, donc il faut aimer. Personnellement, J’ADORE (l’aquarelle lisse me fait bayer aux corneilles).

Bambichoses

J’ai créé un cadeau fait maison pour Amélie alias Bambi, au moment de lui envoyer un kilo de fournitures créatives inutilisées au profit de l’association REEL (Recherche à l’École pour Écrire et Lire), pour laquelle elle travaille.

Inspirée par sa vidéo sur le tarot créatif, j’ai peint un sous-bock chipé dans quelque obscur troquet, et j’ai collé des trucs dessus. Ça m’a pris une heure et ça m’a bien vidé la tête.

Outre ça, ça a été l’occasion de méditer sur la joie et la gratitude que je ressens d’avoir rencontré des personnes comme Amélie grâce au Net.

Avril 2021

Je suis très sensible à la météo, aussi le retour du printemps m’énergise toujours beaucoup. En conséquence, la Source a recommencé à couler dru au mois d’avril.

À gauche, croquis pour tenter de déterminer les couleurs avec lesquelles j’allais peindre des portraits dessinés l’an dernier. À ce jour, je n’ai toujours pas terminé la peinture finale ; mais j’ai tenté de les graver, et je vous montre ça un peu plus loin.

Le dessin de droite quant à lui est inspiré par un pinson que j’ai retrouvé mort au pied de notre perron.

Je l’ai trouvé tellement joli, avec son ventre roux et ses petites pattes noires crochues… Au risque de passer pour cette personne flippante que vous allez juger, sur mon ordi j’ai un dossier plein de photos d’oiseaux morts dans des poses plus ou moins poétiques. Peut-être en ferai-je quelque chose un jour.

Pâte à sel

À la faveur d’un crafternoon en ligne, je me suis essayée à la pâte à sel, un médium que je n’avais plus tâté depuis ma prime enfance.

M’essayer au modelage était vraiment chouette, m’apportant une sensorialité très différente par rapport à la peinture ou à la gravure.

Une fois les pièces cuites, j’avais l’intention de les peindre, mais je n’en ai rien fait et depuis elles prennent la poussière quelque part…

Prochaine étape : essayer la « porcelaine froide », qui ne nécessite pas de cuisson contrairement à la pâte à sel.

Charge mentale

Inspiré par Conkunction, ce grand dessin occupe une double page de mon carnet A4, ce qui donne donc un format A3.

Ce dessin a eu un succès inhabituel sur Instagram ; vous avez même été plusieurs à me demander des tirages, ce qui m’a beaucoup flattée.

Je n’ai pas encore de scanner A3 qui me permettrait de numériser ce dessin proprement pour envisager un tirage pour l’instant, mais je m’en achèterai peut-être un cette année.

Du coup, si vous avez des modèles ou marques de scanner A3 à me conseiller, ça m’intéresse !

Zine

Rozenn alias Miss Pakotill et moi avons aussi avancé sur notre zine à l’occasion d’un crafternoon par visioconférence. On y met tout ce qu’on aime et on trépigne de pouvoir partager ça avec vous !

Le sceptre de Buffy.

Inspirations

De bien jolis mois au printemps, le réveil de la végétation et les créations de mes adelphes m’aidant à m’évader en pensée du quotidien et à remplir mon réservoir à inspiration.

Mai 2021

Malgré des journées interminables, j’ai réussi à produire 2-3 trucs.

Sirènes

Nouveau crafternoon, nouvelle page dans mon carnet à peinture : cette fois un trio de sirènes et autres créatures aquatiques, en me forçant à utiliser une dominante jaune, à l’opposé des tons que j’emploie d’ordinaire.

Autres dessins et peintures

Pêle-mêle, d’autres projets ponctuels ou encore en cours.

Échantillonnage

J’ai aussi continué à échantillonner les aquarelles Daniel Smith sur un autre type de feuille « dots ».

C’est pratique pour visualiser les nuances en un clin d’œil. Et il y a suffisamment de peinture dessus pour les tester sur de petits projets.

J’ai aussi fait sécher plusieurs nuances issues de tubes dans des demi-godets, initialement pour les ajouter à mes palettes (plus pratique pour moi que de manipuler les tubes à chaque fois que je peins).

En fin de compte, je les ai offerts, mais j’en referai, car je voudrais me constituer une palette 100 % Daniel Smith. Les palettes que j’utilise d’habitude sont composées uniquement de nuances Winsor & Newton, d’excellente qualité, mais qui sont plus classiques et lisses. Elles m’inspirent un peu moins maintenant, même si je vais continuer à les utiliser mais toujours en complément d’autre chose.

Et pour clore le chapitre « granulation fan », j’ai très hâte de tester les aquarelles ultra granulantes de Schmincke que m’a offertes Stef ! /insérer une danse de la joie ici

Schmincke Horadam Aquarell

Juin 2021

Peindre en extérieur

Peu de choses égalent le fait de peindre en extérieur ; c’est un plaisir et un privilège que je découvre depuis que nous avons un jardin. Un peu comme si l’imagination circulait plus facilement, plutôt qu’enfermée.

Boîte magique

Je ne pouvais pas ne pas partager la sublime boîte que Rozenn a peinte et qu’elle m’a offerte :

Que dire ? Je l’adore, et oui, les amitiés nées sur Internet peuvent perdurer et se renforcer intensément dans la vie réelle — mais qui en doutait ? 💜

Juillet 2021

En juillet, j’ai acheté une petite presse pour gravure taille-douce, que j’ai trouvée sur Le Bon Coin : c’est une Fome Basic 3622 (format A5).

Je l’ai testée pour la première fois avec trois plaques de Tetra Pak sur lesquelles j’avais gravé les fameux personnages (dont Dolly Wood) du fameux dessin sur lequel je tortille depuis plus d’un an, entre aquarelle et gravure. Appelons-le « la triade ».

Je ne me suis pas facilité la tâche (pour changer ! Oh, wait…) en gravant 3 plaques différentes censées s’imbriquer les unes dans les autres.

Bon, clairement l’emboîtage et le calage c’est pas encore ça, mais je trouve que ces débuts sont encourageants et je continuerai plus tard pour en faire de vrais, beaux tirages.

Améliorer la presse

J’ai regardé et lu pas mal de tutoriels pour prendre en main cette presse taille-douce qui est très basique et dont les réglages sont imprécis as fuck.

À ce sujet, le billet Un an (et demi !) de linogravure, un bilan de Joh Peccadille m’a particulièrement nourrie, en particulier le chapitre « Trucs et astuces matos et technique : les leçons d’un an (et demi !) de linogravure ».

Joh conseille par exemple de personnaliser le plateau (image JPG) pour mieux caler la feuille et la matrice, avec des repères et des guides.

Je cherche encore des infos ou des exemples plus précis pour savoir quelle hauteur de guides prévoir, leur matière, etc. Si vous avez des retours d’expérience à ce sujet, je suis très preneuse. Sinon, j’expérimenterai en mode yolo, comme d’hab.

Et la linogravure ?

Un mot à propos de la linogravure, car dès que je parle de gravure sur Tetra Pak, on me demande 9 fois sur 10 si je vais faire de la linogravure. 😅 (C’est gentil et tout hein, c’est juste que ça me surprend à chaque fois.)

Alors : OUI, c’est prévu que je retente la linogravure, j’ai tout le matériel qui va bien en plus depuis que j’ai acheté des gouges de meilleure qualité, en suivant un bon conseil d’Hellgy.

Néanmoins, mes tout premiers essais en linogravure avant ça ont été assez nuls : souvenons-nous par exemple de ce tampon encreur lunemauvien suédé.

J’ai donc une petite résistance à m’y remettre et à re-foirer, même si c’est précisément pour cette raison qu’il sera intéressant de réessayer, car ce n’est qu’en se plantant qu’on apprend, n’est-ce pas ?

Du reste, ce qui m’intéresse beaucoup dans la linogravure c’est le fait d’avoir des matrices solides et durables, réutilisables environ 1000 fois, d’après TANX. Cela me vend du rêve, car j’ai l’habitude d’utiliser des plaques de Tetra Pak, beaucoup plus fragiles et éphémères.

Premier essai de linogravure ! *fière*

Août 2021

L’Antichambre

Parlons un peu blog maintenant. En août, j’ai mis en place une nouveauté importante par ici : l’Antichambre.

L’Antichambre consiste à publier des billets « secrets » sur mon blog. Pour pouvoir les lire, il est nécessaire de s’abonner à mon blog par e-mail ou avec RSS.

Les billets secrets de l’Antichambre ne s’affichent pas sur la page d’accueil de mon blog ni dans les archives, et il n’est pas non plus possible de les trouver en faisant une recherche.

Bref, il est nécessaire de s’abonner à mon blog pour pouvoir lire les billets secrets, ce que je vous encourage à faire si vous aimez ce que je publie d’habitude :

Ces abonnements sont gratuits et vous pourrez vous désabonner réellement à tout moment si vous le souhaitez.

Pourquoi des billets secrets ?

Le fonctionnement de l’Antichambre sert à 3 choses :

  • récompenser celleux parmi vous qui continuent à lire des blogs et les aiment au point de s’y abonner ;
  • dévaluer les réseaux sociaux comme source de contenu principale ;
  • m’obliger à créer une illustration originale pour chaque nouvelle publication.

Par exemple celle-ci, qui ne me plaisait pas forcément des masses de prime abord :

Du coup, comme il pleuvait, j’ai laissé ce dessin dehors, sous la pluie, pour m’en remettre à ce que la nature déciderait d’en faire :

Ce sont ainsi succédé quelques aller-retour dehors/dedans à la faveur d’une averse, le temps de laisser la pluie faire son office, puis au dessin le temps de sécher.

Puis je sortais à nouveau le photographier, avant de le laisser une nouvelle fois sous la pluie, dont le débit variait, métamorphosant la chose un peu plus à chaque fois.

Voir la texture des crayons aquarellables se métamorphoser à vue d’œil était passionnant :

J’aimerais continuer à expérimenter et à faire évoluer certaines œuvres au contact de la nature (pluie, vent, soleil, compost, mousses, moisissures, etc.).

En particulier, j’ai très envie d’essayer la méthode des « Eco prints » que j’ai découverte grâce à Sue Brown, une artiste anglaise très prolifique dont les expérimentations m’inspirent beaucoup (imprimer avec des objets rouillés, anyone ?).

Typiquement le genre d’activité qui, si je prends le coup de main, ferait une bonne activité lors d’un atelier créatif féministe (j’y pense, j’y pense).

Edith : grâce à Claire des Bruyères, j’ai découvert que l’inventrice des eco prints s’appelle India Flint (ne manquez pas sa galerie Instagram), qui en fabrique depuis 30 ans. Elle anime parfois des stage en Bretagne à l’invitation de Claire, et propose aussi un cours en ligne dédié.

BREF – back to the dessin : une fois qu’il a séché, j’ai dessiné à nouveau dessus, en tournant la feuille à 180 degrés, pour obtenir un second résultat.

C’est une bonne métaphore de ce que j’ai l’intention de faire dans l’Antichambre : publier des billets un peu plus expérimentaux et un peu plus personnels que mes billets publics.

Et ça fonctionne : entre août et novembre, j’ai publié 5 billets dans l’Antichambre, soit près de 40 % de ma production bloguesque en 2021. C’est loin d’être anodin !

Paradoxe

Grâce au fonctionnement de l’Antichambre, je retrouve une relative liberté de ton et d’expression qui, mine de rien, commence à se raréfier au fur et à mesure que l’audience de mon blog augmente.

C’est ça, la difficulté inhérente de ma pratique bloguesque : le paradoxe entre un besoin d’exploration intime versus un besoin de reconnaissance.

À chaque fois que mes blogs successifs ont commencé à attirer un peu trop de monde, je les ai délaissés.

Mais j’ai quand même envie que La Lune Mauve continue à grandir, parce que les rencontres et les découvertes que ce projet me permet de faire m’enrichissent énormément.

Aussi, comment réconcilier ces deux tendances sans vider mon cher « journal extime » de sa substantifique moelle ?

L’Antichambre est une réponse : réserver des textes et des créations aux personnes qui répondent présentes quoi qu’il arrive, qui sont capables de lire entre les lignes et qui prennent ce que je crée assez au sérieux pour se donner la peine de s’abonner.

Humides

Rebelote dans l’Antichambre, peu de temps après l’avoir créée : quatre dessins pour illustrer un billet très personnel à l’aide de serpent·es, sirènes et autres créatures aimant l’humidité/aimants à humanité.

Une astuce qui m’aide à dessiner quand je ne me sens pas trop inspirée : sur une nouvelle page d’un carnet (de préférence A4), je trace plusieurs cases. Et je commence à dessiner dedans.

Je ne sais pas pourquoi, mais je ne peux pas résister au fait de remplir une case, un peu comme les chats qui ne peuvent pas ne pas rentrer dans un carton posé par terre.

Aligner plusieurs cadres sur la même page et esquisser des trucs dedans est aussi une méthode d’idéation efficace, dans la veine des « Crazy 8 » parfois utilisés en design UX.

Ainsi, quand je connais le thème sur lequel j’ai envie de dessiner, mais pas forcément la forme que ça pourrait prendre, je trace quelques cadres dans lesquels j’esquisse plusieurs versions de mon idée. Il y en a toujours une qui sort du lot : c’est celle-là que je développe ensuite.

Septembre 2021

Modeler le temps

Temps partiel

Début septembre, je suis passée à temps partiel. 🎉

Cela faisait longtemps que j’y pensais, et puis au printemps 2021, épuisée, je me suis dit que le moment était venu.

Mon travail salarié m’occupe désormais quatre jours par semaine au lieu de cinq.

Avoir 20 % de temps libre en plus dans ma semaine est un tel changement dans ma vie, si vous saviez. J’ai vite gagné en qualité de vie et en bien-être, et ma créativité est montée en flèche. (Je n’aurais pas pu faire Inktober sans ça.)

Je souhaite à tout le monde d’avoir plus de temps vraiment libre, c’est-à-dire du temps libre, sans travail et non parasité par la gestion domestique.

J’ai bien conscience que c’est un privilège de pouvoir choisir de moins travailler. Ce rythme de vie coûte cher : me concernant, cela représente environ une semaine sans salaire par mois.

Moi qui me suis longtemps auto-flagellée en blâmant mes soi-disant « flemme » et « procrastination », j’ai enfin compris que le problème du manque de temps est systémique et que les circonstances individuelles n’ont rien à voir.

Au contraire, toutes les personnes qui se plaignent de n’avoir le temps de rien — souvent des femmes (#ChargeMentale) — se cassent déjà maxi le cul à essayer de tout concilier.

« Hacker » mon quotidien

En parallèle à mon temps partiel, je continue à réorganiser mon quotidien pour créer davantage, en quasi permanence, et ne pas devoir attendre 6 jours avant de m’y remettre.

Pour moi, devenir artiste va de pair avec le fait de maintenir un effort créatif permanent qui s’inscrit dans la durée.

Le matin, je me lève 2 heures plus tôt pour ça, et le soir, je me couche 2 heures plus tôt pour compenser : j’ai de toute façon le cerveau grillé après une journée de concentration soutenue, mon métier salarié étant très cérébral.

Je suis une lève-tôt, donc me lever entre 5 h et 5 h 30 pour créer des trucs avant de commencer ma journée salariée ne me pose pas de gros problème.

Ceci dit, j’ai eu besoin d’un temps d’adaptation pour mettre cette routine en place, et certaines astuces m’ont simplifié la vie, notamment :

  • la veille, préparer mes fringues et débarrasser mon bureau en prévision de mes activités du lendemain ;
  • au lever, prendre ma douche tout de suite pour me réveiller ;
  • dans mon planning, établir un objectif pour chaque créneau de création. Je sais, dit comme ça, ça peut faire flipper, genre « miracle morning » et autres fantasmes néo-libéraux. Mais bien planifier m’aide énormément à ne pas procrastiner et à mieux mesurer l’avancement de mes projets ;
  • certains jours, me lever plus tard sans culpabiliser lorsque l’énergie n’est pas là ou bien, au contraire, lorsque je sais que je vais devoir en redoubler dans le cadre de mon métier (animation d’une formation professionnelle, par exemple).

En règle générale, mon temps partiel et ces « hacks » quotidiens me permettent de consacrer plus de 60 heures par mois à mes projets artistiques et d’écriture.

Jusqu’à présent, je n’avais jamais bénéficié d’autant de temps de création : quand je vois tout ce que j’ai réussi à produire, à planifier et à reprendre en main depuis septembre, je suis impatiente de voir ce que je réussirai à créer en 2022.

Octobre 2021

En octobre, ce fut Inktober ! J’ai consacré tout mon temps ce mois-là à InkToBreizh, l’Inktober breton et féministe que Marie-Morgane (alias Marius Heureux) et moi avons imaginé.

Nous avons créé 22 dessins sur 15 thèmes différents et, oh boy, était-ce intense.

Novembre 2021

En novembre, j’ai créé deux choses. La première est cette illustration d’un billet pour l’Antichambre, toujours avec recherche des « couleurs idéales » en tête :

Dull residue of what once was

La seconde est le motif de ma carte de vœux 2022, juste avant de la graver :

Décembre 2021

Cartes de vœux 2022

Une fois son motif déterminé, j’ai réfléchi à la forme qu’allait pouvoir prendre ma nouvelle carte de vœux.

J’étais sûre qu’il s’agirait d’une gravure, car c’est un médium que j’aime énormément et que j’ai besoin de pratiquer bien plus.

Spontanément, j’ai eu envie de graver sur du papier recyclé, car j’aime les imperfections et le côté aléatoire de ce type de support. J’ai donc commandé du stock chez Poussière d’Or sur Etsy.

Mais les coloris prune et framboise que j’avais commandés tiraient beaucoup plus sur le rose que le mauve, et étaient même très, très roses… Vous voyez, le rose si caractéristique des feuilles de PQ ? Bah… voilà.

J’ai donc décidé de teindre chaque feuille avec des encres acryliques, histoire de dissiper tout doute sur l’origine du papier. 😬

Teindre du papier recyclé

Pour teindre le papier recyclé, je prépare deux « bains » colorés. Je choisis des couleurs complémentaires d’un point de vue chromatique pour créer une démarcation nette entre les deux parties.

Ensuite, je trempe une partie de chaque feuille dans le premier bain, avant de tremper l’autre partie dans le second bain.

Entre chaque trempette, je rajoute quelques gouttes d’encre sans la diluer à la surface de chaque bain avant d’y tremper la feuille. Cela permet d’obtenir un effet de marbrure qui s’imprègne tout de suite dans le papier. L’effet aléatoire est très cool et me ravit au plus haut point.

Il est impératif de bien laisser sécher chaque feuille avant de l’utiliser pour faire un tirage, autrement le papier tend à coller à la plaque pleine d’encre et c’est un désastre, croyez-en ma pénible expérience.

C’est l’inverse ce que l’on conseille pour faire des tirages sur du papier traditionnel, où on a au contraire intérêt à l’humidifier pour que le motif de la gravure s’imprègne mieux. Mais sur du papier recyclé épais comme ça (250 g/m2 et plus), je déconseille de faire pareil.

Tirages et résultat

Après une dizaine d’essais foireux, le temps de trouver le truc, j’ai pu commencer les tirages définitifs.

Le résultat est très joli, mais alors, qu’est-ce que c’est pénible à fabriquer !

Les matrices en Tetra Pak que j’utilise avec ma machine à pâtes sont fragiles et deviennent inutilisables au bout d’une douzaine de tirages. (Mais peut-être que je m’y prends comme un pied, c’est possible aussi.)

Matrices en Tetra Pak

Au final, chaque carte est unique, chacune a sa personnalité et je suis très contente du résultat même si je m’en veux un peu d’avoir opté pour un projet aussi délicat et chronophage.

En tout, je prévois de produire environ 45 cartes, histoire de bien en baver jusqu’au bout. La première moitié a déjà été envoyée, ouf ; quant à la seconde, elle est en cours de fabrication et sera écrite et envoyée courant janvier, en espérant que je ne finisse pas en PLS sous mon bureau d’ici là.

Côté affranchissement, j’ai opté pour des timbres étoilés pour la France.

Zine

En décembre, j’ai aussi continué à dessiner pour notre zine, car j’ai pris beaucoup de retard.

C’est cool de reprendre un type de dessin très réaliste, tout en noir et blanc, et exclusivement au feutre Micron.

Pas d’aquarelle, pas de couleur… Cela me permet de me concentrer sur la forme, les motifs et les textures, et de créer quelque chose qui me paraît plus abouti que bien d’autres projets que j’ai pu réaliser.

Bilan bloguesque

Pour terminer ce bilan, mini compte-rendu de ce qui s’est passé sur mon blog en 2021, car mine de rien ça occupe une bonne partie de mon temps libre.

Pour redonner un peu de contexte : en 2020, je n’avais publié que 8 billets de blog.

Virevoltant

En 2021, je suis heureuse d’avoir écrit davantage : j’ai publié 13 billets, dont 5 billets pour l’Antichambre. Du côté des billets publics, il y a eu :

  • 3 billets créatifs ;
  • 3 billets introspectifs ;
  • 1 seule revue de web : je rêve de pouvoir en proposer une par mois, mais disons qu’une par trimestre serait déjà bien cool ;
  • 1 seul billet voyage/curiosités sur les boîtes à crânes. Il a pas mal tourné et ça m’a fait plaisir, car ça a été un gros boulot de recherches et de rédaction. Cerise sur le kouign-amann : ce sujet a aussi été l’objet de ma toute première publication sur Atlas Obscura😎

Regrets

Je n’ai cependant pas réussi à commencer ou à terminer l’écriture des gros sujets qui me pendent au nez, à savoir : mon expérience de jurée d’assises, l’achat de notre maison, le black metal féministe ou encore l’Ankou en Basse-Bretagne.

De plus, je regrette beaucoup de n’avoir publié AUCUN Post Mortem culturel cette année.

C’est une immense déception, étant donné qu’il y a pas loin d’une centaine d’albums, de livres et de séries que j’aurais aimé partager avec vous. Le souci, c’est que préparer ce type de billet-là me prend énormément de temps. ☹️

Or, aujourd’hui, le dessin et mes projets créatifs sont devenus ma priorité. Au risque de le dire un peu crûment, je priorise désormais l’avancement de mes projets artistiques et plastiques plutôt que la promotion du travail d’autrui.

En effet, la curation est un travail ingrat. La curation menace la création. Aussi, quitte à être inconnue au bataillon et ne bénéficier d’aucune reconnaissance, autant faire un truc qui m’excite un peu plus et me fait directement du bien.

Cela ne veut pas dire que je ne parlerai plus de musique ou de livres sur mon blog : c’est impensable ! Mais j’ai besoin d’alléger le format de mes Post Mortem si je veux réussir à publier au moins un best of par trimestre, et ce sans sacrifier mes autres projets.

Alléger, simplifier, raccourcir… Difficile pour moi, car j’aime bien faire des recherches, aller au fond des choses et donner du contexte sur les œuvres que je présente.

Playlists

Bref, en attendant de trouver une solution, je commence à compiler chaque mois une playlist lunemauvienne sur Spotify. C’est assez doom et metal dans l’ensemble, mais il y a aussi régulièrement des titres plus calmes, pop ou folk. Sont déjà à l’écoute pour votre plaisir ma playlist de novembre et ma playlist de décembre.

En complément, sur Twitter, je partage de temps en temps mes coups de cœur musicaux avec le hashtag #PlaylistMauve.

Vous pouvez aussi vous abonner à mon profil Spotify pour vous abreuver de musiques sombres sans attendre la Saint-Glinglin.

Engagement

Côté engagement, cette année la communauté lunemauvienne a continué à s’étoffer, et cela m’a beaucoup motivée, en particulier dans les phases de moins bon.

  • Abonnements à mon blog par e-mail : +50 %. L’Antichambre porte ses fruits, et ce regain d’attention pour mon blog me fait bien plaisir. La logique voudrait qu’à l’avenir j’enrichisse encore cette newsletter pour susciter plus d’abonnements et d’interactions ; je verrai ça plus tard.
  • Abonnements à mon blog avec RSS dans Feedly : +23 %. Difficile d’obtenir d’autres statistiques sur l’engagement par RSS, étant donné la diversité des agrégateurs RSS qui existent. Mais ça donne une idée.
  • Instagram : +21 %, avec un coup de boost prévisible en octobre pendant Inktober.
  • Twitter : +11 %. Résultat un peu décevant, car je m’efforce de publier sur Twitter des contenus globalement inédits. Je me plains du manque d’interactions là-bas, tout en ne voulant pas y investir plus de temps : donc, forcément, ça stagne. Est-ce grave ? Non, pas à ce stade.
  • Facebook : −2 %. Étant donné que cette plateforme tue dans l’œuf les contenus non monétisés, je ne peux pas lutter. Sans rancune, Facebook est en perte de vitesse de toute façon. De plus, c’est un endroit où je ne me suis jamais sentie à l’aise : le mélange pro/perso, je pense.

Ces chiffres confirment qu’il n’est possible d’augmenter sa communauté sur une plateforme donnée que si on y consacre un temps et des contenus dédiés, faute d’argent. Or, je suis toujours aussi mal à l’aise à l’idée d’offrir sur un plateau mes précieux « contenus » aux géants du web.

Je suis aussi témoin de pas mal de cas de burn out numériques de la part d’illustrateurices et artisan·es qui publient sur Instagram tous les satanés jours : cela me désole autant que cela me terrorise.

Je ne veux pas prendre le risque de revivre ça, et je refuse de céder à la pression à la visibilité que ces plateformes imposent. Le rythme qui serait nécessaire pour que mon travail soit remarqué ne me semble pas sain ni tenable dans la durée.

Conclusion et perspectives pour la suite

Concluons brièvement mais gaiement ce bilan créatif !

En 2021, malgré les difficultés et épreuves auxquelles j’ai dû faire face :

  • j’ai réussi à dessiner, à peindre et à graver à peu près régulièrement, et cela m’a apporté beaucoup de joie ;
  • j’ai réduit mon temps de travail et augmenté mon temps de création, ce qui m’a permis d’améliorer ma qualité de vie et de créer davantage ;
  • j’ai un peu plus blogué qu’en 2020 et lancé l’Antichambre pour récompenser celleux parmi vous qui lisez mon blog avec assiduité.
Bureau d’artiste

En 2022, voici ce qui devrait et pourrait se passer :

  • une de mes illustrations va être utilisée comme couverture d’un super projet, et cela me rend *très fière* : il s’agit du Mini Polysème #14 dédié à la poésie queer, lesbienne et féministe, édité par l’association Polysème Magazine. 64 pages, 31 artistes, version papier 10€, version numérique 4€. Soutenez-les si vous le pouvez !
  • terminer et publier le zine créé avec Rozenn + tenter de faire éditer l’InkToBreizh créé avec Marie-Morgane ;
  • continuer la gravure et l’aquarelle, retenter la linogravure + prendre en main ma nouvelle presse A4 ;
  • fabriquer mon propre papier recyclé, essayer la teinture végétale + apprendre à monter des vidéos ;
  • réussir à écrire et publier un à deux billets de blog par mois + adapter mes revues de web et mes Post Mortem à un rythme trimestriel ;
  • écrire le pitch et le sommaire de mon livre sur les curiosités bretonnes.

J’en profite pour vous remercier à nouveau d’être là, de près ou de loin ; de lire mes tartines et d’y réagir avec beaucoup de gentillesse ; de prendre la peine de laisser des commentaires ou de m’écrire un e-mail même si je mets des plombes à répondre ; de partager mes billets et mes créations autour de vous ; de m’envoyer du soutien et de la force quand je me fantômise à vue d’œil ; d’être vous et d’être chouettes, tout simplement.

Marie

Déjà 28 commentaires

  1. Bonjour Marie !
    Comme toujours, très chouette de lire (et de revenir sur) tout ce qui a été créé lors d’une période définie. Merci beaucoup pour ce partage d’expérience et de ressenti !
    Je rebondis sur ta question concernant le scanner A3. Je ne pense pas que ce soit nécessaire d’en acquérir un, surtout que ceux de qualité sont extrêmement onéreux. Un bon scanner A4 suffit, si on a Photoshop (je ne sais pas si d’autres logiciels proposent ce genre d’option). Je m’explique : tu scannes ton dessin morceau par morceau, en prenant une bande en commun pour les raccords : pour un format A3, il faut compter trois scans, pur un A2, c’est plutôt huit par exemple. L’important est de scanner l’intégralité du dessin, en plusieurs fois, et avec des espaces qui permettront le raccord. Quand tu as tous tes scans, tu files sur Photoshop : Fichier > Automatisation > Photomerge
    Une fenêtre s’ouvre, tu ajoutes tous tes scans , tu coches les 3 premières options en bas, et tu lances la machine. Photoshop va créer des masques de fusion et d’écrêtage et assembler tous tes scans en une seule image. Ca peut prendre un peu de temps, quand je lance la fusion d’un A2 j’ai bien le temps de me faire couler un café ou faire chauffer la bouilloire pour un thé. Quand Photoshop a terminé, tu as une image complète sur laquelle tu peux retravailler ensuite : retouches, recadrage, export sous différents formats, etc.
    Depuis presque 10 ans, je scanne et assemble mes dessins comme cela. J’ai un scanner A4 Canon Lide 220 qui fait un très bon rendu d’image (pour un scanner, il écrase un peu mais c’est logique), et je travaille essentiellement sur des formats supérieurs au A4. Aucun client ne m’a jamais repris sur la qualité de mes scans, et je peux faire de supers archives et impressions Fine Art grâce à ça. Acheter un bon petit scanner A4, si on a Photoshop, sera toujours mieux que de dépenser une fortune pour un scanner A3 médiocre.
    Sinon, il reste toujours la possibilité de se tourner vers un imprimeur, les bons proposent ce genre de service, mais ce n’est pas gratuit non plus…
    J’espère avoir pu t’éclairer, je file terminer ce billet, et te souhaite une douce fin d’année.

    Répondre

    1. Bonjour Séverine, je te remercie très sincèrement pour ton retour sur mon billet mais aussi pour tes conseils précieux sur Photomerge ! En effet, je ne m’en suis jamais servie, et pour l’instant ça ressemble un peu à de la magie noire dans ma tête. Je suis impatiente de pouvoir tester ça prochainement, merci beaucoup !

      Pour l’impression, tu gères ça aussi toi-même ou bien tu passes par un imprimeur ?

      Répondre

  2. Hello, merci à toi d’avoir pris le temps d’écrire ce billet. J’ai beaucoup aimé tes cartes postales de Janvier, elles me rappellent des éclats de Kreestal. Ta Triade est très belle et j’aime beaucoup le rendu de ta sirène jaune et bleue. Pour les Post Mortem ne t’inquiètes pas je crois que je n’ai pas encore eu le temps d’explorer tout ce que tu recommandais et je ne dois pas être le seul. Puis j’aime bien découvrir ce que tu crées toi.

    J’admire ta frénésie créative, tu vas finir par nous créer des livres en pop-ups dans pas longtemps à ce rythme. Petite question technique : pour le rendu granuleux de tes aquarelles ça ne marcherait pas d’ajouter du sable dans la peinture (voire des tous petits graviers)?

    Mon coup de cœur de l’année a été L’Année Suspendue de Mélanie Fazi (une autrice qui en plus d’avoir du talent est adorable en vrai), c’est une œuvre de non-fiction qui parle du fait de se découvrir autiste sur le tard. Je n’ai rien d’autre à en dire que lisez-le.

    A bientôt après la prochaine éclipse.

    Répondre

    1. Hello Ecklipse ! Merci beaucoup pour ton commentaire, et – oh, sympa ton nouvel avatar. 

      Pour les Post Mortem ne t’inquiètes pas je crois que je n’ai pas encore eu le temps d’explorer tout ce que tu recommandais et je ne dois pas être le seul. Puis j’aime bien découvrir ce que tu crées toi.

      Cela me fait chaud au cœur, merci ! Je m’attends toujours à ce que mes billets plus perso ou plus créatifs fassent des four — il faut dire que les statistiques de mon blog tendent à démontrer que mes billets bonnes adresses et revues de web ont davantage de succès ; mais bon, cela ne me décourage pas.

      J’admire ta frénésie créative, tu vas finir par nous créer des livres en pop-ups dans pas longtemps à ce rythme.

      Ahah, j’adorerais même si j’en suis encore loin ! Mais c’est vrai que créer en 3D m’attire de plus en plus. J’admire par exemple les dioramas de Gabrielle Aznar, et cela m’inspire à essayer quelque chose dans cette veine.

      Petite question technique : pour le rendu granuleux de tes aquarelles ça ne marcherait pas d’ajouter du sable dans la peinture (voire des tous petits graviers)?

      À supposer que l’on utilise une dose de peinture à part, consacrée à ce type de mélange avec des minéraux (et qu’on ne mette pas directement du sable dans un demi-godets par exemple, ce qui le ruinerait), oui, c’est envisageable.

      Le sable est en général très salé, or le sel a un pouvoir absorbant : en en ajoutant sur un lavis d’aquarelle encore humide, cela va créer des « vides » à chaque endroit où il y aura un grain de sable.

      Néanmoins, quand ça sera sec, les grains de sable ne tiendront pas et il faudra les épousseter (de préférence pas au-dessus d’un évier, pour ne pas boucher le canalisations).

      L’effet de texture des aquarelles granulantes se produit en général au moment de l’application ou du séchage ; je ne sais pas exactement à quoi c’est dû, je suppose que c’est une réaction chimique entre plusieurs pigments/composants (qui sont souvent issus du monde minéral, d’ailleurs).

      Mon coup de cœur de l’année a été L’Année Suspendue de Mélanie Fazi (une autrice qui en plus d’avoir du talent est adorable en vrai), c’est une œuvre de non-fiction qui parle du fait de se découvrir autiste sur le tard. Je n’ai rien d’autre à en dire que lisez-le.

      Merci beaucoup pour cette recommandation ! Je suis fan de ce qu’écrit Mélanie, et j’étais passée à côté de cette publication, donc tu fais très bien d’en parler.

      Répondre

      1. Bonsoir j’aime dévorer des cerveaux au petit-déjeuner mais uniquement ceux de personnes cultivées et intelligentes de préférence ce qui se fait rare ces derniers temps (je t’inscris sur ma liste d’attente? 😋 )Plus sérieusement j’aime beaucoup cette série surtout les deux première saisons je trouve que ça s’essouffle ensuite et la performance d’actrice est époustouflante. J’apprécie particulièrement Blaine dan la série et son partenaire dans le crime.

        Si j’ai bien saisi pour la granulation c’est une histoire de pigments qui se dissocient sous l’effet de l’eau et j’ai l’impression que la palette de couleurs est plutôt restreinte malheureusement. Le sable qu’on trouve en magasins de loisir créatifs ou celui qu’on utilise pour le flocage de socles de figurines ne règlerait pas ce problème de salinité? Maintenant j’ai envie de tester tes trucs bizarres sur mes figurines. Merci pour tes explications techniques.

        J’aime beaucoup ce que crée cette demoiselle également (elle est apparue au fil de mon facebook je ne sais trop comment mais je ne le regrette pas, elle m’énerve profondément à être aussi douée de ses mains en revanche comme toi d’ailleurs). Si tu ne la connais pas déjà voici une des ses œuvres sur youtube

        Bientôt un livre en pop-up sur l’Ankou alors?

        J’aimerais bien que Lady Fazi nous écrive un nouveau recueil de nouvelles lorsqu’elle trouvera le temps et l’inspiration. Je te conseille de lire Nous qui n’existons pas auparavant cependant.

        A la prochaine éclipse

  3. faerieMoonlight

    30 décembre 2021

    Wow wow wow et re-wow !
    pleins de couleurs, de textures et de techniques différentes dans tes travaux de 2021, c’est stimulant à voir ! je reste très admiratif pour le temps, l’énergie et la générosité dont tu fais preuve dans tes démarches. Perso, je constate un bond énorme dans la qualité de ton taff, et c’est bien appréciable !
    Avec une pote, depuis septembre, nous nous sommes replongé.es dans « the artist’s day » et ça a réveillé pas mal de choses, comme à chaque fois. Mais que la trad française est mauvaise ! Le simple fait de relire collectivement ce bouquin, ça te reconnecte avec tes rêves et tes désirs.
    Cependant, ça reste difficile de s’ancrer dans le réel pour prendre les meilleures décisions pour son taff, sa santé, sa vie quoi… Tout nous pousse à faire exactement le contraire.
    Merci pour cette tartine de bonne vibes ! que 2022 vous soit inspirante et chatoyante à tou.tes !

    Répondre

    1. Merci infiniment, toi 💜 Tes encouragements ont beaucoup de valeur à mes yeux.

      Avec une pote, depuis septembre, nous nous sommes replongé.es dans « the artist’s day » et ça a réveillé pas mal de choses, comme à chaque fois. Mais que la trad française est mauvaise ! Le simple fait de relire collectivement ce bouquin, ça te reconnecte avec tes rêves et tes désirs.

      Je trouve ça super de (re)lire un livre à plusieurs ! Cela fait longtemps que je ne m’y suis pas replongée, je vais aller le chercher dans ma bibliothèque et le poser négligemment sur mon bureau pour y picorer de temps en temps.

      Cependant, ça reste difficile de s’ancrer dans le réel pour prendre les meilleures décisions pour son taff, sa santé, sa vie quoi… Tout nous pousse à faire exactement le contraire.

      Oui. Et là je pense très fort au titre du dernier bouquin de Tori, Resistance : plus le temps passe, plus je vois l’art comme un moyen de résister à la société fascisante dans laquelle on doit vivre.

      Répondre

  4. Merci pour tout tes partages ! Qu’est-ce que c’est inspirant ! En te lisant, je réalise que je souhaite être plus créative alors merci. Je viens de compléter un an de mon challenge 1 dessin par jour, lancé par une amie. Partant de rien niveau expérience, je ne fais pour l’instant que recopier des dessins que j’apprécie sur Pinterest mais quel plaisir !
    Bonne transition vers 2022

    Répondre

    1. Merci de tout cœur, Morgane ! Rien ne me fait plus plaisir que savoir que ce que je partage puisse te donner envie de continuer sur ton chemin créatif ! C’est la meilleure chose.

      Je viens de compléter un an de mon challenge 1 dessin par jour, lancé par une amie.

      Félicitations ! Je trouve ça très difficile, comme défi. Je suis admirative.

      Partant de rien niveau expérience, je ne fais pour l’instant que recopier des dessins que j’apprécie sur Pinterest mais quel plaisir !

      Personne ne sait tout dessiner, c’est un mythe ! S’inspirer de ce qui existe est naturel. Je ne sais pas si tu avais vu passer ces conseils de Cy, mais elle en parle et elle explique qu’elle prend ses propres photos de référence sur lesquelles elle s’appuie ensuite pour dessiner.

      Construire progressivement sa propre base de références me semble intéressant ; ça reste unique car c’est à toi. Néanmoins, Pinterest me débloque souvent aussi ! Et on est loin d’être les seules. Il me semble que dans une vidéo, Marie Boiseau en parlait aussi.

      Répondre

  5. Merci pour cette rétrospective complète et bien détaillée, qui montre ton évolution et tes créations. J’aime ce que tu fais et les teintes que tu utilises. Tu as de beaux projets.
    Je te souhaite, pour cette nouvelle année, une âme créatrice à n’en plus finir, à n’en plus dormir, à ne plus savoir qu’en faire…
    Merci pour tout ce que tu m’as fait découvrir :)

    Répondre

    1. Merci de tout cœur, Véronique ! Je suis touchée par tes vœux. Que 2022 soit tranquille, lumineuse et créative pour toi aussi !

      Répondre

  6. Que de beauté et de créativité ! Lire tes bilans créatifs est toujours une immense source d’inspiration. Je suis ravie de voir que tu peux désormais créer davantage à la faveur du temps partiel. Je n’ose imaginer tout ce que tu produirais si tu étais artiste à temps plein ! Je te souhaite une très belle année créative et lumineuse, remplie de recherches, de tâtonnements et de beaux projets.
    PS : merci d’avoir inclus ma petite carte à ce bilan :)

    Répondre

    1. Merci infiniment Audrey !!

      Je n’ose imaginer tout ce que tu produirais si tu étais artiste à temps plein !

      Ahah moi non plus ! Bon, même si j’aurais sans doute plein d’autres tâches annexes à réaliser.

      Je ne te souhaite pas mes vœux ici car — oh wait, tu sauras vite pourquoi. 💌

      Répondre

  7. Coucou,
    et Bonne Année !

    Quel plaisir de voir quelques pages de tes sketchbooks ! S’il y a bien une chose que j’aime découvrir chez ceux qui pratiquent le dessin, c’est ça.
    De mon côté, je n’ai encore jamais vraiment réussi à en produire un, car je ne dessine pas encore dans l’optique de travailler/faire des recherche sur un thème. Mais pour cette année, je compte justement changer cela, avec enfin une véritable envie en tête.
    Parallèlement, j’ai deux façons de dessiner : l’une pour exprimer un sentiment passager et difficile à vivre sur un instant T (hypersensibilité – en soi, ce moyen est pour moi tellement plus efficace que d’écrire des mots !), ou au contraire, un moment agréable que je souhaite sauvegarder et qui s’opère alors dans une certaine spontanéité de traits et de couleurs.
    Dans l’autre cas, parce que la découverte de « mes quatre couleurs symboliques », m’a, un jour, fait prendre mon pinceau, mon encre de chine et mes quatre Néocolor et fait découvrir des choses que je n’avais pas préalablement pensées. Un état de concentration menant à des images imprévues. J’essaie d’en faire régulièrement et, petit à petit, je me rends compte qu’il y a des motifs qui reviennent, mais pas forcément tracés de la même manière. J’espère restée sur ce chemin un petit bout de temps encore (ces derniers temps je me sens bizarrement distante avec cette voie là lorsque je la pratique et je trouve d’ailleurs que les images produites s’éloignent de la simplicité de celles du début).
    Pour moi, la pratique artistique est donc quelque chose qui fait du bien. Je n’avais, en revanche jamais pensé la chose dans la recherche de l’amour. (Ou alors, à mon insu ?)

    Pour revenir à tes sketchbooks, penses-tu réaliser des vidéos pour nous les montrer un jour ? C’est un peu osé de demander ça, mais bon…

    Sinon, j’ai hâte que tu testes la porcelaine froide et que tu nous montres tes productions, que tu nous dises ton avis. J’en ai déjà entendu parler, mais je n’ai pas encore creusé plus que ça. J’ai d’ailleurs fait de la poterie pour la première fois il n’y a pas longtemps. On a utilisé de l’argile qu’on a moulée à notre souhait. Qui à ensuite été cuite, puis peinte, puis recuite. Et bien, à mon grand étonnement, je n’ai pas du tout aimé. Enfin, c’est surtout le modelage que je n’ai pas aimé. Alors que j’ai toujours été attirée par la poterie. Je suis d’ailleurs très sensible à ce genre d’achat lorsque je voyage. Je pense qu’il faudra que j’en refasse cette année.
    J’ai également fait un stage découverte en sérigraphie, pour pouvoir et comprendre le procédé, et le comparer avec la linogravure. Je n’ai pas aimé non plus. C’est dire, on peut croire des choses dont la pratique n’est pas du tout en « feeling » avec nous-mêmes finalement. Les attirances sont parfois trompeuses…
    Et concernant la lino, je n’arrive pas à m’y remettre. Je crois que j’ai besoin de produire quelque chose qui fait sens aujourd’hui, et non plus quelque chose que je pense suffisamment joli pour être reproduit.

    Concernant l’aquarelle, je vois que tu as découvert les Daniel Smith ^ ^. Je me disais justement qu’il fallait que je t’en parle. J’ai vu ça il y a deux mois à Dalbe, j’en suis pas revenue de voir des couleurs métallisées pareilles. Ceci dit, je n’en ai pas acheté, j’ai eu le sentiment que ça ne collait pas avec les couleurs franches que j’utilise, ni avec mon univers finalement.
    De mon côté, la marque d’aquarelle que je préfère c’est Sennelier. Parfois, je trouve que leur densité et leur texture se rapproche un peu de celle de la gouache, quel bonheur !

    J’ai pu lire dans ton article que tu souhaitais « devenir artiste », et je me demandais ce que ça signifiait pour toi.

    Enfin, j’ai hâte de découvrir tes billets de cette année. Et même si tu ne parviens pas à en produire autant que tu le voudrais, ne va pas te m’être la rate au court bouillon. C’est important de rester dans le plaisir sain et de ne pas basculer dans une forme d’esclavage et de stress. A te lire, je vois que tu le sais, mais sache qu’on est plusieurs à comprendre aussi.

    A part ça, j’irai avec plaisir découvrir ton compte Spotify (j’espère juste que mon portable va finir par reconnaître mon enceinte via Bluetooth un jour… depuis quelque temps, ça ne veut plus fonctionner, je ne sais pas pourquoi :'( . )

    Pour terminer, je nous souhaite beaucoup, beaucoup de bonheur à toutes et à tous pour 2022.
    (Même si je n’y crois pas du tout, j’ai envie d’apprendre à passer au-dessus ce que je sens qui nous attend.)

    Des bisous tout doux

    Répondre

    1. Chère Héloïse,

      Merci infiniment pour ton long et bon commentaire, si détaillé et si intéressant ! J’ai le sentiment que nous pourrions discuter des heures autour d’une boisson chaude à propos de tout ça, ça me fait rêver ! ahah

      Je suis intriguée par ce que tu dis à propos de tes 4 couleurs symboliques… De quoi s’agit-il exactement, comment les as-tu définies ?

      Pour revenir à tes sketchbooks, penses-tu réaliser des vidéos pour nous les montrer un jour ? C’est un peu osé de demander ça, mais bon…

      Oh non ce n’est pas osé, je trouve ça cool de savoir le type de sujets qui t’intéresseraient ! Je note précieusement l’idée, car réaliser des vidéos est quelque chose à laquelle j’aimerais m’essayer cette année. Tourner des pages ne me semble pas trop compliqué à filmer pour commencer en plus, donc qui sait ?

      Sinon, j’ai hâte que tu testes la porcelaine froide et que tu nous montres tes productions, que tu nous dises ton avis.

      Cool, merci ! Rien que le nom, « porcelaine froide », ça m’intrigue beaucoup. Je me demande si ça sera plus lisse que la pâte à sel.

      J’ai d’ailleurs fait de la poterie pour la première fois il n’y a pas longtemps. (…) Et bien, à mon grand étonnement, je n’ai pas du tout aimé. Enfin, c’est surtout le modelage que je n’ai pas aimé. (…)
      J’ai également fait un stage découverte en sérigraphie, pour pouvoir et comprendre le procédé, et le comparer avec la linogravure. Je n’ai pas aimé non plus. C’est dire, on peut croire des choses dont la pratique n’est pas du tout en « feeling » avec nous-mêmes finalement. Les attirances sont parfois trompeuses…

      Je trouve ça vraiment positif d’essayer plusieurs choses, c’est normal de ne pas accrocher à tout, et puis peut-être qu’un jour tu y reviendras, tu ne peux pas savoir. La sérigraphie fait partie des choses que j’ai envie d’essayer au moins une fois dans ma vie, mais j’ai l’impression qu’il faut un matos incroyable (et cher) pour s’y mettre…

      Concernant l’aquarelle, je vois que tu as découvert les Daniel Smith ^ ^. Je me disais justement qu’il fallait que je t’en parle. J’ai vu ça il y a deux mois à Dalbe, j’en suis pas revenue de voir des couleurs métallisées pareilles. Ceci dit, je n’en ai pas acheté, j’ai eu le sentiment que ça ne collait pas avec les couleurs franches que j’utilise, ni avec mon univers finalement.

      Je comprends, ce sont des aquarelles un peu particulières ! Cela dit, il n’y a pas que des nuances métallisées. Sur les photos que j’ai publiées dans ce billet des grandes feuilles « dots » tu peux apercevoir l’étendue des nuances que cette marque propose. Il y a vraiment de tout. Mais de toute façon c’est si cher que même si tu le souhaitais, ce serait probablement impossible de changer de marque du jour au lendemain.

      Perso, je fais ça progressivement. J’ai eu la chance qu’une amie chère, vivant aux USA, m’envoie une quinzaine de demi-godets qu’elle avait fabriqués pour moi avec des nuances DS qu’elle possède. Je les utilise encore ! Ça m’a permis de tester un peu. Petit à petit j’ai commencé à acheter celles qui me plaisaient le plus.

      De mon côté, la marque d’aquarelle que je préfère c’est Sennelier. Parfois, je trouve que leur densité et leur texture se rapproche un peu de celle de la gouache, quel bonheur !

      Ah ouais c’est intéressant aussi ! Je ne connais pas assez bien Sennelier mais ça me donne envie de tester davantage.

      J’ai pu lire dans ton article que tu souhaitais « devenir artiste », et je me demandais ce que ça signifiait pour toi.

      Créer en permanence, exposer, rencontrer des gens qui s’intéressent à ce que je fais, et peut-être en vivre (même si je sais que ça, c’est un métier à part entière).

      Enfin, j’ai hâte de découvrir tes billets de cette année. Et même si tu ne parviens pas à en produire autant que tu le voudrais, ne va pas te m’être la rate au court bouillon. C’est important de rester dans le plaisir sain et de ne pas basculer dans une forme d’esclavage et de stress. A te lire, je vois que tu le sais, mais sache qu’on est plusieurs à comprendre aussi.

      Ça me fait hyper plaisir de lire ça, merci beaucoup pour tes encouragements et ta bienveillance ! Ne t’inquiète pas, je pars toujours avec des ambitions immenses avant de réaliser très rapidement que ce n’est pas tenable. Je doute beaucoup pouvoir publier 2 billets par mois ; là en ce moment je suis en train d’écrire un billet pour l’Antichambre et ça me prend déjà tant de temps… Et encore je n’ai pas commencé l’illustration ! Si j’arrive à le publier avant la fin du mois je serai déjà contente !

      Mais je ne te cache pas que j’ai toujours un petit pincement au cœur quand je vois tout ce que j’arrivais à publier il y a 3 ou 4 ans. D’un autre côté, je ne peignais pas autant, donc forcément : on ne peut pas tout faire, ça s’équilibre naturellement.

      A part ça, j’irai avec plaisir découvrir ton compte Spotify (j’espère juste que mon portable va finir par reconnaître mon enceinte via Bluetooth un jour… depuis quelque temps, ça ne veut plus fonctionner, je ne sais pas pourquoi :'( . )

      Aww c’est pénible ça… J’espère que tu trouveras une solution, sans musique on n’est rien !!

      Pour terminer, je nous souhaite beaucoup, beaucoup de bonheur à toutes et à tous pour 2022.
(Même si je n’y crois pas du tout, j’ai envie d’apprendre à passer au-dessus ce que je sens qui nous attend.)
      Des bisous tout doux

      C’est adorable ! Merci ! Tous mes vœux pour toi également, avec beaucoup de créativité, de douceur, et d’intenses moments de déconnexion auprès de la mer ou des arbres. 💜

      Répondre

  8. Quelle frénésie, et puis toutes ces couleurs ! Tu es incroyable…
    C’est un plaisir de lire des billets si riches et si stimulants, et d’admirer tes si beaux dessins.

    Merci pour tous ces tests et partages.
    Les aquarelles granulées ou à autres textures me font de l’oeil autant qu’elles m’effraient. Je crains qu’elles soient un peu trop imprévisibles, mais je pense que c’est le principal but de l’exercice, non ?

    Oh, tout pareil concernant les croquis : j’ai aussi la manie de créer des cases (ou des grilles, ça marche aussi) comme des storyboards dans mes carnets. ça me permet d’avoir un aperçu global si je fais une série à thème et voir si tout est bien cohérent. Idem, je trouve les cases beaucoup plus facile à remplir.

    A force de teaser de façon si énigmatique le zine avec Miss Pakotill, je suis de plus en plus impatiente de découvrir ça !

    Je te souhaite une bonne année, de la sérénité et de l’inspiration dans ton quotidien et puis, pleins d’idées nouvelles ou à concrétiser dans ces prochains mois.

    Répondre

    1. Merci de tout cœur pour tes compliments, Paontaure ! Venant de toi je suis tout particulièrement flattée !

      Les aquarelles granulées ou à autres textures me font de l’oeil autant qu’elles m’effraient. Je crains qu’elles soient un peu trop imprévisibles, mais je pense que c’est le principal but de l’exercice, non ?

      Ouiii ! C’est tellement kiffant de voir le « reveal » à chaque fois. Après je trouve qu’il faut trouver le bon dosage aquarelles granulantes vs. aquarelles lisses dans une peinture, car ça peut vite devenir lourdingue si tout est granuleux (et encore… ce ne sont que mes observations perso, mais si ça se trouve y’a des gens qui n’utilisent que ça et font des merveilles). Faut essayer, quoi. Si tu veux, je pourrai t’envoyer quelques demi-godets pour que tu testes ?

      A force de teaser de façon si énigmatique le zine avec Miss Pakotill, je suis de plus en plus impatiente de découvrir ça !

      On est sur la dernière ligne droite !!

      Je te remercie à nouveau, et te souhaite une plus douce année, pétillante et ardente, très inspirée.

      Répondre

  9. Ah c’est toujours si agréable de lire tes articles structurés, riches et clairs, pleins de vie et de couleurs!
    Je voulais juste te dire que ça a été un bonheur de te voir créer cette année, prendre des décisions, t’organiser et partager tout cela avec nous. C’est hyper inspirant et encourageant de voir ta détermination à créer, de ressentir la joie et l’énergie que tu y puises.
    Merci pour tout ça Marie. E buon anno :)

    Répondre

    1. Aurélie ! 💜 Je te remercie du fond de mon cœur violet pour ta gentillesse et ton amitié. Que cette nouvelle année soit douce et pétillante pour toi et tes proches !

      Répondre

  10. He beh il s’en est passé des choses cette année. J’aime bien ce genre de bilan, ça permet de se rendre compte que l’année n’est pas passée si vite qu’on en a l’impression :) Je n’avais « pas le temps » de lire ce bilan à sa sortie alors je me le suis gardé pour la rentrée, ça permet de ne pas trop me plonger dans le boulot à fond dès le lundi matin (parce que bon je n’étais pas prêt à reprendre hier, pas du tout du tout)(et pourtant j’aime bien mon boulot hein)(et le premier mail du matin m’a saoulé aussi donc bon…) et de prendre le temps de lire et relire : quand c’est un long bilan j’aime bien le lire une fois pour avoir la vue globale puis relire pour mieux prendre le temps.
    Et du coup je commence par une question con sur la peinture en extérieur… la nature ne t’embête pas trop ? (vent, poussières, herbes, moucherons, etc.). Oui désolé je suis un pragmatique cartésien avant tout et je vois toujours le côté pratico-pratique avant toute autre chose ^^
    Je suis aussi très intrigué par la « porcelaine froide », je serai très intéressé de voir ce que tu en penses et comment ça se passe concrètement. Parce que oui un coup de Google m’a renseigné vite fait sur le principe mais j’aime bien avoir le ressenti d’une personne qui teste pour de vrai, surtout quand c’est toi qui raconte avec la réalisation en elle-même mais aussi tous les sentiments autour de la réalisation, non seulement c’est beaucoup plus vivant mais aussi beaucoup plus concret.
    Enfin je termine sur « écrire le pitch et le sommaire de mon livre sur les curiosités bretonnes. » Alors là je suis chaud bouillant sur ce projet. Parce que déjà ça te correspond bien et j’adorerais lire ce livre. Mais aussi parce que s’il y a un sujet qui a besoin d’une relecture et d’un œil neuf et moderne c’est bien la bretonnitude dans son ensemble, ses traditions, ses légendes, ses curiosités, ses lieux/sites, son imagerie, etc. Donc s’il y a un jour un financement participatif j’en suis :)

    Répondre

    1. Salut Nannig ! Merci beaucoup pour ton commentaire, ça m’a fait super plaisir de savoir que ma tartine a rendu ta rentrée plus douce ! hihi

      ça permet de ne pas trop me plonger dans le boulot à fond dès le lundi matin (parce que bon je n’étais pas prêt à reprendre hier, pas du tout du tout)(et pourtant j’aime bien mon boulot hein)(et le premier mail du matin m’a saoulé aussi donc bon…)

      Ah oui, c’est relou ça… Tu arrives avec de la motivation et BIM l’e-mail pénible de bon matin.

      quand c’est un long bilan j’aime bien le lire une fois pour avoir la vue globale puis relire pour mieux prendre le temps.

      Du coup je suis curieuse : est-ce que les ancres au début du billet t’ont été utiles ?

      Et du coup je commence par une question con sur la peinture en extérieur… la nature ne t’embête pas trop ? (vent, poussières, herbes, moucherons, etc.).

      Si un peu (tu as oublié les guêpes l’été quand je peins avec du jaune…), mais bon dans l’ensemble c’est très supportable. Pour le vent, j’utilise maintenant des pinces en métal pour tenir les pages de mes carnets, je n’ai plus de souci. J’évite aussi de sortir mes aquarelles chères quand je suis sur la plage, car c’est un coup à ruiner une palette, ça (been there, done that). À part ça, il y a parfois des « joyeux accidents ». Ça m’apprend à lâcher prise !

      Je suis aussi très intrigué par la « porcelaine froide », je serai très intéressé de voir ce que tu en penses et comment ça se passe concrètement.

      Compte sur moi !

      Enfin je termine sur « écrire le pitch et le sommaire de mon livre sur les curiosités bretonnes. » Alors là je suis chaud bouillant sur ce projet. Parce que déjà ça te correspond bien et j’adorerais lire ce livre.

      💜

      Mais aussi parce que s’il y a un sujet qui a besoin d’une relecture et d’un œil neuf et moderne c’est bien la bretonnitude dans son ensemble, ses traditions, ses légendes, ses curiosités, ses lieux/sites, son imagerie, etc. Donc s’il y a un jour un financement participatif j’en suis :)

      💜

      Tu ne peux pas savoir à quel point ça m’encourage de lire ça ! Merci, vraiment. Je pense aussi qu’il y a un truc intéressant à faire. C’est vraiment en haut de mes priorités cette année de commencer à travailler dessus.

      Répondre

  11. J’attendais ce billet avec impatience ! Moi qui ne te suis pas sur les réseaux sociaux (n’y voit pas un manque d’intérêt, plutôt que le format RSS me convient mieux), je suis contente de pouvoir (re)découvrir ce qui t’as occupé cette année. Et dis donc, quelle production ! C’est super chouette de découvrir tous ces médiums/techniques. J’adore aussi ce genre de billet car ta pâte s’identifie d’autre plus quand on voit tes travaux à la suite les un des autres. J’adore particulièrement ta gamme de couleurs violet+couleurs chaudes !

    Lire ton expérience sur le temps partiel fait très plaisir. Je suis vraiment heureuse pour toi que tu aie osé franchir le pas et que tu t’y retrouves.

    Je te souhaite une très belle année (en terme de création en tout cas ; pour le reste, je n’ose rien espérer, j’avoue…) 😊

    Répondre

    1. Salut annso ! Merci pour ton commentaire !

      J’attendais ce billet avec impatience ! Moi qui ne te suis pas sur les réseaux sociaux (n’y voit pas un manque d’intérêt, plutôt que le format RSS me convient mieux),

      C’est gentil de préciser ça, mais sache que j’estime que tu n’as pas à te justifier d’une part, et que ça me soulage d’un poids quand mes connaissances pro ne me suivent pas à la lettre d’autre part, donc vraiment, ne t’inquiète surtout pas pour ça !!

      C’est super chouette de découvrir tous ces médiums/techniques. J’adore aussi ce genre de billet car ta pâte s’identifie d’autre plus quand on voit tes travaux à la suite les un des autres. J’adore particulièrement ta gamme de couleurs violet+couleurs chaudes !

      Merci de tout cœur ! Ton retour sur les couleurs me fait particulièrement plaisir car c’est quelque chose sur laquelle je travaille beaucoup, alors je suis contente que tu l’aies remarqué.

      Lire ton expérience sur le temps partiel fait très plaisir. Je suis vraiment heureuse pour toi que tu aie osé franchir le pas et que tu t’y retrouves.
      Je te souhaite une très belle année (en terme de création en tout cas ; pour le reste, je n’ose rien espérer, j’avoue…) 😊

      Merci beaucoup pour ta gentillesse ! Je vais prendre le risque d’espérer pour deux alors, et te souhaiter une année plus douce, avec des projets stimulants et des moments de calme au contact de la nature.

      Répondre

  12. Merci, merci, merci pour ces partages ! 2021 semble avoir été l’année de la réorganisation, qui permettra sans doute de faire de 2022 une grande année de création.
    En espérant que nous réussirons enfin à nous croiser « en vrai », je t’envoie mes meilleurs voeux :)

    Répondre

    1. Coucou Shaya ! Je te remercie à nouveau très chaleureusement pour ton indéfectible soutien, cette année et toutes les précédentes aussi. Je te souhaite à mon tour mes meilleurs vœux, et espère aussi que nous pourrons bientôt papoter autour d’une boisson chaude !

      Répondre

  13. Il y a eu tellement de choses sur lesquelles j’avais envie de réagir à la lecture de ce billet :)
    Finalement, quels sont tes choix d’encre/medium le plus blanc ?
    Les vitraux de Cocteau ont l’air effectivement très beaux !
    Les Primateck ! Ils sont dans ma liste d’envie depuis un bout de temps ; j’adore les couleurs qui granulent !
    Je retiens l’association REEL (j’ai eu plein de fournitures à donner l’année dernière mais à ce moment-là, j’avais une voisine professeure des écoles, elle était ravie :D )
    La porcelaine froide ? Je ne connais pas mais ça m’intéresse !
    Ah, tu me fais envie avec la gravure :) Déjà à la lecture de ton article je m’étais dis qu’il fallait que je vois ça (pour l’instant, je n’ai fais que de la gravure dans de la « gomme »)
    Et ta si jolie photo de lilas en gros plan (c’est bien du lilas, hein :D)

    Bravo à toi pour ces beaux projets et merci pour cette énergie et ses envies que tu me communiques, c’est précieux.

    Répondre

  14. Hello Delphine ! Merci beaucoup pour ton commentaire, ça me fait si plaisir de savoir que ça te donne envie de tester plein de choses !

    Finalement, quels sont tes choix d’encre/medium le plus blanc ?

    L’encre blanche Kuretake n’est pas loin de remporter la première place ! (Elle existe sous forme de « feutres pinceaux » rechargeables aussi, c’est pratique quand, comme moi, on a deux mains gauches avec la plume.) Sinon j’aime bien les Posca les plus fins, pour mon usage en tout cas ça me sauve souvent la vie quand je dessine des trucs riquiqui ou du lettrage.

    Je retiens l’association REEL (j’ai eu plein de fournitures à donner l’année dernière mais à ce moment-là, j’avais une voisine professeure des écoles, elle était ravie :D )

    J’aime beaucoup le fait que des fournitures créatives circulent !

    Ah, tu me fais envie avec la gravure :) Déjà à la lecture de ton article je m’étais dis qu’il fallait que je vois ça (pour l’instant, je n’ai fais que de la gravure dans de la « gomme »)

    Je t’encourage, ce type de gravure ne coûte pas grand chose donc même si tu rates ou si tu te rends compte qu’en fin de compte ce n’est pas ton truc, tu ne risques pas grand chose. Perso j’aime vraiment bien le fait de recycler des trucs qui termineraient normalement à la poubelle et créer quelque chose avec.

    J’ai toujours en tête d’écrire un billet sur les fournitures créatives peu chères voire gratuites, basées sur la récup.

    Et ta si jolie photo de lilas en gros plan (c’est bien du lilas, hein :D)

    Oui c’est bien le lilas de notre jardin ! hihi

    Répondre

    1. Merci pour tes réponses.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Billets adjacents